Meitnérium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mt.
Meitnérium
HassiumMeitnériumDarmstadtium
Ir
  Structure cristalline cubique
 
109
Mt
 
               
               
                                   
                                   
                                                               
                                                               
   
                                           
Mt
Tableau completTableau étendu
Informations générales
Nom, symbole, numéro Meitnérium, Mt, 109
Famille d'éléments Métal de transition ?
Groupe, période, bloc 9, 7, d
Masse volumique 37,4 g·cm-3[1]
No CAS 54038-01-6
Propriétés atomiques
Masse atomique [278]
Configuration électronique [Rn] 7s2 5f14 6d7
Électrons par niveau d’énergie Peut-être[1],[2] 2, 8, 18, 32, 32, 15, 2
Structure cristalline Cubique face centrée
Propriétés physiques
État ordinaire Présumé solide[3]
Isotopes les plus stables
Iso AN Période MD Ed PD
MeV
270mMt ? {syn.} 1,1 s α 266Bh
274Mt {syn.} 0,44 s α 9,76 270Bh
276Mt {syn.} 0,72 s α 9,71 272Bh
278Mt {syn.} 7,6 s α 9,6 274Bh
Précautions
Élément radioactif
Radioélément à activité notable
Directive 67/548/EEC

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le meitnérium (symbole Mt), également orthographié meitnerium[4], est l'élément chimique de numéro atomique 109. Il a été synthétisé pour la première fois en août 1982 par une réaction 209Bi(58Fe,n)266Mt au Centre de recherche sur les ions lourds[5],[6] (GSI) de Darmstadt, en Allemagne, et a reçu son nom définitif en 1997 en l'honneur de Lise Meitner.

Il s'agit d'un transactinide très radioactif, dont l'isotope connu le plus stable, le meitnérium 278 (278Mt), a une période radioactive de 7,6 secondes. Situé sous l'iridium dans le tableau périodique des éléments, le meitnérium appartient au bloc d et présente vraisemblablement les propriétés chimiques d'un métal de transition.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le meitnérium fut synthétisé pour la première fois le par une équipe de chercheurs allemands dirigée par Peter Armbruster et Gottfried Münzenberg au Centre de recherche sur les ions lourds de Darmstadt. Cette équipe parvint à ce résultat en bombardant une cible de bismuth 209 avec des noyaux de fer 58 :

58
26
Fe
+ 209
83
Bi
267
109
Mt*
266
109
Mt
+ 1
0
n
.

Le nom meitnérium fut suggéré en hommage à la physicienne et mathématicienne austro-suédoise Lise Meitner[7], mais il y eut une controverse concernant l'appellation des éléments 101 à 109 ; aussi l'UICPA adopta-t-elle l'unnilennium (Une) comme dénomination systématique de cet élément, fondée sur son numéro atomique. La controverse fut résolue en 1997 et le nom actuel fut adopté.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Darleane C. Hoffman, Diana M. Lee et Valeria Pershina, « Transactinide Elements and Future Elements », The Chemistry of the Actinide and Transactinide Elements,‎ , p. 1652-1752 (ISBN 978-94-007-0210-3, DOI 10.1007/978-94-007-0211-0_14, Bibcode 2011tcot.book.1652H, lire en ligne)
  2. (en) C. Thierfelder, P. Schwerdtfeger, F. P. Heßberger et S. Hofmann, « Dirac-Hartree-Fock studies of X-ray transitions in meitnerium », The European Physical Journal A, vol. 36, no 2,‎ , p. 227-231 (DOI 10.1140/epja/i2008-10584-7, Bibcode 2008EPJA...36..227T, lire en ligne)
  3. (en) A. Östlin et L. Vitos, « First-principles calculation of the structural stability of 6d transition metals », Physical Review B, vol. 84, no 11,‎ , article no 113104 (DOI 10.1103/PhysRevB.84.113104, Bibcode 2011PhRvB..84k3104O, lire en ligne)
  4. Les dictionnaires, tels que le Larousse, maintiennent la graphie sans accent, tandis que l'usage tend globalement à privilégier la forme francisée — avec accent — des néologismes.
  5. (en) Observation of one correlatedα-decay in the reaction 58Fe on 209Bi→267109, « G. Münzenberg, P. Armbruster, F. P. Heßberger, S. Hofmann, K. Poppensieker, W. Reisdorf, J. H. R. Schneider, W. F. W. Schneider, K.-H. Schmidt, C.-C. Sahm et D. Vermeulen », Zeitschrift für Physik A Atoms and Nuclei, vol. 309, no 1,‎ , p. 89-90 (DOI 10.1007/BF01420157, Bibcode 1982ZPhyA.309...89M, lire en ligne)
  6. (en) Robert C. Barber, N. N. Greenwood, A. Z. Hrynkiewicz, Y. P. Jeannin, M. Lefort, M. Sakai, I. Ulehla, A. H. Wapstra et D. H. Wilkinson, « Discovery of the transfermium elements. Part II: Introduction to discovery profiles. Part III: Discovery profiles of the transfermium elements (Note: For Part I see Pure Appl. Chem., Vol. 63, No. 6, pp. 879-886, 1991) », Pure and Applied Chemistry, vol. 65, no 8,‎ , p. 1757-1814 (DOI 10.1351/pac199365081757, lire en ligne)
  7. Description du meitnerium sur webelements.com (Consulté le 17 mars 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


  1 2   3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
1  H     He
2  Li Be   B C N O F Ne
3  Na Mg   Al Si P S Cl Ar
4  K Ca   Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5  Rb Sr   Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6  Cs Ba   La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7  Fr Ra   Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Nh Fl Mc Lv Ts Og
8  119 120 *    
  * 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142  


Métaux
  Alcalins  
  Alcalino-  
terreux
  Lanthanides     Métaux de  
transition
Métaux
  pauvres  
  Métal-  
loïdes
Non-
  métaux  
Halo-
  gènes  
Gaz
  nobles  
Éléments
  non classés  
Actinides
    Superactinides