Roentgenium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roentgenium
DarmstadtiumRoentgeniumCopernicium
Au
   
 
111
Rg
 
               
               
                                   
                                   
                                                               
                                                               
                                                               
                                   
Rg
Uhu
Tableau completTableau étendu
Informations générales
Nom, symbole, numéro Roentgenium, Rg, 111
Série chimique métaux de transition
Groupe, période, bloc 11, 7, d
Couleur Inconnue
No CAS 54386-24-2 [1]
Propriétés atomiques
Masse atomique 280 u
Configuration électronique probablement
[Rn] 5f14 6d10 7s1
 
Électrons par niveau d’énergie 2, 8, 18, 32, 32, 18, 1
Propriétés physiques
État ordinaire Présumé solide
Isotopes les plus stables
Iso AN Période MD Ed PD
MeV
272Rg {syn.} 1,6 ms α 10,82 - 11,37 268Mt
274Rg {syn.} 15 ms α 11,23 270Mt
278Rg {syn.} 4,2 ms α 10,69 274Mt
279Rg {syn.} 170 ms α 10,37 275Mt
280Rg {syn.} 3,6 s α 9,75 276Mt
Précautions
Élément radioactif
Élément radioactif
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le roentgenium est l'élément chimique de symbole Rg et de numéro atomique 111. Il est rangé dans la série chimique des métaux de transition. C'est un élément synthétique dont la période radioactive varie, selon les isotopes, entre 1,6 millisecondes et 3,6 secondes.

Il a été observé pour la première fois en 1994 au GSI (Centre de recherche sur les ions lourds) de Darmstadt (Allemagne).

Une fois l'observation validée par l'UICPA, le nom « roentgenium » avec le symbole Rg a été proposé en mai 2004, et adopté le 1er novembre 2004. Ce nom est un hommage au physicien allemand Wilhelm Röntgen qui a découvert les rayons X[2].

Découverte[modifier | modifier le code]

Le roentgenium a été synthétisé et identifié le par Peter Armbruster et Gottfried Münzenberg[3] sous la direction du professeur Sigurd Hofmann au Centre de recherche sur les ions lourds (Gesellschaft für Schwerionenforschung, GSI) de Darmstadt en Allemagne[4]. Seuls trois atomes de 272Rg furent observés, en fusionnant un noyau de bismuth 209Bi et un noyau de nickel 64Ni :

\mathrm{^{64}_{28}Ni+{}^{209}_{\ 83}Bi\to{}^{272}_{111}Rg+{}^1_0n}.

Isomérie nucléaire[modifier | modifier le code]

On connaît cinq isotopes du roentgenium, dont deux présentent des signes d'isomérie nucléaire.

Roentgenium 272[modifier | modifier le code]

La synthèse directe du 272Rg par le GSI en 1994 avait montré quatre lignes alpha à 11.37, 11.03, 10.82 et 10.40 MeV avec une période radioactive de 1,6 ms, tandis que la valeur mesurée en 2004 à l'institut RIKEN au Japon donnait une période de 3,8 ms[5]. Ces données contradictoires pourraient découler d'isomères différents du noyau de roentgenium 272, mais des recherches doivent encore être menées pour clarifier la situation.

Roentgenium 274[modifier | modifier le code]

La désintégration alpha de deux atomes de 278113 en roentgenium 274 a été observée selon deux chaînes de désintégration différentes passant par le 274Rg selon deux périodes radioactives et deux énergies de désintégration distinctes. Ces observations pourraient révéler deux formes allotropiques du noyau de roentgenium 274, mais les données sont encore insuffisantes pour conclure.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Base de données Chemical Abstracts interrogée via SciFinder Web le 15 décembre 2009 (résultats de la recherche)
  2. IUPAC : Proposition du nom roentgenium pour l’élément 111 puis IUPAC : L’élément 111 est appelé roentgenium
  3. Gagnon, Steve; Who discovered the elements?, Jefferson Lab
  4. Hofmann, S.; Ninov, V.; Heßberger, F. P.; Armbruster, P.; Folger, H.; Münzenberg, G.; Schött, H. J.; Popeko, A. G.; Yeremin, A. V.; Andreyev, A. N.; Saro, S.; Janik, R.; et Leino, M.; The new element 111, Zeitschrift für Physik A, Vol. 350, pp. 281–282 (1995)
  5. "Status of heavy element research using GARIS at RIKEN", Morita et al., Nucl. Phys. A734, 101 (2004). Consulté le 2008-03-03

Liens externes[modifier | modifier le code]

  s1 s2 g f1 f2 f3 f4 f5 f6 f7 f8 f9 f10 f11 f12 f13 f14 d1 d2 d3 d4 d5 d6 d7 d8 d9 d10 p1 p2 p3 p4 p5 p6
1 H He
2 Li Be B C N O F Ne
3 Na Mg Al Si P S Cl Ar
4 K Ca Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5 Rb Sr Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6 Cs Ba   La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7 Fr Ra   Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Uut Fl Uup Lv Uus Uuo
8 Uue Ubn * Ute Uqn Uqu Uqb Uqt Uqq Uqp Uqh Uqs Uqo Uqe Upn Upu Upb Upt Upq Upp Uph Ups Upo Upe Uhn Uhu Uhb Uht Uhq Uhp Uhh Uhs Uho
   
  g1 g2 g3 g4 g5 g6 g7 g8 g9 g10 g11 g12 g13 g14 g15 g16 g17 g18  
  * Ubu Ubb Ubt Ubq Ubp Ubh Ubs Ubo Ube Utn Utu Utb Utt Utq Utp Uth Uts Uto  


Métalloïdes Non-métaux Halogènes Gaz rares
Métaux alcalins  Métaux alcalino-terreux  Métaux de transition Métaux pauvres
Lanthanides Actinides Superactinides Éléments non classés