Saint-Cyr-la-Rosière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Cyr.
Saint-Cyr-la-Rosière
L'église Sainte-Gauburge, l'une des deux églises catholiques de la commune.
L'église Sainte-Gauburge, l'une des deux églises catholiques de la commune.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Bretoncelles
Intercommunalité Communauté de communes Cœur du Perche
Maire
Mandat
David Coutant
2014-2020
Code postal 61130
Code commune 61379
Démographie
Population
municipale
246 hab. (2014)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 50″ nord, 0° 38′ 25″ est
Altitude Min. 112 m – Max. 212 m
Superficie 18,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Cyr-la-Rosière

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Cyr-la-Rosière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-la-Rosière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-la-Rosière

Saint-Cyr-la-Rosière est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 246 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune appartient à la région naturelle du Perche.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune doit son nom à saint Cyr, jeune martyr chrétien du IVe siècle, tué sous les yeux de sa mère, Julitte. La dénomination du bourg apparaît en 1145 sous la forme de "Sanctus-Ciricus" dans une charte du prieuré Sainte-Gauburge, puis sous celle de "Saint-Cir" en 1396. Le nom de la rivière qui arrose le territoire communal a été ajouté en 1831.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le prieuré Sainte-Gauburge fut donné vers 1050 par les seigneurs de Bellême aux moines de l'abbaye de Saint-Père de Chartres ; il passa ensuite sous la dépendance de l'abbaye royale de Saint-Denis qui le conserva jusqu'en 1790[1].

Peuplée de 1 035 habitants en 1804, aujourd'hui dispersés entre le bourg et les hameaux, dont ceux de Clémencé et de Sainte-Gauburge. La commune de Sainte-Gauburge de la Coudre fut réunie à Saint-Cyr-la-Rosière en 1812.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Roland Bouvier    
mars 2001[2] septembre 2012 Martine Moulin SE Agricultrice
septembre 2012[3] avril 2014 Max Métais   Agriculteur
avril 2014[4] en cours David Coutant   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 246 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2005, 2010, 2015, etc. pour Saint-Cyr-la-Rosière[5]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
974 1 293 1 053 1 141 1 269 1 225 1 172 1 170 1 155
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 120 1 122 1 056 1 024 960 907 878 840 802
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
777 711 614 612 559 507 549 453 404
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
320 288 255 210 247 251 260 246 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Cahiers Percherons, "Les manoirs du canton de Nocé" (1re partie), par Ph. Siguret.
  2. « Le maire repart en campagne », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 décembre 2014)
  3. « Un nouveau maire à Saint-Cyr-la-Rosière », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 décembre 2014)
  4. « David Coutant a été élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 décembre 2014)
  5. Date du prochain recensement à Saint-Cyr-la-Rosière, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Prieuré de Sainte-Gauburge », notice no PA00110918, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Église Saint-Cyr et Sainte-Julitte », notice no PA00110916, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Chapelle de Clémencé », notice no PA00110914, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Laurence de Calan, Presybtères du Perche, éditions des Amis du Perche, collection "Présence du Perche", juillet 2012, p. 129-130. [ISBN 978-2-900122-983]
  12. « Dolmen dit la pierre procureuse », notice no PA00110915, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Manoir de Langenardière », notice no PA00110917, base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]