Oganesson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Oganesson
TennesseOganessonUnunennium
Rn
   
 
118
Og
 
               
               
                                   
                                   
                                                               
                                                               
   
                                           
Og
Tableau completTableau étendu
Informations générales
Nom, symbole, numéro Oganesson, Og, 118
Famille d'éléments Indéterminée
Groupe, période, bloc 18, 7, p
Masse volumique 4,9 à 5,1 g·cm-3[2] (état liquide au point de fusion)
No CAS 54144-19-3[3]
Propriétés atomiques
Masse atomique [294]
Configuration électronique [Rn] 7s2 5f14 6d10 7p6
Électrons par niveau d’énergie Peut-être[4],[5] 2, 8, 18, 32, 32, 18, 8
Système cristallin Cubique à faces centrées[1]
Propriétés physiques
État ordinaire Condensé[4]
Point d’ébullition 320 K à 380 K[4]
Énergie de fusion 23,5 kJ·mol-1[6]
Énergie de vaporisation 19,4 kJ·mol-1[6]
Énergies d’ionisation[5],[7]
1re : 839,4 kJ·mol-1 2e : 1 563,1 kJ·mol-1
Isotopes les plus stables
Iso AN Période MD Ed PD
MeV
294Og {syn.} ~0,89 ms α
FS
11,65+0,06−0,06
290Lv
Précautions
Élément radioactif
Radioélément à activité notable
Directive 67/548/EEC

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L’oganesson (symbole Og) est l'élément chimique de numéro atomique 118. Il correspond à l'ununoctium (Uuo) de la dénomination systématique de l'UICPA, et est encore appelé élément 118 dans la littérature. Il a été synthétisé pour la première fois en 2002 par la réaction 249Cf(48Ca,3n)294Og à l'Institut unifié de recherches nucléaires (JINR) à Doubna, en Russie. L'IUPAC a confirmé son identification en décembre 2015 et lui a donné son nom définitif en novembre 2016 en l'honneur d'Iouri Oganessian, directeur du Flerov Laboratory of Nuclear Reactions, où ont été produits plusieurs éléments superlourds.

Dernier transactinide et, plus largement, dernier élément chimique connu par numéro atomique croissant, l'oganesson termine la 7e période du tableau périodique. Les isotopes de cet élément synthétique, dont la masse atomique est parmi les plus élevées observées, sont tous très instables, et seuls trois noyaux de 294Og, dont la période radioactive est inférieure à 1 ms, avaient été produits lors de la confirmation de son existence. Toutes les propriétés physiques et chimiques publiées pour cet élément sont par conséquent théoriques et découlent de modèles de calcul.

Situé dans la continuité de la famille des gaz nobles, il serait chimiquement assez différent de ces derniers. Plutôt réactif, il pourrait former des composés, dont les propriétés de quelques-uns (tétrafluorure d'oganesson OgF4 et difluorure d'oganesson OgF2 par exemple) ont été calculées. Si on pouvait l'étudier d'un point de vue chimique, il se comporterait peut-être comme un métalloïde semi-conducteur en raison d'une configuration électronique modifiée par couplage spin-orbite et des corrections dues à l'électrodynamique quantique[8]. De surcroît, en vertu de sa polarisabilité supérieure à celle de tous les éléments chimiques de numéro atomique inférieur, les calculs lui prédisent une température d'ébullition comprise entre 50 et 110 °C[4], de sorte qu'il serait sans doute liquide, et même vraisemblablement solide aux conditions normales de température et de pression.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960, l'ununoctium était appelé éka-émanation[1] (symbole eka-Em dans la littérature scientifique d'alors ; « émanation » était le nom sous lequel était désigné le radon à cette époque) ou parfois éka-radon (eka-Rn), puis l'UICPA a recommandé en 1979 la dénomination systématique « un-un-oct-ium » fondée sur les trois chiffres du numéro atomique[9]. Il s'agit d'une dénomination temporaire avec un symbole à trois lettres qui s'applique à tous les éléments chimiques dont l'observation n'a pas encore été validée par l'UICPA, le nom définitif avec son symbole à deux lettres étant alors choisi par l'équipe à l'origine de la première caractérisation de l'élément.

L'ancien nom ununoctium relève de la dénomination systématique attribuée par l'Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA) aux éléments chimiques inobservés ou dont la caractérisation expérimentale n'est pas encore formellement validée. Il est composé de racines gréco-latines signifiant « un-un-huit » et du suffixe -ium générique pour les noms d'éléments chimiques.

Dans le cas de l'ununoctium, le nom provisoire est longtemps demeuré en usage bien que l'observation de cet élément soit largement acceptée depuis plusieurs années, parce que l'UICPA n'avait pas encore validé sa caractérisation ; de surcroît, les deux équipes (russe et américaine) à l'origine de cette observation n'étaient pas parvenues à un consensus sur le nom à donner à l'élément 118.

À l'issue de l'annonce prématurée de 1999, l'équipe du LLNL a voulu l'appeler Ghiorsium (Gh), d'après Albert Ghiorso, un directeur de l'équipe[10], mais cette dénomination n'a pas été retenue par la suite. Lors de l'annonce par les Russes, en 2006, de la synthèse de cet élément au Flerov Laboratory of Nuclear Reactions (FLNR) du JINR, la première suggestion aurait été de l'appeler Dubnadium (Dn), mais ce terme était trop proche du Dubnium (Db), dont ils étaient également à l'origine[11]. Cependant, lors d'un entretien avec une revue russe, le directeur du laboratoire a déclaré que son équipe envisageait deux noms : Flyorium en hommage au fondateur du laboratoire, Georgy Flyorov, et Moscovium, puisque Doubna se trouve dans l'oblast de Moscou[12]. Il a expliqué par la même occasion que le droit de choisir le nom de cet élément devait revenir à l'équipe russe, même si c'était l'équipe américaine du LLNL qui avait notamment fourni la cible de californium, car le FLNR est la seule infrastructure au monde à pouvoir réaliser cette expérience[13],[14].

Avant d'être formellement nommé, l'oganesson était parfois appelé eka-radon (« en-dessous du radon » dans le tableau périodique des éléments) en référence à la désignation provisoire des éléments prédits par Dmitri Mendeleïev avant qu'ils ne soient isolés et nommés[note 1]. Dans la littérature scientifique, l'ununoctium est généralement appelé élément 118. Sa découverte a été confirmée par l'UICPA le 30 décembre 2015[15].

Le 8 juin 2016, la division de chimie inorganique de l'UICPA annonce sa décision de retenir comme nom finaliste l'oganesson, de symbole Og, en l'honneur de Iouri Oganessian. Une consultation publique fut ouverte jusqu'au 8 novembre 2016[16],[17]. L'UICPA l'adopte définitivement le 28 novembre 2016[18]. Il s'agit du deuxième élément dont l'éponyme est une personne vivante, après le seaborgium[19].

Synthèse de l'oganesson[modifier | modifier le code]

Fausse annonce (1999)[modifier | modifier le code]

Motivée par la quête de l'îlot de stabilité, la recherche des éléments superlourds a été relancée à la fin des années 1990 par la synthèse de l'élément de numéro atomique 114 (flérovium) en 1998 à l'Institut unifié de recherches nucléaires (JINR) de Doubna, en Russie. Le physicien polonais Robert Smolanczuk avait en effet publié des calculs sur la fusion de noyaux atomiques pour synthétiser des noyaux superlourds, y compris le noyau de numéro atomique 118[20] ; pour cet élément, il suggérait de fusionner un noyau de plomb avec un noyau de krypton. La synthèse d'un noyau de 293Og a été annoncée en 1999[21],[22] selon la réaction de fusion nucléaire :

86
36
Kr
+ 208
82
Pb
293
118
Og
+ 1
0
n
.

Ces résultats ont néanmoins été invalidés l'année suivante[23], car aucune équipe ne parvint à reproduire l'expérience ; en juin 2002, il fut révélé que l'annonce avait été faite à partir de résultats falsifiés par Viktor Ninov, le principal auteur[24].

Premières observations attestées (publiées en 2006)[modifier | modifier le code]

La véritable découverte de l'élément 118 a été annoncée en 2006 par une équipe américano-russe du Laboratoire national de Lawrence Livermore (LLNL, États-Unis) et du JINR (Russie) : l'observation indirecte au JINR de noyaux 294Og produits par collision d'ions calcium 48 sur atomes de californium 249[25],[26],[27],[28],[29], à raison d'un noyau 294Og en 2002[30] et de deux autres en 2005 :

48
20
Ca
+ 249
98
Cf
297
118
Og*
294
118
Og
+ 3 1
0
n
.

Mode opératoire[modifier | modifier le code]

Chaîne de désintégration du noyau 294Og[31]. L'énergie de désintégration et la période radioactive sont indiquées en rouge, tandis que la fraction d'atomes subissant une fission spontanée est indiquée en vert.

Cette réaction de fusion nucléaire ayant une faible probabilité (avec une section efficace d'à peine 0,5 picobarn, soit 5×10-41 m2), il a fallu attendre quatre mois pour observer la première signature de désintégration d'un noyau d'élément 118 après avoir envoyé quelque 2,5 × 1019 ions calcium 48 sur la cible de californium[3]. Cette observation a néanmoins été validée dans la mesure où la probabilité d'une fausse détection avait été estimée à moins d'une pour cent mille[32]. Ce sont en tout trois noyaux de 294118 (c'est-à-dire des noyaux comportant 294 nucléons, dont 118 protons) dont la désintégration a été observée, permettant d'estimer la période radioactive de cet isotope à 0,89+1,07−0,31ms et son énergie de désintégration à 11,65 ± 0,06 MeV[31].

La détection des noyaux 294118 repose sur l'observation de leur désintégration α en 290Lv, lequel est détecté par l'observation de sa chaîne de désintégrations α successivement en 286Fl (avec une période de 10 ms et une énergie de 10,80 MeV) puis en 282Cn (avec une période de 0,16 s et une énergie de 10,16 MeV) : si l'on observe la désintégration de noyaux 290Lv dans le californium bombardé par des ions calcium, c'est que le livermorium s'y est formé par désintégration de noyaux 294118.

Dans la foulée de ces résultats, les travaux ont commencé pour observer l'élément 120 en bombardant du plutonium 244 avec des ions de fer 58[33]. Les isotopes de cet élément devraient avoir des périodes de l'ordre de quelques microsecondes[34].

Isotopes et îlot de stabilité[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Isotopes de l'oganesson et Îlot de stabilité.
Avec 118 protons et 176 neutrons, l'oganesson 294 se place juste « au-dessus » (en termes de numéro atomique) de certaines localisations de l'îlot de stabilité théorique.

Aucun élément chimique de numéro atomique supérieur à 82 (plomb) ne possède d'isotope stable[35], et tous les éléments de numéro atomique supérieur à 101 (mendélévium) ont une période radioactive inférieure à la journée.

Certaines théories décrivant la structure nucléaire selon un modèle en couches — les théories dites microscopic-macroscopic (MM) et de champ moyen relativiste (RMF) — prédisent l'existence d'un îlot de stabilité autour de nucléides constitués d'un « nombre magique » de neutrons et d'un nombre magique de protons : 184 neutrons dans tous les cas, mais 114, 120, 122 ou 126 protons selon les théories et les paramètres retenus dans les modèles. L'élément 118, avec ses 118 protons et 176 neutrons pour son isotope connu, serait donc dans le voisinage de cet « îlot de stabilité » ; sa période radioactive de 0,89+1,07−0,31 ms est un peu plus élevée qu'attendu[36],[37], ce qui irait dans le sens de cette théorie[38].

Des calculs laissent penser que d'autres isotopes de l'oganesson pourraient avoir une période radioactive de l'ordre de la milliseconde[39] et, pour certains, supérieure à celle du noyau 294Og synthétisé, notamment les isotopes 293, 295, 296, 297, 298, 300 et 302[36]. Certains isotopes plus lourds, avec davantage de neutrons, pourraient également avoir des périodes radioactives plus longues, par exemple autour de 313Og[40].

Propriétés atomiques et physiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gaz noble.

Appartenant à la colonne des gaz nobles, l'oganesson devrait être un élément chimique à valence zéro : en raison de leur structure électronique, ces éléments sont chimiquement relativement inertes car, ayant une couche de valence aux sous-couches s et p complètes, ils n'ont pas d'électron de valence pour former une liaison chimique, en vertu de la règle de l'octet. On pourrait donc s'attendre à ce que l'oganesson ressemble au radon[41]. Selon toute vraisemblance, la configuration électronique de l'oganesson devrait être 7s2, 7p6[4]. Il serait cependant sensiblement plus réactif qu'on ne le pensait au premier abord. Étant situé en dessous du radon dans le tableau périodique des éléments, il serait de toute façon plus réactif que ce dernier. Mais des phénomènes quantiques, tels qu'un couplage spin-orbite sensible au sein des couches 7s et 7p, conduiraient à diviser ces sous-couches en fonction du spin des électrons et à réorganiser différemment les niveaux d'énergie avec la couche de valence, d'où saturation apparente de cette dernière pour l'élément 114 (flérovium) plutôt que pour l'oganesson, dont la couche de valence serait ainsi moins stable que celle de l'élément 116 (livermorium), lui-même ayant une couche de valence moins stable que celle du flérovium[4].

Il a par ailleurs été calculé que l'oganesson aurait une affinité électronique positive, à la différence de tous les autres gaz rares[42],[43], mais des corrections issues de l'électrodynamique quantique sont venues atténuer cette affinité (notamment en réduisant de 9 % l'énergie de liaison de l'anion Og), rappelant l'importance de ces corrections dans les atomes superlourds.

L'oganesson aurait une polarisabilité plus élevée que celle de tous les éléments de numéro atomique inférieur, et presque double de celle du radon[4], d'où un potentiel d'ionisation anormalement bas, similaire à celui du plomb, qui est 70 % celui du radon[44], et sensiblement plus faible que celle du flérovium[45]. Cela conduirait également à une température d'ébullition de 320 à 380 K[4], très supérieure aux valeurs publiées jusqu'à présent, de l'ordre de 263 K[46] et 247 K[47]. Même avec la marge d'incertitude sur cette température d'ébullition, il semble peu probable que l'oganesson, s'il existait en quantité massive, soit à l'état gazeux aux conditions normales de température et de pression. Dans la mesure où la plage de températures dans lesquelles les autres gaz rares existent à l'état liquide est très étroite (entre 2 et 9 K), l'oganesson serait sans doute même solide[48].

Propriétés chimiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chimie des gaz nobles.

Aucun composé d'oganesson n'a encore été synthétisé, mais des modélisations de tels composés ont été calculées dès le milieu des années 1960[1]. Si cet élément présente une structure électronique de gaz rare, il devrait être difficile à oxyder en raison d'une énergie d'ionisation élevée[49], mais cette hypothèse paraît discutable. Les effets de couplage spin-orbite sur ses électrons périphériques auraient pour effet de stabiliser les états d'oxydation +2 et +4 avec le fluor, conduisant respectivement au difluorure d'oganesson OgF2 et au tétrafluorure d'oganesson OgF4, avec pour ce dernier une géométrie tétraédrique et non pas tétragonale plane comme le tétrafluorure de xénon XeF4 : cette géométrie différente vient de ce que les liaisons en jeux seraient de nature différente, liaison ionique dans le cas de l'oganesson, liaison à trois centres et quatre électrons dans le cas du xénon.

Tetrahedral-3D-balls.png           Square-planar-3D-balls.png
Conformation de la molécule de
tétrafluorure d'oganesson OgF4
          Conformation de la molécule de
tétrafluorure de xénon XeF4

Le caractère ionique des liaisons oganesson-fluor rendrait ces composés peu volatils[50],[51].

Enfin, l'oganesson serait suffisamment électropositif pour former des liaisons avec le chlore et donner des composés chlorés[50].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le radon était appelé émanation (symbole Em) jusqu'au milieu des années 1960, de sorte qu'en fait l'élément 118 était alors appelé eka-émanation (symbole eka-Em).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Aristid V. Grosse, « Some physical and chemical properties of element 118 (Eka-Em) and element 86 (Em) », Journal of Inorganic and Nuclear Chemistry, vol. 27, no 3,‎ , p. 509-519 (DOI 10.1016/0022-1902(65)80255-X, lire en ligne)
  2. (en) Danall Bonchev et Verginia Kamenska, « Predicting the properties of the 113-120 transactinide elements », Journal of Physical Chemistry, vol. 85, no 9,‎ , p. 1177-1186 (DOI 10.1021/j150609a021, lire en ligne)
  3. a et b Mark Winter, « WebElements – Element 118 », The University of Sheffield & WebElements Ltd, UK, (consulté le 14 décembre 2009)
  4. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Clinton S. Nash, « Atomic and Molecular Properties of Elements 112, 114, and 118 », Journal of Physical Chemistry A, vol. 109, no 15,‎ , p. 3493-3500 (PMID 16833687, DOI 10.1021/jp050736o, lire en ligne)
  5. a et b (en) Darleane C. Hoffman, Diana M. Lee et Valeria Pershina, « Transactinide Elements and Future Elements », The Chemistry of the Actinide and Transactinide Elements,‎ , p. 1652-1752 (ISBN 978-94-007-0210-3, DOI 10.1007/978-94-007-0211-0_14, Bibcode 2011tcot.book.1652H, lire en ligne)
  6. a et b Robert Eichler, Bernd Eichler, « Thermochemical Properties of the Elements Rn, 112, 114, and 118 », in Labor für Radio- und Umweltchemie (Laboratory of Radiochemistry and Environmental Chemistry) Annual Report 2003, Paul Scherrer Institut, p. 7-8, Villigen, 2004, consulté le 18/01/2008
  7. (en) Burkhard Fricke, « Superheavy elements: a prediction of their chemical and physical properties », Structure and Bonding, vol. 21,‎ , p. 89-144 (DOI 10.1007/BFb0116498, lire en ligne)
  8. Gas Phase Chemistry of Superheavy Elements [PDF] : Conférence de Heinz W. Gäggeler, novembre 2007 (consulté le 7 juillet 2009).
  9. (en) Joseph Chatt, « Recommendations for the Naming of Elements of Atomic Numbers Greater than 100 », Pure and Applied Chemistry, vol. 51,‎ , p. 381–384 (DOI 10.1351/pac197951020381 url=https://www.iupac.org/publications/pac/1979/pdf/5102x0381.pdf) .
  10. (en) « Discovery of New Elements Makes Front Page News », Berkeley Lab Research Review Summer 1999, (consulté le 18 janvier 2008) .
  11. (en) Dave Trapp, « Origins of the Element Names-Names Constructed from other Words » (consulté le 18 janvier 2008) .
  12. (en) « New chemical elements discovered in Russia`s Science City », (consulté le 9 février 2008) .
  13. (ru) NewsInfo, « Periodic table has expanded », Rambler, (consulté le 18 janvier 2008) .
  14. (ru) Asya Yemel'yanova, « 118th element will be named in Russian », vesti.ru, (consulté le 18 janvier 2008).
  15. (en) « Discovery and Assignment of Elements with Atomic Numbers 113, 115, 117 and 118 », sur www.iupac.org, IUPAC - International Union of Pure and Applied Chemistry, (consulté le 7 janvier 2016).
  16. « Les nouveaux éléments s'appelleront Nihonium, Moscovium, Tennessine [sic] et Oganesson », sur Libération.fr (consulté le 8 juin 2016).
  17. (en) IUPAC is naming the four new elements nihonium, moscovium, tennessine, and oganesson, sur iupac.org, le 8 juin 2016.
  18. (en) « Elements 113, 115, 117, and 118 are now formally named nihonium (Nh), moscovium (Mc), tennessine (Ts), and oganesson (Og) », .
  19. (en) Lars Öhrström et Jan Reedijk, « Names and symbols of the elements with atomic numbers 113, 115, 117 and 118 (IUPAC Recommendations 2016) », Pure and Applied Chemistry, vol. 88, no 12,‎ (ISSN 1365-3075, DOI 10.1515/pac-2016-0501, lire en ligne).
  20. (en) Robert Smolanczuk, « Production mechanism of superheavy nuclei in cold fusion reactions », Physical Review C, vol. 59, no 5,‎ , p. 2634–2639 (DOI 10.1103/PhysRevC.59.2634) .
  21. (en) Viktor Ninov, « Observation of Superheavy Nuclei Produced in the Reaction of 86Kr with 208Pb », Physical Review Letters, vol. 83, no 6–9,‎ , p. 1104–1107 (DOI 10.1103/PhysRevLett.83.1104).
  22. (en) Robert F. Service, « Berkeley Crew Bags Element 118 », Science, vol. 284, no 5421,‎ , p. 1751 (DOI 10.1126/science.284.5421.1751) .
  23. (en) Public Affairs Department, « Results of element 118 experiment retracted », Research news, Berkeley Lab,‎ (lire en ligne).
  24. (en) Rex Dalton, « Misconduct: The stars who fell to Earth », Nature, vol. 420,‎ , p. 728–729 (DOI 10.1038/420728a) .
  25. (en) « Livermore scientists team with Russia to discover element 118 », Public Affairs, Livermore press release,‎ (lire en ligne).
  26. (en) Yuri Ts. Oganessian, « Synthesis and decay properties of superheavy elements », Pure Appl. Chem., vol. 78,‎ , p. 889–904 (DOI 10.1351/pac200678050889) .
  27. (en) « Heaviest element made - again », Nature News, Nature (journal),‎ (lire en ligne) .
  28. (en) Phil Schewe, Ben Stein, « Elements 116 and 118 Are Discovered », Physics News Update, American Institute of Physics, (consulté le 18 janvier 2008).
  29. (en) Rick Weiss, « Scientists Announce Creation of Atomic Element, the Heaviest Yet », Washington Post, (consulté le 18 janvier 2008) .
  30. « http://159.93.28.88/linkc/118/anno.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 26 mars 2013) .
  31. a et b (en) Yuri Ts. Oganessian, « Synthesis of the isotopes of elements 118 and 116 in the 249Cf and 245Cu + 48Ca fusion reactions », Physical Review C, vol. 74, no 4,‎ , p. 044602 (DOI 10.1103/PhysRevC.74.044602) .
  32. (en) « Element 118 Detected, With Confidence », Chemical and Engineering news, (consulté le 18 janvier 2008) : « "I would say we're very confident." » .
  33. (en) « A New Block on the Periodic Table », S&TR, Lawrence Livermore National Laboratory,‎ (lire en ligne [PDF]) .
  34. (en) Partha Roy Chowdhury, Chhanda Samanta et Devasish Narayan Basu, « Nuclear half-lives for α -radioactivity of elements with 100 ≤ Z ≤ 130 », At. Data & Nucl. Data Tables, vol. 94,‎ , p. 781–806 (DOI 10.1016/j.adt.2008.01.003, lire en ligne) .
  35. Même l'isotope le plus stable du bismuth se désintègre en thallium avec une période radioactive, certes considérable, de 19×1018 ans ; voir (en) Pierre de Marcillac, Noël Coron, Gérard Dambier, Jacques Leblanc et Jean-Pierre Moalic, « Experimental detection of α-particles from the radioactive decay of natural bismuth », Nature, vol. 422,‎ , p. 876–878(3) (DOI 10.1038/nature01541). .
  36. a et b (en) Partha Roy Chowdhury, Chhanda Samanta et Devasish Narayan Basu, « α decay half-lives of new superheavy elements », Phys. Rev. C, vol. 73,‎ , p. 014612 (DOI 10.1103/PhysRevC.73.014612) .
  37. (en) Yuri Ts. Oganessian, « Heaviest nuclei from 48Ca-induced reactions », J. Phys. G: Nucl. Part. Phys., vol. 34,‎ , R165–R242 (DOI 10.1088/0954-3899/34/4/R01) .
  38. « http://www.dailycal.org/printable.php?id=21871 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 26 mars 2013) .
  39. (en) Partha Roy Chowdhury, Chhanda Samanta et Devasish Narayan Basu, « Search for long lived heaviest nuclei beyond the valley of stability », Phys. Rev. C, vol. 77,‎ , p. 044603 (DOI 10.1103/PhysRevC.77.044603) .
  40. (en) Sergio B. Duarte, Odilon Antônio Paula Tavares, Marcello Gomes Gonçalves, Oscar Rodríguez, Fernando Guzmán, Thiago Nascimento Barbosa, Filiberto González García et Alejandro Javier Dimarco, « Half-life predictions for decay modes of superheavy nuclei », J. Phys. G: Nucl. Part. Phys., vol. 30,‎ , p. 1487–1494 (DOI 10.1088/0954-3899/30/10/014, lire en ligne) .
  41. « http://lenntech.com/Periodic-chart-elements/Uuo-en.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 26 mars 2013) .
  42. (en) Igor Goidenko, Leonti Labzowsky, Ephraim Eliav, Uzi Kaldor et Pekka Pyykko, « QED corrections to the binding energy of the eka-radon (Z=118) negative ion », Physical Review A, vol. 67,‎ , p. 020102(R) (DOI 10.1103/PhysRevA.67.020102) .
  43. (en) Ephraim Eliav et Uzi Kaldor, « Element 118: The First Rare Gas with an Electron Affinity », Physical Review Letters, vol. 77, no 27,‎ (lire en ligne) .
  44. (en) Young-Kyu Han, Cheolbeom Bae, Sang-Kil Son et Yoon Sup Lee, « Spin–orbit effects on the transactinide p-block element monohydrides MH (M=element 113–118) », Journal of Chemical Physics, vol. 112, no 6,‎ (lire en ligne [PDF]) .
  45. (en) Clinton S. Nash, « Spin-Orbit Effects, VSEPR Theory, and the Electronic Structures of Heavy and Superheavy Group IVA Hydrides and Group VIIIA Tetrafluorides. A Partial Role Reversal for Elements 114 and 118 », J. Phys. Chem. A, vol. 1999, no 3,‎ , p. 402–410 (DOI 10.1021/jp982735k) .
  46. (en) Glenn Theodore Seaborg, Modern Alchemy, World Scientific, (ISBN 9810214405, lire en ligne), p. 172.
  47. (en) N. Takahashi, « Boiling points of the superheavy elements 117 and 118 », Journal of Radioanalytical and Nuclear Chemistry, vol. 251, no 2,‎ , p. 299–301 (DOI 10.1023/A:1014880730282, lire en ligne) .
  48. Sous réserve, bien entendu, que les propriétés des gaz rares puissent être extrapolées à cet élément qui ne semble pas en être un.
  49. (en) « Ununoctium: Binary Compounds », WebElements Periodic Table (consulté le 18 janvier 2008) .
  50. a et b (en) Uzi Kaldor et Stephen Wilson, Theoretical Chemistry and Physics of Heavy and Superheavy Elements, Dordrecht, Springer, (ISBN 978-1-4020-1371-3, LCCN 2003058219), p. 105 .
  51. (en) Kenneth S. Pitzer, « Fluorides of radon and element 118 », J. Chem. Soc., Chem. Commun.,‎ , p. 760b–761 (DOI 10.1039/C3975000760b) .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


  1 2   3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
1  H     He
2  Li Be   B C N O F Ne
3  Na Mg   Al Si P S Cl Ar
4  K Ca   Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5  Rb Sr   Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6  Cs Ba   La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7  Fr Ra   Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Nh Fl Mc Lv Ts Og
8  119 120 *    
  * 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142  


Métaux
  Alcalins  
  Alcalino-  
terreux
  Lanthanides     Métaux de  
transition
Métaux
  pauvres  
  Métal-  
loïdes
Non-
  métaux  
Halo-
  gènes  
Gaz
  nobles  
Éléments
  non classés  
Actinides
    Superactinides    
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 25 janvier 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.