Petite lèvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lèvre (homonymie), Nymphe (homonymie) et Nymphes.
Article principal : Lèvre vaginale.
Une vulve en position ouverte - Légende : 1. Capuchon du clitoris ; 2. Gland du clitoris ; 3. Méat urinaire ; 4. Vestibule vulvaire ; 5. Petites lèvres ; 6. Orifice vaginal ; 7. Grandes lèvres ; 8. Raphé du périnée.

Les petites lèvres ou nymphes sont deux replis muqueux qui font partie de la vulve (appareil reproducteur féminin externe).

Situées à l’intérieur des grandes lèvres, elles encadrent l’entrée du vagin.

À leur sommet se trouve le gland du clitoris ; le méat urinaire est situé entre les petites lèvres, sous le clitoris et au-dessus de l’entrée du vagin. Elles peuvent dépasser des grandes lèvres chez certaines femmes.

Les petites lèvres sont des muqueuses qui, lors de l’excitation sexuelle, gonflent comme le clitoris. Les frottements contre les petites lèvres lors des rapports sexuels ou la masturbation contribuent au plaisir féminin.

L’intérieur des petites lèvres est lubrifié lors de l’excitation par les glandes vestibulaires majeures qui sécrètent la cyprine.

Le frein[modifier | modifier le code]

Le frein (ou frenulum) des petites lèvres, appelé aussi commissure postérieure des petites lèvres, frein vulvaire ou fourchette (frenulum labiorum pudendi en latin), est un frein, c'est-à-dire une languette de tissus, qui joint postérieurement les petites lèvres entre elles. Il se trouve sous la fosse du vestibule du vagin et au-dessus de la commissure postérieure des grandes lèvres. Contrairement aux grandes lèvres qui ont une commissure antérieure et une commissure postérieure , il n'y en a qu'une pour les petites lèvres : la partie antérieure de celles-ci débouche vers le frein du clitoris, qui se prolonge vers le gland du clitoris[1],[2].

Vulve ouverte répertoriant les commissures : celle des petites lèvres est numérotée B.

Mutilations génitales féminines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mutilations génitales féminines.

Références[modifier | modifier le code]

  1. R. Grégoire et S. Oberlin, « Vulve, Précis d'anatomie - 11e édition » [html], sur Information Hospitalière (consulté le 7 décembre 2018).
  2. Henri-Jean Philippe, « Le praticien face aux mutilations sexuelles féminines », Gynécologie sans frontières, Ministre de la Santé et des Sports,‎ , p. 1-115 (lire en ligne [PDF], consulté le 7 décembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]