Bretoncelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bretoncelles
Bretoncelles
L'église Saint-Pierre.
Blason de Bretoncelles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Intercommunalité Communauté de communes Cœur du Perche
Maire
Mandat
David Lambert
2014-2020
Code postal 61110
Code commune 61061
Démographie
Gentilé Bretoncellois
Population
municipale
1 487 hab. (2017 en augmentation de 1,57 % par rapport à 2012)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 54″ nord, 0° 53′ 15″ est
Altitude Min. 120 m
Max. 266 m
Superficie 40,21 km2
Élections
Départementales Canton de Bretoncelles
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Bretoncelles
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Bretoncelles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bretoncelles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bretoncelles
Liens
Site web www.bretoncelles.fr

Bretoncelles est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 1 487 habitants[Note 1]. Elle fait partie du parc naturel régional du Perche et de la communauté de communes Cœur du Perche.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le Perche. Son bourg est à 9 km à l'est de Rémalard, à 11 km à l'ouest de La Loupe et à 14 km au nord-est de Nogent-le-Rotrou[1]. Il est desservi par la gare de Bretoncelles, située sur la ligne Paris - Chartres - Nogent-le-Rotrou - Le Mans.

Bretoncelles est traversée par le Paris-Le Mans.

Couvrant 4 025 hectares, le territoire communal était, avant les fusions de communes provoquées par la réforme des collectivités territoriales au milieu des années 2010, le plus étendu du canton de Rémalard et le second de l'arrondissement de Mortagne-au-Perche.

Bretoncelles est dans le bassin de la Loire, par son sous-affluent la Corbionne — affluent de l'Huisne — qui traverse le territoire du nord au sud. Plusieurs de ses propres affluents parcourent le territoire communal dont la Donnette et la Ribaille.

Le point culminant (266 m) se situe au sud-est, près du lieu-dit la Grande Forêt. Le point le plus bas (120 m) correspond à la sortie de la Corbionne du territoire, au sud.


Communes limitrophes de Bretoncelles[2]
Moutiers-au-Perche La Madeleine-Bouvet Le Pas-Saint-l'Homer,
Meaucé (28)
Rémalard-en-Perche
(comm. dél. de Dorceau)
Bretoncelles[2] Vaupillon (28)
Saint-Germain-des-Grois,
Sablons-sur-Huisne (comm. dél. de Condé-sur-Huisne)
Sablons-sur-Huisne
(comm. dél. de Coulonges-les-Sablons)
Saint-Victor-de-Buthon (28)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du bourg est attesté sous la forme Bertoncelli en 1245[3]. La forme Bert(h)oncelles est régulièrement utilisée jusqu'au XVIIIe siècle. Puis, par attraction avec le mot Breton, la forme Bretoncelles se fixe définitivement au XIXe siècle[4].

Il serait issu d'un anthroponyme germanique Berto[3],[5],[6] ou Berton[5], et du bas latin cella pouvant évoquer une « petite maison »[6] ou un « monastère »[3].

Le gentilé est Bretoncellois.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg de Bretoncelles proprement dit, la commune se compose de 15 hameaux et de 107 lieux-dits. Leur appellation se rattache à trois grande catégories : une origine anthroponymique pour 60 d'entre eux ; une dénomination toponymique liée aux eaux et forêts pour 24 d'entre eux ; et celles liées à l’agriculture pour 38 d'entre eux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au milieu du XIe siècle, un château sur motte est construit par Rotrou II de Nogent pour faire face au fief de Rémalard relevant du Thymerais[4].

À la création des cantons, Bretoncelles est chef-lieu de canton. Ce canton est supprimé lors du redécoupage cantonal de l'an IX (1801).

Le 21 novembre 1870, durant la guerre franco-allemande, eurent lieu les combats de la Fourche, de la Madeleine et de Bretoncelles où furent engagés le 49e régiment provisoire formé de la garde nationale mobile de l'Orne, le bataillon Finistère-Morbihan de la garde nationale mobile, composé de cinq compagnies de marche du Finistère et de deux compagnies de marche du Morbihan, du 9e bataillon de marche d'infanterie de marine composé de quatre compagnies de marche du 1er régiment d'infanterie de marine et du 10e bataillon de marche d'infanterie de marine composé de quatre autres compagnies de marche du 1er régiment d'infanterie de marine[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bretoncelles Blason
D'azur au chevron d'argent accompagné en pointe de trois besants d'or mal ordonnés, celui de senestre abaissé.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989[8] mars 2014 Patrick Pinloche SE Médecin
mars 2014[9] En cours David Lambert SE Artisan chocolatier
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2017, la commune comptait 1 487 habitants[Note 2], en augmentation de 1,57 % par rapport à 2012 (Orne : -2,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %). Bretoncelles est la commune la plus peuplée du canton. Elle a compté jusqu'à 2 375 habitants en 1836.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
2 0132 0102 1592 3032 3752 2202 3712 2442 130
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 0951 9851 9151 8791 7691 6791 7101 6201 562
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 6041 5991 4251 6101 4401 4381 3211 2221 112
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
1 2151 2851 2701 2211 3431 4001 4081 4641 487
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre (Renaissance).
  • Motte castrale de la butte du Château, en forêt de Saussay.
  • Manoir de la Dourdannerie
  • L'Aunay et sa maison de maître
  • Moulin Colas
  • Moulin d'Arrondeau
  • Logis du Noyer
  • Fournil de la Dougère
  • Croix de chemin de campagne de La Régeolière

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le Football club bretoncellois fait évoluer une équipe de football en division de district[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Louis-Joseph Fret (1800 à Bretoncelles - 1843), historien du Perche[15].
  • Eugène Lavieille (1820-1889) a séjourné à Bretoncelles où il a peint, ainsi que dans ses environs.
  • Daniel Goulet (1928-2007), sénateur UMP, né dans la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  4. a et b Françoise Leblond, Dominique Fournier, Raphaël Bijard et David Lambert (Maire) : directeur de la publication, « Bretoncelles - Un village, des hameaux - Histoire », Publication municipale,
  5. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 963
  6. a et b René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, , 223 p. (ISBN 2-86253-247-9), p. 133
  7. La bataille sur mairie.coulonges.free
  8. « Patrick Pinloche ne brigue pas un 5e mandat de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 juillet 2016)
  9. a et b « David Lambert s'installe à la mairie », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 10 avril 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  14. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – FC Bretoncellois » (consulté le 7 octobre 2016).
  15. « Site communal - Portrait de l'Abbé Fret, d'après le numéro 60 des « Cahiers Percherons » » (consulté le 3 mars 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :