Les Habits neufs du président Mao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Habits neufs du président Mao
Auteur Simon Leys
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Essai politique
Éditeur Champ libre
Date de parution 1971
Couverture Hou Bo (la photographe officielle de Mao Zedong)
ISBN 2-85184-043-6
Chronologie

Les Habits neufs du président Mao. Chronique de la Révolution culturelle est un livre de Simon Leys publié en 1971 par Champ libre. Il fait partie de sa série d'essais sur la Chine. Le titre renvoie au conte de Hans Christian Andersen, Les Habits neufs de l'empereur.

La chronique traite des événements qui se sont déroulés en République populaire de Chine de février 1967 à octobre 1969, au plus fort de la Révolution culturelle, alors que l'auteur se trouvait lui-même à Hong Kong.

Pendant la vogue du maoïsme en France, ce texte a mis en avant, comme explication de la Révolution culturelle, les luttes de pouvoir entre factions dirigeantes, et plus particulièrement la volonté de Mao de détruire le Parti communiste chinois afin de reprendre le pouvoir qui lui avait échappé depuis plusieurs années.

Le journaliste Francis Deron du Monde indique à propos des sources qu'il s'agit : « Des démarquages de poncifs sur des feuilles de papier calque fournies par des services de propagande de Pékin eux-mêmes déboussolés.[...] En fait, Leys ne faisait que lire sans lunettes déformantes la presse du régime et ses émanations, toutes bien assez éloquentes pour permettre de dresser de premiers constats. »[1]. Simon Leys revendique, dès 1972, l'exhaustivité des sources utilisées. Dans la presse communiste chinoise, ce sont : Renmin ribao (Le Quotidien du Peuple), Hong qi (Drapeau rouge), Jiefang jun bao (journal de l'Armée populaire de libération), Wenhui bao. Simon Leys utilise aussi les publications des Gardes rouges. Pour la presse de Hong Kong, il lit Da gong bao, journal officiel du régime communiste, Ming bao (Gauche indépendante), Xingdao ribao (droite)... Simon Leys cite aussi les sources des annexes, avec de nombreux documents relatifs à l'affaire Peng Dehuai. Pour les biographies, Simon Leys utilise le Biographical Dictionary of Republican China de Boorman, le Who's Who in communist China, Huang Zhenxia , Zhonggong junren zhi, China News Analysis[2],[3]. Pour le sinologue Jean Daubier : « C'est une anthologie de ragots circulant à Hong-Kong depuis des années et qui ont une source américaine très précise. Il est significatif que l'auteur n'ose guère citer ses sources [...] Cela frise le charlatanisme ». Le journaliste Alain Bouc considère : « Une nouvelle interprétation de la Chine par un « China watcher » français de Hongkong travaillant à la mode américaine. Beaucoup de faits, rapportés avec exactitude, auxquels se mêlent des erreurs et des informations incontrôlables en provenance de la colonie britannique. Les sources ne sont d'ordinaire pas citées, et l'auteur n'a manifestement pas l'expérience de ce dont il parle. La Révolution culturelle est ramenée à des querelles de cliques ».

Présentation[modifier | modifier le code]

Le titre est une référence au conte de Hans Christian Andersen, Les Habits neufs de l'empereur, où un enfant dit candidement ce qu'il voit quand passe le grand-duc dans ses fameux habits neufs : « Mais le grand duc est tout nu ! »[note 1].

Pour Simon Leys : « De génération en génération, l’Occident a systématiquement ignoré les forces révolutionnaires qui se manifestaient en Chine, préférant à chaque fois soutenir l’ordre pourri contre lequel ces forces s’insurgeaient. ». Il présente plusieurs situations montrant que le monde occidental exprima son hostilité aux mouvements contestataires chinois entre le milieu du XIXe siècle jusqu’au début des années 1970, indiqua constamment son hostilité aux mouvements contestataires chinois. À partir de cette date, Mao Zedong ayant révélé « sa nature essentiellement archaïque et réactionnaire », ils le vénérèrent[4].

Pour le journaliste David Caviglioli, Simon Leys « montre la Révolution culturelle comme la fin sanglante et pathétique d’un coup d’Etat manqué, et Mao comme un vieil homme paniqué, incapable de construire ce grand Etat moderne qu’il a promis au peuple, craignant d’être évincé par l’élite compétente du pays, décidant donc de la massacrer. »[5]. Pour Simon Leys, « la Révolution culturelle, qui n'eut de révolutionnaire que le nom, et de culturel que le prétexte tactique initial, fut une lutte pour le pouvoir menée au sommet entre une poignée d'individus derrière le rideau de fumée d'un fictif mouvement de masses »[1],[6],[7].

Peng Dehuai et Mao Zedong en 1953 (photographie de Hou Bo)

Selon Pierre Haski, Simon Leys voit dans le « Grand Timonier » « un empereur autocrate rompu aux intrigues et aux manipulations, obsédé par la destruction frénétique de toutes les traces de l’ancienne culture chinoise systématiquement qualifiée de féodale », Mao Zedong veut détruire « les livres, les temples et d’innombrables Chinois de la classe moyenne, professeurs, fonctionnaires et intellectuels accusés d’être les suppôts de l’ancienne Chine impériale ». Des cadres du Parti sont éliminés dont le président de la République Liu Shaoqi et le général Peng Deng Huai[8]. Simon Leys prévoit la chute de Lin Biao, le successeur désigné de Mao Zedong[1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Lettre ouverte à Mao Zedong[modifier | modifier le code]

de Peng Dehuai le 14 juillet 1959

Dans cette Lettre, tout en feignant de reconnaître le succès du Grand Bond en avant de 1958, Peng Dehuai ne manque pas une occasion d'en souligner les échecs et les méfaits. Il feint également de n'en accuser que les camarades, en usant du nous pour désigner les coupables dont l'expérience est incomplète, la compréhension superficielle. Et surtout,

« l'exaltation petite-bourgeoise qui nous rend trop aisément enclins aux erreurs gauchistes : en 1958, pendant le Grand Bond, beaucoup de camarades et moi-même se sont laissés enivrer par les résultats du grand bond et par la ferveur du mouvement de masse. Beaucoup de tendances gauchistes ont pris un développement considérable, dans notre impatience à trouver un raccourci vers le communisme... »

Simon Leys, d'après l'édition Ding Wang : Peng Duhai Wenti Zhuan ji-Zhongong ennuya da geming zilia huitain, vol. 3, Hong Kong, 1969..

Lettre d'excuses à Mao Zedong[modifier | modifier le code]

de Peng Dehuai après sa disgrâce le 9 septembre 1959

Semonce à l'Empereur[modifier | modifier le code]

par Hai Rui. Article de Wu Han[9].

L'article écrit sous forme de conte de sagesse est une allusion directe à l'injuste disgrâce qui frappe Peng Dehuai. Il sera ensuite adapté en un opéra classique : La Destitution de Hai Rui, œuvre qui sera elle-même à l'origine de la disgrâce de Wu Han[10]. Le récit a lieu sous l'empereur Ming Jiajing (1507 – Pékin, 1567), onzième empereur de la dynastie Ming. Cet empereur « jouissait d'une inviolabilité absolue, son nom même (嘉靖) était tabou, tout caractère qui se retrouvait dans la composition de son nom devait être écrit avec l'un ou l'autre jambage en moins » (…) Donc cet homme inaccessible reçoit une semonce sévère d'un de ses sujets qui l'accuse de pressurer son peuple jusqu'au dernier sou et de perdre son temps à adresser des lettres aux esprits. Hai Rui accompagne sa lettre d'un mémoire sur la situation politique du pays, et somme le souverain de répondre à cette question : « Valez-vous mieux que l'empereur Wendi des Han ? ». Furieux, Jiajing s'apprête à punir l'insolent, mais l'eunuque Huang Jin lui annonce que Hai Rui attend tranquillement la mort chez lui. Et Jiajing de s'exclamer « Cet homme est vraiment de la trempe de Bi Gan »[11]. La réputation de Hai Rui lui vaut une très grande sympathie populaire, et lorsqu'il est calomnié auprès de l'empereur, des érudits prennent sa défense. Pour finir, Hai Rui est adoré des masses ; il s'oppose à la corruption et au gaspillage, il soulage les misérables, abolit les privilèges. il combat les forces obscurantistes de la réaction. Et Wu Han (alias Liu Mianzhi) considère qu'on ferait bien de l'imiter.

Fragments de la déposition de Peng Dehuai durant son procès[modifier | modifier le code]

28 décembre 1966- 5 janvier 1967

Interrogatoire de Pu Anxiu[modifier | modifier le code]

Femme de Peng Dehuai, Pu Anxiu est interrogée pendant le procès de l'accusé.

Le sinologue François Danjou estime que Simon Leys révèle dans l'ouvrage, la volonté de Mao Zedong de détruire les « traces de l'ancienne culture chinoise systématiquement qualifiée de « féodale », attisant sans retenue la fureur du peuple et sa rage meurtrière contre les livres, les temples [...] »[12].

Sources de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Le journaliste Alain Bouc, correspondant du Monde à Pékin (qualifié de « maoïsant aveugle » par le sinologue Claude Hudelot[13]), rend compte, dans Le Monde du 19 novembre 1971, des Habits neufs du président Mao[14] : « Une nouvelle interprétation de la Chine par un « China watcher » français de Hongkong travaillant à la mode américaine. Beaucoup de faits, rapportés avec exactitude, auxquels se mêlent des erreurs et des informations incontrôlables en provenance de la colonie britannique. Les sources ne sont d'ordinaire pas citées, et l'auteur n'a manifestement pas l'expérience de ce dont il parle. La Révolution culturelle est ramenée à des querelles de cliques ».

Interrogé par la revue Tel Quel à l'été 1972, le sinologue et journaliste du Monde diplomatique Jean Daubier, qui a vécu et travaillé en Chine pendant la Révolution culturelle (de 1966 à l'été 1968) et qui est l'auteur d'une Histoire de la révolution culturelle prolétarienne en Chine, parue en 1970 (qualifié de « promaoïste » par l'historienne Camille Boullenois[15]), estime, pour sa part, que Les Habits neufs du président Mao « a été écrit par un de ces censeurs "de gauche" du maoïsme » et « qu'il n'est pas des meilleurs ». Et d'expliquer : « C'est une anthologie de ragots circulant à Hong-Kong depuis des années et qui ont une source américaine très précise. Il est significatif que l'auteur n'ose guère citer ses sources [...] Cela frise le charlatanisme »[16].

À propos de cette période, Simon Leys dira : « Le Monde m'accusa de répandre des mensonges fabriqués par la CIA[17] ». Dans son ouvrage Libération, un moment d’ivresse : 1973-1981, le journaliste Alain Dugrand, un des créateurs de Libération, considère que ces accusations ont pour origine les « maos de la gauche prolétarienne »[18]. L'écrivain Gérard Guégan indique qu'à l'époque nombre de sympathisants maoïstes travaillaient dans le journal Le Monde, ainsi Alain Bouc qui sous-entendait que Simon Leys trouvait ses sources dans des « officines de Hong-Kong contrôlées par la CIA »[19]. Pierre Boncenne prétend que l'expérience des affaires chinoises d'Alain Bouc se limitait à la lecture de Pékin Information en version française, car ce proche du dominicain Jean Cardonnel, adepte de la théologie de la libération, ne pratiquait pas la langue chinoise[20].

Dans sa dénonciation de la révolution culturelle et, entre autres choses, du sort réservé par celle-ci aux milliers de chrétiens, catholiques comme protestants, Pierre Ryckmans s'est inspiré du bulletin hebdomadaire China News Analysis publié à Hong Kong par le sinologue jésuite hongrois László Ladány, directeur d'un centre recueillant et analysant les informations sur la situation en Chine à l'époque : « Le fait est que c’est le P. Ladany qui a inspiré à Pierre Ryckmans, lui qui était un spécialiste de la littérature classique chinoise, toute sa vision de la Révolution culturelle par le biais de China News Analysis. » Toutes les ambassades et consulats étaient abonnés à ce bulletin, « remarquablement bien informé et de très haut niveau » selon l'agence de presse Églises d'Asie, et qui professait que la révolution culturelle était « un conflit de personnes et une immense lutte pour le pouvoir ». Pierre Ryckmans, qui a reconnu s'être inspiré des numéros 759, 761, 762, 763 (mai à juillet 1969) pour écrire Les habits neufs du président Mao, est parvenu à relayer en Europe et aux États-Unis les propos du père Ladány qui, jusque-là, prêchait dans le désert[21]. Pour l'universitaire et écrivain néerlandais Ian Buruma, Pierre Ryckmans, à Hong Kong, n'a fait qu'écouter des amis chinois et « lire chaque jour un ou deux quotidiens chinois au petit déjeuner » (comme il le dit lui-même) mais aussi puiser dans les informations du bulletin hebdomadaire en anglais China News Analysis du père jésuite László Ladány (en)[22]. Le journaliste hongkongais Alex Lo, dans un article d'opinion publié sur le site du South China Morning Post, explique le regard lucide que porte Ryckmans sur la Révolution culturelle par le fait que celui-ci observait la Chine depuis Hong Kong et était fervent lecteur de l'hebdomadaire China News Analysis du père Ladany[23]. En 1991, dans The New York Review of Books, Simon Leys lui-même rapporte que tous les spécialistes de la Chine dévoraient le bulletin hebdomadaire du père Ladany et que beaucoup le pillaient mais qu'en général ils faisaient bien attention à ne pas déclarer leur dette à son égard ni à mentionner son nom. Le père Ladany, narquois, observait tout ce cirque avec détachement[24].

Le journaliste Francis Deron du Monde indique à propos de ces sources qu'il s'agit : « Des démarquages de poncifs sur des feuilles de papier calque fournies par des services de propagande de Pékin eux-mêmes déboussolés.[...] En fait, Leys ne faisait que lire sans lunettes déformantes la presse du régime et ses émanations, toutes bien assez éloquentes pour permettre de dresser de premiers constats. »[1]. Selon Pierre Boncenne, Simon Leys revendique en 1972, à la deuxième édition des Habits neufs du président Mao, l'exhaustivité des sources utilisées. Dans la presse communiste chinoise, ce sont : Renmin ribao (Le Quotidien du Peuple), Hong qi (Drapeau rouge), Jiefang jun bao (journal de l'Armée populaire de libération), Wenhui bao. Simon Leys utilise aussi les publications des Gardes rouges. Pour la presse de Hong Kong, il lit Da gong bao, journal officiel du régime communiste, Ming bao (Gauche indépendante), Xingdao ribao (droite)... Simon Leys cite aussi les sources des annexes, avec de nombreux documents relatifs à l'affaire Peng Dehuai. Pour les biographies, Simon Leys utilise le Biographical Dictionary of Républican China de Boorman, le Who's Who in communist China, Huang Zhenxia , Zhonggong junren zhi, China News Analysis[2],[3].

Analyses[modifier | modifier le code]

La dénonciation par Simon Leys du régime maoïste lui a valu quelques inimitiés. « On a entendu s'élever, en France, des clameurs stridentes lorsque Simon Leys, un des plus grands sinologues contemporains, a osé soutenir, pièces en main, qu'un tournant obscur s'accomplissait dans le secret de la Cité interdite, que la lutte pour le pouvoir faisait rage au sommet »[25], écrit l'écrivain Claude Roy.

Hervé Hamon et Patrick Rotman décrivent dans quel état d'esprit se trouvaient les maoïstes parisiens au moment de la publication du livre de Simon Leys. Maria Antonietta Macciocchi venait de faire paraître un ouvrage sur une Chine idyllique, De la Chine : « Impossible d'admettre à l'automne 1971, que l'armée soit capable, en Chine, de massacrer des gardes rouges. La vraie, l'unique Révo-Cu, c'est celle qu'a rencontrée lors de sa visite guidée, l'ambassadrice italienne »[26]

« Le livre De la Chine est accueilli dévotement par une intelligentsia prompte à chercher du côté de Pékin une patrie de rechange. Selon la député italienne de Naples, ce qui était en œuvre, là bas, (…) était l'accomplissement d'une authentique révolution prolétarienne. Lorsque l'ancien situationniste René Viénet (également sinologue), fait paraître aux éditions Champ libre l'ouvrage de Simon Leys, le cœur des maoïstes français ne balance pas une seconde : on lui préfère Macciocchi[27]. »

Ce n'est que vers la fin des années 1980 que les virulents écrits de Simons Leys sont enfin salués, surtout au moment des massacres de Tien'anmen, comme une entreprise visionnaire et salutaire, même par ses plus ardents détracteurs, qui pourtant, comme l'indique Philippe Forest, n'exprimeront jamais le moindre regret : « Oubliant les tonitruantes déclarations de l’automne 1971, c’est avec une grande discrétion que Tel Quel prendra ses distances à l’égard du maoïsme ». Le numéro 66 de l’été 1976 voit encore la publication de deux poèmes du Grand Timonier, traduits par Philippe Sollers, ainsi que d’un article d’Alain Peyraube sur la révolution de l'enseignement en Chine. Le numéro 68 de l’hiver 1976 se conclut par une note lapidaire sur le maoïsme[28].

« Des informations continuent à paraître, ici et là, sur le “maoïsme” de Tel Quel. Précisons donc que si Tel Quel a en effet, pendant un certain temps, tenté d’informer l’opinion sur la Chine, surtout pour s’opposer aux déformations systématiques du PCF, il ne saurait en être de même aujourd’hui. Cela fait longtemps, d’ailleurs, que notre revue est l’objet d’attaques de la part des “vrais maoïstes”. Nous leur laissons volontiers ce qualificatif. Les événements qui se déroulent actuellement à Pékin ne peuvent qu’ouvrir définitivement les yeux des plus hésitants sur ce qu’il ne faut plus s’abstenir de nommer la “structure marxiste”, dont les conséquences sordides sur le plan de la manipulation du pouvoir et de l’information sont désormais vérifiables. Il faudra y revenir, et en profondeur. Il faut en finir avec les mythes, tous les mythes[29]. »

Réactions de l'époque[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, la publication des ouvrages de Simon Leys sur la Chine provoque l'hostilité des milieux maoïstes français, représentés notamment par la revue Tel Quel, et suscite des attaques dans des quotidiens comme Le Monde[30]. Toutefois, Leys est soutenu immédiatement par des intellectuels comme Jean-François Revel et René Étiemble[31],[32].

Jean Daubier[modifier | modifier le code]

Pour le sinologue Jean Daubier, qui a séjourné et travaillé comme traducteur en Chine de 1966 à l'été 1968 et fait paraître en 1970 une Histoire de la révolution culturelle prolétarienne en Chine, « La thèse selon laquelle Mao avait perdu le pouvoir n'est pas démontrée et paraît fort contestable. » Il ajoute, dans un compte rendu du livre de Leys publié le 13 décembre 1971 dans Le Nouvel Observateur, que cette thèse « sert de fondement à une autre théorie, selon laquelle la révolution culturelle fut un coup d'État de Mao contre le Parti appuyé par l'armée », théorie reprise par Simon Leys. Il relève des « erreurs factuelles » à côté de ces « affirmations gratuites », par exemple que le plan de Pen Cheng (février 1966) avait été approuvé par le Comité central ou qu'un commandement unifié avait été imposé aux gardes rouges. Il affirme aussi que les cadavres décapités trouvés dans les eaux de Hong-Kong en 1968 étaient non pas ceux d'activistes cantonnais comme le soutient Leys mais le résultat des exactions de groupes de civils divisés en factions antagonistes[33].

Philippe Sollers[modifier | modifier le code]

Dès la parution du livre Les habits neufs du président Mao, Simon Leys est critiqué par les membres de la revue Tel Quel, dont Philippe Sollers[13] est un des principaux animateurs[34]. Simon Leys qualifiait ces contradicteurs de « maoïstes mondains »[35]. Ce n'est que trente ans plus tard que Philippe Sollers reconnaîtra la justesse des analyses de Simon Leys[36] : « Trente ans ont passé, et la question reste fondamentale. Disons-le donc simplement : Leys avait raison, il continue d’avoir raison, c’est un analyste et un écrivain de premier ordre, ses livres et articles sont une montagne de vérités précises... ».

René Étiemble[modifier | modifier le code]

L'universitaire René Étiemble défend Simon Leys « en face de tous les intellectuels maoïstes »[37]. Il fait l'éloge de l'ouvrage : « c'est un passionné de la culture chinoise qui analyse, jour par jour, les péripéties de la soi-disant, de la prétendue « révolution culturelle ». [...] Depuis L'Aveu de London, je n'ai rien lu de plus bouleversant dans l'ordre du politique[38],[39]. René Étiemble, soutien de la Révolution culturelle à ses débuts, s'adresse aux lecteurs bienveillants pour celle-ci, il estime que Simon Leys présente deux avantages : « Trop pondéré pour partager les illusions des jeunes gens intelligents et généreux, mais qui ne connaissent rien au maoïsme; trop étranger aux sectes politiques pour adopter aveuglément le maoïsme comme le font les transfuges du parti communiste français »[40].

Pierre Souyri[modifier | modifier le code]

Dans un compte rendu intitulé « La « Révolution culturelle » ou le serpent qui se mord la queue », publié en 1973 dans la revue Annales, Économie, Sociétés, Civilisations, l'écrivain marxiste Pierre Souyri, spécialiste de la Chine[note 2][pertinence contestée], trouve que si Leys, dans Les Habits neufs du Président Mao, « a écrit une chronique souvent minutieusement informée sur certains des aspects de la crise chinoise ». « Il sait restituer l'atmosphère de ruses et d'intrigues sournoises qui empoisonne les régimes bureaucratiques, détecter les réalités qui se cachent derrière les paravents idéologiques, démasquer les manœuvres que dissimulent les querelles doctrinales, montrer les incohérences et l'inauthenticité des accusations forgées contre tel ou tel des adversaires à abattre », en revanche son « interprétation des événements n'est pas convaincante », et l'« on n'est pas du tout persuadé qu'il ait identifié les véritables déterminations des antagonismes qui ont déchiré les milieux dirigeants de la Chine ». Si Mao n'avait été que le « fétiche de bois » réduit à l'impuissance dont parle Leys, comment aurait-il pu mettre en place, se demande Souryi, un appareil de coup d'État à l'insu de ses adversaires et déclencher un mouvement de masse aussi ample pour satisfaire ses ambitions personnelles. Pour Souyri, il se pourrait bien que l'irrationalité des comportements d'une nation tout entière que supposent les explications fournies par Leys, « ne tienne qu'aux interprétations insuffisantes et probablement erronées » de ce dernier[41].

Patrice Gélard[modifier | modifier le code]

Écrivant en 1973 dans la Revue de l'Est, Patrice Gélard, professeur à l'université de Lille II, voit dans Les Habits neufs du président Mao « une thèse [...] qui bien que non convaincante demeure amusante (insolente diraient même certains). »[42].

Edward Friedman[modifier | modifier le code]

Dans un article intitulé « Simon Leys hates China, America loves Simon Leys », paru en 1978 dans le bulletin du Committee of Concerned Asian Scholars (en), le politologue américain Edward Friedman, professeur à l'université du Wisconsin à Madison, se livre a une critique détaillée des idées avancées par Leys sur la révolution culturelle dans The Chairman's New Clothes et Chinese Shadows. Selon Friedman, Leys, en fonction de ce qu'il veut démontrer, défend avec la même véhémence des points de vue contradictoires lorsqu'il affirme 1/ que Mao a repris la totalité du pouvoir, ou 2/ que les militaires ont pris le pouvoir au moyen d'un coup d'État, ou encore 3/ qu'une poignée de membres du parti sont les vrais maîtres du régime. Il en déduit que la logique et la cohérence ne sont pas les points forts de Leys[43].

Toujours d'après Friedman, Leys traite de la modernisation de la Chine comme s'il s'agissait d'un crime contre sa civilisation, il veut donner au lecteur l'impression que le maoïsme est résolu à détruire la culture chinoise. Pourtant, la véracité de certaines de ses affirmations sur des destructions est mise en doute par les témoignages d'un visiteur ultérieur. Ainsi, alors que Leys prétend qu'à Hangzhou la tombe de Su Hsiao-hsiao « a complètement disparu sans laisser la moindre trace », un chercheur australien, l'historien Ross Terrill (en), se rend sur place et décrit l'édifice. De même, alors que Leys déclare qu'il ne reste de la Société de gravure des sceaux que le pavillon, le même Ross Terrill, qui se transporte sur place, décrit cette société comme continuant ses activités « malgré les coups de la révolution culturelle »[44].

Se saisissant du fait que Leys assimile l'arasement des remparts de Pékin et l'ouverture de grands boulevards rectilignes à « des atrocités dignes de Hitler ou de Genghis Khan » – il faut savoir, ainsi que l'indique Isabel Hilton (en), que lors de son séjour de six mois à Pékin, Leys passa une journée à chercher les anciennes portes de la ville avant de constater, incrédule et effondré, qu'elles n'étaient plus[45], Friedman fait valoir que les Chinois acquis à la modernisation, même parmi ceux hostiles au régime, ne ressentent pas la chose ainsi. Pour le critique, contrairement à Leys, les Chinois voient de la beauté dans les lignes droites et les angles droits et essaient de rebâtir leurs villes en conséquence[46].

Réactions ultérieures et posthumes[modifier | modifier le code]

Le journaliste Bernard Pivot se dit stupéfait par l'accueil du livre de Simon Leys, surtout à Paris : « mépris, calomnies, accusations de charlatanisme, de corruption par l'Amérique… ». Cet essai « brisait le mythe d'une Chine enchantée par la Révolution culturelle ». Ses détracteurs s'employèrent donc à discréditer ou réduire au silence Simon Leys[47].

Pierre Boncenne indique qu'à l'opposé de l'idolâtrie ambiante envers Mao, Simon Leys évoque le « gigantesque massacre » de la révolution culturelle[6].

Francis Deron, journaliste du Monde, qualifie cet essai, d'ouvrage réaliste, une « époustouflante vivisection » d'une Chine inconnue de ceux-là mêmes qui la considéraient comme un exemple[48].

Le sinologue Alain Roux considère que des ouvrages comme La Vie privée du président Mao de Li Zhisui ou Les Habits neufs du président Mao de Simon Leys, ont permis « de sortir la biographie de Mao du genre hagiographique et de faire de Mao un objet d’histoire »[49].

Le philosophe et maoïste Alain Badiou voit dans Simon Leys, « l'organisateur principal de la sinologie anti-maoïste », dont l'essai de 1971, Les Habits neufs du président Mao, « fit figure de bombe iconoclaste ». Et d'ajouter :

« Que Simon Leys soit honoré comme l'avant-garde courageuse de l'esprit renégat et contrerévolutionnaire rend certes justice au courage d'opinion qui fut le sien, et dont ses sectateurs, tous maoïstes repentis, ne firent jamais preuve – ni à l'époque, quand « tout le monde » était maoïste, et eux aussi, ni aujourd'hui, quand ce même « tout le monde » n'est composé que de repentis, ce qu'ils s'empressent d'être –, mais ne peut convaincre que ses livres soient excellents. Que le lecteur s'y reporte, et juge »[50].

Pour Badiou, Les Habits neufs du président Mao est une « brillante improvisation idéologique de Simon Leys dépourvue de tout rapport au réel politique » et « le prototype presque définitif » de « libelles propagandistes » sur la Révolution culturelle, libelles qu'il oppose aux « études sérieuses » qui « existent bel et bien, souvent en tant que travaux académiques dans les universités américaines », à savoir La Commune de Shanghai de Hongsheng Jiang (La Fabrique, 2014), The Politics of the Chinese Cultural Revolution de Hong Yung Lee (University of California Press, 1978) et Shanghai Journal, an Eyewitness Account of the Cultural Revolution de Neale Hunter (Frederick A. Praeger, Publishers, 1969)[51],[52].

À propos d'une citation d'Alain Badiou ; « S’agissant de figures comme Robespierre, Saint-Just, Babeuf, Blanqui, Bakounine, Marx, Engels, Lénine, Trotski, Rosa Luxemburg, Staline, Mao Tsé-toung, Chou En-lai, Tito, Enver Hoxha, Guevara et quelques autres, il est capital de ne rien céder au contexte de criminalisation et d’anecdotes ébouriffantes dans lesquelles depuis toujours la réaction tente de les enclore et de les annuler », Simon Leys rappelle le proverbe chinois « Ne prenez jamais la bêtise trop au sérieux » tout en regrettant l'absence de Pol Pot de ce panthéon[53],[note 3].

En 2013, Marianne Bastid-Bruguière, membre de l'Institut de France, dans sa préface au livre de l'historienne Camille Boullenois, La révolution culturelle chinoise sous le regard des Français (1966-1971), fait remarquer que l'auteur des Habits neufs s'est trompé en affirmant que Mao avait été dépouillé de tout pouvoir entre 1959 et 1965, « comme le prétendait la propagande chinoise »[54]. Marianne Bastid-Bruguière rappelle en outre, que Simon Leys annonçait qu'« une révolution prolétarienne se prépar[ait] en Chine et [qu']un pouvoir rouge finira[it] bien par y exister ». Elle ajoute qu'« on ne saurait lui tenir rigueur que sa prophétie ne se soit point encore réalisée, mais elle révèle quelques présupposés théoriques ». Elle trouve que l'essentiel du livre est occupé par « une chronique assez indigeste des événements politiques chinois depuis 1965, qui ne pouvait guère captiver que des experts » et qui, « à l'expérience du temps, se révêle moins fiable que celle des diplomates en Chine ». Elle voit Les Habits neufs moins comme « un tournant, une rupture, comme on l'a souvent prétendu » que comme « une des figures successives des savoirs sur la Chine ». Elle trouve par contre le deuxième essai, Ombres chinoises, « d'une facture très supérieure à l'ouvrage précédent » et celui qui fit connaître Leys hors d'Europe et notamment outre-Atlantique[55]. Pour Camille Boullenois, les ouvrages Les Habits neufs du président Mao et Ombres chinoises « constituent sans doute le témoignage le plus lucide de l'époque »[56].

Pour le journaliste et écrivain Ian Buruma, au fil des ans, Leys a essuyé les attaques de critiques qui lui reprochaient d'être élitiste, la copie conforme occidentale du lettré chinois, un esthète qui se préoccupe moins des gens que de la belle culture, plus des remparts et des temples que des pauvres Pékinois forcés de vivre dans des ruelles sombres et sordides sous le joug d'autocrates et de superstitions moyenâgeuses[57].

Au contraire, pour le sinologue Gregory B. Lee (en), Simon Leys ne s'est pas limité « à la seule observation et critique de la Chine », mais comme « socialiste » et « humaniste », il s'est intéressé aux Chinois en tant qu'êtres humains. Il voit dans la Chine une « partie intégrale de l'histoire vécue et du présent de notre propre humanité »[58]. Bernard Pivot qualifie Simon Leys d'« homme de vérité, de courage, intellectuel intransigeant avec le crime, l'imposture et la bêtise »[59].

Philippe Paquet, journaliste à La Libre Belgique et sinologue, souligne le « rôle précurseur et central » de Simon Leys dans la description de la gouvernance maoïste et de ses suites jusqu’aux manifestations de la place Tian'anmen de 1989. Ses dénonciations des « tyrans » de Pékin sont l'expression des droits de l'homme. Simon Leys critique « leurs courtiers » occidentaux pour leur ignorance du régime maoïste. Si « Nixon et Kissinger, S.A. Le Shah d’Iran, les philosophes de Tel Quel » considèrent Mao comme un « génie », ils doivent connaître leur sujet. Son décryptage de la Révolution culturelle et des pratiques du régime communiste chinois lui attira la « haine tenace » de ses contradicteurs européens, notamment parisiens. Mais son talent littéraire permet à ses Essais sur la Chine d’être toujours estimés.

Pour les universitaires Roderick Mac Farquhar et Michael Schoenhals, auteurs de La Dernière Révolution de Mao. Histoire de la Révolution culturelle 1966-1976, Simon Leys fut le seul des intellectuels occidentaux à « appeler un chat un chat »[60].

Pour le philosophe Jean-Claude Michéa, c'est la « liberté d’esprit » de Simon Leys qui a « conduit la police de la pensée de l’époque » à lui faire ces procès. Jean-Claude Michéa cite l'écrivain anglais George Orwell qui évoquait « ces petites idéologies malodorantes qui rivalisent maintenant pour le contrôle de notre âme »[61].

Pour Gérard Leclerc « Simon Leys avait pulvérisé la légende dès 1971 avec un grand livre intitulé Les habits neuf du président Mao. En pleine surchauffe idéologique, c’était plus qu’un pavé dans la mare, c’était la révélation crue d’une immense imposture, celle qui avait transformé un monstrueux bain de sang en épopée absolue. » [62].

Pour le sinologue Jean-Philippe Béja, à l'époque il était bien vu dans les « cercles intellectuels parisiens » d'idolâtrer Mao Zedong. Il fallait du « courage » pour écrire que la Révolution culturelle n'avait rien de révolutionnaire, son objectif étant de conforter le « culte du Grand Timonier », et qu'elle était sans rapport avec la culture, rien n'ayant été produit dans ce domaine[63].

L'homme politique australien Kevin Rudd, dépeint Simon Leys comme pouvant être « des plus dogmatiques » : lorsque, à partir de 1978, Deng Xiaoping, mettant un terme définitif à la révolution culturelle, changea fondamentalement la Chine, Pierre Ryckmans eut du mal à admettre que des changements authentiques, pérennes et positifs aient pu intervenir pendant cette période de « réforme et d'ouverture »[64].

Récompense[modifier | modifier le code]

Prix Jean Walter, prix d’histoire et de sociologie, de l'Académie française en 1975[65].

Publication[modifier | modifier le code]

Photographie de couverture[modifier | modifier le code]

La photographie de la couverture était celle du Président Mao avec son grand manteau prise, en 1954, sur la plage de Beidaihe, lieu de villégiature de l'élite chinoise. Il s'agit de l'œuvre de la photographe officielle de Mao entre 1949 et 1962, madame Hou Bo. Celle-ci sera éliminée par Jiang Qing, femme de Mao, et passera trois ans en laogai[13].

Édition[modifier | modifier le code]

Le texte des Habits neufs du président Mao est repris dans les Essais sur la Chine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'une manière générale, la formule Le Roi est nu ou L'Empereur est nu est passée dans le langage courant pour souligner des apparences trompeuses ou un manque de pouvoir inavoué.
    Il y a de longues années vivait un empereur qui aimait par-dessus tout être bien habillé. Il avait un habit pour chaque heure du jour. Un beau jour, deux escrocs arrivèrent dans la grande ville de l’empereur. Ils prétendirent savoir tisser une étoffe que seules les personnes sottes et incapables dans leurs fonctions ne pouvaient pas voir et proposèrent au souverain de lui confectionner des vêtements. L’empereur pensa que ce serait un habit exceptionnel et qu’il pourrait ainsi repérer les personnes intelligentes de son royaume. Les deux charlatans se mirent alors au travail. Quelques jours plus tard, l’empereur, curieux, vint voir où en était le tissage de ce fameux tissu. Il ne vit rien car il n’y avait rien. Troublé, il décida de n’en parler à personne, car personne ne voulait d’un empereur sot.
    Il envoya plusieurs ministres inspecter l’avancement des travaux. Ils ne virent pas plus que le souverain, mais n’osèrent pas non plus l’avouer, de peur de paraître pour un imbécile.Tout le royaume parlait de cette étoffe extraordinaire. Le jour où les deux escrocs décidèrent que l’habit était achevé, ils aidèrent l’empereur à l’enfiler. Ainsi « vêtu » et accompagné de ses ministres, le souverain se présenta à son peuple qui, lui aussi, prétendit voir et admirer ses vêtements. Seul un petit garçon osa dire la vérité : « Mais il n’a pas d’habit du tout ! ». [ou dans une traduction plus habituelle : « le roi est nu ! »]. Et tout le monde lui donna raison. L’empereur comprit que son peuple avait raison, mais continua sa marche sans dire un mot.
  2. Concernant le régime communiste sous Mao Zedong, le marxiste Pierre Souyri indique : « Le maoïsme, manipulation bureaucratique des foules et instrument du remodelage étatique des consciences, dans le totalitarisme le plus extrême »
  3. En 1979, Alain Badiou soutiendra bien Pol Pot et les Khmers rouges.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Francis Deron "Les Habits neufs du président Mao", par Francis Deron, Le Monde, 6 août 2008.
  2. a et b Simon Leys, Essais sur la Chine, pages 223 et suivantes.
  3. a et b Pierre Boncenne, Le parapluie de Simon Leys, Philippe Rey, 192 pages, p. 37 : « Dès 1972, à l'occasion d'une réédition des Habits neufs, Simon Leys donnera une liste détaillée de ses sources, pour la plupart en langue chinoise avec une place prépondérante accordée à la presse officielle de Chine populaire comme à celle des Gardes rouges (bien des références figuraient déjà dans le texte de la première édition). Quant à la stupide allégation consistant à douter d'informations en provenance de Hong Kong, c'était ignorer qu'il s'agissait du meilleur poste d'observation pour découvrir - parfois en avant première - des documents relatifs au régime communiste et pour recueillir d'innombrables témoignages individuels. Grâce aux voyageurs réguliers, aux immigrants clandestins, aux anciens gardes rouges ayant échappé à la répression, aux habitants gardant des contacts familiaux, aux journalistes ou aux chercheurs comme le père Ladany, ce jésuite d'une science extraordinaire qui faisait paraître le périodique China News Analysis, à Hong Kong on disposait vraiment de données précises et variées sur la réalité chinoise ».
  4. Pierre Haski Comment Pierre Ryckmans est devenu Simon Leys,Rue89, août 2014.
  5. David Caviglioli Mort de Simon Leys, le sinologue qui a vu la Chine sombrer dans la barbarie, L'Obs, 11 août 2014.
  6. a et b Pierre Boncenne, Connaisez vous Simon Leys? Institut des Libertés, avril 2013
  7. (en) Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left: The Antitotalitarian Moment of the 1970s, Berghahn Books, 2004, 294 p., p. 64 : « Simon Leys's Les Habits neufs du Président Mao (1971), which interpreted the Cultural Revolution as a power struggle within the Chinese Communist Party. »
  8. François DanjouHommage à Simon Leys et à la liberté de penser Questionchine;net, septembre 2014 : « Sous la plume de Simon Leys, le « Grand Timonier » apparaît pour ce qu’il est : un empereur autocrate rompu aux intrigues et aux manipulations, obsédé par la destruction frénétique de toutes les traces de l’ancienne culture chinoise systématiquement qualifiée de « féodale », attisant sans retenue la fureur du peuple et sa rage meurtrière contre les livres, les temples et d’innombrables Chinois de la classe moyenne, professeurs, fonctionnaires et intellectuels accusés d’être les suppôts de l’ancienne Chine impériale qui ont accompagné dans leur chute aux abîmes quelques hauts dirigeants du Parti dont le président de la République lui-même Liu Shaoqi et le général Peng Deng Huai, héros de la guerre civile contre Chang Kai Chek dans le Jiangxi puis au Xinjiang, commandant militaire en Corée puis ministre de la défense. »
  9. Paru dans le journal Renmin ribao du sous le pseudonyme de Liu Mianzhi.
  10. Simon Leys, Essais sur la Chine, p. 221.
  11. Simon Leys, Essais sur la Chine, p.  204 : Bi Gan avait osé critiquer le dernier souverain de la dynastie Shang, Zhouxin, qui lui avait fait arracher le cœur.
  12. François Danjou, Hommage à Simon Leys et à la liberté de penser Question Chine, septembre 2014
  13. a, b et c Claude Hudelot, Simon Leys, pourfendeur clairvoyant de Mao et du maoïsme, blog La Cina è vicina sous Mediapart, 11 août 2014.
  14. Quand « Le Monde » étrillait Simon Leys… avant de l'encenser, Le Monde, 12 août 2014.
  15. Camille Boullenois, La révolution culturelle chinoise sous le regard des Français (1966-1971), page 27.
  16. Pascal Bruckner, Le Sanglot de l'homme blanc. Tiers Monde, culpabilité, haine de soi (livre numérique Google, n. p.), Seuil, 1983 et 2002 pour la préface, 350 p.
  17. Entretien avec Simon Leys, Le Figaro, no 20309, lundi 16 novembre 2009, p. 19.
  18. Alain Dugrand, Libération 1973-1981 un moment d'ivresse, Fayard, 2013, 350 p.
  19. Gérard Guégan, Ascendant Sagittaire: une histoire subjective des années soixante-dix : « Peut-être a-t-on oublié que dans ces années-là, Le Monde comptait nombre de sympathisants du régime chinois? Ainsi Alain Bouc, laissa-t-il entendre, que Simon Leys... avait puisé ses informations dans les officines de Hong-Kong contrôlées par la CIA. »
  20. Le Parapluie de Simon Leys, page 72.
  21. A propos de Pierre Ryckmans, alias Simon Leys, et des sources qui ont inspiré 'Les Habits neufs du président Mao', Églises d'Asie, 21 août 2014 : « Dès le début de la Révolution culturelle, le P. Ladany avait compris que cette agitation était un conflit de personnes et une immense lutte pour le pouvoir. Il a voulu le dire haut et fort. Cependant, ses affirmations n’atteignaient pas les intellectuels d’Europe et des États-Unis et le P. Ladany avait le sentiment de prêcher dans le désert, jusqu’à ce que Pierre Ryckmans s’intéresse à ses écrits et les répercute dans le monde entier. Ce dernier a reconnu bien volontiers avoir puisé dans China News Analysis, notamment ses numéros 759, 761, 762, 763 (mai à juillet 1969) pour écrire son livre ».
  22. Ian Buruma, The Man Who Got It Right, op. cit. : « All he did was listen to Chinese friends and “every day…read a couple of Chinese newspapers over breakfast.” The information he gleaned was freely available in English as well, in the superb China News Analysis, for example, published weekly in Hong Kong by the Jesuit scholar Father Laszlo Ladany, to whom Leys pays tribute in one of his essays. Ladany’s publication was read by every serious follower of Chinese affairs at the time ».
  23. (en) Alex Lo, Rights and wrongs of observing China, sur le site du South China Morning Post, 21 août 2014 : « Ryckmans is usually credited as one of the first Western writers to warn against the totalitarian terror of Maoism and the Cultural Revolution. He did so at a time when the doyens of China studies such as Han Suyin, Ross Terrill and John King Fairbank were singing their praises. Why did he, as he once put it, see clearly where others didn't? He was observing from Hong Kong during those turbulent years and became an avid reader of the weekly China News Analysis, published in the British colony over almost four decades by the Reverend Laszlo Ladany, a Hungarian-born Jesuit. »
  24. (en) Simon Leys, The Art of Interpreting Nonexistent Inscriptions Written in Invisible Ink on a Blank Page, compte rendu du livre de Laszlo Ladany, The Communist Party of China and Marxism, 1921––1985: A Self Portrait (Hoover Institution Press), in The New York Review of Books, October 11, 1990 Issue : « [...] Father Ladany, the Jesuit priest and scholar based in Hong Kong who for many years published the weekly China News Analysis. Far away from the crude limelights of the media circus, he has enjoyed three decades of illustrious anonymity: all “China watchers” used to read his newsletter with avidity; many stole from it — but generally they took great pains never to acknowledge their indebtedness or to mention his name. Father Ladany watched this charade with sardonic detachment [...] ».
  25. Claude Roy, Sur la Chine, réédition 1983, p. 85-86.
  26. Génération, vol. II, p. 363.
  27. Génération, vol. II, p. 364.
  28. Philippe Forest, Histoire de Tel Quel, p. 523.
  29. « À propos du maoïsme », Tel Quel, n° 68, p. 104.
  30. Luc Rosenzweig, Simon Leys quitte la Chine pour l’éternité, causeur.fr, 14 août 2014.
  31. Pierre Boncenne, Connaisez vous Simon Leys? Institut des Libertés, avril 2013 « On imagine mal le discrédit et les insultes ayant suivi la publication d’un diagnostic aussi lucide. Le journal Le Monde – oui, Le Monde… – qualifia Simon Leys de colporteur de piètres ragots et d’agent de la CIA (sic) et jamais n’a fait amende honorable tout en le célébrant, maintenant, comme l’un des grands esprits de notre temps… A l’époque, seuls des intellectuels indépendants et, du reste, pour la plupart venus d’une gauche non contaminée par le stalinisme et la servilité devant le communisme, à savoir René Vienet, Jean-François Revel ou Etiemble, ont tout de suite compris que Simon Leys disait tout simplement la vérité. De même, quelqu’un comme Raymond Aron. Mais l’ensemble de la droite, dans sa version gaulliste ou son versant giscardien, célébrait aussi le « Grand Timonier ». Dans la préface écrite pour l’un des livres de Simon Leys et que l’on trouve dans Essais sur la Chine (collection « Bouquins », Robert Laffont, 1998), Revel écrivait : « Observateur, historien, et penseur, Leys reste au long de ces pages surtout un homme, et un écrivain chez qui la science et la clairvoyance se mêlent merveilleusement à l’indignation et à la satire. Ne cessons pas de relire ces œuvres, pour constater qu’au siècle du mensonge, parfois, la vérité relève la tête et éclate de rire. » »
  32. Pierre Assouline, Pour saluer Pierre Ryckmans et Simon Leys.
  33. Jean Daubier, compte rendu des Habits neufs du président Mao, Le Nouvel Observateur, du 13 décembre 1971.
  34. L'écrivain et sinologue Pierre Ryckmans est mort, Le Monde, 11 août 2014 : « Sa critique précoce de la Révolution culturelle (Les habits neufs du président Mao, 1971) lui a valu les foudres de ceux qu'il appela les « maoïstes mondains », en particulier les animateurs de la revue Tel Quel. Une prise de position très éloignée celle de ses pairs à l'époque : ces derniers louant généralement le Grand Timonier. »
  35. La disparition de Simon Leys, France culture, 11 août 2014 : « Le sinologue est alors l'un des premiers Européens à souligner le caractère répressif du régime communiste chinois, ce qui lui vaut les foudres des milieux maoïstes français de l’époque, et notamment l’inimitié de la revue Tel Quel. Le journal « Le Monde » l’accuse de diffuser des mensonges fabriqués par la CIA. « Je pense… que les idiots disent des idioties, c’est comme les pommiers produisent des pommes, c’est dans la nature, c’est normal. » jugeait ainsi l’écrivain à propos de ceux qu’il qualifiait de « maoïstes mondains ». »
  36. Philippe Sollers, Deux et deux font quatre, Le Monde, 3 avril 1998.
  37. Etiemble ne tempêtera plus, Libération, 8 janvier 2002 : « C'est vraiment l'empêcheur de tourner en rond qui perdure, celui qu'on n'appelle plus qu'Etiemble et n'a plus de prénom, celui qui écrit comme on a des coups de gueule, celui qui défend Les Habits neufs du président Mao de Simon Leys, en 1971, seul en face de tous les intellectuels maoïstes ».
  38. Étiemble, « Les Habits neufs du président Mao », Le Nouvel Observateur, 13 décembre 1971, repris dans Quarante ans de mon maoïsme, Gallimard, 1976.
  39. Simon Leys le pourfendeur de la Révolution culturelle, Franceinfo, 11 août 2014 : « "Les habits neufs du président Mao" était un pavé incendiaire. [...] Une critique très vive, et de la Révolution culturelle - dont le bilan humain est aujourd'hui évalué à plusieurs centaines de milliers de morts - et des intellectuels rendus aveugles par ce « rideau de fumée » au point de juger « diffamatoires » les moindres critiques. Simon Leys se fera traiter de traître et de rénégat. Mais il recevra le soutien d'un autre spécialiste de la Chine, René Étiemble : « Depuis L'Aveu de London, je n'ai rien lu de plus bouleversant dans l'ordre du politique ». »
  40. Le Parapluie de Simon Leys, page 74.
  41. Pierre Souyri, « La « Révolution culturelle » ou le serpent qui se mord la queue » (compte rendu de Les habits neufs du Président Mao par Simon Leys), in Annales, Économie, Sociétés, Civilisations, 1973, vol. 28, No 4, p. 923-931, en part. p. 931.
  42. Patrice Gélard, Notice bibliographique élémentaire, en langue française, sur les problèmes politiques et juridiques de la république populaire de Chine, in Revue de l'Est, vol. 4, 1973, No 4, pp. 237-243, p. 238.
  43. (en) Edward Friedman, [PDF] Simon Leys Hates China, America Loves Simon Leys, compte rendu de The Chairman's New Clothes et de Chinese Shadows, in Bulletin of Concerned Asian Scholars, Vol. 10, No 3, July-September 1978, p. 19-26, en part. p. 24 : « In his history of the Cultural, Revolution, Leys, depending on what he wants to argue, contends with equal vehemence that (1) Mao took back total power or that (2) the military took power in a coup or that (3) "a handful of party individuals ... are the real masters of the regime." 30 Consistency and coherence are not Ley's strong point ».
  44. Edward Friedman, op. cit., p. 21 : « Leys treats Chinese modernization as a crime against its civilization. [...] Leys wants the reader left with the misleading impression that in culture everything is for the worse, that Maoism is out to destroy Chinese culture. Leys writes for effect, not truth. When one compares Ross Terrill's report of subsequent visits to cultural treasures described by Leys, one is forced to ponder Ley's veracity. Whereas Leys claims that in Hangchow the tomb of Su Hsiao-hsiao "has disappeared completely and no trace of it is left,"14 the respected scholar Ross Terrill subsequently visited it and described the "quaint tomb." 15 In like manner, Leys finds that only the pavilion remains of the Seal Carving Society, whereas Terrill subsequently visits it and describes it as continuing "even through the buffetings of the Cultural Revolution."16 »
  45. Ian Buruma, Isabel Hilton (en), Perry Link, op. cit. : (« the poignant chain of metro stations on line Number 2, a roll call of the magnificent gates for which Leys spent a day in a fruitless search, before his mounting despair and disbelief overwhelmed him ».
  46. Edward Friedman, op. cit., pp. 22-23 : « Leys equates the leveling of city walls and the building of broad and straight boulevards with atrocities whose horror can be equated with such as Hitler or Genghis Khan. But that is not how modern-minded Chinese experience it. For them - even for opponents of the regime - when "workers tore down most of the inner and outer city walls ... Peking emerged transformed and radiant, with renewed splendor." 2 While Leys prefers a different aesthetic, people in China see beauty in straight lines and right-angle corners and try to rebuild their towns accordingly ».
  47. Bernard Pivot À la fureur des maoïstes Le Journal du dimanche, 4 juin 2015
  48. "Les Habits neufs du président Mao", par Francis Deron Le Monde, 6 août 2008.
  49. Mao, objet historique Cairn, Vingtième Siècle. Revue d'histoire 2009 numéro 101
  50. Alain Badiou, Le Siècle, Seuil, 2005, 270 p. (livre numérique Google).
  51. Un Alain Badiou n'est possible qu'en France, propos du sinologue Lucien Bianco recueillis par Eric Conan et Alexis Lacroix, revue en ligne Marianne, 13 décembre 2014. Ces journalistes indiquent que Badiou, dans Libération du 26 octobre 2014, cite comme « études sérieuses » trois ouvrages : La Commune de Shanghai, de Hongsheng Jiang, traduit de l'anglais par Eric Hazan, préfacé par Alain Badiou, publié par les Éditions La Fabrique en 2014 ; The Politics of the Chinese Cultural Revolution, de Hong Yung Lee, publié en 1978 par University of California Press ; Shanghai Journal. An Eyewitness Account of The Cultural Revolution, de Neale Hunter, publié en 1969 par Praeger Publishers.
  52. Alain Badiou, L'antique Badiou répond au fringant Joffrin, sur le site de Libération, 26 octobre 2014.
  53. Simon Leys, Le génocide cambodgien août 2009
  54. Selon Camille Boullenois, cette thèse est « disqualifiée par des recherches récentes qui montrent que Mao n'a jamais cessé d'exercer un très grand pouvoir et que son influence politique était toujours immense après 1959 » : les travaux d'un Philip Short ont montré que c'est Mao lui-même qui invita ses collègues à la critique du Grand Bond en avant et qui promut Liu Shaoqi à la Présidence de la République contre son gré ; cf Camille Boullenois, La révolution culturelle chinoise sous le regard des français (1966-1971), L'Harmattan, 2013, 215 p., p. 52-53.
  55. Marianne Bastid-Bruguière, préface à Camille Boullenois, La révolution culturelle chinoise sous le regard des français (1966-1971), L'Harmattan, 2013, 215 p., p. 14-15.
  56. Camille Boullenois, La révolution culturelle chinoise sous le regard des Français (1966-1971) 2013
  57. Ian Buruma, The Man Who Got It Right, op. cit. : « Critics over the years have attacked Leys for being an elitist, a Western mimic of Chinese literati, an aesthete who cares more about high culture than people, more about walls and temples than the poor Beijingers who had to live in dark and primitive alleys, oppressed by absolute rulers and feudal superstition ».
  58. Gregory B. Lee (en), Après Simon Leys: Lettre ouverte aux sinologues et défenseurs des droits humain, Rue89, 16 août 2014.
  59. Bernard Pivot Bernard Pivot: «Il connaissait les dérives de la révolution culturelle» Le Soir, 14 août 2014
  60. Roderick Mac Farquhar et Michael Schoenhals, La Dernière Révolution de Mao. Histoire de la Révolution culturelle 1966-1976 Préface à l'édition française page 10
  61. Jean-Claude Michéa, Le Nouvel Observateur du 31 août 2014, op. cit., « On ne doit pas chercher plus loin les raisons qui ont conduit la police de la pensée de l’époque - elle se renouvelle malheureusement de génération en génération - à lui faire si chèrement payer le prix de cette indomptable liberté d’esprit. Pour autant, la certitude déprimante qu’un esprit libre devra toujours affronter, tôt ou tard, les calomnies et les manœuvres de tous les partisans de «ces petites idéologies malodorantes qui rivalisent maintenant pour le contrôle de notre âme» (Orwell) ne devrait dissuader personne de servir honnêtement la vérité. Après tout, qui se souvient encore, aujourd’hui, des Alain Bouc ou des Michelle Loi? Pas même leurs innombrables clones devenus pourtant plus puissants que jamais. »
  62. « Simon Leys, né Pierre Ryskmans », article paru dans Royaliste page 11, 30 juin 2015
  63. Jean-Philippe Béja, Simon Leys, un regard lucide sur la Chine contemporaine, Le blog de Jean-Philippe Béja, Médiapart, 13 août 2014.« Il ne laissait pas la possibilité de persévérer dans la maolâtrie, d’autant plus que ce n’était pas l’œuvre d’un « réactionnaire » : Simon Leys ne cessait de montrer que la Révolution culturelle n’avait rien eu de révolutionnaire puisqu’elle avait renforcé le culte du « Grand Timonier », et rien de culturel puisqu’elle n’avait rien créé dans ce domaine. Et à l’époque où il était de bon ton de professer l’amour de Mao Zedong dans les cercles intellectuels parisiens (n’est-ce pas Philippe Sollers, Julia Kristeva ?) il fallait un certain courage pour publier un tel texte. »
  64. (en) Michael Forsythe, Remembering Pierre Ryckmans, The New York Times, 15 août 2014 (Kevin Rudd, parlant de Ryckmans) : « Of course Pierre also could be extraordinarily dogmatic, and when Deng fundamentally changed China after 1978, including the comprehensive repudiation of the Cultural Revolution, it was difficult to get Pierre to accept that real, sustainable and positive changes had occurred in China in this period of "reform and opening" ».
  65. Prix Jean Walter de l'Académie française

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]