Août rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le 18 août 1966, Mao Zedong a rencontré les gardes rouges sur Tian'anmen pour la première fois, déclenchant un massacre à Pékin.

L'Août rouge (chinois simplifié : 红八月 ; chinois traditionnel : 紅八月 ; pinyin: Hóng Bāyuè), signifiant à l'origine le mois d’août de l’année 1966 lors de la révolution culturelle chinoise, est également utilisé pour indiquer une série de massacres à Pékin.

Historique[modifier | modifier le code]

Gardes rouges sur la place Tian'anmen à Pékin (septembre 1966).

Le 18 août 1966, Mao Zedong a rencontré Song Binbin, une jeune garde rouge (deux semaines auparavant, Bian Zhongyun, la responsable de son école avait été battue à mort), sur la place Tian'anmen à Pékin, ce qui a grandement encouragé les gardes rouges qui ont ensuite commencé leur massacre dans la ville[1],[2],[3]. Dans le même temps, les gardes rouges ont commencé à détruire les « Quatre Vieilleries »[1],[2],[3].

Les massacres d’Août rouge ont eu lieu principalement pendant la période d’août 1966 au début de la Révolution culturelle[1],[2],[4],[5],[6]. Les méthodes utilisées pendant l'Août rouge étaient de battre, fouetter, étouffer, piétiner, bouillir, décapiter, etc; en particulier, la méthode utilisée pour tuer la plupart des nourrissons et des enfants les frappait contre le sol ou les coupait en deux[3],[7],[8],[9]. De nombreuses personnes, dont le célèbre écrivain Lao She, se sont suicidées après avoir été persécutées[4],[10].

Pendant les massacres, Mao Zedong s'est publiquement opposé à toute intervention du gouvernement dans le mouvement étudiant, et Xie Fuzhi, le ministre du ministère de la Sécurité publique, a également ordonné de protéger les gardes rouges et de ne pas les arrêter[11],[12],[13],[14],[15].

Cependant, les choses étaient devenues incontrôlables à la fin du mois d'août 1966, obligeant le Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et le gouvernement chinois à prendre de multiples interventions, ce qui a progressivement mis fin au massacre[14],[16].

Bilan de la mort[modifier | modifier le code]

Mao Zedong voyant les gardes rouges sur la place Tian'anmen (octobre 1966).

Selon les statistiques officielles de 1980, d'août à septembre en 1966, un total de 1 772 personnes — y compris des enseignants et des directeurs de nombreuses écoles — ont été tuées à Pékin par les gardes rouges ; en outre, 33 695 maisons ont été saccagées et 85 196 familles ont été contraintes de quitter la ville[1],[2],[17],[18]. Les chercheurs ont également souligné que, selon les statistiques officielles de 1985, le nombre réel de morts pendant l'Août rouge était supérieur à 10 000[18],[19],[20].

Le meurtre par les gardes rouges a également eu un impact sur plusieurs districts ruraux de Pékin, provoquant le « massacre de Daxing (en) », par exemple, au cours duquel 325 personnes ont été tuées du au dans le district de Daxing à Pékin[2],[4],[21]. Le plus vieux tué lors du massacre de Daxing avait 80 ans, tandis que le plus jeune n'avait que 38 jours; 22 familles ont été anéanties[1],[2],[3].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Gardes rouges sur la place Tian'anmen (1967).

L'Août rouge de Pékin est considéré comme l'origine de la terreur rouge de la révolution culturelle chinoise, influençant le mouvement des gardes rouges dans plusieurs villes dont Shanghai, Guangzhou, Nanjing et Xiamen, où les dirigeants politiques locaux, les intellectuels, les enseignants et les personnes de cinq catégories noires » ont été persécutées et tuées par les gardes rouges[1],[22],[23],[24],[25],[26].

Il y a eu une comparaison entre le 18 août 1966, qui était le point clé de l'Août rouge, et la Kristallnacht, qui a été le prélude de la Shoah de l'Allemagne nazie[24],[27],[28],[29],[30],[31]. L'Août rouge ainsi que les massacres suivants à travers la Chine pendant la Révolution culturelle ont également été comparés au massacre de Nankin commis par l'armée japonaise pendant la deuxième guerre sino-japonaise[28],[29],[30],[32],[33].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) Wang Youqin (王友琴), « Student Attacks Against Teachers: The Revolution of 1966 », sur Université de Chicago,‎
  2. a b c d e et f (en) Guo Jian, Yongyi Song et Yuan Zhou, Historical Dictionary of the Chinese Cultural Revolution, Rowman & Littlefield, , 542 p. (ISBN 978-1-4422-5172-4, lire en ligne)
  3. a b c et d (zh) Yu Luowen (遇罗文), « 文革时期北京大兴县大屠杀调查 », sur Université chinoise de Hong Kong (consulté le )
  4. a b et c (en) « A Massacre in Daxing County During the Cultural Revolution », Chinese Law & Government,‎ (DOI 10.2753/CLG0009-4609140370, lire en ligne)
  5. (en-GB) Tom Phillips, « The Cultural Revolution: all you need to know about China's political convulsion », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  6. (en-US) Yifu Dong, « My Grandfather Survived China's Cultural Revolution. Why Does He Still Love Mao? », sur Foreign Policy (consulté le )
  7. (zh) Wang Youqin (王友琴), « 文革受难者 ——关于迫害、监禁和杀戮的寻访实录 », sur Université de Chicago
  8. (zh) « 北京大兴文革屠杀:婴儿被劈成两半 », sur Boxun (博讯),‎ (consulté le )
  9. (zh) « 集体遗忘文革,无疑是一种更深远的民族公耻 », sur Ipkmedia (光传媒),‎ (consulté le )
  10. Paul Brady, « Death and the Nobel-On Lao She's "Suicide" », sur Université chinoise de Hong Kong,
  11. (zh) Xiong Jingming (熊景明), Song Yongyi (宋永毅) et Yu Guoliang (余國良), 中外學者談文革, The Chinese University of Hong Kong Press,‎ , 404 p. (ISBN 978-988-17563-3-6, lire en ligne)
  12. (zh) Mao Zedong, « 毛泽东在中央工作会议上的讲话(一九六六年八月二十三日) », 中文马克思主义文库 (consulté le )
  13. (zh) « 文革公安部长谢富治谈红卫兵打死人:我们管不着 », sur Phoenix New Media (凤凰网) (consulté le )
  14. a et b « 卞仲耘丈夫:宋彬彬没参与打人 但她是一伙儿的 », sur Phoenix New Media (凤凰网) (consulté le )
  15. (zh) « 对红卫兵组织失去信任 毛泽东决定下放知青始末 », sur Phoenix New Media (凤凰网) (consulté le )
  16. (zh) Wang Nianyi (王年一), « 《亲历重庆大武斗》序 », sur China News Digest (华夏文摘),‎ (consulté le )
  17. (zh) Wang Jiajun (王家骏), « 怎样反思“红卫兵” », sur Phoenix Weekly (凤凰周刊),‎ (consulté le )
  18. a et b (zh) Song Yongyi (宋永毅), « 文革中“非正常死亡”了多少人? ---- 读苏扬的《文革中中国农村的集体屠杀》 », sur Boxun (博讯),‎ (consulté le )
  19. (zh) Peng Xiaoming (彭小明), « 记下老红卫兵的血债 », sur Beijing Spring (北京之春),‎ (consulté le )
  20. (zh) Sai Hongqiu (塞鸿秋), « 毛泽东大笑谈杀人 », sur Boxun (博讯),‎ (consulté le )
  21. (en-US) Daniel Southerl, « A NIGHTMARE LEAVES SCARS, QUESTIONS », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le )
  22. (zh) Xiong Jingming (熊景明), Song Yongyi (宋永毅) et Yu Guoliang (余國良), 中外學者談文革, The Chinese University of Hong Kong Press,‎ , 404 p. (ISBN 978-988-17563-3-6, lire en ligne)
  23. (zh) « 47周年回放:再忆文革“八.一八”和 “红八月” », sur Radio Free Asia,‎ (consulté le )
  24. a et b (zh) Jin Zhong (金钟), « 红八月,血迹未乾 », sur Independent Chinese PEN Center,‎ (consulté le )
  25. (zh) « 1966年首都红卫兵上海搞武斗:没打死就是文斗 », sur Tencent (腾讯) (consulté le )
  26. (zh) Wang Youqin (王友琴), « 卞仲耘纪念文章(续) », sur Université de Chicago (consulté le )
  27. (zh) « 王容芬经历的"8·18" », sur Deutsche Welle (consulté le )
  28. a et b (zh) « 沉重的回忆(41)“文革”风暴到来的时候 », sur Université chinoise de Hong Kong (consulté le )
  29. a et b (zh) Xi Ligong (犀利公), « 犀利公:也说“老红卫兵” », sur Boxun (博讯),‎ (consulté le )
  30. a et b (zh) Lang Jun (郎钧), « 伫视王晶垚-宋彬彬对簿历史的公堂——《宋彬彬谈话纪要》的解读及其它(下) », sur China News Digest (华夏文摘),‎ (consulté le )
  31. (en) Sheng-Mei Ma, « CONTRASTING TWO SURVIVAL LITERATURES: ON THE JEWISH HOLOCAUST AND THE CHINESE CULTURAL REVOLUTION », Holocaust and Genocide Studies, vol. 2, no 1,‎ , p. 81–93 (ISSN 8756-6583, DOI 10.1093/hgs/2.1.81, lire en ligne)
  32. (zh) Luori Yudeng (落日餘燈), « 讀者來函:建構文化創傷——從南京大屠殺與「文革」說起 », sur Initium Media (端傳媒科技),‎ (consulté le )
  33. (zh) Ma Jian (马建), « 谁敢把皇帝拉下马?——文革五十周年反思 », sur Independent Chinese PEN Center,‎ (consulté le )