Rutherfordium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rutherfordium
LawrenciumRutherfordiumDubnium
Hf
  Structure cristalline hexagonale compacte
 
104
Rf
 
               
               
                                   
                                   
                                                               
                                                               
   
                                           
Rf
Tableau completTableau étendu
Position dans le tableau périodique
Symbole Rf
Nom Rutherfordium
Numéro atomique 104
Groupe 4
Période 7e période
Bloc Bloc d
Famille d'éléments Métal de transition
Configuration électronique [Rn] 7s2 5f14 6d2
Électrons par niveau d’énergie 2, 8, 18, 32, 32, 10, 2
Propriétés atomiques de l'élément
Masse atomique 267 u
Énergies d’ionisation[1]
1re : 6,0 eV
Isotopes les plus stables
Iso AN Période MD Ed PD
MeV
261Rf{syn.}70 s> 80 % α
< 15 % ε
< 10 % FS
8,28

257No
261Lr
263Rf{syn.}15 minFS
α
 
259No
265Rf{syn.}~1+1,2−0,3 minFS
266Rf{syn.}23 s ?FS  
267Rf{syn.}1,3 hFS  
Propriétés physiques du corps simple
État ordinaire Présumé solide
Masse volumique 23 g·cm-3 (prédiction)[2]
Système cristallin Hexagonal compact[3]
Couleur Peut-être argenté ou gris métal
Point de fusion 2 400 kelvins (2 100 °C) (prédiction)[2]
Point d’ébullition 5 800 kelvins (5 500 °C) (prédiction)[2]
Divers
No CAS 53850-36-5[4]
Précautions
Élément radioactif
Radioélément à activité notable

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le rutherfordium est l'élément chimique de numéro atomique 104, de symbole Rf.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1964 une équipe de l'Institut unifié de recherches nucléaires (JINR) de Doubna indiqua avoir réalisé pour la première fois la synthèse de l'élément 104. Les chercheurs soviétiques avaient utilisé pour la synthèse une cible de plutonium bombardée par un faisceau d'ions de néon d'une énergie de 113-115 MeV. Ils annoncèrent qu'ils avaient détecté une fission nucléaire en observant au microscope un verre spécial, ce qui indiquait pour eux la présence d'un nouvel élément.

En 1969 des chercheurs de l'université de Californie à Berkeley, synthétisèrent cet élément en soumettant du californium-249 et du carbone-12 à d'intenses collisions. Le groupe de l'Université de Californie annonça aussi qu'il ne pouvait reproduire les résultats des scientifiques soviétiques.

Il résulta de ces expériences une controverse sur le nom à donner à cet élément. Les Soviétiques clamèrent qu'ils l'avaient détecté en premier à Doubna et demandèrent à ce qu'il soit nommé dubnium (Db) ou kurchatovium (francisé en kourchatovium[5] ou plus correctement kourtchatovium, Ku) en l'honneur de Igor Vassilievitch Kourtchatov, ancien directeur de la recherche nucléaire soviétique. Les Américains de leur côté proposaient pour le nouvel élément le nom de rutherfordium (Rf), en l'honneur d'Ernest Rutherford.

L'UICPA adopta provisoirement le nom d'unnilquadium (symbole Unq), et ce n'est qu'en 1997 qu'un compromis fut enfin réalisé : le nom rutherfordium fut adopté et c'est l'élément 105 qui fut nommé dubnium.

Isotopes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Isotopes du rutherfordium.

15 radioisotopes sont connus, de 253Rf à 268Rf (dont 2 non confirmés, 266Rf et 268Rf) ainsi que quatre isomères.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David R. Lide, CRC Handbook of Chemistry and Physics, CRC, , 89e éd., p. 10-203
  2. a, b et c (en) Darleane C. Hoffman, Diana M. Lee et Valeria Pershina, The Chemistry of the Actinide and Transactinide Elements, Dordrecht, The Netherlands, Springer Science+Business Media, [détail de l’édition] (ISBN 1-4020-3555-1), « Transactinides and the future elements ».
  3. (prédiction) (en) Andreas Östlin et Levente Vitos, « First-principles calculation of the structural stability of 6d transition metals », Physical Review B, vol. 84, no 11,‎ , article no 113104 (DOI 10.1103/PhysRevB.84.113104, Bibcode 2011PhRvB..84k3104O, lire en ligne)
  4. Base de données Chemical Abstracts interrogée via SciFinder Web le 15 décembre 2009 (résultats de la recherche)
  5. Tables numériques et formulaires, A. Olza, F. Taillard, E. Vautravers et J.-C. Diethelm, éditions SPES, 1974.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


  1 2                               3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
1  H     He
2  Li Be   B C N O F Ne
3  Na Mg   Al Si P S Cl Ar
4  K Ca   Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5  Rb Sr   Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6  Cs Ba   La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7  Fr Ra   Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Nh Fl Mc Lv Ts Og
8  119 120 *    
  * 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142  


Métaux
  Alcalins  
  Alcalino-  
terreux
  Lanthanides     Métaux de  
transition
Métaux
  pauvres  
  Métal-  
loïdes
Non-
  métaux  
Halo-
  gènes  
Gaz
  nobles  
Éléments
  non classés  
Actinides
    Superactinides