Unbinilium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Unbinilium
UnunenniumUnbiniliumUnbiunium
Ra
   
 
120
Ubn
 
               
               
                                   
                                   
                                                               
                                                               
                                                               
                                   
Ubn
Usn
Tableau completTableau étendu
Informations générales
Nom, symbole, numéro Unbinilium, Ubn, 120
Série chimique Non définie
Groupe, période, bloc 2, 8, s
No CAS 54143-58-7 [1]
Propriétés atomiques
Configuration électronique Théoriquement [Uuo] 8s2 ;
 
sans doute altérée (effets relativistes)
Électrons par niveau d’énergie Peut-être 2, 8, 18, 32, 32, 18, 8, 2
Isotopes les plus stables
Iso AN Période MD Ed PD
MeV
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L'unbinilium est le nom provisoire donné par l'UICPA à l'élément chimique de numéro atomique 120 (symbole provisoire Ubn), parfois encore appelé eka-radium («  en dessous du radium  » dans le tableau périodique des éléments) en référence à la désignation provisoire des éléments par Dmitri Mendeleïev avant qu'ils ne soient isolés et nommés, et généralement appelé élément 120 dans la littérature scientifique. Cet élément superlourd est intéressant dans la mesure où il pourrait faire partie de l'hypothétique îlot de stabilité[2].

Tentatives de synthèse[modifier | modifier le code]

La synthèse de l'unbinilium a été tentée au printemps 2007 au Flerov Laboratory of Nuclear Reactions (FLNR) de l'Institut unifié de recherches nucléaires (JINR) de Doubna, en Russie, et au GSI (Centre de recherche sur les ions lourds) de Darmstadt, en Allemagne.

La méthode employée au JINR reposait sur le bombardement d'une cible de plutonium 244 avec des ions fer 58[3]:

 {}^{58}_{26}\mathrm{Fe}+{}^{2}{}^{44}_{94} \mathrm{Pu} \to {}^{302}_{120} \mathrm{Ubn}^{*}

Les résultats préliminaires ont montré qu'aucun atome n'avait pu être produit avec une limite de section efficace à 0,7 picobarn aux énergies étudiées[4]. Le JINR doit reproduire l'expérience après renforcement de ses équipements pour accéder à des énergies supérieures.

Au GSI, les recherches ont porté sur le bombardement de cibles d'uranium 238 par des ions nickel 64 :

{}^{64}_{28}\mathrm{Ni}+{}^{2}{}^{38}_{92}\mathrm{U} \to {}^{302}_{120}\mathrm{Ubn}^{*}

Aucun atome n'a pu être détecté pour une section efficace de 0,4 pb aux énergies étudiées[5]; le GSI a reproduit l'expérience en hiver et en automne 2008 avec une résolution accrue mais les résultats n'ont pas encore été publiés[6].

Une communication du CNRS avait fait état en 2008 de l'observation de noyaux d'unbinilium au GANIL de Caen, dans le Calvados[7],[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Base de données Chemical Abstracts interrogée via SciFinder Web le 15 décembre 2009 (résultats de la recherche)
  2. Certaines versions de la théorie de champ moyen relativiste prévoient en effet que l'unbinilium 304 puisse être « doublement magique » avec 120 protons et 184 neutrons.
  3. Synthesis of New Nuclei and Study of Nuclear Properties and Heavy-Ion Reaction Mechanisms
  4. Yuri Oganessian, TAN07, 23-28 September 2007, Davos, Suisse
  5. Sigurd Hofmann, TAN07, 23-28 September 2007, Davos, Suisse
  6. La tendance serait a priori également négative dans une limite cette fois de 97 fb (femtobarn)
  7. Communiqué de presse du CNRS : « De nouveaux noyaux d'atomes super-lourds au Ganil ».
  8. (en) M. Morjean, D. Jacquet, J. L. Charvet, A. L'Hoir, M. Laget, M. Parlog, A. Chbihi, M. Chevallier, C. Cohen, D. Dauvergne, R. Dayras, A. Drouart, C. Escano-Rodriguez, J. D. Frankland, R. Kirsch, P. Lautesse, L. Nalpas, C. Ray, C. Schmitt, C. Stodel, L. Tassan-Got, E. Testa, C. Volant, « Fission Time Measurements: A New Probe into Superheavy Element Stability », Phys. Rev. Lett., vol. 101, no 7,‎ 2008, p. 072701(4) (DOI 10.1103/PhysRevLett.101.072701, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  s1 s2 g f1 f2 f3 f4 f5 f6 f7 f8 f9 f10 f11 f12 f13 f14 d1 d2 d3 d4 d5 d6 d7 d8 d9 d10 p1 p2 p3 p4 p5 p6
1 H He
2 Li Be B C N O F Ne
3 Na Mg Al Si P S Cl Ar
4 K Ca Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5 Rb Sr Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6 Cs Ba   La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7 Fr Ra   Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Uut Fl Uup Lv Uus Uuo
8 Uue Ubn * Ute Uqn Uqu Uqb Uqt Uqq Uqp Uqh Uqs Uqo Uqe Upn Upu Upb Upt Upq Upp Uph Ups Upo Upe Uhn Uhu Uhb Uht Uhq Uhp Uhh Uhs Uho
   
  g1 g2 g3 g4 g5 g6 g7 g8 g9 g10 g11 g12 g13 g14 g15 g16 g17 g18  
  * Ubu Ubb Ubt Ubq Ubp Ubh Ubs Ubo Ube Utn Utu Utb Utt Utq Utp Uth Uts Uto  


Métalloïdes Non-métaux Halogènes Gaz rares
Métaux alcalins  Métaux alcalino-terreux  Métaux de transition Métaux pauvres
Lanthanides Actinides Superactinides Éléments non classés