Aïsha Kandisha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Aïsha Kandisha ou Aïcha Kandicha est une sorte de fée ogresse dans la mythologie du Maghreb et notamment du nord du Maroc ; elle est comparable à la fée Carabosse des contes occidentaux[1],[2]. Sa légende est répandue chez les peuples nomades et semi-nomades. Elle hante les lieux solitaires à la recherche d'hommes vagabonds[3].

Étymologie[modifier | modifier le code]

"Kandicha" serait l'arabisation du mot portugais ou espagnol "condessa" faisant référence à une "comtesse" liée aux expéditions portugaises au Maroc.[réf. nécessaire]

Légende[modifier | modifier le code]

Aïcha Kandicha symbolise la possession à travers l'image de la « mère vieillissante qui n'aurait pas lâché prise »[4]. Femme à la beauté et au charme exceptionnels, elle se rencontre de nuit, jamais le jour. Elle vit dans une rivière ou dans la mer. Son attrait est si puissant qu'aucun homme ne peut lui résister, sauf celui qui la reconnait et exhibe un couteau ou tout objet métallique. Elle ne s'intéresse qu'aux célibataires[5].

Elle décrit un esprit habitant le corps de certaines femmes, ou ayant une apparence féminine. Le mythe a la particularité de varier selon les régions du Maghreb. Dans le sud, elle prend une apparence de chèvre avec de longues mamelles et de jolies jambes de femme pour séduire les hommes et les rendre fous. Dans le nord, elle prend une apparence de jolie femme avec des jambes de bouc ou d'âne[6]. Cette légende a inspiré un grand nombre de musiciens.

La plus probable des histoires connues au Maroc est que Aïcha était une très belle femme marocaine qui attirait les soldats portugais afin de les tuer avec l'aide des hommes de la résistance à l'époque de la colonisation. Les soldats portugais l'auraient nommée "condessa", transformée après en "kandicha".[réf. nécessaire]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Murielle Lucie Clément, Relations familiales dans les littératures française et francophone des XXe et XXIe siècles, vol. 2, Paris, éditions L'Harmattan, , 396 p. (ISBN 9782296058316)
  • Françoise Duvignaud, Le corps de l'effroi, vol. 1, Le Sycomore, , 146 p. (présentation en ligne).
  • Geneviève Dubois, Imaginaire et thérapie du langage, vol. 13 de Collection d'orthophonie, Paris, Elsevier Masson, (ISBN 978-2-294-00659-3).
  • Manfred Lurker, Dictionary of Gods and Goddesses, Devils and Demons, Routledge, 1987. (ISBN 0-7102-0877-4).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Le film fantastique Kandisha de Jérôme Cohen-Olivar sorti en 2010, s'inspire directement de la légende d'Aïsha Kandisha.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Aisha Kandisha `s Jarring Effects : Groupe de musique populaire marocaine créée à Marrakech en 1987 par trois musiciens marocains : Abdou El Shaheed, Habib El Malak et Pat Jabbar.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dubois 2001, p. 82
  2. Lurker, Manfred (1987), p.293.
  3. Duvignaud 1981
  4. Institut havrais de sociologie économique et de psychologie des peuples, Cahiers de sociologie économique et culturelle, ethnopsychologie, Numéros 21 à 22, 1994
  5. monde animal, végétal et minéral dans l'imaginaire des écrivains marocains de langue française Critiques littéraires, Annie Devergnas-Dieumegard, Éditions L'Harmattan, 2003, ISBN 2747544230,ISBN 9782747544238, pages 432,4 33.
  6. (fr) Murielle Lucie Clément 2008, [précision nécessaire]

Lien externe[modifier | modifier le code]