Aubert & Duval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aubert et Duval)

Aubert & Duval
logo de Aubert & Duval

Création 1907
Dates clés 1990 - immatriculation société actuelle
Fondateurs Pierre Aubert, Adrien Duval et Henri Duval
Forme juridique SASU
Siège social Rue d'Oradour-sur-Glane, 92130 Issy-les-Moulineaux [1]
Drapeau de la France France
Direction Bruno Durand (depuis avril 2023)

Jérôme Fabre (mars 2018 - avril 2023)

Actionnaires Safran
Airbus Group
Tikehau CapitalVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Forge, estampage, matriçage, métallurgie des poudres
Produits Produits et pièces en aciers spéciaux
Société mère Eramet (jusqu'au )Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 3700 en 2023 [2]
SIREN 380342808[3]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web https://www.aubertduval.com

Fonds propres 295 327 300 € fin 2018[4]
Chiffre d'affaires 550 000 000 € en 2023[2]

751 128 500 € en 2018

Bureaux d'Aubert & Duval à Clermont-Ferrand.

Aubert & Duval (A&D) est une société métallurgique française. A&D fournit des matériaux sous forme de pièces ou de produits longs pour des applications dans l'industrie aéronautique, l'industrie de l'armement, l'énergie, l'outillage, la compétition automobile, les équipements médicaux, etc.[5]

Elle a été filiale du groupe minier et métallurgique français Eramet de 1999 à 2022. Aubert & Duval est désormais détenu à parts égales par Airbus, Safran et le fonds Tikehau Capital[6]. L'état français détient également une action spécifique au capital d'Aubert & Duval[7].

Le métier d’A&D consiste à développer, élaborer et transformer (forgeage, matriçage et laminage, ou métallurgie des poudres) des aciers spéciaux, superalliages, alliages d'aluminium et alliages de titane[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de l'entreprise Aubert & Duval est complexe, son périmètre a fortement évolué, et résulte des restructurations successives et de regroupements d'entreprises :

Aubert & Duval est une société créée en 1907 à Paris[9], par Adrien Duval, Henri Duval et Pierre Aubert. Elle s’est spécialisée au début du XXe siècle dans le forgeage et le traitement thermique.

Le premier bâtiment des Ancizes permet de produire de la fonte synthétique dès l'été 1917. En 1926, la société Aubert & Duval s'intéresse à l'usine des Ancizes de la Compagnie d’électrométallurgie d’Auvergne centrée sur l’élaboration des aciers spéciaux qui est alors intégrée à l'entreprise pour la branche Aciérie et Forge[9],[10]. Le site de Pamiers alors issu de Creusot-Loire et le site d’Issoire issu de Forgeal s’associent en 1991 pour créer la société Fortech :

  • La construction de l’usine métallurgique de Sainte-Marie à Pamiers remonte à 1817. La Société se développe et prend le nom de Société Métallurgique de l'Ariège en 1867.

En 1939, Issoire est choisie pour sa position stratégique équidistante de toutes les frontières pour accueillir * La Forgeal, une société spécialisée dans la fabrication d'aluminium et de duralium, indispensables aux besoins du conflit.

Les sites d'Imphy et Firminy sont tous deux issu de Tecphy :

  • Le site d’Imphy est réputé pour être l’une des plus anciennes usines de France toujours en activité. On suppose que sa création remonte à 1587. En 1989, une entreprise nommée Tecphy fut créée à Imphy pour reprendre cette usine métallurgique.
  • En ce qui concerne Firminy, essentiellement au XIXe siècle, ou au début du XXe siècle. En 1829, un maître de forge alsacien, Jacob Holtzer, crée une aciérie à Unieux afin d’approvisionner en métal la manufacture d'armes de Saint-Étienne. En 1854, un autre entrepreneur, François-Félix Verdié crée les Forges de Firminy, s'appuyant notamment sur les besoins du secteur du chemin de fer[11]. Intégrées au début des années 1970 dans un agglomérat de sociétés sidérurgiques appelé Creusot-Loire. Alors que le secteur de la sidérurgie est en crise en France et confronté à une concurrence internationale. Dix ans plus tard, en 1984, cet ensemble Creusot-Loire, qui emploie huit mille salariés, dépose le bilan au tribunal de commerce de Paris et est démantelé, avec la fermeture de plusieurs unités ou réductions d’effectifs[12],[13],[14]. Quelques années plus tard en 1993, l’usine de Firminy rejoint Tecphy[15],[16] Aubert & Duval reprendra alors des activités métallurgiques issues de ce démantèlement, notamment des unités produisant pour l'armée ou pour l'aéronautique.

En 1998 Fortech et Techphy sont regroupés au sein du site tertiaire d’HTM située sur le site de La Pardieu à Clermont-Ferrand.

En 1999 Aubert & Duval incorpore Fortech (qui compte à cette date 1060 personnes (350 à Issoire et 710 à Pamiers) et Tecphy (qui compte à cette date 540 personnes (260 à Firminy et 280 à Imphy) et HTM à Clermont-Ferrand[17].

A cette même date, Aubert & Duval rejoint la division Alliages du groupe minier Eramet.

En 2011, création d’UKAD, une coentreprise entre le Kazakh UKTMP et Aubert & Duval installé près du site des Ancizes[18].

En 2013, une coentreprise, nommée SQuAD, entre Aubert & Duval et l’usineur indien AEQUS Ltd a lieu afin de compléter le portefeuille d’Aubert & Duval[19].


En 2004, le centre de distribution et de service d'Heyrieux est créé[20].

En 2016, Aubert & Duval Engineering India (ADEI) est formé pour soutenir SQuAD et finalement, assister les usines françaises en effectuant des simulations et du support technique[21].

En 2016, l'entreprise a cré EcoTitanium, une unité d’élaboration de titane de qualité aéronautique par voie de recyclage[22] .Cette unité a été créée comme une coentreprise entre UKAD, l’ADEME et le Crédit Agricole Centre France.

En 2017, le site de production d’Irun en Espagne a été intégré chez Aubert & Duval, site spécialisé dans les poudres fines métalliques en superalliages pour fabrication additive[23].

Début décembre 2020, la direction veut supprimer 462 emplois via un plan de départs volontaires dont 237 dans le Puy-de-Dôme[24]. La maison-mère, Eramet, cherche en parallèle un repreneur pour l'entreprise[25].

Le 10 septembre 2021, le site d'Aubert & Duval à Pamiers est victime d'un important incendie initié dans le bâtiment de traitement de surface, qui nécessite le confinement des riverains. Aucun blessé n'est à déplorer mais le site subit d'importants dégâts et la production est fortement pénalisée[26].

En février 2022, Eramet vend sa filiale Aubert & Duval à un consortium mené par Airbus et Safran, pour une valorisation de cette filiale de 95 millions d'euros[27]. Le rachat est autorisé par la Commission européenne le 3 janvier 2023 dans le cadre du contrôle des concentrations[28]. Le magazine L'Usine nouvelle indique que cette opération attend l'aval des autorités chinoises de la concurrence[29].

L'acquisition d'Aubert & Duval par le Consortium est finalisée le 28 avril 2023[6],[30].

Implantation[modifier | modifier le code]

Aubière
Les Ancizes-Comps
Issoire
Firminy
Imphy
Pamiers
Heyrieux
Voir l’image vierge
Implantations en France

Aubert & Duval est implantée sur 14 sites.

11 sites industriels (France et monde)

Sièges et sites tertiaires

  • Issy-les-Moulineaux, le siège d'Aubert & Duval
  • Clermont-Ferrand
  • ADEI (Belgaum, Inde : bureau d'ingénierie & méthodes)

Aubert & Duval est présent, du fait de la mondialisation, dans la plupart des pays européens et des grandes capitales industrielles mondiales, tels que l’Allemagne, la Belgique, le Brésil, la Chine, l’Espagne, les États-Unis, l’Inde, l’Italie, le Japon, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Royaume-Uni, la Russie, la Suède, la Suisse, la Turquie…

Principaux marchés[modifier | modifier le code]

Aéronautique, spatial, énergie, médical, automobile, outillage industriel, mécanique de précision, défense, horlogerie, sports mécaniques, mandrins de laminage, environnement, chimie, marine, poudres pour fabrication additive…

Principaux produits[modifier | modifier le code]

  • Produits longs : produits longs laminés (barres, billettes, méplats…), demi-produits forgés et lingots (blooms…), produits plats (tôles…).
  • Pièces : pièces forgées et matricées.
  • Poudres pour fabrication additive
  • Autres spécialités : traitement thermique à façon.

À Firminy, Aubert & Duval fabrique le canon de 155 mm qui équipe le CAESAR (camion équipé d’un système d’artillerie) : ébauché à partir de lingot d'aciers, le tube est ensuite envoyé à la canonnerie de Nexter à Bourges pour y être intégré au châssis du camion[32],[33].

Principaux clients[modifier | modifier le code]

Airbus, Boeing, Safran, General Electric, Turbomeca, Framatome, Nexter, Naval Group, IHI, Valinox, Eurocopter, MTU, Liebherr, BAE Systems, Goodrich, Siemens, Alstom, Embraer, Dassault, LISI Aerospace, Ferrari, Rolls-Royce.

Classement mondial[modifier | modifier le code]

  • Leader mondial pour les pièces de turbines à gaz et pour les grandes pièces matricées en aluminium.
  • 2e matriceur mondial pour l'aéronautique et pour les pièces en superalliages.
  • 3e matriceur mondial pour les pièces en titane et en acier de l'aéronautique.
  • Parmi les principaux producteurs mondiaux de superalliages, d'alliages au nickel, d'aciers spéciaux à hautes performances.

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2017, Aubert et Duval déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 10 000 euros[34].

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.infogreffe.fr/entreprise/aubert-duval/380342808/da5c24af-5951-4ac6-9159-e54dccf2ca96
  2. a et b Justine Salles, « Airbus, Safran et Tikehau Capital finalisent l'acquisition du fournisseur Aubert & Duval », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  3. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  4. https://www.societe.com/societe/aubert-duval-380342808.html
  5. Jean-Michel Bezat, « Industrie : « Aubert & Duval est un bon exemple de ces ETI qui constituent des maillons essentiels de certaines filières » », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant)
  6. a et b BOILEAU FRANCK, « Airbus, Safran et Tikehau Capital finalisent l’acquisition d'Aubert & Duval » Accès libre, sur lamontagne.fr, (consulté le )
  7. Élisabeth Borne, Bruno Le Maire et Sébastien Lecornu, « Décret n° 2022-1182 du 25 août 2022 », publication officielle,‎ (lire en ligne Accès libre)
  8. « Société AD AUBERT & DUVAL : Chiffre d'affaires, statuts, extrait d'immatriculation » Accès libre,
  9. a et b Office de tourisme des Ancizes-Comps, « Les Aciéries AUBERT&DUVAL » Accès libre
  10. Marcel BONNET-VOISIN, Vous avez dit : St Georges dans les montagnes ? (Bribes du passé de St Georges de Mons et d’alentour), St Georges de Mons, M. Bonnet-Voisin,
  11. Marie-Béatrice Baudet, « L’usine qui fabrique le canon Caesar, un secret militaire jalousement gardé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. Claude Beaud, « Le drame de Creusot-Loire : échec industriel ou fiasco politico-financier ? », Entreprises et histoire,, no 27,‎ , p. 7-22 (DOI 10.3917/eh.027.0007, lire en ligne)
  13. Félix Torres et Didier Pineau-Valencienne, Dans la boucle de l'hirondelle. Mémoires d'entreprise, Paris, Albin Michel, , 392 p. (ISBN 2-226-15133-8)
  14. Edouard de Mareschal, « Dans la Loire, Firminy peine à enrayer la spirale de sa désindustrialisation », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  15. couderette Martial, « anciennes aciéries Verdié puis aciéries Aciéries Aubert et Duval dite tour de trempe de Fiminy-Unieux », (consulté le )
  16. René Commère, "Mémoires d'acier en Ondaine", éditions de l'Université de Saint-Etienne,
  17. Archive d'usine
  18. Geneviève Colonna d'Istria, « Aubert et Duval inaugure Ukad aux Ancizes », L'usine nouvelle,‎ (lire en ligne)
  19. (en) AEQUS, « QuEST Global announces a tripartite Joint Venture with Aubert and Duval to establish forging entity ‘SQuAD’ », (consulté le )
  20. « Etablissement AUBERT & DUVAL à HEYRIEUX (38540) », (consulté le )
  21. (en) « AUBERT& DUVAL ENGINEERING INDIA PRIVATE LIMITED », (consulté le )
  22. Pierre Fortin, « EcoTitanium, première usine de recyclage du titane en Europe », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  23. « Aubert & Duval présente « Stellar® » sa nouvelle marque pour la Fabrication Additive », 3D Adept Media,‎ (lire en ligne)
  24. « Puy-de-Dôme : débrayage et rassemblement devant l'usine Aubert & Duval à Issoire », sur France Bleu, (consulté le )
  25. « Aubert & Duval veut supprimer 380 postes via des départs volontaires », sur LEFIGARO (consulté le )
  26. « Trois jours après l'incendie de l'usine Aubert & Duval, une reprise "très progressive" de l'activité », sur France Bleu, (consulté le )
  27. (en) Gus Trompiz et Tim Hepher, « Airbus, Safran consortium to buy fighter jet parts maker A&D », sur Reuters,
  28. Nicolas Gros-Verheyde, « Aubert & Duval, le fabricant du canon Caesar, va pouvoir être racheté par Airbus, Safran et TAC » Accès limité, sur B2 pro le quotidien en ligne sur l'Europe de la défense, (consulté le )
  29. https://www.usinenouvelle.com/article/le-rachat-d-aubert-duval-par-airbus-et-safran-suspendu-au-feu-vert-de-la-chine.N2087261
  30. « Airbus, Safran et Tikehau Capital finalisent l'acquisition du fournisseur Aubert & Duval », sur France 3 Occitanie, (consulté le )
  31. « Aubert & Duval annonce un investissement de plus de 20 millions d'euros en Ariège » (consulté le )
  32. William Molinié, « Guerre en Ukraine : dans les coulisses de la fabrication des tubes de canons Caesar », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  33. « L’usine qui fabrique le canon Caesar, un secret militaire jalousement gardé », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. « Fiche Organisation «  Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]