Pierre Lambert (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boussel, Pierre Boussel et Lambert.
Ne doit pas être confondu avec Pierre Lambert (homme politique, 1786-1852).

Pierre Boussel, plus connu sous son pseudonyme de Pierre Lambert ou tout simplement Lambert, né le à Montreuil et mort à Paris[1] le [2], est à partir de 1953 (année de la scission de la IVe Internationale fondée quinze ans plus tôt sous l'égide de Léon Trotsky) l'un des principaux dirigeants du mouvement trotskiste international. Ses partisans sont surnommés les « lambertistes ».

Biographie et parcours politique[modifier | modifier le code]

L'engagement[modifier | modifier le code]

Pierre Boussel naît dans une famille d'émigrants juifs russes. Son père, Isser Boussel, est tailleur[3] et sa mère, Sorka Grinberg, est femme au foyer ; il est contrôleur des allocations familiales jusqu'à sa retraite, en 1980.

En 1934, il adhère aux Jeunesses communistes, dont il est exclu pour avoir posé des questions sur le pacte Laval-Staline, à la suite duquel le Parti communiste rompt avec sa tradition antimilitariste. En conséquence, il rejoint en 1936, à l'âge de seize ans, l'"Entente des jeunes socialistes de la Seine", alors dominée par la tendance de Marceau Pivert, la Gauche révolutionnaire[4]. Lorsque l'organisation de jeunesse est exclue de la SFIO, il participe à la fondation des Jeunesses socialistes révolutionnaires (JSR) avec Fred Zeller et Yvan Craipeau.

En 1937, il fait ses premiers pas dans le mouvement syndical en adhérant à la Confédération générale du travail. Le mouvement "pivertiste" comprend alors une minorité de militants trotskistes qui font de l'« entrisme », dont Pierre Frank, qui amène Pierre Boussel à rejoindre le trotskisme[5]. Il prend donc sa carte au Parti communiste internationaliste de Raymond Molinier.

Il fait des études d'histoire tout en travaillant comme postier « auxiliaire ».

L'Occupation[modifier | modifier le code]

En 1939, le gouvernement dissout les deux principales organisations trotskistes, le Parti ouvrier internationaliste (POI) de Pierre Naville et le Parti communiste internationaliste ( PCI) de Raymond Molinier. Pierre Boussel milite alors dans la clandestinité au sein du Comité International pour la construction de la IVe Internationale[6]

Avec Roger Foirier, l'animateur des Auberges de jeunesse et Jacques Privas, il essaie de relancer le PCI avec Henri Molinier, le frère de Raymond, qui effectue quelques arnaques afin d'obtenir des fonds[7]. Pendant la drôle de guerre, ils diffusent des tracts aux soldats, dans les gares, appelant au « défaitisme révolutionnaire »[7].

Le 13 ou [7], Pierre Boussel est arrêté avec neuf militants trotskistes[7], accusés d'être en « infraction au décret du 1er septembre 1939 sur la publication de textes de nature à nuire au moral de l'armée et de la population ». Le rapport de police se termine ainsi « […] se réclame ouvertement du marxisme-léninisme intégral, du défaitisme révolutionnaire et de l'antimilitarisme ». Condamné à une peine d'emprisonnement de huit mois à trois ans (selon les sources[7]) pour atteinte à la sûreté de l'État, il s’évade en juin 1940[7], pendant un transfert. Certains trotskistes, dont David Korner, alias Barta et les pablistes, l'accuseront par la suite de s'être renié en captivité et d'avoir donné des noms[7].

En 1940-1941, il est membre du Parti communiste internationaliste d'Henri Molinier. Celui-ci prône et pratique l'entrisme au Rassemblement national populaire de Marcel Déat (prenant même la parole lors d'un congrès du RNP) jusqu'en 1941, année durant laquelle il renonce à son orientation et rejoint la résistance au sein de laquelle il meurt en août 1944, tué dans les combats pour la libération. Pierre Boussel dénonce à plusieurs reprises l'orientation « Testu » (pseudonyme de Henri Molinier) dans les bulletins intérieurs du Comité communiste internationaliste, organisation à laquelle appartiennent les deux hommes, et ne pratique à aucun moment l'entrisme dans des organisations fascistes comme le RNP.

Pendant l'Occupation, Pierre Boussel, alias Lambert est exclu du Parti communiste internationaliste (PCI) avec sa compagne. Il rejoint alors en décembre 1943 un autre groupe trotskiste : le Parti ouvrier internationaliste (POI) qui développe l'idée du défaitisme révolutionnaire. Ils s'opposent notamment aux mots d'ordre du Parti communiste français lors des combats de la Libération, « À chacun son boche », et y oppose l'orientation de la fraternisation des travailleurs français avec les soldats allemands et alliés : « Derrière chaque soldat allemand se cache un travailleur. » Durant l'Occupation, il participe également à la reconstruction des syndicats dans le cadre de la CGT clandestine.

En 1944, il participe à la fusion des deux groupes trotskistes, qui débouche sur la proclamation du Parti communiste internationaliste (PCI), section française de la IVe Internationale, dont il est membre du comité central. L'année suivante, il devient responsable de la commission ouvrière du PCI.

La scission de la IVe Internationale[modifier | modifier le code]

Lors de la scission de la CGT en 1947, Lambert choisit de rester dans ce syndicat plutôt que de rejoindre Force ouvrière. Mais en 1950, il organise une délégation de syndicalistes en Yougoslavie pour évaluer le régime de Tito, alors qualifiée de fasciste par Staline. Cela lui vaut d'être exclu de la CGT comme « hitléro-trotskiste » : c'est le nom que le Parti communiste français applique aux trotskistes en général.

Logo de la 4e Internationale.

Après la guerre, la majorité du Parti communiste internationaliste (PCI) dirigée par Marcel Bleibtreu, Michel Lequenne et Pierre Lambert refuse, en 1953, les thèses du secrétaire de la IVe internationale, Michel Pablo.

Dans le PCI, Lambert était connu comme un spécialiste des affaires syndicales et prenait rarement position sur les questions internationales. Quand Michel Pablo, le secrétaire de la Quatrième Internationale, souleva la question de l’entrisme « sui generis » dans le Parti communiste français, il ne prit pas position jusqu’à ce que son champ d’opération syndical soit menacé. Alors, il soutint la direction du PCI autour de Marcel Bleibtreu. Le parti avait éclaté en deux groupes hostiles l’un envers l’autre sur la question de l’entrisme « sui generis », qui était associée à la perspective suggérée par Michel Pablo d’une période nécessaire d’« États ouvriers dégénérés » qui pourrait durer des centaines d’années. Cette lutte contre le « pablisme » jouera par la suite un rôle essentiel dans la culture du courant lambertiste.

Peu après, Lambert se retourna contre Marcel Bleibtreu et Michel Lequenne, qui furent exclus du PCI, malgré le rôle qu’ils avaient joué dans la lutte contre les thèses de Michel Pablo. Pierre Lambert devint donc le principal dirigeant du groupe majoritaire et présida à la constitution du Comité international pour la reconstruction de la Quatrième Internationale.

Naissance du « lambertisme »[modifier | modifier le code]

À partir de 1954, le groupe Lambert s’associe avec le Socialist Workers Party (Parti socialiste des travailleurs) américain pour former le Comité international de la Quatrième Internationale. Une décennie plus tard, celui-ci éclate lorsque, avec la marginalisation de Michel Pablo dans sa propre organisation, le groupe américain rejoint le Secrétariat unifié de la Quatrième Internationale. En 1956, il participe à la fondation du Comité de liaison pour l’action et la démocratie ouvrière (CLADO), regroupement de militants ouvriers, démocrates et laïques.

En 1958 il fonde et publie le journal Informations ouvrières, qui porte pour sous-titre « Tribune libre de la lutte des classes ». Le titre aura un certain succès, puisqu'il existait toujours en 2015 en tant qu'organe du Parti ouvrier indépendant (POI).

En 1961, il adhère à la CGT-Force ouvrière. Il sera plusieurs années durant l’un des responsables de la chambre syndicale CGT-FO de la Sécurité sociale de la région parisienne. À ce titre, il joue un rôle important dans le mouvement syndical au niveau national[8].

En 1963, alors que l’organisation s'est renforcée en France, il lance le slogan « passer du groupe à l’organisation », puis au parti, ce qui débouche sur la proclamation de l’Organisation communiste internationaliste (OCI).

En 1968, à la suite du décret du 12 juin 1968 portant dissolution d'organismes et de groupements qui dissout, entre autres, l'OCI, Boussel dépose une requête devant le Conseil d'État, obtenant en juillet 1970 l'annulation du décret pour excès de pouvoir[9].

En 1982, L'OCI reprend le nom de Parti communiste internationaliste (PCI), le nom étant vacant depuis 1968.

La ligne de la démocratie[modifier | modifier le code]

Pierre Lambert (à gauche) à Montpellier, en février 1988.

Ayant pris en 1980 sa retraite de la Sécurité sociale, Lambert poursuit son travail d'organisation. Après un bref rapprochement avec le révolutionnaire argentin Nahuel Moreno, il rompt avec celui-ci en 1981[10].

À partir de 1983, il impulse une discussion sur la « ligne de la démocratie » et la « transition » vers la construction d'un parti et d'une Internationale qui aboutit en France, en 1985, à la constitution du Mouvement pour un parti des travailleurs (MPPT). L'activité politique de Pierre Lambert l'amène à faire exclure quantité de dirigeants très importants de son mouvement, tel Stéphane Just auquel son nom a été longtemps associé ; et aussi : François Chesnais, Omar Fernandez, François Peretie, René Revol, etc. Au nombre des exclus on relève aussi Pierre Broué, militant et historien auteur de nombreux ouvrages et de la publication de nombreux textes de Trotsky, à qui il fut reproché d'avoir donné une conférence sur le marxisme devant une association animée par des royalistes.

Cette politique débouche finalement sur la création du Parti des travailleurs en 1992. Les lambertistes, qui représenteraient environ la moitié des adhérents, y sont regroupés dans le Courant communiste internationaliste (CCI)[11].

Cette ligne se traduit au niveau international par des « conférences mondiales ouvertes », puis en 1993, à la reproclamation de la IVe Internationale, dont il est le dirigeant[12]. Celle-ci tiendra son IVe congrès en 1999, le cinquième en 2002 et le sixième en 2006.

Candidat à l’élection présidentielle[modifier | modifier le code]

Après avoir appelé à voter pour François Mitterrand dès le premier tour en 1981, Lambert est candidat à l'élection présidentielle de 1988, mais il n'obtient que 0,38 % des suffrages. Son Courant communiste internationaliste, trotskiste, devient ensuite la principale composante du Parti des travailleurs[13], dont le secrétaire national est Daniel Gluckstein.

Hommage[modifier | modifier le code]

Après son décès, le numéro 529 de La Raison, mensuel de la libre-pensée, lui consacre deux pages, dont une est signée par Marc Blondel[14].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Le « Foulan »

Pierre Lambert a suscité une bibliographie assez abondante, notamment en raison de ses liens avec Lionel Jospin. Les avis exprimés sont souvent très tranchés, en raison de la sympathie ou de l'antipathie qu'il suscitait. Ses partisans insistent sur le rôle qu'il a joué dans la continuité de la IVe Internationale, tandis que ses détracteurs lui reprochent des manœuvres politiques et une personnalité autoritaire. Il n'existe pas, à l'heure actuelle, de biographie exhaustive de Pierre Lambert.

  • Pierre Foulan (Pierre Lambert et Pierre Fougeyrollas), Introduction à l'étude du Marxisme, SELIO, 203 pages, 1975
  • Philippe Campinchi, Les Lambertistes, un courant trotskiste français, Balland, 2000 L'auteur, ancien président de l'UNEF ID de 1991 à 1994, est lui-même membre de ce courant politique, jusqu'à 1986.
  • Jean-Jacques Marie, Le Trotskisme et les trotskistes, Armand Colin, 2002 (ISBN 2200262469) (notamment à partir du chapitre « Les trotskystes et la guerre » p. 71) L'auteur est membre du courant lambertiste.
  • Daniel Gluckstein et Pierre Lambert, Itinéraires, éditions du Rocher, 2002 (ISBN 2268042332) Ce livre a été écrit en grande partie en réponse aux enquêtes de journalistes sur Pierre Lambert, notamment le livre de Christophe Bourseiller.
  • Christophe Bourseiller, Cet étrange Monsieur Blondel, Éditions Bartillat, 1997 Cette enquête, consacrée à première vue au dirigeant de Force ouvrière s'intéresse en fait principalement à l'influence exercée par Pierre Lambert dans la confédération syndicale et dans la Franc-maçonnerie.
  • Christophe Nick l'évoque aussi dans son livre Les Trotskistes, Fayard, Paris, 2002.
  • Daniel Coquéma, De Trotsky à Laguiller. Contribution à l'histoire de la IVe Internationale, Soleil/Mc Productions, 1996 Une version refondue de ce livre a paru sous le titre Besancenot, Gluckstein, Laguiller… et quelques autres, Lulu, 2007. L'auteur s'est éloigné du courant lambertiste, mais il y consacre une large partie de son livre.
  • Karim Landais, Passion militante et rigueur historienne. t. I : Sur les relations de pouvoir dans les organisations trotskystes, 2006 Les interviews constituent la partie la plus importante pour la biographie de Pierre Lambert. Il faut garder en mémoire que, à l'exception de celle d'Alexandre Hébert[15], elles émanent d'anciens militants plutôt hostiles au lambertisme[16].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Point, « Le "camarade Pierre Lambert" est mort », publié le 16 janvier 2008.
  2. Communiqué du secrétariat de la IVe Internationale : « le camarade Pierre Lambert est décédé ce matin 16 janvier 2008 après avoir combattu jusqu'à ces dernières forces contre la maladie » (le Parisien no 19708 du 17 janvier 2008, p. 6).
  3. Patrick Jarreau, « Pierre Lambert, dirigeant trotskiste », lemonde.fr, (consulté le 3 juillet 2017)
  4. Daniel Gluckstein et Pierre Lambert, Itinéraires, éditions du Rocher, 2002, page 48.
  5. MIA - Section française : Pierre Lambert (biographie).
  6. Jean-Jacques Marie, Le Trotskysme et les trotskystes, Armand Colin, 2002, page 72 à 76 (ISBN 2-200-26246-9).
  7. a, b, c, d, e, f et g Christophe Nick, Les Trotskistes, Fayard, 2002, p. 298-299.
  8. Voir sur liberation.fr.
  9. Conseil d'État statuant au contentieux, no 76230 76231 76235, publié au recueil Lebon, M. Henry, rapporteur M. Bertrand, commissaire du gouvernement. Lecture du mardi 21 juillet 1970.
  10. Pierre Lambert, 1920-2008, Démocratie et socialisme, 2 février 2008.
  11. À ne pas confondre avec l'organisation communiste de gauche du même nom, ni avec le Comité communiste internationaliste - trotskiste, lui-même un rameau lambertiste en rupture.
  12. Il existe plusieurs IVe Internationales concurrentes
  13. AFP: Mort du dirigeant trotskiste historique Pierre Boussel, dit Lambert.
  14. La Raison, numéro 529, mars 2008, pages 28 et 29.
  15. Lire en ligne cette interview.
  16. Édité par les amis de l'auteur après son décès, le livre est disponible sur commande à l'adresse suivante : Guy Landais La Bastide des capucins 84 240 Cabrières d’Aigues.