Aksai Chin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aksai Chin
China India western border 88.jpg
Chine - Inde frontière occidentale montrant l'Aksai Chin.
Géographie
Pays
Région autonome
Région autonome
Préfecture (Chine)
Préfecture (Chine)
Localisation géographique
Revendiqué par
Superficie
37 244 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Kashmir map big.jpg
Fonctionnement
Statut

L’Aksai Chin (hindî : अक्साई चिन, chinois simplifié : 阿克赛钦) est une région située dans le nord-ouest du plateau tibétain, au nord des montagnes occidentales de Kunlun.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de ce territoire reste intimement liée à l'histoire du Cachemire.Cependant, si le Cachemire devient majoritairement Musulman vers 1600, cette région reste, avec le Jammu, majoritairement Hindouiste, avec une forte minorité Bouddhiste. Peu visitée par les colonisateurs Britannique, cette région prendra soudainement de l'importance, après la guerre de l'opium, et les diverses tensions entre le Royaume Uni et la Chine, après 1841 : ce territoire sera considéré comme stratégique, car il était la porte d'entrée entre le monde Chinois, et les Indes, alors colonisées par les Britanniques. Le territoire sera intégré formellement dans les Indes Britanniques, après la révolte des Cipayes de 1857, car les Anglais redoutaient un éventuel conflit futur avec la Chine. L'altitude, et la rudesse du climat permettaient de limiter toute intervention militaire Chinoise. En 1911 et 1912, la proclamation de la république en Chine verra les premières revendications de l'histoire moderne de ce territoire par les Chinois. En 1949, les communistes, qui viennent de prendre le pouvoir en Chine continentale revendiquèrent de nouveau avec insistance ce territoire, d'autant plus que à l'époque, les communistes Chinois envahissaient le Tibet. Obtenir ce territoire était alors considéré comme hautement stratégique, car aussi, avec l'altitude, il pouvait contenir et limiter toute intervention de l'armée Indienne, dans un contexte, à l'époque, de guerre froide, même si l'Inde était un pays non aligné. Au même moment, les Chinois revendiquaient aussi l'Arunachal Pradesh. En 1962, éclata la guerre Sino-Indienne.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Aksai Chin constitue aujourd'hui un territoire contesté situé aux confins de la Chine, du Pakistan, et de l'Inde[1]. La superficie de l'Aksai Chin est de 37 244 kilomètres carrés (soit un territoire plus vaste que la Belgique et le Luxembourg réunis). Ce territoire comprend aussi trois enclaves plus au sud, frontalières de l'Inde, dont Nelang et Tapidunga. Avec les trois enclaves au sud, l'ensemble de ce territoire contesté a une superficie de 43 180 kilomètres carrés au total. La Chine ne communique pas de statistiques sur le nombre d'habitants du territoire.

Situation politique[modifier | modifier le code]

L’Aksai Chin est administré par la république populaire de Chine, en tant que partie du Xian de Hotan dans la préfecture de Hotan au Xinjiang[2], et comprend la zone occupée par la RPC pendant la guerre sino-indienne de 1962. En 1963, le Pakistan concéda également aux Chinois les territoires situés sur le versant nord du Karakoram.

Avec l'Arunachal Pradesh, l'Aksai Chin est l'une des deux régions dont l'Inde et la Chine se disputent la souveraineté. Les Indiens la considèrent comme faisant partie de l'État de Jammu-et-Cachemire[3]. Les deux adversaires, Indiens et Chinois, ont accepté de respecter la ligne de contrôle.

Fin mai 2020, des affrontements entre l'armée indienne et l'armée chinoise se déroulent, sur les hauteurs de l'Himalaya, vers la frontière Ouest du Népal[4]. L'Inde réaffirme ses revendications sur le territoire de l'Aksai Chin, et demande à la Chine la rétrocession de ce territoire, qu'elle souhaiterait inclure dans l'union Indienne (sous le statut de territoire).

Langues[modifier | modifier le code]

La langue administrative est le chinois mandarin, la population parle divers dialectes tibétains, népalais, ainsi que le hindi. Le Cachemiri, et le Dogri, sont aussi deux autres langues parlées. L'anglais est peu répandu, vu que le territoire est fermé, et inaccessible aux étrangers.

Économie[modifier | modifier le code]

Ce territoire n'a ni grand centre urbain, ni université, et ses rares habitants sont très ruraux, avec une économie surtout agricole, et de subsistance.

La frontière avec l'Inde est fermée depuis 1962, malgré des tentatives d'ouverture en 1974 et 1989. La frontière avec le Pakistan (plus à l'ouest, en passant par la Chine) est aussi fermée.

La région, très montagneuse et accidentée, au climat très rude, n'attire pas de migrants.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Bien que cette région soit faiblement peuplée et sans ressources, le secteur est d'une importance stratégique majeure car il est traversé par la route nationale chinoise 219, qui relie le Xinjiang au Tibet[5].

Religions[modifier | modifier le code]

La population est de confession bouddhiste ou hindouiste, avec un groupe minoritaire musulman.

Cultures[modifier | modifier le code]

La population est proche du monde indien par ses langues, coutumes, folklores et religions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Aksai Chin: China's disputed slice of Kashmir », CNN.com, (consulté le 23 juillet 2007)
  2. (en) Rongxing Guo, Territorial Disputes and Resource Management: A Global Handbook, Nova Publishers, 2006, 299 pages, pp. 43-44 (Aksai Chin) : « Aksai Chin is currently under the administration of the People's Republic of China, with the vast majority of it as part of Hetian county, in the Xinjiang Uygur auntonomous region ».
  3. (en) Rongxing Guo, op. cit. : « India claims the area as part of Ladakh district of the state of Jammu and Kashmir »
  4. https://www.rts.ch/info/monde/11355374-tensions-militaires-sinoindiennes-dans-les-hauteurs-de-lhimalaya.html
  5. https://web.archive.org/web/20150924050331/http://www.globaltimes.cn/content/883229.shtml

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]