Urgèle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Urgèle était une fée toujours considérée comme bienfaisante.

Citations remarquables[modifier | modifier le code]

La fée est citée notamment par Voltaire dans son Ce qui plaît aux dames[1] en ces termes :

« Mes chers amis, c’était la fée Urgèle,
Qui dans son temps protégea nos guerriers,
Et fit du bien aux pauvres chevaliers. »

Balzac y fait allusion dans Le Cousin Pons :

« Fritz et Wilhem, étant des hommes assez ordinaires, n'écoutèrent point toutes les leçons de la Misère, ils se défendirent de ses atteintes, ils lui trouvèrent le sein dur, les bras décharnés, et ils n'en dégagèrent point cette bonne fée Urgèle qui cède aux caresses des gens de génie[2]... »

Elle est aussi mentionnée dans les Impressions d'Afrique de Raymond Roussel (1910) en ces termes [3] :

« On voyait la bienfaisante fée Urgèle secouant ses tresses pour répandre à l'infini des pièces d'or sur son passage » ou encore

« Certaines de ces tresses, visibles grâce au hasard qui les avait placées sur la poitrine ou contre les épaules, montraient maintes pièces d’or appliquées de haut en bas sur leur face extérieure.

Juliette, charmée, s’avança vers la visiteuse en prononçant ce nom :

— Urgèle!…

Soudain le socle, secoué de droite et de gauche au moyen de la tige, communiqua ses cahots au buste, dont les cheveux se balancèrent avec violence. D’innombrables pièces d’or, mal soudées, tombèrent en pluie abondante, prouvant que, par derrière, les nattes ignorées n’étaient pas moins garnies que les autres.

Quelque temps la fée répandit sans compter ses éblouissantes richesses, jusqu’au moment où, attirée par la même main supposée, elle s’éclipsa silencieusement. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir http://www.voltaire-integral.com/Html/10/02_Ce_qui.html, consulté le 8 novembre 2010
  2. Honoré de Balzac, Le Cousin Pons, « 17 - Où l'on voit que les enfants prodigues... »
  3. http://fr.wikisource.org/wiki/Impressions_d%E2%80%99Afrique Raymond Roussel, Édition Alphonse Lemerre, 1910

Articles connexes[modifier | modifier le code]