Nihonium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Nipponium.
Nihonium
CoperniciumNihoniumFlérovium
Tl
   
 
113
Nh
 
               
               
                                   
                                   
                                                               
                                                               
   
                                           
Nh
Tableau completTableau étendu
Informations générales
Nom, symbole, numéro Nihonium, Nh, 113
Série chimique Indéterminée
Groupe, période, bloc 13, 7, p
Masse volumique 16 g·cm-3[1]
No CAS 54084-70-7[2]
Propriétés atomiques
Masse atomique [286]
Configuration électronique [Rn] 7s2 5f14 6d10 7p1 (simulation[1])
Électrons par niveau d’énergie Peut-être 2, 8, 18, 32, 32, 18, 3
Propriétés physiques
État ordinaire Présumé solide[1],[3]
Point de fusion 430 °C[1]
Point d’ébullition 1 130 °C[1],[4]
Énergies d’ionisation
1re : 704,9 kJ·mol-1 3e : 3 203,3 kJ·mol-1
2e : 1 420 kJ·mol-1
Isotopes les plus stables
Iso AN Période MD Ed PD
MeV
278Nh {syn.} 0,24 ms α 11,68 274Rg
282Nh {syn.} 70 ms α 10,63 278Rg
283Nh {syn.} 0,10 s α 10,12 279Rg
284Nh {syn.} 0,48 s α
ε
10,00
280Rg
284Cn
285Nh {syn.} 5,5 s α 9,74 9,48 281Rg
286Nh {syn.} 20 s α 9,63 282Rg
Précautions
Élément radioactif
Élément radioactif
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le nihonium (symbole Nh) est l'élément chimique de numéro atomique 113. Il correspond à l'ununtrium (Uut) de la dénomination systématique de l'IUPAC, et est encore appelé élément 113 dans la littérature. Il a été synthétisé pour la première fois en juillet 2004 par une réaction 209Bi(70Zn,n)278Nh au RIKEN, près de Tokyo, mais avait également fait l'objet d'une publication conjointe du JINR russe et du LLNL américain en août 2003 comme produit de désintégration du moscovium. L'IUPAC a validé son identification au RIKEN en décembre 2015, et lui a donné son nom définitif en novembre 2016 en référence au Japon, pays où il a été identifié pour la première fois avec certitude. C'est l'un des éléments prédits par Mendeleïev, sous le nom d’éka-thallium[5].

Il s'agit d'un transactinide très radioactif, dont l'isotope connu le plus stable, le 286Nh, a une période radioactive de 20 s. Situé sous le thallium dans le tableau périodique des éléments, il est possible que ses propriétés chimiques, si elles pouvaient être étudiées, l'apparentent à un métal pauvre.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ancien nom ununtrium relève de la dénomination systématique attribuée par l'Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA) aux éléments chimiques inobservés ou dont la caractérisation expérimentale n'est pas formellement validée. Il est composé de racines gréco-latines signifiant « un-un-trois » et du suffixe -ium générique pour les noms d'éléments chimiques.

Le 1er février 2004, le nihonium et le moscovium ont été obtenus par une équipe de scientifiques russes (de l'Institut unifié de recherches nucléaires, JINR) et américains (du Laboratoire national de Lawrence Livermore, LLNL). Cette découverte a été confirmée par l'UICPA le 30 décembre 2015[6].

Ils ont d'abord produit du moscovium avec de l'américium et du calcium, puis, après environ 90 millisecondes, le moscovium s'est désintégré en nihonium. Les noyaux de nihonium se sont alors eux-mêmes transmutés, après environ 1,2 seconde, en noyaux plus légers.

Le , une équipe de scientifiques japonais a déclaré avoir réussi la synthèse de l'élément[7],[8],[9],[10].

En septembre 2012, une équipe japonaise du RIKEN (Wakō, préfecture de Saitama, près de Tokyo) annonce la création de trois atomes de l’élément 113 (278Nh), dont le noyau contient 113 protons et 165 neutrons, obtenus après 553 jours de bombardement d'atomes de zinc sur une cible de bismuth[11].

Sa découverte par l'équipe du RIKEN est confirmée par l'UICPA le 30 décembre 2015[12]. Les noms de baptême suivants ont été suggérés par l'équipe japonaise, avec une préférence, semble-t-il[réf. nécessaire], pour la dénomination japonium (Jp) :

Groupe Noms proposés Derivation
RIKEN Japonium[13] Japon : pays de l'équipe à l'origine de la découverte
Rikenium[13] RIKEN : du nom de l'institut où a eu lieu la découverte
Nishinanium[14] Yoshio Nishina, physicien japonais

Le 8 juin 2016, la division de chimie inorganique de l'Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA) annonce sa décision de retenir comme nom finaliste « nihonium » de symbole Nh, d'après Nihon, l'un des deux noms du Japon en japonais. Une consultation publique est ouverte jusqu'au 8 novembre[15],[16] avant que l'UICPA ne l'adopte définitivement, chose faite le 28 novembre[17].

Isotopes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Isotopes du nihonium.

Six radioisotopes du nihonium sont connus, compris entre 278Nh et 286Nh. L'isotope à la plus grande durée de vie connue est 286Nh avec une demi-vie de 19,6 secondes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Darleane C. Hoffman, Diana M. Lee et Valeria Pershina, « Transactinide Elements and Future Elements », The Chemistry of the Actinide and Transactinide Elements,‎ , p. 1652-1752 (ISBN 978-94-007-0210-3, DOI 10.1007/978-94-007-0211-0_14, Bibcode 2011tcot.book.1652H, lire en ligne)
  2. Mark Winter, « WebElements – Element 113 », The University of Sheffield & WebElements Ltd, UK,‎ (consulté le 14 décembre 2009)
  3. (en) D. Bonchev et Verginia Kamenska, « Predicting the properties of the 113-120 transactinide elements », Journal of Physical Chemistry, vol. 85, no 9,‎ , p. 1177-1186 (DOI 10.1021/j150609a021, lire en ligne)
  4. (en) Burkhard Fricke, « Superheavy elements a prediction of their chemical and physical properties », Structure and Bonding, vol. 21,‎ , p. 89-144 (DOI 10.1007/BFb0116498, lire en ligne)
  5. societechimiquedefrance.fr.
  6. (en) « IUPAC - International Union of Pure and Applied Chemistry: Discovery and Assignment of Elements with Atomic Numbers 113, 115, 117 and 118 », sur www.iupac.org (consulté le 3 janvier 2016).
  7. (en)http://news.xinhuanet.com/english/2004-09/28/content_2034889.htm.
  8. (en) Expérience de la synthèse de l'élément 113 dans la réaction 209Bi(70Zn, n)278113.
  9. (en)http://www.ipap.jp/jpsj/index.htm J. Phys. Soc. Jpn., Vol. 73, No.10.
  10. (ja) Article de presse en japonais.
  11. Cécile Michaut, Sciences et Avenir, le 28 septembre 2012..
  12. (en) « Discovery and Assignment of Elements with Atomic Numbers 113, 115, 117 and 118 », sur www.iupac.org, IUPAC - International Union of Pure and Applied Chemistry,‎
  13. a et b (en) <Please add first missing authors to populate metadata.>, « Discovering element 113 », Riken News, vol. 11, no 281,‎ (lire en ligne)
  14. (ja) « 新元素113番、日本の発見確実に 合成に3回成功 », Nihon Keizai Shimbun,‎ (lire en ligne)
  15. « Les nouveaux éléments s'appelleront Nihonium, Moscovium, Tennessine et Oganesson », sur Libération.fr (consulté le 8 juin 2016)
  16. (en) IUPAC is naming the four new elements nihonium, moscovium, tennessine, and oganesson, sur iupac.org, le 8 juin 2016.
  17. (en) « Elements 113, 115, 117, and 118 are now formally named nihonium (Nh), moscovium (Mc), tennessine (Ts), and oganesson (Og) »,‎ .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


1  H     He
2  Li Be   B C N O F Ne
3  Na Mg   Al Si P S Cl Ar
4  K Ca   Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5  Rb Sr   Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6  Cs Ba   La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7  Fr Ra   Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Nh Fl Mc Lv Ts Og
8  119 120 *    
  * 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142  


Métaux
  Alcalins  
  Alcalino-  
terreux
  Lanthanides     Métaux de  
transition
Métaux
  pauvres  
  Métal-  
loïdes
Non-
  métaux  
Halo-
  gènes  
Gaz
  nobles  
Éléments
  non classés  
Actinides
    Superactinides