La Roche-aux-Fées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roche-aux-Fées.
Roche-aux-Fées
Roche-aux-fées1.jpg

Vue d'ensemble de la Roche-aux-Fées.

Présentation
Type
dolmen
Construction
Néolithique
Propriétaire
commune
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Bretagne
Département
Ille-et-Vilaine
Commune
Essé
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Ille-et-Vilaine
voir sur la carte d’Ille-et-Vilaine
Red pog.svg

La Roche-aux-Fées est un dolmen en forme d'allée couverte situé dans la commune d'Essé, dans le département français d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne. Son nom vient d'une légende prétendant que les pierres auraient été apportées par des fées, légende souvent à l'origine du nom de « roche aux fées » donné à des dolmens ou allées couvertes.

Le dolmen est composé de plus d'une quarantaine de pierres formant un couloir quatre fois plus long que large. Son orientation nord-nord-ouest – sud-sud-est est telle que le soleil se lève dans l'alignement de celui-ci lors du solstice d'hiver.

C'est un des mille premiers monuments historiques classés en France et un des quatre situés à l'époque en Ille-et-Vilaine[n. 1].

Situation[modifier | modifier le code]

Le monument se situe sur la commune d'Essé, en Ille-et-Vilaine, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Rennes et à trois kilomètres au sud-sud-est par rapport au bourg d'Essé. Il est situé à proximité du hameau de la Roche et de la ferme du Rouvray, non loin de la frontière avec la commune du Theil-de-Bretagne. Le dolmen se trouve le long de la route départementale 341 entre Essé et Retiers. Il est à une altitude d'environ 70 mètres dans la vallée de la Seiche.

Alors que la plupart des dolmens du même type se trouve en Anjou, la localisation isolée de la Roche-aux-Fées est une exception[1].

Seul mégalithe de la commune, on trouve cependant plusieurs autres sites dans les environs. Selon la légende, certains auraient été abandonnés par les fées lors de la construction du dolmen :

Le toponyme est déjà présent sur la carte de Cassini[2] et le dolmen est signalé sur la plupart des cartes modernes.

Le dolmen donne son nom à la communauté de communes de la Roche-aux-Fées.

Historique[modifier | modifier le code]

L'époque exacte de la construction est donc inconnue, mais se situerait hypothétiquement au Néolithique final (soit entre 3 000 et 2 500 ans av. J.-C.[3]).

Des fouilles clandestines ont été effectuées par des paysans à la fin du XVIIIe siècle mais aucune découverte n'a été rapportée[4].

Une des toutes premières attestations est celle de l'abbé Roussel en 1752 :

« Il y en a une d'une grandeur prodigieuse dans la paroisse d'Essé à 5 ou 6 lieues de Rennes »

— Abbé Roussel, 1752[5]

Représentations de 1756.

En 1756, Anne Claude de Caylus en donne une description ainsi que plusieurs représentations :

« Sur les confins des Paroiſſes de Teil, & d'Eſſé, dans l'Evêché de Rennes, habité autrefois par les Rhedones, on trouve au milieu d'une ancienne forêt un ouvrage ſingulier, que les habitans du pays connoiſſent ſous le nom de la Roche aux Fées […] »

— Anne Claude de Caylus, Recueil d'antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines[6]

Le régiment d'Orléans dragons aurait fait la fête ainsi qu'un feu dans le dolmen en 1789, abimant ainsi le dessous des dalles de couvertures[4].

Depuis la première moitié du XIXe siècle, le site a fait l'objet de plusieurs visites par des sociétés d'archéologie locales, principalement la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine qui a publié plusieurs rapports et comptes-rendus. Néanmoins, aucune fouille archéologique approfondie n'a été menée, ni céramique signalée sur le site[7].

Le site devient touristique et vers 1855, des étrangers (des Anglais selon un témoignage) détériorent la pierre supérieure du trilithe d'entrée[8].

C'est un des 1034 monuments historiques classés dans la liste des monuments historiques protégés en 1840 et un des quatre situés en Ille-et-Vilaine[n. 1],[M 1],[M 2].

Description[modifier | modifier le code]

Schéma de la position des pierres
Vue schématique, du-dessus, distinguant les 41 plus grosses pierres.

C’est un dolmen à couloir de type angevin[n. 2], composé d’une succession de portiques, plutôt qu’une allée couverte[9]. Elle comprend une chambre principale précédée par une antichambre. La chambre principale est elle-même divisée en quatre parties (peut-être des caveaux de famille) par trois pierres transversales placées sur la paroi de la chambre côté sud.

La plupart des auteurs recensent quarante[6] à quarante-deux[10] pierres, dont les plus lourdes atteignent quarante tonnes. Le schéma ci-contre illustre l’agencement de quarante-et-une pierres : neuf pierres horizontales (tables), dont une beaucoup plus petite que les autres, et trente-deux pierres verticales (orthostates), dont une inclinée et une plus importante pour le chevet. Une pierre se trouve à part, entourée par les racines d’un arbre.

La table du portique d’entrée est un linteau de 5,5 mètres de longueur reposant sur deux piliers d’un mètre de hauteur. Elle était instable apparemment jusqu’en 1855[n. 3].

La forme de la structure est proche d’un parallélépipède qui mesure 19,5 m de long pour environ 4,70 m de large et au maximum 4,10 m de haut. L’antichambre de 3,5 mètres de long est légèrement moins haute que la chambre principale avec laquelle elle communique par une porte constituée de deux dalles transversales.

Les pierres sont en schiste pourpré ordovicien affleurant (et non extrait). La forêt du Theil, distante d'environ 5 km, est l'endroit le plus proche où l'on trouve ce type de roches[1].

Bien qu’aucune fouille ne le prouve, la présence d’un « sol caillouteux » indique qu’à l'origine, la structure devait probablement être recouverte d’un tumulus de blocailles ou d’un cairn comme la plupart des monuments de ce type[11]. De la même façon, du fait d'ossements trouvés dans des monuments semblables, on peut supposer que la Roche-aux-Fées avait un rôle funéraire.

Un modèle 3D de la Roche-aux-Fées a été créé par le Heritage Together projet en utilisant la photogrammétrie[12].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Légendes et croyances[modifier | modifier le code]

Dessin de 1834.

Plusieurs légendes et croyances ont pour sujet la Roche-aux-Fées, notamment celle de fées s'installant à Essé et se partageant le travail pour construire leur demeure. Lorsque l'édifice fut achevé, les fées bâtisseuses n'avertirent que tardivement les fées qui transportaient de gros blocs devenus inutiles. Aussi ces dernières laissèrent tomber les rochers de leurs tabliers, essaimant ainsi des menhirs comme celui de Runfort ou ceux de la lande des Trois-Marie[n. 4].

D'autres croyances portent sur le nombre de pierres du monument qui varierait sans cesse[13]. Une croyance en particulier veut que les jeunes mariés doivent à la nouvelle lune compter le nombre de pierres en faisant le tour du dolmen chacun de son côté, les femmes dans le sens des aiguilles d'une montre et les hommes en sens inverse ; s'ils obtiennent le même nombre alors leur union sera durable[14]. Il existerait aussi une « pierre branlante témoignant de la fidélité conjugale. »[15]

Une croyance recueillie au XIXe siècle présente la Roche-aux-Fées comme une grotte construite par les fées pour protéger les âmes des bonnes gens, mais ces fées se sont enfuies depuis la mort des arbres il y a plus de deux siècles. Depuis, le sifflement du vent entre les pierres serait les lamentations des âmes auxquelles elles ne rendent plus visite[16].

Il est aussi dit que « celui qui détruira le dolmen d'Essé mourra dans l'année »[17].

Il existe aussi une croyance qui fait de la structure le tombeau d'un général romain. Un ingénieur géographe du XVIIIe siècle indique :

« Les gens des environs veulent que ce ſoit un ancien temple des Fées, pour leſquelles leurs ancêtres avoient beaucoup de vénération ; opinion ridicule, mais peu étonnante, ſi l'on fait attention que ce ſont des paysans les plus groſſiers qui penſent ainſi. […] Les gens ſenſés croient que ce monument eſt le tombeau d'un Général Romain. »

— Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne[10]

Ce à quoi Arthur de La Borderie répond presque un siècle plus tard :

« Je laisse à choisir ici laquelle est la plus grossière, de la poétique légende des paysans ou de la bévue pédantesque des gens sensés. »

— Arthur de La Borderie, La Bretagne contemporaine[18]

En 1904, Adolphe Orain en donne une description en préambule de son conte La Fée des Houx. Dans ce conte, un bûcheron et sa femme enterrent un pot à ne pas ouvrir à l'intérieur de la Roche-aux-Fées en échange d'une bourse magique qui contient des pièces d'or à volonté. Dans d'autres légendes, un paysan trompe une fée qui cherche à échanger le nouveau-né de la ferme soit en utilisant un crible soit en l'aveuglant avec de l'eau bouillante, répondant à la fée qui cherche qui a osé lui faire cela « C'est moi-même »[19] (comme Ulysse se nomme « personne » devant Polyphème).

Autres mégalithes similaires[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs mégalithes similaires. Bien que l'on trouve des allées couvertes partout en France, les mégalithes les plus semblables sont ceux de la famille des dolmens angevins à portique. Ceux-ci se trouvent principalement dans la région de l'Anjou, il n'y en a que quelques-uns en Bretagne. En plus de la Roche-aux-Fées, on en compte deux autres dans le Morbihan[20] à Cournon[M 6] et La Chapelle-Caro[M 7].

Le dolmen de Bagneux à Saumur est un des monuments les plus proches de par sa structure et ses dimensions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dans le rapport au ministre Liste des monuments pour lesquels des secours ont été demandés, 6 monuments ont été proposés : l'ancienne Cathédrale Saint-Samson de Dol-de-Bretagne, la chapelle Sainte-Agathe de Langon, le dolmen d'Essé, l'église Notre-Dame de Vitré, l'église Saint-Ouen-la-Rouerie, et la tribune du château de Vitré (les deux derniers n'ont pas été retenus).
  2. Le terme fait l’objet de débat à propos de sa définition. Selon Jean l’Helgouach, la terminologie la plus courante est « dolmen angevin à portique » et exclut les allées couvertes. Ce type de mégalithe a été identifié et utilisé par Michel Gruet en 1956 puis 1967 dans son Inventaire des mégalithes de la France et présenté dans « Dolmens angevins à portique », Bulletin de la Société préhistorique française, 1956, volume 53, no 7-8, p. 397-401. En 1941, Glyn Daniel avait déjà décrit les galery graves of type Loire.
  3. Cette mobilité a fait l’objet de plusieurs visites et de compte-rendu de la part de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine.
  4. Voir notamment Contes et légendes de Bretagne, Mikaël Lascaux, ISBN 2-7048-0400-1, pp. 91 à 94 qui reprend le Collectionneur Breton, t. III, p.  55.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le Roux 1998
  2. La Roche aux fées sur la carte Cassini sur Géoportail.
  3. Selon Boulé 1981, « en se basant sur la thèse évolutionniste qui fait dériver ce style des sépultures à couloir » (peut-être d'après Jean L'Helgouach). Mais Briard 1990, p. 35 retient entre 3 500 et 3 000 ans av. J.-C., sans préciser pourquoi.
  4. a et b Bézier 1883-1886, p. 137
  5. Cité par Boulé 1981
  6. a et b de Caylus 1756
  7. Boulé 1981
  8. Passim dont Bézier 1883-1886, p. 146, 147
  9. Mémoires de la société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, tome LIII, Charles-Tanguy Le Roux, 1975-1976, p.  197-198.
  10. a et b Ogée 1778
  11. Le Roux 1998, p. 39
  12. (en) « La Roche Aux Fees Burial Chamber », sur Heritage Together,‎ (consulté le 9 septembre 2014)
  13. Bézier 1883-1886, p. 138
  14. Boulé 1981
  15. Evellin 1930, p. 171
  16. Millon 1923, p. 78
  17. Millon 1923, p. 89, citant « Mémoires de l'Académie celtique, V, p. 41 » (de Noual de la Houssaye 1810).
  18. La Borderie 1867, p. 109
  19. Bézier 1883-1886, p. 139
  20. Jean L'Helgouac'h, Les dolmens de type « Loire » en Bretagne, 1956.

Références à la base Mérimée[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages anciens[modifier | modifier le code]

  • Anne Claude de Caylus, Recueil d'antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines, t. 6, Paris, (lire en ligne), p. 388-389 et pl. CXXIII
  • Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 2, Rennes, , 1e éd. (lire en ligne), p. 93-94
  • (en) Alexander Blair et Sir Francis Ronalds, Sketches at Carnac (Brittany) in 1834 : or, notes concerning the present state of some reputed celtic antiquities in that adjoining communes with a postscript, containing an account of the great Roche aux Fées of Essé, &c., Londres,
  • Louis Du Bois, La Roche aux fées : galerie druidique, Vitré, Vve Antignac, , 12 p.
  • Paul Bézier, Inventaire des monuments mégalithiques du département d'Ille-et-Vilaine, Rennes, Hyacinthe Caillière, 1883-1886, 360 p., 2 vol. dont un supplément (lire en ligne), p. 133-151 et pl. XVIII-XX
    Les deux légendes des pages 140 et 141 sont reprises du Collectionneur breton, t. III, p. 55. Les pages 144 à 150 sont deux procès verbaux des 21 décembre 1882 et 7 janvier 1883 et une lettre de 1837.
  • Paul Bézier, La forêt du Theil et la Roche aux fées d'Essé, Rennes,
  • Arthur de La Borderie et Félix Benoist (illustrateur), « Arrondissement de Vitré, Canton de Rétiers », dans La Bretagne contemporaine : sites pittoresques, monuments, costumes, scènes de mœurs, histoires, légendes, traditions et usages des cinq départements de cette province, vol. Ille-et-Vilaine, Nantes, H. Charpentier, (réimpr. 1977)

Ouvrages modernes[modifier | modifier le code]

  • Gérard Boulé, Le monument mégalithique de la Roche-aux-Fées, Châteaulin, Jos Le Doaré, coll. « Images de Bretagne », , 16 p. (notice BnF no FRBNF34666073, présentation en ligne)
Réédition de 1973 (notice BnF no FRBNF35172109), 11p.
  • Olivier Eudes, Dolmen et menhir de Bretagne, Paris, Pygmalion, coll. « Richesses de notre patrimoine », , 95 p. (ISBN 2-85704-102-0, notice BnF no FRBNF36262642), p. 38

Articles[modifier | modifier le code]

  • Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine, (ISSN 0750-1412) (OCLC 51910025) :
    • F. Saulnier, « Rapport de M. Saulnier, président de la société (séance du 10 juin 1884) », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine, Rennes, vol. 17,‎ , p. 187-190 (lire en ligne)
    • A. Millon, « Les mégalithes et leurs Légendes II. Les légendes c) Les Fées », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine, Rennes, vol. 50,‎ , p. 55, 64-65, 78, 89 (lire en ligne)
    • Émile Evellin, « Excursion de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine, Rennes, vol. 56,‎ , p. 170-171 (lire en ligne)
    • Léon Collin, « Quelques monuments mégalithiques du Sud-Est de l'Ille-et-Vilaine », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine, Rennes, vol. 59,‎ , p. 52-56 (lire en ligne)
    • Charles-Tanguy Le Roux, « La Roche-aux-Fées en Essé », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine, Rennes, vol. 101,‎ , p. 37-43
  • Mémoires de l'Académie celtique :
    • Alexandre de Noual de la Houssaye, « Mémoire sur un Monument celtique du département d'Ille et Vilaine, connu sous le nom de la Roche aux Fées. », Mémoires de l'Académie celtique, Paris, vol. 5,‎ , p. 371-383 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 8 juillet 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.