Dubnium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dubnium
RutherfordiumDubniumSeaborgium
Ta
  Structure cristalline cubique à corps centré
 
105
Db
 
               
               
                                   
                                   
                                                               
                                                               
   
                                           
Db
Tableau completTableau étendu
Informations générales
Nom, symbole, numéro Dubnium, Db, 105
Famille d'éléments Métal de transition
Groupe, période, bloc 5, 7, d
Masse volumique 29 g·cm-3 (prédiction)[1]
Couleur Peut-être argenté ou gris métal
No CAS 53850-35-4[2]
Propriétés atomiques
Masse atomique 268 u
Configuration électronique [Rn] 7s2 5f14 6d3
Électrons par niveau d’énergie 2, 8, 18, 32, 32, 11, 2
Structure cristalline Cubique centré
Propriétés physiques
État ordinaire Présumé solide
Isotopes les plus stables
Iso AN Période MD Ed PD
MeV
262Db {syn.} 34 s 33 % FS
67 % α
 

8,66
8,45

258Lr
 
263Db {syn.} 27 s 56 % FS
41 % α
3 % ε

8,36

259Lr
263mRf
266Db {syn.} 22 min FS
ε
 
266Rf
267Db {syn.} 1,2 h FS    
268Db {syn.} 29 h FS
ε
 
 

268Rf
270Db {syn.} 23,15 h 17 % FS
83 % α
 
 

266Lv
Précautions
Élément radioactif
Radioélément à activité notable
Directive 67/548/EEC

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le dubnium est l'élément chimique de numéro atomique 105, de symbole Db. C'est un élément transactinide synthétique, dont tous les isotopes connus sont hautement radioactifs, de période inférieure à 2 jours.

Le dubnium n'a encore aucune application, et on connaît peu ses propriétés.

Historique[modifier | modifier le code]

Le dubnium (d'après la ville de Doubna, en Russie) fut synthétisé pour la première fois en 1967 par l'Institut unifié de recherches nucléaires (JINR), par l'équipe de Georgi Nikolaievitch Flerow, à Doubna[3]. Fin avril 1970, une équipe de chercheurs dirigée par Albert Ghiorso de l'université de Californie à Berkeley a confirmé cette découverte.

L'équipe américaine a synthétisé l'élément en bombardant une cible de 249Cf par un faisceau d'azote porté à 84 MeV au moyen d'un accélérateur de particules. Ils ont obtenu le noyau 260105 (demi-vie de 1,6 seconde). Les atomes de l'élément 105 furent détectés et confirmés le 5 mars 1970, bien que des indices semblent indiquer la formation à Berkeley de tels atomes l'année précédente.

Les scientifiques de Berkeley ont tenté la confirmation des découvertes soviétiques à l'aide de méthodes plus sophistiquées, mais en vain. Ils proposèrent le nom de « hahnium » (symbole Ha, [ˈhɑːniəm]) en l'honneur du scientifique allemand Otto Hahn. Ce fut le nom que la plupart des scientifiques européens et américains utilisèrent.

Une controverse se présenta alors, les chercheurs russes s'opposant à ce nom. L'IUPAC adopta alors le terme temporaire de unnilpentium, de symbole Unp. La dispute fut résolue en 1997, le nom de dubnium (Db) fut adopté.

Autres noms 

Isotopes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Isotopes du dubnium.

Comme tous les éléments synthétiques, le dubnium ne possède aucun isotope stable. Le premier radioisotope à avoir été synthétisé, en 1968, est 261Db. On en connaît aujourd'hui 13 (de 255Db à 270Db), plus 1 à 3 isomères. L'isotope de plus longue demi-vie est 268Db (T = 29 heures).

Synthèse[modifier | modifier le code]

Le procédé d'origine, réalisé par l'équipe russe consistait en la réaction suivante :

22
10
Ne
+ 243
95
Am
260
105
Db
+ 5 1
0
n
22
10
Ne
+ 243
95
Am
261
105
Db
+ 4 1
0
n

L'équipe américaine réalisa en revanche les réactions suivantes :

15
7
N
+ 249
98
Cf
260
105
Db
+ 4 1
0
n
15
7
N
+ 250
98
Cf
261
105
Db
+ 4 1
0
n
16
8
O
+ 249
97
Bk
261
105
Db
+ 4 1
0
n
18
8
O
+ 249
97
Bk
262
105
Db
+ 5 1
0
n

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Darleane C. Hoffman, Diana M. Lee et Valeria Pershina, The Chemistry of the Actinide and Transactinide Elements, Dordrecht, The Netherlands, Springer Science+Business Media, [détail de l’édition] (ISBN 1-4020-3555-1), « Transactinides and the future elements ».
  2. Base de données Chemical Abstracts interrogée via SciFinder Web le 15 décembre 2009 (résultats de la recherche)
  3. En produisant les noyaux 260105 et 261105 par bombardement de 243Am sur du 22Ne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Holleman-Wiberg, «Lehrbuch der Anorganischen Chemie ». Verlag Walter de Gruyter & Co.

Liens externes[modifier | modifier le code]


  1 2   3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
1  H     He
2  Li Be   B C N O F Ne
3  Na Mg   Al Si P S Cl Ar
4  K Ca   Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5  Rb Sr   Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6  Cs Ba   La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7  Fr Ra   Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Nh Fl Mc Lv Ts Og
8  119 120 *    
  * 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142  


Métaux
  Alcalins  
  Alcalino-  
terreux
  Lanthanides     Métaux de  
transition
Métaux
  pauvres  
  Métal-  
loïdes
Non-
  métaux  
Halo-
  gènes  
Gaz
  nobles  
Éléments
  non classés  
Actinides
    Superactinides