Le Perche (hebdomadaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Perche
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Genre Presse locale
Prix au numéro 1,20 €[1]
Diffusion 11 158 ex. (2012[2])
Date de fondation 1883
Éditeur Laurent Rebours[1]
Ville d’édition Mortagne-au-Perche

Rédacteur en chef Luc Moriceau[1]
Site web www.le-perche.fr

Le Perche est un journal local de la presse écrite française qui parait une fois par semaine, le mercredi.

Il traite l'information à un niveau local, et couvre la région correspondant approximativement à l'ancien comté du Perche :

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Perche est fondé en 1883 par Gilbert Bravy et Émile Bigot, ouvriers typographes et militants républicains[3].

Le journaliste Albert Danguy reprend le titre en 1897 en lui conservant une ligne éditoriale républicaine de gauche. Son sous égide, la diffusion du journal passe de 1 000 à 5 000 exemplaires à la veille de la Première Guerre mondiale. Il meurt en 1925, laissant l'entreprise à son fils, Raymond[3].

Le Perche paraît sous l'occupation, mais n'est pas touché par l'ordonnance de 1944 en prouvant ne par avoir collaboré avec les Allemands. Ainsi, Raymond Danguy a-t-il échappé à la déportation de peu, puisqu'arrêté par la Gestapo en avril 1944 faute d'avoir obéi à la Propagandastafel, puis emprisonné 4 mois à Alençon puis à Compiègne, le train qui le conduit vers un camp est arrêté à Péronne par les bombardements alliés[3].

Le Perche libéré est donc redonné à ses propriétaires, et le fils, Yves Danguy, en prend les commandes en 1985[4]. Face aux développements des nouvelles méthodes d'imprimerie, le journal sous-traite dans les années 1980 son impression. Affaibli par des pertes, le journal est cédé en 1992 par les Danguy au groupe Ouest-France qui l'intègre dans sa filiale Publihebdos[3].

À la suite de ce rachat, la diffusion augmente, passant de 11 650 exemplaires en 1988 à près de 13 500 en 1998[3].

Après avoir ouvert un bureau à Nogent en 1997, le titre propose à partir de septembre 1999, deux éditions, l'une pour Mortagne/Mamers, l'autre pour Nogent-le-Rotrou/La Ferté-Bernard. À cette époque, le journal emploie 15 salariés (5 journalistes, 2 commerciaux, 3 administratifs et 5 personnes chargées de la composition et de la saisie) et s'appuie sur une vingtaine de correspondants[3].

La diffusion[modifier | modifier le code]

La diffusion moyenne de l'hebdomadaire Le Perche s'établit officiellement comme suit, selon l'OJD[5] :

Année 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Diffusion 12 133 12 204 11 923 11 621 11 482 11 158

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Le Perche sur http://www.publihebdos.com
  2. ODJ
  3. a, b, c, d, e et f Alain Cartel, Les Médias et l'identité régionale : réalités et perspectives, Conseil économique et social régional de Basse-Normandie, avril 2000.
  4. "Décès de l'ancien directeur du journal Le Perche", mis en ligne par Luc Moriceau le lundi 23 décembre, mis à jour le 30 décembre, sur http://www.le-perche.fr.
  5. Tirage et diffusion hebdomadaire du journal Le Perche d'après l'OJD

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]