Ü-Tsang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ü et Tsang.
Régions traditionnelles du Tibet d'après Andreas Gruschke

L’Ü-Tsang (tibétain : དབུསགཙང་, Wylie : Dbus-gtsang, chinois : 衛藏 ; pinyin : wèizàng) est l'une des trois provinces traditionnelles du Tibet avec l'Amdo et le Kham. L’Ü-Tsang recouvre les parties centrale, centre-ouest et nord-ouest du Tibet. Le nord est constitué du Chang Thang, plateau désertique où se trouvent les plus hauts lacs salés du globe ; le sud, voisin de l'Himalaya, est plus fertile.

L'Ü-Tsang s'est constitué par l'union d'une part du Tsang (gTsang), fief des sakyapa s'étendant du centre (Gyantsé - Rgyang-rtse) vers l'ouest jusqu'au Ngari, et d'autre part de l’Ü (dbus), fief des gelugpa situé dans le centre autour de Lhassa.

À l'ouest de l'Ü-Tsang, se trouve le Ngari, qui fut le siège de royaumes indépendants absorbés ultérieurement par le Tibet.

L'Amdo et le Kham sont situés respectivement au nord-est et au sud-est de l'Ü-Tsang. Ces deux provinces sont frontalières des provinces chinoises du Qinghai, du Sichuan et du Yunnan.

La Région autonome du Tibet correspond à peu de choses près à l'ensemble formé par l'Ü-Tsang-Ngari et le Kham occidental, le reste du Tibet historique ayant été annexé aux provinces chinoises frontalières.

Division du Tibet en Ngari (阿里), Ü (), Tsang () et du Changtang (藏唐), sous la dynastie Qing en 1820

Notes et références[modifier | modifier le code]