Océan (humoriste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Océane Michel)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Océan (homonymie) et Michel.
Océan
Description de cette image, également commentée ci-après
En décembre 2012, alors sous l'identié d'Océanerosemarie, lors d'un défilé en faveur du « mariage pour tous ».
Nom de naissance Océane Michel
Surnom Anciens pseudonymes :
Oshen
Océane-Rose-Marie
Océanerosemarie
Naissance (41 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession humoriste
metteur en scène
chanteur

Océan, anciennement connu sous les noms de scène Oshen puis Océane-Rose-Marie (également écrit Océanerosemarie), est un comédien, humoriste, chanteur et chroniqueur français, né Océane Michel en à Paris, et renommé Océan Michel en 2018.

Sous sa précédente identité féminine, Océan a sorti trois albums entre 2005 et 2009 sous le nom d'Oshen, et été connu sous le nom d'Océane-Rose-Marie pour ses activités artistiques au théâtre et au cinéma ainsi que pour ses chroniques à la radio et sur Internet.

Après avoir été principalement connue en tant qu'artiste lesbienne, Océane-Rose-Marie annonce en 2018 être un homme trans et prend alors le prénom d'Océan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formations[modifier | modifier le code]

Océan naît de sexe féminin, sous le nom d'Océane Michel, dans un milieu « gauche caviar », d'une mère professeure à Sciences Po et d'un père éditeur de musique et ancien séminariste[1]. Durant son adolescence, la fréquentation du conservatoire lui permet de pratiquer une multitude d’activités artistiques : théâtre, chant, piano, guitare ou encore violon. En 1998, des études à la Sorbonne lui valent une licence de lettres modernes, avant une installation à Marseille.

Carrière[modifier | modifier le code]

Avant de s'affirmer comme un homme trans, Océan commence sa carrière en tant que femme, en utilisant à partir de 2005 le nom d'artiste Oshen pour ses activités musicales, et à partir de 2009 celui d'Océane-Rose-Marie en tant qu'humoriste. Son image publique est alors celle d'une femme lesbienne revendiquée, ses spectacles d'humour tournant beaucoup autour de l'homosexualité féminine.

En 2005, elle signe un contrat avec une maison de disques, sortant d'abord l'album Don Juan puis, deux ans plus tard, Je ne suis pas celle. Oshen s'installe à nouveau à Paris en 2008 et se lance dans l'écriture de son premier one-woman-show. Cette pièce, intitulée La Lesbienne invisible[2], est mise en scène par Murielle Magellan. La première représentation de cette pièce a lieu en mai 2009. Océane-Rose-Marie y raconte son parcours, celui d'une jeune fille féminine dont personne ne veut croire à l'homosexualité.

En 2011, sort le troisième album d'Oshen, autoproduit et intitulé La Pudeur[3].

En 2013, Océane-Rose-Marie publie deux ouvrages : Ma cuisine lesbienne aux éditions Des ailes sur un tracteur[4] et Le Guide pratique du mariage homo aux éditions de La Martinière. La même année, une bande dessinée intitulée La Lesbienne invisible[5], directement inspirée de son premier spectacle et illustrée par Sandrine Revel, paraît aux éditions Delcourt.

À partir de 2013, Océane-Rose-Marie tient des chroniques humoristiques à la radio dans Faites entrer l'invité sur Europe 1, ainsi que dans On va tous y passer sur France Inter.

En parallèle, Océane-Rose-Marie met en scène le spectacle de Sophie-Marie Larrouy intitulé Sapin le jour, Ogre la nuit puis, en 2015, crée Chatons Violents, spectacle qui dénonce principalement le racisme de gauche, en s'attaquant notamment à ceux qui sont baptisés les « BBB », c'est-à-dire les « bons blancs bobos ». Plus largement, le spectacle propose une réflexion sur notre propre violence et sur l'acceptation de l'autre[1].

En 2016, Océane-Rose-Marie tient d'autres chroniques sur le site d'Arrêt sur images[6].

En 2017 sort le film Embrasse-moi !, à propos d'amours lesbiennes, dont Océane-Rose-Marie co-signe le scénario et la réalisation avec Cyprien Vial (précédemment auteur de Bébé tigre). C'est ainsi son premier long métrage, où Océane-Rose-Marie y interprète une ostéopathe lesbienne qui tombe amoureuse d'une jeune femme sans savoir si cela peut être réciproque.

Affirmation de son identité : lesbienne puis homme trans[modifier | modifier le code]

Océane-Rose-Marie/Oshen est connue, pendant plusieurs années, en tant que lesbienne. Le succès de son spectacle La Lesbienne invisible a en grande partie reposé sur cette revendication : « Quand j’ai écrit mon spectacle, plusieurs producteurs m’ont dissuadée de mettre le mot lesbienne dans le titre. En fait, ça a attiré du public parce que, justement, personne n’ose en parler. J’ai eu des salles pleines pendant plus de quatre ans. Je pense que j’ai été médiatisée parce que j’ai un personnage doux, souriant, en creux. Je n’aurais pas eu la même presse si j’avais eu de la moustache et les cheveux courts. Ça révèle une ambivalence. On est prêt à donner la parole aux lesbiennes, mais il faut qu’elles soient dans une norme hétéro »[7]. Elle choisit alors de se présenter sous une allure très féminine : « Avant de faire mon coming out, je m’habillais de manière beaucoup plus masculine. J’aime les jolies choses, et depuis que je suis devenue célèbre, je n’ai plus besoin de prouver que je suis lesbienne, ça se sait »[8].

Ayant pris conscience en 2016 de son identité masculine, Océane Rosemarie fait un nouveau coming out, cette fois en tant qu'« homme trans […] et pas simplement homme » le , sur le nouveau média Komitid, à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie. Adoptant alors le nom d'Océan[9],[10],[11], l'humoriste déclare « J'ai compris que j’étais épuisé d’être une femme parce que ce n’était pas en adéquation avec qui je me sentais intérieurement »[12] et précise suivre un traitement hormonal[13].

Prises de position[modifier | modifier le code]

En 2009, le spectacle La Lesbienne invisible milite en faveur de l'acceptation des gays et des lesbiennes. Océane-Rose-Marie pensait se limiter à un seul spectacle de ce type, mais les manifestations contre le « mariage pour tous » l'encouragent à développer à nouveau ces thématiques dans d'autres spectacles[1].

En 2016, dans une tribune publiée dans Libération, Océane-Rose-Marie prend la défense de la militante controversée Houria Bouteldja[14], écrivant notamment : « Elle interroge l’extermination des Juifs d’Europe et son instrumentalisation par le projet sioniste depuis le monde colonisé », ce qui provoque une polémique deux ans plus tard[15],[16].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Interprétation[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Réalisation[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Sous le pseudonyme Oshen :

Vidéoclips[modifier | modifier le code]

  • En miettes (2011) : réalisation de François Valla, avec Carole Brana, Magali Causan et Oshen[17].

Publications[modifier | modifier le code]

Participations

  • La Lesbienne invisible (album de bande dessinée d'après son spectacle), dessins de Sandrine Revel, scénario de Murielle Magellan, Delcourt, 2013
  • Préface de Je ne suis pas un produit fini (album de bande dessinée d'après son spectacle), dessins de Galou, scénario de Blan, éditions Blandine Lacour, 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Océanerosemarie blâme les « bons blancs bobos », Le Monde, 4 mars 2015.
  2. « Océanerosemarie, La Lesbienne invisible », sur oceanerosemarie.com (consulté en 10 septembre2017).
  3. « Bandcamp », sur oshen.bandcamp.com (consulté le 10 septembre 2017).
  4. « Editions Des ailes sur un tracteur », sur desailessuruntracteur.com.
  5. « Adaptation en BD : La Lesbienne invisible », sur Delcourt (maison d'édition).
  6. Voir sur Arrêt sur images, juillet 2017.
  7. « Gay Pride : les lesbiennes en quête de visibilité », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  8. « Océanerosemarie: «Je n’ai plus besoin de prouver que je suis lesbienne» », Libération,‎ (lire en ligne)
  9. « Le comédien et humoriste Océan fait son coming out trans », KOMITID,‎ (lire en ligne).
  10. Komitid, « Je vous demande de m'appeler Océan » [vidéo], (consulté le 17 mai 2018).
  11. « Le comédien Océan annonce son changement de genre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  12. « Comment Océanerosemarie est devenu Océan », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  13. « Océanerosemarie, désormais Océan : "Je ne deviens pas un homme pour être un connard" », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  14. Maëlle Le Corre, « "Qui a peur de Houria Bouteldja ?" par OcéaneRoseMarie [Libération »], yagg.com, 2 juin 2016.
  15. « Propos sur la Shoah : Christine Angot s'en prend à Océan dans "On n’est pas couché" », lci.fr, 4 novembre 2018
  16. Martin Planques, « "On n'est pas couché" : moment de tension entre Christine Angot et l'humoriste Océan », rtl.fr, 4 novembre 2018.
  17. [vidéo] Oshen - En miettes sur YouTube

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Oshun, déesse afro-américaine de l'amour et de la beauté

Liens externes[modifier | modifier le code]