Moutiers-au-Perche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moutiers.

Moutiers-au-Perche
Le village vu de l'église Notre-Dame du Mont-Harou.
Le village vu de l'église Notre-Dame du Mont-Harou.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Bretoncelles
Intercommunalité Communauté de communes Cœur du Perche
Maire
Mandat
Michel Garnier
2014-2020
Code postal 61110
Code commune 61300
Démographie
Gentilé Monastérien
Population
municipale
421 hab. (2015 en diminution de 3,44 % par rapport à 2010)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 38″ nord, 0° 50′ 49″ est
Altitude Min. 143 m
Max. 237 m
Superficie 33,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Moutiers-au-Perche

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Moutiers-au-Perche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moutiers-au-Perche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moutiers-au-Perche

Moutiers-au-Perche est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 421 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Moutiers-au-Perche[1]
Le Mage Longny-les-Villages
(comm. dél. de Neuilly-sur-Eure)
Les Menus,
Le Pas-Saint-l'Homer
Le Mage Moutiers-au-Perche[1] La Madeleine-Bouvet
Rémalard en Perche Rémalard en Perche Bretoncelles

Toponymie[modifier | modifier le code]

En toponymie moutiers, issu du latin monasterium, « monastère », désigne sous cette forme plurielle un duo d'églises[2]. En Normandie, ce toponyme est présent dans Moutiers-au-Perche, Les Moutiers-en-Auge, Les Moutiers-en-Cinglais et Les Moutiers-Hubert. La forme Moitiers est présente dans Les Moitiers-en-Bauptois et Les Moitiers-d'Allonne. La commune est au cœur de la région naturelle du Perche.

Le gentilé est Monastérien[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Moutiers-au-Perche, appelé Corbion au temps des Romains — d'où le nom de Corbionne pour la rivière qui le traverse — a abrité au VIe siècle la plus ancienne communauté monastique du Perche, fondée par saint Laumer, ermite venu de Chartres à la fin du VIe pour évangéliser les habitants de la forêt qui couvrait le Perche. Les communautés villageoises qui peuplaient les clairières étaient jusque-là « guidées » par des druides. On retrouve quelques pierres levées dans les environs, vestiges de la culture druidique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
(avant 1985[4]) mars 2001 Pierre Garel    
mars 2001 en cours Michel Garnier[5] SE Responsable de site ERDF
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2015, la commune comptait 421 habitants[Note 2], en diminution de 3,44 % par rapport à 2010 (Orne : -1,72 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Moutiers-au-Perche a compté jusqu'à 1 610 habitants en 1846.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
1 4531 5751 5421 5311 5911 5591 6101 5121 560
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 5021 4971 4401 3861 2721 2151 2131 1121 049
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 055992797807748684656640590
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015
550532525507506452444434421
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame du Mont-Harou, monument remarquable, en partie XIIe, en partie XVIe, classée au titre des Monuments historiques depuis le 18 novembre 1941[10]. Ses gargouilles sont de dimensions surprenantes. Elle abrite plusieurs œuvres classées à titre d'objets dont des peintures murales du XVIe et une fresque du XIIe sur la voûte de la sacristie, une Vierge à l'Enfant d'inspiration florentine, un grand retable en pierre polychrome daté de 1664, un orgue (XVIe et XVIIe, avec buffet d'orgue de 1716).. Le porche présente des chapiteaux corinthiens et des petites ouvertures romanes. Le clocher carré du XVIe est terminé par un dôme XVIIIe.
  • Manoir de Beaubuisson. Demeure privée du XVe siècle.
  • Château de Guilbault, du XIXe siècle.
  • Vestiges de l'ancien monastère à gauche de la mairie : ancienne tour en grison et ancienne ferme du prieuré à droite de la mairie.
  • Chemin du Gué de Culoiseau qui depuis le centre du bourg passe devant l'église, gravit le mont Harou et sa forêt, traverse le lieudit Culoiseau  (anciennes belles demeures XVIIe).
  • Chemin dit de la Guillaumette, chemin creux remarquable qui vient du bois de Voré, passe derrière le val du Domaine de La Louveterie, ancien logis du XVIIe (actuellement maison d'hôtes), puis l'Hôtel Grosset (hameau avec une belle demeure du XVIe), ancien lavoir et pont muletier au-dessus de la Corbionne.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, (ISBN 2-86253-247-9), p. 155
  3. « Moutiers-au-Perche. La bienvenue aux nouveaux habitants », sur le-perche.fr, Le Perche (consulté le 27 décembre 2015)
  4. « Le record de la plus longue saucisse tient toujours », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 27 décembre 2015)
  5. a et b Réélection 2014 : « Moutiers-au-Perche (61110) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 13 juin 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. « Église », notice no PA00110873, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :