Nūn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.
نون
Nūn
Image illustrative de l'article Nūn
Graphies
Isolée ن
Initiale نـ
Médiane ـنـ
Finale ـن
Utilisation
Alphabets Arabe
Ordre 25e
Phonèmes principaux /n/

Nūn (en arabe نون, nūn, ou simplement ن) est la 25e lettre dans l'alphabet arabe. Elle correspond au son consonne nasal alvéolaire voisé, /n/ selon la notation de l'alphabet phonétique international.

Sa valeur numérique dans la numération Abjad est 50.

Elle dérive de la lettre nun, 14e lettre de l'alphabet phénicien qui a aussi donné le N latin.

Dans la culture arabo-musulmane, le symbole ن sert parfois à désigner une personne de culture chrétienne car il s'agit aussi de la première lettre du mot نصراني (nasrani), qui dérive de Nazareth, ville d'origine de Joseph et Marie.

Le symbole des chrétiens d'Orient[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

En 2017, le chanteur Jean-Pax Méfret sort un album intitulé Noun, en hommage aux chrétiens d'Orient. Il est composé du morceau éponyme, de la chanson La Force et d'un récit intitulé L'histoire racontée des Chrétiens d'Orient[1].

Campagne de 2014 sur les réseaux sociaux[modifier | modifier le code]

En 2014, le symbole ن a été utilisé sur les réseaux sociaux[2] comme marque de soutien aux chrétiens d'Irak soumis à une campagne d'exactions de djihadistes de l'organisation de l'État islamique, lesquels marquaient de la lettre ن les portes des maisons de ces familles chrétiennes en vue de leur futur pillage[3].

Par la suite, le symbole a été repris par une large quantité d'individus voulant montrer leur identité chrétienne et nationaliste - notamment en Europe - sans forcément établir de rapport avec les persécutions des chrétiens de Mésopotamie. Une controverse est née sur la question de savoir si les porteurs de ce symbole sont ou non constitutifs des groupuscules d'extrême droite sur Internet[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Eugénie Bastié et Alexandre Devecchio, « Jean-Pax Méfret : « Le martyre des Chrétiens d'Orient pourrait annoncer le nôtre » », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  2. Gregory Schwartz, « Le «noûn», stigmate antichrétien devenu signe de solidarité », sur Libération.fr, (consulté le 21 janvier 2015)
  3. « Irak : ن , nous sommes tous des nazaréens ! »
  4. « Qui se cache derrière le "noun", ce symbole de soutien aux Chrétiens d'Irak? », sur Le Huffington Post (consulté le 30 janvier 2016)