Cas d'espionnage de Zhao Jianmin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le cas d'espionnage de Zhao Jianmin (chinois simplifié : 赵健民特务案 ; chinois traditionnel : 趙健民特務案) était un « cas d'espionnage » fabriqué dans la province du Yunnan pendant la révolution culturelle chinoise, avec plus de 1,387 million de personnes impliquées et persécutées, ce qui représentait 6 % de la population totale du Yunnan à l'époque[1],[2],[3],[4],[5]. De 1968 à 1969, plus de 17 000 personnes sont mortes dans un massacre tandis que 61 000 personnes ont été estropiées à vie ; rien qu'à Kunming (capitale du Yunnan), 1 473 personnes ont été tuées et 9 661 personnes handicapées[1],[3],[5],[6],[7],[8].

Histoire de la purge[modifier | modifier le code]

Tan Furen

En mars 1967, Zhao Jianmin (赵健民), alors secrétaire provincial du Parti communiste du Yunnan, a suggéré à Kang Sheng en personne que le Parti communiste chinois (PCC) devrait résoudre les problèmes de la Révolution culturelle de manière démocratique. Mais Kang Sheng n'a pas répondu immédiatement[1],[2]. Cependant, Kang Sheng a ensuite fait un rapport secret sur Zhao à Mao Zedong, affirmant que Zhao était contre le Comité central du PCC, le président Mao et la révolution culturelle[1],[2],[9].

En août 1967, Mao Zedong et le Comité central du PCCh ont approuvé que les médias nationaux et locaux puissent critiquer publiquement les « zou zi pai (en) » parmi les plus hauts responsables provinciaux de Chine. Cinquante-cinq hauts fonctionnaires ont été critiqués, dont Zhao Jianmin[1],[2],[10].

En janvier 1968, Zhao Jianmin a été qualifié « d'espion du Kuomintang (KMT) » ainsi que de « traître » par Kang Sheng et ses alliés. Il était considéré comme l'un des « mandataires locaux » de Liu Shaoqi, le deuxième président de la Chine qui a été persécuté à mort en 1969 en tant que « traître » et « zou zi pai »[1],[3],[6]. Zhao a ensuite été emprisonné pendant 8 ans[1],[10]. Dans le même temps, une fouille et une purge à grande échelle des membres de « Agence d'espionnage KMT de Zhao Jianmin » fabriquée au Yunnan ont été effectuées, ce qui a entraîné l'arrestation et la persécution de plus de 1,38 million de civils et de fonctionnaires[1],[5],[6],[7]..

Tan Furen (谭甫仁), lieutenant-général de l'Armée populaire de libération, a été nommé par Mao Zedong et le Comité central du PCC pour prendre en charge la purge[1],[10].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le 17 décembre 1970, Tan Furen et sa femme sont assassinés[11].

Après la révolution culturelle, Zhao Jianmin a été officiellement réhabilité pendant la période « Boluan Fanzheng » et est devenu par la suite vice-directeur du troisième ministère de la construction mécanique (第三机械工业部)[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i (zh) Haiguang Wang, « 一个人的冤案和一个时代的冤案 », Hu Yaobang Historical Information Net,‎ (consulté le 30 décembre 2019)
  2. a b c et d (zh) « 文革中“赵健民冤案”的个案意义 », China Central Television (consulté le 30 décembre 2019)
  3. a b et c (en) Hu Angang, Mao and the Cultural Revolution (Volume 2), Enrich Professional Publishing Limited, , 305 p. (ISBN 978-1-62320-154-8, lire en ligne)
  4. (en) Rudolph J. Rummel, China's Bloody Century : Genocide and Mass Murder Since 1900, Transaction Publishers, , 333 p. (ISBN 978-0-88738-417-2, lire en ligne)
  5. a b et c (en) Yongyi Song, « Chronology of Mass Killings during the Chinese Cultural Revolution (1966-1976) », sur Sciences Po (consulté le 30 décembre 2019)
  6. a b et c (en) Frank Dikötter, The Cultural Revolution : A People's History, 1962—1976, Bloomsbury Publishing USA, , 432 p. (ISBN 978-1-63286-423-9, lire en ligne)
  7. a et b (en) MICHAEL SCHOENHALS, Cultural Revolution on the Border : Yunnan's 'Political Frontier Defence' (1969-1971) (lire en ligne)
  8. Ding Shu (丁抒), « 文革死亡人数统计为两百万人 », sur Independent Chinese PEN Center,‎ (consulté le 30 décembre 2019)
  9. (zh) Jianmin Zhao, « "文革"中康生仅凭相面定案:整死一万云南群众 », Le Quotidien du Peuple,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 30 décembre 2019)
  10. a b c et d (zh) « 1968纪事:赵建民云南特务案 », Phoenix New Media (consulté le 30 décembre 2019)
  11. Ziren Zhou, « 谭甫仁017凶案 », sur Yanhuang Chunqiu (consulté le 5 juillet 2020)