Mont Kailash

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kailash)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la maison d'éditions, voir Kailash Éditions.
Mont Kailash
Vue de la face nord du mont Kailash.
Vue de la face nord du mont Kailash.
Géographie
Altitude 6 638 m
Massif Transhimalaya (plateau tibétain)
Coordonnées 31° 03′ 46″ nord, 81° 19′ 57″ est
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Région autonome Tibet
Préfecture Ngari
Ascension
Première Aucune (interdiction)
Voie la plus facile Aucune

Géolocalisation sur la carte : Région autonome du Tibet

(Voir situation sur carte : Région autonome du Tibet)
Mont Kailash

Géolocalisation sur la carte : Chine

(Voir situation sur carte : Chine)
Mont Kailash

Le mont Kailash, également appelé Gang Rinpoché (གངས་རིན་པོ་ཆེ) en tibétain et Kailâsa (कैलास) en sanskrit[1], est une montagne culminant à 6 638 mètres d'altitude[2] faisant partie de la chaîne de Gangdise ou Transhimalaya. Elle est située dans la préfecture de Ngari, dans la région autonome du Tibet, à proximité du lac Manasarovar et du lac Rakshastal. Quatre des plus grands fleuves d'Asie, l'Indus, le Sutlej, le Brahmapoutre et la Karnali prennent leur source à proximité du mont Kailash.

Cette montagne est tenue pour sacrée par les pratiquants de quatre des grandes religions asiatiques : les hindous, les jaïns, les bouddhistes ainsi que les bönpos[3]. Elle correspondrait peut-être au mythique mont Meru considéré comme l'axe du monde dans les mythologies persane, bouddhique, jaïne[4] et surtout hindoue[5]. La circumambulation autour du mont Kailash (kora) est l’un des pèlerinages les plus importants d'Asie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le mot Kailâsa signifie « cristal »[1] en sanskrit. Les Tibétains le nomment Gang Rimpoche ou Kang Ripoche, ce qui signifie le « précieux joyau des neiges » et les jaïns, Ashtapada[6]. Il est aussi appelé Tise.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le mont Kailash se situe à l'ouest de la région autonome du Tibet dans la préfecture de Ngari en Chine. Il fait partie de la chaîne du Transhimalaya. Son altitude est souvent donnée comme 6 714 mètres, mais des études récentes ont montré qu'il culmine à 6 638 mètres[2]. Non loin se trouvent un sommet himalayen, le Gurla Mandhata qui culmine à 7 694 mètres d’altitude, et les lacs Manasarovar et Rakshastal, tous deux situés au-dessus de 4 500 mètres. Il y a environ 1 400 kilomètres par la route entre Lhassa, la capitale du Tibet, et le mont Kailash.

Géologie[modifier | modifier le code]

La région du mont Kailash se caractérise par des roches métamorphiques datant de la fin du Crétacé au milieu du Cénozoïque et parcourues de nombreuses failles, auxquelles sont venues s'ajouter des intrusions de roches granitiques du Cénozoïque. Le mont Kailash lui-même est fait de roches métamorphiques soutenues par une base massive en granite. Les roches du Cénozoïque sont issues de calcaires marins déposés avant la subduction de la croûte océanique de Téthys. Ces sédiments ont été déposés sur la frange sud du bloc asiatique lors de la subduction de la croûte océanique de Téthys avant la collision entre les continents indien et asiatique[7].

Religion[modifier | modifier le code]

Symbolisme religieux[modifier | modifier le code]

Pour l'hindouisme[modifier | modifier le code]

Shiva, Pârvatî et Ganesh recevant l'hommage des devas et des rishis sur les pentes du mont Kailash. Miniature indienne du XVIIIe siècle.

Le sommet du Kailâsa est considéré comme la demeure de Shiva et de sa shakti Pârvatî – littéralement « fille de la montagne » –, ce qui explique son caractère sacré pour les hindous qui le voient aussi comme un lingam accompagné de la yoni symbolisée par le lac Manasarovar.

Pour le bouddhisme tibétain[modifier | modifier le code]

Les bouddhistes tibétains considèrent cette montagne comme la demeure de Demchog et de sa parèdre Dorje Phangmo, symbolisant l'union des forces mâles et femelles[6].

Selon une légende, au cours d'une altercation avec un moine bön, le maître Milarépa, pour montrer sa supériorité, se serait transporté au sommet de la montagne sur un rayon de soleil[8].

Pour le jaïnisme[modifier | modifier le code]

Dans la tradition jaïn, c'est sur le mont Kailash que Rishabhanatha, le premier maître du jaïnisme, le premier des 24 Tirthankara, a atteint moksha, l'illumination[6].

Pour le bön[modifier | modifier le code]

Dans la religion bön le mont Kailash est assimilé au mont Yungdrung Gutseg, la « pyramide de 9 svastikas », au sud duquel naquit le maître Tonpa Shenrab[9].

Pélerinage[modifier | modifier le code]

Le mont Kailash est un sanctuaire religieux depuis des temps immémoraux et un lieu de pèlerinage parmi les plus importants pour les bouddhistes, bönpos, hindous, et jaïns. Le but des pèlerins est de réaliser le tour (circumambulation, kora, parikrama) de la montagne sacrée. Les bouddhistes et les hindous font le tour de la montagne (52 kilomètres) dans le sens des aiguilles d’une montre, les bönpos et les jaïns dans le sens inverse. Ce pèlerinage s’effectue d’ordinaire en trois jours à pied, cependant certains bouddhistes tibétains le réalise en une seule journée. Les pèlerins les plus pieux, qui se prosternent de tout leur corps tous les trois pas, prennent environ un mois pour le compléter. Certains, notamment les indiens, effectuent le pèlerinage à cheval. Pour les bouddhistes, un tour complet permet d'effacer tous les péchés d'une vie, 108 permettent d'atteindre le nirvana dans cette vie[10].

Le point de départ de la kora se situe à l’ouest de Darchen, petite bourgade située juste devant le mont Kailash à 4 575 mètres d’altitude. Le chemin se poursuit jusqu’à atteindre le mât de Tarboche (4 750 mètres) couvert de milliers de drapeaux de prières. C’est là qu’est célébrée annuellement la fête de Saga Dawa à l'occasion de l’anniversaire de Bouddha. Un nouveau mât est mis en place tous les ans à cette occasion.

Après avoir passé le chörten Kangnyi, le chemin s’engage à l'ouest du Kailash dans un canyon de roches rouges, la vallée d'Amitābha. Perché à 4 860 mètres sur le flanc ouest de la vallée, Chukku Gompa est un petit monastère de l’ordre Kagyu qui fut fondé au XIIIe siècle et qui fait face au mont Kailash[11].

Le chemin se poursuit en direction de Dirapuk Gompa en longeant la face ouest du mont Kailash. Il est parsemé de nombreuses formations associées à la mythologie tibétaine, comme des empreintes de pas de Bouddha sur certains rochers et des grottes où de grands yogis du passé auraient vécu et médité. Les pèlerins passent aussi à côté de divers sites de prosternation et de « murs manis » où ils peuvent déposer leur propre pierre sur laquelle ils ont pu faire graver le mantra d’Avalokiteśvara, Om mani padme hum[10].

La plupart des pèlerins s’arrêtent aux alentours de Dirapuk Gompa (5 080 mètres) pour passer la première nuit de la kora. Ce petit monastère est bâti sur une caverne dans laquelle médita Götsangpa l’un des premiers maîtres de l'école Drukpa, qui fut le premier maître à accomplir la kora[12]. Face au monastère apparaît la face nord du mont Kailash entre les collines de Chana Dorje (Vajrapani) à l'ouest et de Jampeleyang (Manjushri) à l'est. À côté de la colline de Jampeleyang se trouve celle de Chenrezig (Avalokiteśvara)[13].

Puis vient la longue montée vers le col de Drolma La (5 636 mètres), point culminant de la kora, lors de laquelle les pèlerins passent par le lieu-dit Shiva-tsal (5 608 mètres) où ils sont censés subir une mort symbolique avant d’atteindre le col où ils passent le seuil d’une nouvelle vie. Peu après, apparaît le petit lac de Gauri Kund, dans les eaux vertes et glacées duquel les pèlerins hindous sont supposés s’immerger. Après une descente très raide et rocailleuse, c'est le retour vers Darchen sur un chemin facile passant par Zutulpuk Gompa (4 820 mètres) construite devant une grotte où Milarepa, qui y chantait et méditait, a laissé des empreintes de pied et de main dans la roche[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le missionnaire jésuite Ippolito Desideri, lors de son voyage du Ladakh à Lhassa passe en novembre 1715 au pied du mont Kailash. Il est le premier européen à en faire la description et en donner le sens religieux. Il écrit le 9 novembre : « [Le mont Kailash] est tenu en haute vénération en raison d’un certain Urghien, fondateur de la religion tibétaine. À une distance de la piste s’élève une énorme et haute montagne, très large de circonférence ayant son sommet caché dans les nuages et couvert de glace et neiges éternelles. C’est horrible, désert et extrêmement froid. Dans une grotte de cette montagne, dit-on, vivait Urghien, dans une retraite absolue et en méditation permanente. En son honneur la grotte a été transformée en temple. Non seulement les tibétains visitent cette grotte, y laissant des offrandes mais ils font également, dans des conditions très dures, le tour pédestre de la montagne, ce qui leur prend plusieurs jours. Durant ce pèlerinage ils gagnent ce que j’appellerais des "indulgences" »[14].

En juillet 1926, l'alpiniste britannique Hugh Ruttledge, alors commissaire à Almora en Inde, accomplit avec son épouse, la circumambulalion (parikrama) du mont Kailash tandis que le colonel R. C. Wilson de l'armée des Indes, qui les avait accompagnés au Tibet, explorait avec son guide sherpa Satan, les abords de la montagne. Constatant que la face nord était impossible à escalader, Ruttledge envisagea d'attaquer l'ascension par l'arête nord-est mais y renonça faute de temps. Pour sa part, le colonel Wilson, fut empêché par le mauvais temps d'attaquer la face ouest[15].

L'alpiniste italien Reinhold Messner rapporte avoir demandé, dans les années 1980, l'autorisation de faire le tour du Kailash et avoir reçu en retour un permis lui indiquant qu'il pourrait revenir l'année suivante pour gravir le sommet mais qu'il avait décliné la proposition[16]. Pour le professeur Lawrence S. Hamilton, Messner a bien tenté de gravir le Kailash en 1985 mais fit marche arrière quant on lui objecta le caractère sacré des lieux[17]. Selon le site AFAR, certaines rumeurs à l'époque insinuaient que l'alpiniste avait prévu d'ajouter subrepticement ce sommet à son palmarès mais qu'au pied de la montagne, il s'était rendu compte de la profanation qu'il commettrait s'il posait ses crampons sur une de ses faces ou foulait avec ses bottes le sommet. Depuis, il milite pour que le Kailash soit hors limites pour les alpinistes[18].

Le , le gouvernement tibétain en exil et le journal britannique The Observer affirmèrent qu'une expédition espagnole, dirigée par Jésus Martinez Novàs, avait obtenu de la part des autorités chinoises la permission de tenter l'ascension du mont Kailash[19],[20], ce qui entraîna une protestation internationale[21]. Le , le porte-parole du ministère des affaires étrangères déclara : « Nous n'avons jamais autorisé de telles activités, et toutes ces dépêches prétendant que la Chine a donné la permission à une équipe d'alpinistes espagnols de gravir le mont Kailash sont absolument sans fondement ». La Chine fit savoir à l'Inde qu'elle interdirait toute tentative d'escalade du Kailash[22].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres de référence en français :

  • Lama Anagarika Govinda, Le Chemin des nuages blancs - Pélerinages d'un moine bouddhiste au Tibet, Albin Michel, 1996, 445 p.
  • Ekai Kawaguchi, Trois ans au Tibet, Kailash, 1998, 564 p.
  • Giuseppe Tucci, Sadhus et brigands du Kailash : Mon voyage au Tibet occidental, R.Chabaud, 1991, 288 p.

Récits de voyages en français :

  • Antoine Van Limburg, Kailash, pèlerinage tibétain, Éditions de la Boussole, 1999, 143 p.
  • Claude B. Levenson, Kailash, joyau des neiges, carnet de voyage au Tibet, Olizane, 1995, 185 p.
  • Claude B. Levenson, La montagne des trois temps, Calmann-Lévy, 1995, 117 p.
  • Colin Thubron, Destination Kailash, Hoëbeke, 2012, 244 p.
  • Simon Allix, Benoit de Vilmorin, Carnets du Kailash, Glénat, 2004, 111 p.
  • Olivier Föllmi, Jean-Marie Hullot, Pèlerinage au Tibet : Autour du Mont Kailash, Éditions Hozhoni, 2017, 260 p.

Livres en anglais :

  • (en) John Snelling, The sacred mountain, East-West Publications (U.K.) Ltd, 1983, 241 p.
  • (en) Russell Johnson et Kerry Moran, Tibet's Sacred Mountain: The Extraordinary Pilgrimage to Mount Kailas, Park Street Press, 1999, 128 p.

Livre en allemand :

  • (de) Bruno Baumann, Kailash. Tibets heiliger Berg, Piper Verlag Gmbh, 2010, 373 p.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) C.A. Jones et J.D. Ryan, Encyclopedia of Hinduism, Checkmark Books, p. 220 (ISBN 0816073368)
  2. a et b (en) [PDF] Erwin Heine, Robert Kostka, Roland Grillmayer, Mapping Mt. Kailash - An interdisciplinary project on cultural landscape documentation, Space and Time - GIS and Remote Sensing Conference, Sopron, Hongrie, 6-8 septembre 2001 ; Jonathan de Ferranti,Some frequently misquoted elevations
  3. (en) Robert E. Buswell Jr et Donald S. Lopez Jr, The Princeton dictionary of buddhism, éditions Princeton University Press, 2013 (ISBN 0691157863), p. 403-404.
  4. (en) Kristi L. Wiley, The A to Z of Jainism, Vision Books (ISBN 8170946816), p. 148
  5. (en) B.M. Sullivan, The A to Z of Hinduism, Vision Books (ISBN 8170945216), p. 134
  6. a, b et c (en) John Snelling, The Sacred Mountain: Travellers and Pilgrims at Mount Kailas in Western Tibet, and the Great Universal Symbol of the Sacred Mountain, East West Publications, Hounslow, 1983, p. 18.
  7. (en) Geology and Geography of the Mt. Kailash area and Indus River headwaters in southwestern Tibet’’
  8. Laurent Deshayes, Là où les dieux se rencontrent Le mont Kailash, Le Monde des Religions.
  9. Yungdrung Bon, La religion Bön, son fondateur, ses doctrines’’
  10. a et b (en) John Snelling, The Sacred Mountain: Travellers and Pilgrims at Mount Kailas in Western Tibet, and the Great Universal Symbol of the Sacred Mountain, East West Publications, Hounslow, 1983, p. 23-26.
  11. Giuseppe Tucci, Sadhus et brigands du Kailash : Mon voyage au Tibet occidental, R.Chabaud, 1991, p. 155.
  12. Giuseppe Tucci, Sadhus et brigands du Kailash : Mon voyage au Tibet occidental, R.Chabaud, 1991, p. 158.
  13. a et b Lama Anagarika Govinda, Le Chemin des nuages blancs - Pélerinages d'un moine bouddhiste au Tibet, Albin Michel, 1996, p. 309-320.
  14. Traduit librement à partir de : (en) Philip Caraman, Tibet: the Jesuit century, Saint Louis, Institute of Jesuit Sources, 1997, p. 115.
  15. (en) John Snelling, The Sacred Mountain: Travellers and Pilgrims at Mount Kailas in Western Tibet, and the Great Universal Symbol of the Sacred Mountain, East West Publications, Hounslow, 1983, p. 118-120.
  16. China allows assault on Mt. Kailash, The Observer, 1er avril 2001 : « The Observer has learned that this is not the first time the Chinese have tried to attract western mountaineers to climb Mount Kailash. In the mid 1980s, the Italian climber Reinhold Messner sought permission to walk around the peak, then heavily restricted by the Chinese. Walking around Kailash is a common practice among Buddhist devotees who believe that 108 circuits will lead the pilgrim to nirvana. In his letter of permission Messner was formally told he could return the following year to climb the mountain: "Of course I refused. It would not have been intelligent to do otherwise." »
  17. (en) [PDF] Lawrence S. Hamilton, When the Sacred Encounters Economic development in Mountains, The George Wright Forum, vol. 32, No 2, 2015, p. 132-140, en part. p. 134-135 : « The celebrated mountaineer Reinhold Messner attempted summitting Kailas in 1985, but self-aborted when its sanctity was strongly pointed out. »
  18. (en) Tom Joyce, The Throne of Shiva, AFAR magazine : « There were rumours, nearly a decade ago, that the legendary Austrian mountaineer Reinhold Messner had surreptitiously planned to bag Kailash, a task which he certainly had the skill and resources to accomplish. But when Messner saw the Precious Mountain for himself, he realized what a desecration it would be to set crampons on its face or boots on its summit. He's since become a vocal proponent of keeping Kailash off-limits to climbers in perpetuity. »
  19. (en) Peter Ellingsen, « Scaling a Mountain to Destroy The Holy Soul of Tibetans », The Age, Melbourne, 2 juin 2001 : « According to Tibet's government in exile, and Britain's Observer newspaper, China has given permission for a group of Spanish mountaineers to climb Kailas ».
  20. (en) The Observer, op. cit.
  21. (en) Julian West, Climber calls off ascent of sacred peak amid protests, The Telegraph, 27 mai 2001
  22. (en) China to ban expeditions on Mt Kailash, The Times of India, 7 juin 2001 : « China has told India that it would not allow mountaineering activities on Mt Kailash in Tibet which is considered sacred by Hindus, Buddhists and Jains. "The Chinese government has already formally clarified to the Indian embassy in Beijing," Chinese foreign ministry spokesman Sun Yuxi said while refuting as "totally baseless" Indian and western media reports that Beijing had granted permission to a Spanish mountaineering team to climb Mt Kailash [...] We have never permitted such activities and all these reports about China agreeing to a Spanish mountaineering team to scale Mt Kailash are totally baseless," he said. »