Hafnium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hafnium
Hafnium crystal.jpg
Barre de hafnium cristallisée.
LutéciumHafniumTantale
Zr
  Structure cristalline hexagonale compacte
 
72
Hf
 
               
               
                                   
                                   
                                                               
                                                               
   
                                           
Hf
Rf
Tableau completTableau étendu
Informations générales
Nom, symbole, numéro Hafnium, Hf, 72
Famille d'éléments métaux de transition
Groupe, période, bloc 4 (IVB), 6, d
Masse volumique 13,281 g·cm-3 (20 °C)[1]
Dureté 5,5
Couleur Gris acier
No CAS 7440-58-6[2]
No EINECS 231-166-4
Propriétés atomiques
Masse atomique 178,49 ± 0,02 u[1]
Rayon atomique (calc) 155 pm (208 pm)
Rayon de covalence 175 ± 10 pm[3]
Rayon de van der Waals 161 pm
Configuration électronique [Xe] 6s2 4f14 5d2
Électrons par niveau d’énergie 2, 8, 18, 32, 10, 2
État(s) d’oxydation 4
Oxyde amphotère
Structure cristalline Hexagonal compact
Propriétés physiques
État ordinaire solide
Point de fusion 2 233 °C[1]
Point d’ébullition 4 603 °C[1]
Énergie de fusion 24,06 kJ·mol-1
Énergie de vaporisation 575 kJ·mol-1
Volume molaire 13,44×10-6 m3·mol-1
Pression de vapeur 1,12 mPa à 2 500 K
Vitesse du son 3 010 m·s-1 à 20 °C
Divers
Électronégativité (Pauling) 1,3
Chaleur massique 140 J·kg-1·K-1
Conductivité électrique 3,12×106 S·m-1
Conductivité thermique 18,4 W·m-1·K-1
Énergies d’ionisation[4]
1re : 6,82507 eV 2e : 15 eV
3e : 23,3 eV 4e : 33,33 eV
Isotopes les plus stables
Iso AN Période MD Ed PD
MeV
172Hf {syn.} 1,87 a ε 0,350 172Lu
174Hf 0,162 % 2×1015 a α 2,495 170Yb
176Hf 5,206 % stable avec 104 neutrons
177Hf 18,606 % stable avec 105 neutrons
178Hf 27,297 % stable avec 106 neutrons
178m2Hf {syn.} 31 a TI 2,446 178Hf
179Hf 13,629 % stable avec 107 neutrons
180Hf 35,100 % stable avec 108 neutrons
182Hf {syn.} 9×106 a β 0,373 182Ta
Précautions
SGH[5]
État pulvérulent :
SGH02 : Inflammable
Danger
H250, H251, P210, P222, P235, P280, P410, P420, P422,
SIMDUT[6]

Produit non contrôlé
Transport[5]
-
   2545 1326   
Directive 67/548/EEC[5]
État pulvérulent :
Facilement inflammable
F


Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le[a] hafnium est l'élément chimique de numéro atomique 72, de symbole Hf.

Le hafnium ressemble chimiquement au zirconium et on le trouve dans tous les minerais de zirconium. Le corps simple hafnium est un métal de transition tétravalent d'un aspect gris argenté. On l'utilise dans les alliages de tungstène pour la confection de filaments et d'électrodes, et comme absorbeur de neutrons dans les barres (ou croix) de contrôle de la réactivité nucléaire. L'abondance du hafnium dans la croûte terrestre est de 5,8 ppm.

Caractéristiques notables[modifier | modifier le code]

Lingot de hafnium cristallisé.

C'est un métal ductile, brillant et argenté. Il résiste à la corrosion et est chimiquement semblable au zirconium. Les propriétés du hafnium sont affectées par la présence d'impuretés de zirconium et ces deux éléments sont parmi les plus difficiles à séparer. La seule différence notable entre eux est la densité (le zirconium est deux fois moins dense que le hafnium). Comme pour le zirconium, le hafnium est extrait du minerai comme métal pur en réduisant le tétra-halogénure par le magnésium, la réaction est faite sous atmosphère d'argon car les deux métaux pourraient se combiner avec d'autres gaz (l'azote, par exemple).

L'hafnium résiste à la corrosion dans l'air et dans l'eau du fait de la formation d'un film d'oxyde (passivation), bien que l'hafnium en poudre se consume dans l'air. Il n'est pas affecté par les alcalins ou les acides, à l'exception de l'acide fluorhydrique.

Comme le titane et le zirconium, les deux autres éléments stables du groupe IVB de la classification périodique, il présente deux formes cristallines allotropiques : hexagonale compacte à température ambiante (phase α), et cubique centrée à haute température (phase β) ; leur température de transition se situe aux alentours de 1 750 °C.

Comme la plupart des métaux rares, le hafnium est une ressource non renouvelable, la quasi-totalité de la ressource vient de l'épuration du zirconium.

Caractéristiques physiques (complémentaires de celles données ci-contre)

  • Rayon atomique = 0,167 nm
  • Rayon ionique = 0,081 nm
  • Coefficient de dilatation thermique entre 0 et 100 °C = 6,0 x10-6 / K

Caractéristiques mécaniques

  • A 20 °C
    • Dureté Brinell = 1 400 à 1 600 MPa
    • Résistance à la traction = 350 à 500 MPa
    • Limite élastique à 0,2% = 150 à 250 MPa
    • Allongement = 30% à 40%
    • Module d'élasticité = 140 000 MPa
    • Résilience = 6 à 7 kgm/cm2
  • A 320 °C
    • Résistance à la traction = 280 MPa
    • Limite élastique à 0,2% = 150 MPa
    • Allongement = 45%
    • Module d'élasticité = 100 000 MPa
    • Résilience = 11 kgm/cm2

Isotopes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Isotopes de l'hafnium.

L'hafnium possède 36 isotopes connus, de nombre de masse variant entre 133 et 188, ainsi que 27 isomères nucléaires. Parmi ces isotopes, cinq sont stables, 176Hf, 177Hf, 178Hf, 179Hf et 180Hf et avec 174Hf, un radioisotope à vie longue (demi-vie de 2×1015 années — plus de 100 000 fois l'âge de l'univers), représentent la totalité du hafnium naturel, dans des proportions variant de 0,16% (174Hf) à 35% (180Hf). Comme tous les éléments plus lourds que le zirconium, l'hafnium est théoriquement instable et tous ses isotopes actuellement reconnus comme stables sont soupçonnés d'être faiblement radioactifs, se désintégrant par émission α en isotopes de l'ytterbium correspondants. On attribue au hafnium une masse atomique standard de 178,49(2) u.

Applications[modifier | modifier le code]

Hafnium, soudé par faisceau d'électrons (à droite). Cube d'un cm de côté au premier plan.

L'utilisation du hafnium est faite, principalement, dans les systèmes de contrôle neutronique de réacteur nucléaire, par exemple, ceux des sous-marins, notamment grâce à sa grande capacité à absorber les neutrons. Sa section efficace de capture des neutrons thermiques pondérée sur l'ensemble des isotopes stables est de 103 barn, ce qui n'est pas très élevé en comparaison des autres matériaux utilisables (cadmium 2 450 b, bore 759 b, gadolinium 49 000b, indium 194 b, erbium 160 b, dysprosium 930 b, europium 4 100 b, etc..) mais représente presque 600 fois celle du zirconium . Il capture également dans le domaine épi-thermique. Tous les isotopes naturels sont capturants à des degrés variables ce qui fait que son efficacité ne varie que modérément dans le cours du fonctionnement du réacteur. En outre, il présente de très bonnes propriétés mécaniques et une excellente résistance à la corrosion. La densité élevée facilite à géométrie donnée la chute gravitaire dans le cœur. Le réacteur expérimental allemand FRM II utilise le hafnium comme barre de contrôle[7].

Vis-à-vis du zirconium utilisé dans l'industrie nucléaire le hafnium absorbeur de neutron est une impureté gênante.

Autres utilisations :

L'isomère 178m2Hf serait susceptible de libérer son énergie d'excitation sous l'effet d'une stimulation extérieure aux rayons X, phénomène connu comme « émission gamma induite » dont la réalité physique demeure à ce jour encore largement débattue.

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence d'un élément dans des composés contenant du zirconium est envisagée dès 1825 : à cette date, Johann August Friedrich Breithaupt prétend que l'ostranite contient un élément alors inconnu qu'il nomme ostranium. En 1845, Lars Fredrik Svanberg publie un article dans lequel il annonce avoir isolé un nouvel oxyde associé au zirconia dans le minéral nordite. Il nomme l'oxyde norderde et le nouvel élément norium. Cependant, ses contemporains ne parviennent pas à reproduire ses résultats. En 1869, Henry Clifton Sorby prétend que la jargonite contient un oxyde qu'il nomme jargonia, ce dernier contenant un nouvel élément qu'il nomme jargonium (de symbole Jg). La même année, Arthur Herbert Church annonce avoir identifié le nigrium, un nouvel élément, dans le zircon. Church déclare que l'élément qu'il a découvert est identique au jargonium mais qu'il l'a decouvert avant Sorby, dès 1866, mais sans le nommer. La découverte de l'élément est finalement partagée entre Sorby et Church par l'American Journal of Mining, qui retient le nom jargonium. Sorby annonce ensuite que la découverte du jargonium est erronée et résulte de l'analyse d'un spectre de zircon impur. En 1901, Wilhelm Prandtl et Karl Andreas Hofman annoncent la présence d'un oxyde inconnu (terra euxenica) dans le zirconia extrait de l'euxénite. L'élément inconnu de cet oxyde est nommé euxenium. En 1909, Otto Hauser et un collègue montrent que l'annonce de Prandt et Hofman est non concluante[10].

En 1917, l'assistant de Vladimir Vernadski, Konstantin Avtonomovich Nenadkevich, pense avoir isolé à partir d'orthite un nouvel élément de masse atomique 178, le situant entre les éléments 71 et 73 déjà connus. Il partage sa découverte avec Vernadski, ce dernier proposant le nom assium. Cette découverte n'est pas confirmée et l'orthite ne contient pas l'élément 72, y compris en tant qu'élément trace[10].

La découverte de l'élément 72 a également été annoncée en 1907 par Georges Urbain, qui publie ses résultats en 1911. Il déclare l'avoir identifié à partir de la cristallisation fractionnée du lutécium et le nomme celtium (avec pour symbole Ct) d'après la population celte. La découverte n'est cependant pas largement reconnue, la publication de 1911 étant imprécise et Urbain ne parvenant pas à déterminer une masse atomique. L'échantillon de celtium est analysé par spectroscopie des rayons X en juin 1914 par Henry Moseley, qui échoue à prouver la présence de l'élément 72. En mai 1922, Urbain annonce la découverte définitive de l'élément 72 sur la base d'une nouvelle spectroscopie des rayons X réalisée par Alexandre Dauvillier d'un mélange d'oxydes de lutécium et d'ytterbium. Cette annonce est ainsi plus largement acceptée. Néanmoins, Urbain considère le celtium comme une terre rare quand Niels Bohr pense que le dernier élément de ce groupe est l'élément 71 et que l'élément 72 serait ainsi un homologue du zirconium. George de Hevesy et Dirk Coster, des collaborateurs de Bohr, cherchent ainsi l'élément 72 dans des minéraux contenant du zirconium et annonce sa découverte depuis Copenhague (Danemark) en janvier 1923. Il le nomme initialement danium mais le nom hafnium (d'après le toponyme Hafnia, nom latin de Copenhague[11]) est reconnu dans la publication de la découverte[12],[13]. En réaction à cette annonce, Alexander Scott rend public le fait qu'il a isolé un oxyde inconnu en 1918 à partir d'un sable noir néo-zélandais qui pourrait correspondre à l'oxyde de l'élément 72. Scott propose le nom oceanium et envoie l'oxyde inconnu à Hevesy et Coster pour déterminer si l'élément 72 est présent. Le résultat est négatif pour l'élément 72 comme pour tout autre élément inconnu. En février 1923, Dauvillier et Urbain déclarent que l'annonce de Coster et Hevesy devrait être considérée comme la découverte de celtium dans des minéraux contenant du zirconium et non comme la découverte de l'élément 72. Dès lors une controverse a lieu quant à l'attribution de la découverte de l'élément 72 entre les deux groupes. Coster et Hevesy montre que les propriétés du hafnium sont bien similaires à celles du zirconium et donc que l'hypothèse de Dauvillier et Urbain d'un élément 72 appartenant aux terres rares est erronées. Ces derniers considèrent donc par la suite l'élément 72 comme homologue du zirconium. Urbain reconnait également que l'annonce de 1911 était erronée. La revendication de découverte d'Urbain et Dauvillier repose ainsi sur le spectre dans le domaine des rayons X de 1922, spectre qui est critiqué par Coster et Hevesy qui le croîent non conclusif. La plaque comportant le spectre du celtium avait ainsi été étudié en juillet 1922 par Manne Siegbahn, et a déclaré à Coster n'avoir retrouvé aucune des deux raies signalées par Dauvillier comme celles du celtium. Néanmoins, Dauvillier publie en décembre 1923 des photographies des raies du celtium qu'il a identifiées mais leur origine demeure incertaine. Les chimistes sont divisés quant à l'attribution de la découverte : Friedrich Adolf Paneth soutient Hevesy et Coster, Bohuslav Brauner accuse ces derniers d'avoir volé la découverte à Dauvillier et Urbain et la communauté des chimistes français soutient Urbain et Dauvillier (en particulier, la Société chimique de France place le celtium dans son tableau périodique jusque dans les années 1940). Parallèlement, le groupe danois conteste également les découvertes revendiquées par Urbain des éléments 70 et 71. L'Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA) ne place pas l'élément 72 dans le tableau périodique par neutralité puis propose l'usage des noms celtium et hafnium à égalité[14]. Finalement, la découverte de l'élément 72 est progressivement attribuée au groupe danois et le nom hafnium reconnu[12].

Effets sur la santé[modifier | modifier le code]

Ce métal est complètement insoluble dans l'eau, les solutions salines ou les produits chimiques du corps. Le hafnium sous forme de métal n'a aucune toxicité connue. Aucun signe et symptôme d'exposition chronique au hafnium n'ont été rapportés chez l'homme.

L'exposition au hafnium peut se produire par inhalation, ingestion et par contact avec l'œil ou la peau.
Une surexposition au hafnium et à ses composés peut causer une légère irritation oculaire ou de la peau et des muqueuses.

Le hafnium sous la forme de métal ne pose normalement pas de problème mais tous les composés du hafnium devraient être considérés comme toxiques, bien que les premières études effectuées semblent suggérer que le danger est limité. Sous forme tritide, associé à du tritium, et inhalé, il peut rendre le tritium plus dangereux qu'en cas d'inhalation d'eau tritiée[15].

La poussière du métal présente un risque d'incendie et d'explosion.

Effets sur l'environnement[modifier | modifier le code]

Effets sur les animaux : les données sur la toxicité du métal de hafnium ou de sa poussière sont limitées. Les études sur des animaux indiquent que les composés de hafnium causent des dommages à l'œil, à la peau, au foie et irritent les muqueuses des membranes. La DL50 orale pour le tétrachlorure de hafnium chez les rats est de 2,362 mg·kg-1, et la DL50 intrapéritonéale chez les souris pour l'oxychlorure de hafnium est de 112 mg·kg-1.

Aucun effet négatif sur l'environnement n'a été rapporté.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le h initial peut être aspiré ou pas ; on peut ainsi dire « l'hafnium ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) David R. Lide, CRC Handbook of Chemistry and Physics, CRC Press Inc, , 90e éd., 2804 p., Relié (ISBN 978-1-420-09084-0)
  2. Base de données Chemical Abstracts interrogée via SciFinder Web le 15 décembre 2009 (résultats de la recherche)
  3. (en) Beatriz Cordero, Verónica Gómez, Ana E. Platero-Prats, Marc Revés, Jorge Echeverría, Eduard Cremades, Flavia Barragán et Santiago Alvarez, « Covalent radii revisited », Dalton Transactions,‎ , p. 2832 - 2838 (DOI 10.1039/b801115j)
  4. (en) David R. Lide, CRC Handbook of Chemistry and Physics, CRC, , 89e éd., p. 10-203
  5. a, b et c Entrée de « Hafnium, Powder » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais) (JavaScript nécessaire)
  6. « Hafnium » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  7. "Forschungsreaktor München II (FRM-II): Standort und Sicherheitskonzept" [PDF]. Strahlenschutzkommission. 1996-02-07. Archived from the original on October 20, 2007. Retrieved 2008-09-22.
  8. Voir l'article sur les avancées technologique appliquées aux CPU : [1]
  9. http://www.intel.com/technology/45nm/
  10. a et b (en) Marco Fontani, Mariagrazia Costa et Mary Virginia Orna, The Lost Elements : The Periodic Table's Shadow Side, New York, Oxford University Press, (1re éd. 2014), 531 p. (ISBN 9780199383344), p. 111-117.
  11. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Hafnium » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  12. a et b (en) Marco Fontani, Mariagrazia Costa et Mary Virginia Orna, The Lost Elements : The Periodic Table's Shadow Side, New York, Oxford University Press, (1re éd. 2014), 531 p. (ISBN 9780199383344), p. 231-232.
  13. (en) Helge Kragh, Episodes from the History of the Rare Earth Elements, Springer Netherlands, coll. « Chemists and Chemistry », (ISBN 9789401066143 et 9789400902879, DOI 10.1007/978-94-009-0287-9_5, lire en ligne), p. 67–89.
  14. (en) Helge Kragh, « Anatomy of a Priority Conflict: The Case of Element 72 », Centaurus, vol. 23, no 4,‎ , p. 275–301 (ISSN 1600-0498, DOI 10.1111/j.1600-0498.1980.tb00235.x, lire en ligne).
  15. W.C.T. Inkret, M.E. Schillaci, M.K. Boyce, Y.S. Cheng, D.W. Efurd, T.T. Little, G. Miller, J.A. Musgrave and J.R. Wermer, Internal Dosimetry for Inhalation of Hafnium Tritide Aerosols ; Oxford Journals Mathematics & Physical SciencesMedicine ; Radiation Protection Dosimetry ; Volume93, Issue1 ; p. 55-60 (Résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


  1 2   3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
1  H     He
2  Li Be   B C N O F Ne
3  Na Mg   Al Si P S Cl Ar
4  K Ca   Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5  Rb Sr   Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6  Cs Ba   La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7  Fr Ra   Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Nh Fl Mc Lv Ts Og
8  119 120 *    
  * 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142  


Métaux
  Alcalins  
  Alcalino-  
terreux
  Lanthanides     Métaux de  
transition
Métaux
  pauvres  
  Métal-  
loïdes
Non-
  métaux  
Halo-
  gènes  
Gaz
  nobles  
Éléments
  non classés  
Actinides
    Superactinides