Polisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Police.
Polisse
Description de cette image, également commentée ci-après

Maïwenn lors de la présentation du film au festival de Cannes 2011.

Réalisation Maïwenn
Scénario Maïwenn
Emmanuelle Bercot
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Productions du Trésor
Arte France Cinéma
Mars Films
Chaocorp
Shortcom
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Policier
Durée 127 minutes
Sortie 2011

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Polisse est un film dramatique français écrit et réalisé par Maïwenn, sorti en 2011. Il a été présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2011 où il reçoit le prix du jury. Il a reçu deux César en 2012, celui du meilleur espoir féminin et du meilleur montage.

Le titre est inspiré par une faute d'orthographe du fils de la réalisatrice en écrivant le mot « police »[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les policiers de la brigade de protection des mineurs (BPM) de Paris luttent contre les innombrables sévices subis par des mineurs : traque de pédophiles, appréhensions de parents soupçonnés de maltraitance, suivi d'adolescents pickpockets, fugueurs ou en dérive sexuelle, protection de mineurs sans domicile, de victimes de viol. Plongés dans cet univers éprouvant, ces policiers très impliqués et soudés tentent de préserver leur vie privée et leur santé psychique. Une jeune photographe est envoyée faire un reportage photo dans l'unité chargée des affaires de mœurs.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Marina Foïs pour la présentation du film au festival de Cannes 2011.

Genèse du film[modifier | modifier le code]

  • Après Le Bal des actrices, Maïwenn souhaite faire un film pour JoeyStarr et pense donc beaucoup à lui pour l'écriture du scénario[5]. L'idée lui vient progressivement et la réalisatrice fait un stage à la BPM pour poursuivre l'écriture[5]. Maïwenn attend ensuite d'avoir terminé son scénario pour contacter les acteurs et actrices auxquels elle a pensé durant l’écriture, à commencer par Marina Foïs, qui s'est dite immédiatement enthousiaste[5].
  • Tous les cas présentés dans le film sont vrais : il y a juste eu une concaténation dans le temps et dans l'espace.
  • La scène de la confrontation du grand-père avec sa petite fille est inspirée du reportage Ma petite chérie de Christine François diffusée en 1998 pour la série Strip-tease sur France 3.
  • Certains dialogues et plans sont l’exacte copie de faits réels issus du documentaire Brigade des mineurs réalisé par Christine François
  • Conclusion par Maïwenn : « Il faut dire que, dans la première version, même si ça va être difficile à croire, les policiers devenaient des ripoux, faisaient un braquage et partaient à Las Vegas dépenser l'argent ! C'est Alain Attal qui a su me ramener à la raison. De toute façon l'économie du film ne me permettait pas de tourner à Las Vegas. »[6]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb. Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

  • L'Île aux enfants par Anne Germain de , durée : 2 min 22 s (générique de début du film).
  • Les roumains par Stephen Warbeck, durée : 3 min 18 s.
  • Baby I'm Yours par Breakbot de , durée : 3 min 39 s (dans le bus avec les enfants roumains).
  • Kidnapping par Stephen Warbeck, durée : 2 min 4 s.
  • Suspens par Stephen Warbeck, durée : 1 min 33 s.
  • Stand on the Word par Keedz de , durée : 4 min 25 s (dans la boite de nuit, le groupe se défoule en dansant de façon débridée).
  • Blanket par Imogen Heap et Urban Species de , durée : 5 min 50 s (dans la boite de nuit, le groupe danse un slow).
  • Hall Melissa par Stephen Warbeck, durée : 4 min 16 s.
  • Fred par Stephen Warbeck, durée : 1 min 10 s.
  • Bébé Iris par Stephen Warbeck, durée : 1 min 23 s.
    Marina Foïs en 2012 à la 37e cérémonie des César.
  • Le temps qui passe par Stephen Warbeck, durée : 2 min 41 s.
  • Déjeuner de famille par Stephen Warbeck, durée : 1 min 51 s.
  • Le cadeau par Stephen Warbeck, durée : 1 min 6 s.
  • Le gymnase par Stephen Warbeck, durée : 2 min.
  • Déménagement par Stephen Warbeck, durée : 35 s.
  • Rue du Faubourg Saint Denis par Stephen Warbeck, durée : 1 min 6 s.
  • La fin par Stephen Warbeck, durée : 7 min 20 s.
  • Bist du bei mir de Gottfried Heinrich Stölzel de .
  • Domine ad adiuvandum d'Antonio Vivaldi.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Emmanuelle Bercot, coscénariste du film avec Maïwenn, n'avait jusqu'alors signé que les scénarios de ses propres films en tant que réalisatrice (cinq films dont La Puce en 1998 et Backstage en 2004).
  • Alice de Lencquesaing, qui interprète la jeune fille qui accouche à la suite d'un viol, est la fille de Louis-Do de Lencquesaing, l'interprète du père des beaux quartiers qui viole sa fille.
  • Clin d'œil : une réplique fameuse du Subway de Luc Besson (1985) est ici placée en situation, prononcée par Frédéric Pierrot (alias « Baloo », le chef du « groupe nord » de la BPM). Il s'agit de la réplique « Police, menottes, prison » de Michel Galabru (alias commissaire Gerbert) à Jean-Hugues Anglade (alias le Roller).
  • Lola Bruna, qui est une vraie actrice porno, joue le rôle de l'adolescente faisant un strip-tease devant sa webcam.
  • La scène où Nora (Naidra Ayadi) a une altercation verbale dans une voiture avec une adolescente visiblement en manque de repères est inspirée d'une vidéo réelle sur YouTube intitulée "Gamine de cité insulte une flic et les français".
Une partie de l'équipe des comédiens au festival de Cannes 2011. De gauche à droite : Arnaud Henriet, Karin Viard, Nicolas Duvauchelle (à demi caché), Jérémie Elkaïm, Karole Rocher, Naidra Ayadi, Emmanuelle Bercot. À l'arrière-plan : Frédéric Pierrot.

Box-office[modifier | modifier le code]

  • France :
    • 636 355 entrées en première semaine
    • 1 million d'entrées en deuxième semaine[7]
    • 1,8 million en troisième semaine
    • 2,306 millions en quatrième semaine

Pour sa rediffusion sur Arte, le film enregistre, le 23 novembre 2014, le record de la chaîne avec 2,7 millions de spectateurs[8].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Prix Catégorie Lauréat
Festival de Cannes 2011 Prix du jury Maïwenn
Festival Cinemania 2011 Prix du public
César du cinéma 2012 Meilleur espoir féminin Naidra Ayadi
Meilleur montage Yann Dedet et Laure Gardette
Prix Daniel Toscan du Plantier Alain Attal
Prix Lumières 2012 Meilleur réalisateur Maïwenn
Prix Jacques-Deray 2012 Meilleur film policier Maïwenn
Globes de cristal 2012 Meilleure actrice Karin Viard et Marina Foïs

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Prix Catégorie Nommé
Festival de Cannes 2011 Sélection officielle, en compétition pour la Palme d'or Maïwenn
Festival de Stockholm 2011 Sélection officielle, en compétition pour le Cheval de bronze Maïwenn
César du cinéma 2012 Meilleur film Alain Attal
Meilleur réalisateur Maïwenn
Meilleur scénario original Emmanuelle Bercot et Maïwenn
Meilleure actrice Marina Foïs
Karin Viard
Meilleur acteur dans un second rôle Nicolas Duvauchelle
Frédéric Pierrot
JoeyStarr
Meilleure actrice dans un second rôle Karole Rocher
Meilleure photographie Pierre Aïm
Meilleur son Emmanuel Croset, Rym Debbarh-Mounir,
Sandy Notarianni et Nicolas Provost
Prix Lumières 2012 Meilleur scénario Emmanuelle Bercot et Maïwenn
Meilleure actrice Marina Foïs
Karin Viard
Meilleur acteur JoeyStarr
Globes de Cristal 2012 Meilleur film

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurence Haloche, « Elle jouent et maintenant... elles tournent », Le Figaro, (consulté le 28 février 2012).
  2. (en) « Release dates for Polisse », sur akas.imdb.com (consulté le 14 janvier 2012).
  3. « Polisse - Rotten Tomatoes », (consulté le 14 décembre 2012).
  4. Avertissement CNC : « Ce film comporte des scènes qui peuvent être difficiles pour un public jeune auquel il ne s'adresse pas prioritairement ».
  5. a, b et c « Interview de Maiwenn, Emmanuelle Bercot et Marina Foïs pour le film Polisse », sur abusdecine.com, (consulté le 14 janvier 2012).
  6. Festival-cannes.fr.
  7. « Polisse (2011) », sur jpbox-office.com (consulté le 14 janvier 2012).
  8. Record d'audience historique pour Arte avec Polisse, Télérama.

Liens externes[modifier | modifier le code]