Préfecture de Ngari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
image illustrant le Tibet image illustrant le monde chinois image illustrant la géographie
Cet article est une ébauche concernant le Tibet, le monde chinois et la géographie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ālǐ Dìqū
(zh) 阿里地区
(bo) མངའ་རིས་ས་ཁུལ་
Localisation de la préfecture de Ngari (en jaune)
Localisation de la préfecture de Ngari (en jaune)
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province ou région autonome Tibet
Chef-lieu Xian de Gar
Statut administratif Préfecture
Indicatif 0897[1]
Démographie
Population 80 000 hab. (2004)
Densité 0,23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 30′ 00″ Nord 80° 06′ 05″ Est / 32.5, 80.1013
Superficie 34 500 000 ha = 345 000 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Ālǐ Dìqū

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Ālǐ Dìqū
Liens
Site web www.xzali.gov.cn/

La préfecture de Ngari (chinois simplifié : 阿里地区 ; pinyin : Ālǐ Dìqū ; tibétain : མངའ་རིས་ས་གནས་, Wylie : mnga' ris sa gnas, pinyin tibétain : Ngari Sanai) est une subdivision administrative de la région autonome du Tibet en Chine. Son centre administratif est situé dans le xian de Gar.

On y trouve notamment les sites exceptionnels du lac Manasarovar et du mont Kailash, d'importants lieux de pèlerinage, les ruines imposantes du royaume de Gugé, ainsi que de nombreux sites liés à la culture de Zhangzhung, en voie d'exploration.

Géographie[modifier | modifier le code]

La préfecture de Ngari est située dans l'extrême ouest de la région autonome du Tibet, sur la partie nord-ouest du plateau tibétain, et s'étend jusqu'à l'Himalaya occidental sur ses frontières ouest et sud-ouest avec l'Inde et le Népal. Sa superficie est de 345 000 km2.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire ?

Royaume de Zhang Zhung (-500625), jusqu'à son absorption par l'Empire du Tibet (629 – 877).

Pendant l'Ère de la fragmentation de l'Empire du Tibet (IXe siècleXIe siècle), démarre une guerre fratricide pour la prise du pouvoir entre Yumtän et Ösung (tibétain : འོད་སྲུང་།, Wylie : 'od srung, THL : ösung). Les successeurs d'Ösung contrôlent alors le Ngari, tandis que ceux de Yumtän contrôle l'Ü[2].

Le fils d'Ösung, qui lui succède au pouvoir est Pälkhortsän ( Wylie : Dpal 'khor brtsan) (865–895 ou 893–923).

Royaume de Gugé (Xe siècle – milieu du XVIIe siècle).

Conquête du Tibet par les Mongols (XIIIe siècle.

Ganden Phodrang (1640 — 1959), lutte entre les différentes tribus mongoles oïrats pour le pouvoir, Tibet sous la tutelle des Qing (Mandchous, 1720 — 1911), Expédition militaire britannique au Tibet (1903-1904), Révolution chinoise de 1911 et chute de la Dynastie Qing. Indépendance de fait, par les armées de l'Empire britannique et du Raj britannique (1911 — 1949).

Incorporation du Tibet à la République populaire de Chine : Intervention militaire chinoise au Tibet (1950, 1951), Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet.

Préfecture de Ngari ? à nos jours.

Démographie[modifier | modifier le code]

Tente de nomades tibétains au Ngari

La population de la préfecture était estimée à 80 000 habitants en 2004[3]. C'est la préfecture de Chine dont la densité de population est la plus faible, avec 0,23 habitant au km2.

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Les districts de la préfecture de Ngari

La préfecture de Ngari exerce sa juridiction sur sept xian :

Nom Tibétain Wylie Chinois Pinyin
xian de Gar སྒར་རྫོང་ sgar rdzong 噶尔县 Gá'ěr Xiàn
xian de Burang སྤུ་ཧྲེང་རྫོང་ spu hreng rdzong 普兰县 Pǔlán Xiàn
xian de Zanda རྩ་མདའ་རྫོང་ rtsa mda' rdzong 札达县 Zhádá Xiàn
xian de Rutog རུ་ཐོག་རྫོང་ ru thog rdzong 日土县 Rìtǔ Xiàn
xian de Gê'gyai དགེ་རྒྱས་རྫོང་ dge rgyas rdzong 革吉县 Géjí Xiàn
xian de Gêrzê སྒེར་རྩེ་རྫོང་ sger rtse rdzong 改则县 Gǎizé Xiàn
xian de Coqên མཚོ་ཆེན་རྫོང་ mtsho chen rdzong 措勤县 Cuòqín Xiàn

Monuments[modifier | modifier le code]

Sur une falaise au-dessus de la ville de Purang (appelée aussi Taklakot) se trouvaient l'ancienne forteresse (dzong) de Tegla Kar (le fort du tigre couché) et le monastère de Simbiling (tous deux totalement détruits en 1967 par l'artillerie chinoise pendant la révolution culturelle, le monastère a été partiellement restauré depuis). En dessous se trouve le Tsegu Gompa ou « monastère à neuf étages » qui était probablement un établissement Bön à l'origine[4]. Tsegu couvre de nombreuses terrasses, on peut y accéder par des échelles, et il contient de nombreuses fresques uniques et anciennes, assombries par des siècles de fumée[5].

Il semble que le Tegla Kar ait été construit à l'époque de la dynastie Zhang Zhung qui a été conquise par le roi tibétain Songsten Gampo au cours du début du VIIe siècle. Il est devenu le fort principal du royaume de Purang au Xe siècle sous le règne du roi Kori, un des deux fils de Tashi Gon, le roi du royaume de Gugé. Le royaume de Purang aurait disparu au XVe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Codes postaux et téléphoniques de la région autonome du Tibet, (en) China Zip Code/ Telephone Code, ChinaTravel
  2. Shakabpa 2010, p. 177.
  3. (en) Tibet AR population - Source: China Admin Divisions, 2004
  4. (en) Charles Allen, The Search for Shangri-La: A Journey into Tibetan History, Little, Brown and Company, 1999, réimpression 2000 Abacus Books, Londres, (ISBN 0-349-11142-1), p. 55.
  5. (en) Tibet Handbook, Edited by Sarah Thorowgood, Passport Books, Chicago, 1999, (ISBN 0-8442-2190-2), p. 351.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) W.D. Shakabpa, One Hundred Thousand Moons: An Advanced Political History of Tibet, vol. 1, Brill Publishers, (ISBN 9789004177888, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]