ݿ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.

Kāf deux points suscrits
ݿ
Graphies
Isolée ݿ
Initiale ݿـ
Médiane ـݿـ
Finale ـݿ
Utilisation
Écriture alphabet arabe
Phonèmes principaux [ŋ], [ɡ]

Kāf deux points suscrits est une lettre additionnelle de l’alphabet arabe anciennement utilisée dans l’écriture du persan.

Utilisation[modifier | modifier le code]

En persan, ‹ ݿ › a représenté une consonne occlusive vélaire voisée [ɡ] ou une consonne nasale vélaire voisée [ŋ], selon le dialecte. Elle a été remplacée par kāf long trait suscrit ‹ گ ›, kāf long rond ‹ ګ › ou kāf trois points suscrits ‹ ڭ › en persan et les langues utilisant un alphabet dérivé du persan[1].

Ibn Khaldoun l’utilise notamment en arabe au xive siècle pour noter le g dur berbère, la consonne occlusive vélaire voisée [ɡ], dans la Muqaddima, alternativement avec le kāf point suscrit ‹ ڬ › et le kāf point souscrit ‹ ࢴ ›, indiqant que la lettre est prononcé entre un kāf et un djīn (avec son point souscrit distinctif) ou un qāf (avec son point suscrit ou ses deux points suscrits)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Everson, Roozbeh Pournader et Elnaz Sarbar, Proposal to encode eight Arabic characters for Persian and Azerbaijani in the UCS, (lire en ligne)
  • Ibn Khaldoun (trad. M. de Slane), « Les Prolégomènes d’Ibn Khaldoun, première partie », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque impériale et des autres bibliothèques, Paris, Imprimerie nationale, vol. 19, no 1,‎ (lire en ligne)