Bacurau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bacurau
Réalisation Kleber Mendonça Filho
Juliano Dornelles (pt)
Scénario Kleber Mendonça Filho
Juliano Dornelles
Sociétés de production SBS Productions
Pays d’origine Drapeau du Brésil Brésil
Drapeau de la France France
Genre Drame, Thriller, Science-Fiction
Durée 132 minutes
Sortie 2019


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Bacurau est un thriller de science-fiction film brésilien réalisé par Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles (pt), sorti en 2019.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans le petit village de Bacurau du Sertão, dans la région du Nordeste, des villageois font face à des événements très étranges.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[1]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Bacurau a été tourné dans le village de Barra dans la municipalité de Parelhas et dans les zones agricoles autour du village d'Acari, dans la région de Sertão do Seridó, État du Rio Grande do Norte au Brésil.[réf. souhaitée]

Musique[modifier | modifier le code]

La musique originale est composée par Mateus Alves et Tomaz Alves Souza[2].

Des extraits musicaux sont aussi inclus dans le film :

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Bacurau
Score cumulé
SiteNote
Allociné3.8 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Libération5.0 étoiles sur 5[3]
Paris Match4.0 étoiles sur 5[4]

En France, le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,85[5].

Pour Luc Chessel de Libération, « la dystopie brutale qu'invente Bacurau est bien son aspect le plus réaliste et le plus quotidien, le futur qu'il prétend décrire est, sans doute plus encore que prévu, notre présent[6]. »

Pour Yannick Vely de Paris Match,

« Toute la première partie de Bacurau tient du miracle. Kleber Mendonça Filho parvient à créer une ambiance fantastique et une mythologie avec trois points de suspension […] Quand le mystère est éventé, commence un nouveau film, un western métaphorique qui ne déplairait pas à John Carpenter. […] Le genre n'exclut pas le discours politique, bien au contraire. Bacurau tient même de l'acte de résistance contre ce que pourrait devenir le Nordeste sous Jair Bolsonaro, une réserve d'indigènes visitée par des “touristes”[7]. »

.

Camille Bui, dans les Cahiers du cinéma[8], estime que c'est « autant par son audace esthétique que par son intelligence du récit que Bacurau donne forme à un idéal qui s'érige de manière frappante contre l'idéologie des temps de Bolsonaro ou de Trump : l'idéal démocratique d'une société en mouvement, construite par des multiplicités et nourrie par une histoire de résistance politique et culturelle. ».

Box-office[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.rsdoublage.com/film-24049-Bacurau.html
  2. « Bacurau (2019) », sur cinezik.org (consulté le ).
  3. « «BACURAU», PLACE DE RÉSISTANCE », next.liberation.fr
  4. « Bacurau de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles - la critique », parismatch.com/
  5. AlloCine, « Bacurau: Les critiques presse » (consulté le )
  6. Luc Chessel, « “Bacurau”, cause commune », sur Libération, (consulté le ).
  7. Yannick Vely, « Bacurau de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles - la critique - Festival de Cannes », sur Paris Match, (consulté le ).
  8. no 758, septembre 2019, p. 8-9.
  9. JP-Boxoffice.com ; page du film Bacurau, consulté le 15 décembre 2019.
  10. Thomas Sotinel, « Festival de Cannes 2019 : la Palme d’or revient à « Parasite », le Grand Prix à « Atlantique » », sur Le Monde, (consulté le ).
  11. (es) « Premios Coral 41 Festival », sur habanafilmfestival.com (consulté le )
  12. (es) « "Los sonámbulos", gran ganadora en La Habana », sur Página/12, (consulté le )
  13. (it) « Vincono Bacurau, La paranza dei bambini e Lo spietato », sur noirfest.com (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]