Loir (animal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Loir
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
l'appellation « Loir » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après

Taxons concernés

Petits Rongeurs :

Dans la famille des Gliridae (syn. Myoxidae) :

Dans la famille des Platacanthomyidae :

Loir est un nom vernaculaire ambigu désignant en français plusieurs espèces de petits rongeurs, principalement de la famille des Gliridae (syn. Myoxidae). Le plus répandu en Europe est le Loir gris, parfois confondu avec le Loir lérot, aux yeux cernés de noir, qui trouve aussi refuge occasionnellement dans les bâtiments en hiver, pour hiberner. D'autres espèces évitent les habitations, comme le minuscule Loir muscardin des taillis, de couleur rousse, et les Loirs de forêts d'Europe de l'Est. Il existe en outre plusieurs espèces de loirs africains, appelés également graphiures, morphologiquement assez semblables au loir gris, avec une queue touffue. Il en est autrement du loir d'Ognev[1] ou du loir du désert, nommé également Souris de Selevin, qui disposent d'une queue lisse, ce qui les fait davantage ressembler à une souris domestique qu'aux autres loirs. Enfin, quelques espèces sont des loirs asiatiques de la familles des Platacanthomyidae.

Par analogie, on appelle aussi phalangers loirs certains marsupiaux, des opossums pygmées du genre Cercartetus[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme de loir dérive vraisemblablement du latin classique glīs via la langue vulgaire glĭris, bien que la perte du G ne s'explique pas bien[3].

Physiologie, comportement et écologie[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques générales des loirs sont celles des rongeurs de la famille des Gliridae ou des Platacanthomyidae, avec des nuances pour chaque espèce : voir les articles détaillés pour plus d'informations sur leur comportement ou leur physiologie respective.

Caractéristiques communes[modifier | modifier le code]

Les loirs sont nocturnes et ne mesurent que 10 à 30 cm queue comprise. Les loirs gris sont réputés pour leur période de sommeil hivernal, mais toutes les espèces de Gliridae qui vivent dans les climats tempérés partagent en fait ce trait[4].

Noms vernaculaires et noms scientifiques correspondants[modifier | modifier le code]

Liste alphabétique de noms vernaculaires attestés[5] en français.
Note : certaines espèces ont plusieurs noms et, les classifications évoluant encore, certains noms scientifiques ont peut-être un autre synonyme valide. En gras, les espèces les plus connues des francophones.

Sortie nocturne d'un loir lérot (Eliomys quercinus), sur un mur.

Loirs dans la culture[modifier | modifier le code]

Des expressions ont été construites à partir de l'observation du loir gris et font allusion au sommeil hivernal de celui-ci : « paresseux comme un loir » pour désigner un individu inactif et « dormir comme un loir » pour qualifier un sommeil profond[3].

Certaines espèces, et plus particulièrement Graphiurus murinus(ou Graphiure) , sont élevées en tant que NAC (nouveaux animaux de compagnie).

Loirs dans l'art[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Identification », Myomimus roachi, sur Animal Diversity Web
  2. a b c d e f g h i j k l m n et o (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. (ISBN 0444518770), 9780444518774. 857 pages. Rechercher dans le document numérisé
  3. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « loir » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  4. (en) Référence Animal Diversity Web : Gliridae
  5. Attention aux appellations et traductions fantaisistes circulant sur l'Internet
  6. a b c d et e Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  7. a et b Loir sur le site Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN), consulté en mai 2012.