Aubert & Duval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aubert et Duval)

AUBERT & DUVAL
logo de Aubert & Duval

Création 1907
Dates clés 1990 - immatriculation société actuelle
Fondateurs Pierre Aubert, Adrien et Henri Duval
Forme juridique SASU
Siège social Avenue du Maine, Paris
Drapeau de la France France
Direction Jerome Fabre (depuis mars 2018)
Actionnaires ErametVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Forge, estampage, matriçage, métallurgie des poudres
Produits Produits et pièces en aciers spéciaux
Société mère Eramet
Effectif 3498 en 2017
SIREN 380342808[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web https://www.aubertduval.com

Fonds propres 295 327 300 € fin 2018[2]
Chiffre d'affaires 751 128 500 € en 2018
Bureaux d'Aubert & Duval à Clermont-Ferrand.

Aubert & Duval (A&D) est une société métallurgique française. A&D fournit des matériaux sous forme de pièces ou de produits longs pour les projets des industries aéronautique, énergie, outillages industriels, compétition automobile, médical, etc. Elle a été filiale du groupe minier et métallurgique français Eramet de 1999 à 2022.

Le métier d’A&D consiste à développer, élaborer et transformer à chaud (forgeage, matriçage et laminage, ou métallurgie des poudres) des aciers spéciaux, superalliages, alliages d’aluminium et alliages de titane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis sa création le 2 décembre 1907, avenue de la République à Paris, par Adrien et Henri Duval et Pierre Aubert, la société Aubert & Duval a été précurseure des solutions métallurgiques innovantes. Tout d’abord spécialisée au début du XXe siècle dans le forgeage et le traitement thermique, l’entreprise intègre à partir de 1926 l’élaboration des aciers spéciaux en reprenant l’usine des Ancizes de la Compagnie d’électrométallurgie d’Auvergne. Avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Aubert & Duval développe le procédé de nitruration utilisé pour le traitement de surface des cylindres des moteurs des avions de chasse de l’Armée de l’Air.

En 1957, avant ses concurrents européens, Aubert & Duval installe le premier four d’élaboration sous vide de superalliages et, en 1961, est mis en service le premier four de refusion sous vide. En janvier 1967 est élaborée la première coulée d’alliage destinée à SNECMA pour le forgeage des premiers disques de turbine du moteur construit pour le Concorde.

1974 voit l’inauguration d’Interforge (presse hydraulique géante de 65 000 tonnes de pression d'origine soviétique qui reste, en 2014, la plus puissante du monde occidental[3]) en compagnie d'une presse de 20 000 t[4], et les années 1980 le développement de la R&D et la mise au point d’aciers pour l’Airbus A320.

En 1999, Aubert & Duval reprend les sociétés de Firminy, Imphy, Issoire et Pamiers. L’ensemble rejoindra le groupe Eramet en 1999. En 2007, Aubert & Duval a inauguré l’usine Airforge à Pamiers, un ensemble entièrement automatisé autour d'une presse à matricer de 40 000 tonnes. En 2009, AD et UKTMP (kk) ont lancé UKAD, une entreprise spécialisée dans la transformation du titane dont la construction sera finalisée en 2011.

Des problèmes de santé des travailleurs ont été détectés à l'usine des Ancizes et ont fait l'objet d'une condamnation par le tribunal de Lyon[5],[6].

En 2019 Aubert & Duval et PyroGenesis, acteur canadien des procédés de fabrication par technologie plasma, ont conclu un accord de partenariat pour la fourniture de poudres titane pour le marché de la fabrication additive en Europe[7].

Début décembre 2020, la direction veut supprimer 462 emplois via un plan de départs volontaires dont 237 dans le Puy-de-Dôme[8]. La maison-mère, Eramet, cherche en parallèle un repreneur pour l'entreprise[9].

Le 10 septembre 2021, le site d'Aubert & Duval Pamiers est victime d'un important incendie initié dans le bâtiment de traitement de surface, qui nécessite le confinement des riverains. Aucun blessé n'est à déplorer mais le site subit d'importants dégâts et la production est fortement pénalisée[10].

En février 2022, Eramet vend sa filiale Aubert & Duval à un consortium mené par Airbus et Safran, pour une valorisation de cette filiale de 95 millions d'euros[11].

Implantation[modifier | modifier le code]

France location map-Regions and departements-2016.svg

Aubière
Les Ancizes-Comps
Issoire
Firminy
Imphy
Pamiers
Heyrieux
Voir l’image vierge
Implantations en France

Aubert et Duval, comptant 3 500 salariés[12], est implanté sur 7 sites en France : Aubière (banlieue de Clermont-Ferrand), Les Ancizes, Heyrieux, Issoire, Firminy, Imphy et Pamiers. A travers ses filiales ou coentreprises la société est également implanté à Laval-de-Cère (Brown Europe), Varilhes (MKAD), Issoire (Interforge), Saint-Georges-de-Mons (UKAD et Ecotitanium), Gennevilliers (Adtaf).

Aubert & Duval est présent, à travers un vaste réseau commercial, dans la plupart des pays européens et des grandes capitales industrielles mondiales, tels que l’Allemagne, la Belgique, le Brésil, la Chine, l’Espagne, les États-Unis, l’Inde, l’Italie, le Japon, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Royaume-Uni, la Russie, la Suède, la Suisse, la Turquie...

Principaux marchés[modifier | modifier le code]

Aéronautique, spatial, énergie, médical, automobile, outillage industriel, mécanique de précision, défense, horlogerie, sports mécaniques, mandrins de laminage, environnement, chimie, marine, poudres pour fabrication additive...

Principaux produits[modifier | modifier le code]

  • Produits longs : produits longs laminés (barres, billettes, méplats…), demi-produits forgés et lingots (blooms…), produits plats (tôles…).
  • Pièces : pièces forgées et matricées.
  • Poudres pour fabrication additive
  • Autres spécialités : traitement thermique à façon.

À Firminy, Aubert & Duval fabrique notamment le canon de 155 mm qui équipe le CAESAR (camion équipé d’un système d’artillerie) : ébauché à partir de lingot d'aciers, le tube est ensuite envoyé à la cannonerie de Nexter à Bourges pour y être intégré au châssis du camion[13].

Principaux clients[modifier | modifier le code]

Airbus, Boeing, Safran, General Electric, Turbomeca, Framatome, Nexter, Naval Group, IHI, Valinox, Eurocopter, MTU, Liebherr, BAE Systems, Goodrich, Siemens, Alstom, Embraer, Dassault, LISI Aerospace, Ferrari, etc.

Classement mondial[modifier | modifier le code]

  • Leader mondial pour les pièces de turbines à gaz et pour les grandes pièces matricées en aluminium.
  • 2e matriceur mondial pour l'aéronautique et pour les pièces en superalliages.
  • 3e matriceur mondial pour les pièces en titane et en acier de l'aéronautique.
  • Parmi les principaux producteurs mondiaux de superalliages, d'alliages au nickel, d'aciers spéciaux à hautes performances.

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2017, Aubert et Duval déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 10 000 euros[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. https://www.societe.com/societe/aubert-duval-380342808.html
  3. Geneviève Colonna d'Istria, « Auvergne : Issoire se sent pousser des ailes », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Mirel Scherer, « Il sort des sentiers battus », Industries & Technologies,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. France Culture, 8 février 2014.
  6. Centre France, « Puy-de-Dôme - Amiante : la société Interforge d'Issoire condamnée pour faute inexcusable », sur www.lamontagne.fr (consulté le )
  7. « Eramet : Aubert & Duval s'associe au canadien PyroGenesis », sur Bourse Direct (consulté le )
  8. « Puy-de-Dôme : débrayage et rassemblement devant l'usine Aubert & Duval à Issoire », sur France Bleu, (consulté le )
  9. « Aubert & Duval veut supprimer 380 postes via des départs volontaires », sur LEFIGARO (consulté le )
  10. « Trois jours après l'incendie de l'usine Aubert & Duval, une reprise "très progressive" de l'activité », sur France Bleu, (consulté le )
  11. (en) Gus Trompiz et Tim Hepher, « Airbus, Safran consortium to buy fighter jet parts maker A&D », sur Reuters,
  12. « Aubert & Duval annonce un investissement de plus de 20 millions d'euros en Ariège » (consulté le )
  13. William Molinié, « Guerre en Ukraine : dans les coulisses de la fabrication des tubes de canons Caesar », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  14. « Fiche Organisation «  Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]