Mont Athos dans l'art et la littérature

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vue de la mer
Saint John the Evangelist on Patmos of Protat.jpg

Pour découvrir le mont Athos[1], il est possible de faire une excursion sur place. On peut aussi le découvrir à travers les nombreuses ressources du net, témoignages photographiques, filmographiques ou littéraires de voyageurs d'autrefois ou de savants en mission

Archéologie[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Millet[2], dont les photographies constituent une partie de la Collection chrétienne et byzantine de l'EPHE dite Photothèque Gabriel Millet[3],[4]. Pendant la Première Guerre mondiale, le seul service photographique ministériel était les Archives photographiques. Il fut mobilisé pour être l'opérateur photographique de l'État major, aux côtés des opérateurs des unités régimentaires. Gabriel Millet, archéologue et élève de l'École française d'Athènes participa dans ce service au Front d'Orient, et produisit avec son équipe plus de dix mille vues sur l'Orient, la Grèce, et la Macédoine dont des "autochromes du Mont Athos" c'est-à-dire plus de deux mille photos.
  • Les ouvrages du Collège de France dans la collection Les Archives de l'Athos[5]. Cette collection édite 1200 documents d'époque byzantine encore conservés dans les monastères du mont Athos. Chaque volume comprend une introduction sur l'histoire du monastère et ses archives, le texte grec de chaque document, précédé de sa description, de l'analyse détaillée, et de notes développées ; l'index des noms propres et de tous les termes notables. Un album cartonné donne, en planches phototypiques, la reproduction de toutes les pièces dont existe encore l'original ou un témoin ancien.

Fresques et icônes[modifier | modifier le code]

Le mont Athos est célèbre pour ses fresques byzantines qui ornent le mur des monastère et du réfectoire, et aussi pour ses icônes de la Vierge Marie[6].

En 1839, dans un voyage qu'il entreprit en Grèce avec M. Durand, M. Adolphe Napoléon Didron trouva entre les mains de plusieurs peintres du mont Athos un manuscrit intitulé Hρμηνείας τής ζωγραφικής, Guide de la Peinture, du moine Denys du couvent de Tourma, qu'il fit copier et envoyer à son domicile[7],[8].

Synaxaire d'Eutyme du Mont-Athos, XIe siècle

La plus célèbre de ces icônes de la Théotokos est l'icône du monastère d'Iviron Portaïtissa, Gardienne de la Porte, connue ensuite dans le monde entier sous le nom de « Marie Porte du Ciel », dont l'original (une réplique de l'icône d'Iviron) est une icône myrroblyte depuis 1981 : elle exude de l'huile parfumée.

Manuscrits[modifier | modifier le code]

Un très grand nombre de manuscrits furent détruits par les Turcs en 1822 ou pillés, et appartiennent à des collections privées ou à de grandes bibliothèques comme la Library of Congress. On a retrouvé durant la mission de Pierre Sébastianoff (ru) un manuscrit de la Géographie de Ptolémée au Monastère de Vatopédi (Athous Vatopedi 655, exemplaire plus ancien que tous les autres exemplaires connus de l'ouvrage, daté de 1200 environ et composé de 5 o folios, 66 pages de texte grec suivi de 42 cartes).

Peinture, photographie et cinéma[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Mucha, 1926, Le mont Athos-Prague

De nombreux artistes ont peint le mont Athos[9] : Edward Lear (1856/57), Dominique Papety (1815-1849), Théodore Jacques Ralli (en) (1852-1909), Dimitrios Gioldasis (el) (1897-1993), Polykleitos Regos (1903-1984), Laffeke[10], Spyros Papaloukas (el) (1892-1957), et aujourd'hui, Julian Vilarrubi, Vasilis Theocharakis, Takao Tanabe (1926), George Sfougaras, Luke Dingman, Mikhail Tikhanovsky, Herwig Zens (de), Jan Vochoc, Jan Abels, Doug Patterson[11], etc.

On peut admirer la plupart de ces œuvres sur un blog consacré au mont Athos, sur internet, Athos Agion Oros[12].

Dominique Papety, Arsanas Karakallou

Catalogues d'exposition[modifier | modifier le code]

  • Autochromes du mont Athos Photographies en couleurs du Musée Albert-Kahn 1997 Musée Albert Kahn, Institut français de Thessalonique (non-réédité)
  • Catalogue de l'exposition "Le mont Athos et l'empire Byzantin" présentée au Petit Palais de Paris (10 avril - 5 juillet 2009
  • Athos - Monestic Life on the Holy Mountain publié en lien avec l'exposition d'Helsinki City Art Museum Maahenki en 2006 : 346 pages, Hardcover

Photographie[modifier | modifier le code]

Le comte russe Pierre Sébastianoff (ru) est le premier à photographier le Mont Athos, où il fit plusieurs séjours à partir de 1852, ses trésors, et ses manuscrits, dont un très ancien manuscrit de Ptolémée dont la découverte fut alors unanimement saluée[13]. Ses photographies furent exposées dans une exposition à la London Photographic Society, en 1858[14],[15].

Bibliothécaire du Monastère de Simon Petra, Arnold Genthe, Greek Serie, Library of Congress.

Quelques photographes s'aventurèrent ensuite au mont Athos :

  • Gabriel Millet avec une Mission au mont Athos, dès 1898[16].
  • Fernand Cuville effectue en 1918 une Mission au mont Athos, avant d'entrer aux Archives de la Planète d'Albert Kahn, puis Le Baron[Qui ?]. Le Musée Albert-Kahn de Boulogne a la garde des plaques de verre des célèbres « autochromes du mont Athos » de Fernand Cuville[17].
  • Arnold Genthe, journaliste et voyageur américain, réalise au cours de son voyage en Grèce les Greek Series, dont quelques clichés sont conservés à la Library of Congress.
  • Enfin Frédéric Boissonnas, voyageur et photographe, réalise 400 clichés au mont Athos, conservés aujourd'hui au Musée de la photographie de Thessalonique[18].
  • Le suisse Paul Collart de l'École Archéologique d'Athènes le photographie également. Après la mort de Paul Collart en 1981, les fonds Collart sont confiés à l'Institut d'archéologie et d'histoire ancienne de l'UNIL, en Suisse.
  • Le photographe grec Kostas Argyris est aujourd'hui le photographe officiel des moines du mont Athos[19].

Albums de photographies[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • Musique byzantine.
  • Saint Jean Koukouzelis , surnommé le « Rossignol de l'Athos », était un moine compositeur de musique liturgique[20].

Philatélie[modifier | modifier le code]

Bureau de Poste russe

De nombreux timbres grecs représentent le mont Athos[21].

Religion, saints[modifier | modifier le code]

Le mont Athos vénère de nombreux saints, hagiorites et ermites : Saint Athanase l'Athonite, le vénérable Georges, Hadji Georgis par exemple. Le plus célèbre est saint Silouane de l'Athos, connu grâce à la biographie de l'Archimandrite Sophrony. Les ermites se retirent dans des cabanes ou des grottes situées sur la falaise escarpée de l'île, en un lieu appelé Karoulie, ou Désert. Les religieux du mont Athos pratiquent la Prière de Jésus et l'Hésychasme. Certains moines étaient autrefois omphalospsyques. Ces moines étaient autrefois appelés caloyers[22].

Religieux saints ou célèbres :

Récits de voyageurs[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bibliographie sur le Mont Athos.

De nombreux voyageurs ont relaté leur voyage au mont Athos, de Pierre Belon au XVIe siècle à Jacques Lacarrière. Sur Gallica on peut trouver les récits d'un certain nombre d'entre eux : Antonin Proust, Stanislas de Nolhac, Eugène-Melchior de Vogüé, récits parus dans les journaux de l'époque, comme Le Tour du Monde d'Edouard Charton, le Magasin Pittoresque ou la Revue des Deux-Mondes. Ces récits, parfois illustrés, constituent des documents très intéressants sur le mont Athos au XIXe siècle.

Peu de religieux catholiques sont allés au mont Athos : Deux y ont séjourné : le Père Marie-Joseph Le Guillou, dominicain, et le religieux trappiste américain Basil Pennington qui écrivit quelques livres comme Les Moines du mont Athos. ou O Holy Mountain! Journal of a Retreat on Mount Athos (Garden City, NY: Doubleday, 1978).

Plus récemment, Alain Durel à relaté son expérience d'une année passée comme novice au Mont Athos dans son livre La presqu'île interdite. Initiation au mont Athos, Albin Michel, Paris, 2014.

Notes et références

  1. Vue aérienne sur Maplandia
  2. « Mission de M. Millet en Grèce et au Mont Athos », annuaire de l'École pratique des hautes études, section des sciences historiques et philologiques, Paris, 1898, p. 79-85 - [1] Recherches au Mont-Athos Gabriel Millet, Bulletin de correspondance hellénique, année 1905, volume 29, numéro 29, p. 55-98 Gabriel Millet Recherches au Mont-Athos (suite) Bulletin de « correspondance hellénique, année 1905, volume 29, numéro 29, p. 105-141.
  3. CD-ROM Monuments de l'Athos — missions G. Millet, 1894-1920, bibliographie Millet-Athos (réalisé par Mme Angéliki Grammatikopoulou et Mme Dominique Couson-Desreumaux, EPHE. Documents de travail opérationnel
  4. Archives du Ministère de la Culture
  5. Collège de France Collection Archives de l'Athos 21 Volumes parus
  6. On peut trouver ici la description détaillée de différentes icônes de la Vierge : [2]
  7. [3] Manuel d'iconographie chrétienne, grecque et latine..., par Mr Didron et le docteur Paul Durand. Ludovic Lalanne Bibliothèque de l'école des chartes Année 1845 Volume 6 Numéro 6 pp. 461-464
  8. Panselios (mont Athos) présenté par A. N. Didron, Le "manuel de l'iconographe", Imprimerie Royale, 1843. Les peintures byzantines et les couvents de l'Athos Dominique Papety Revue des Deux Mondes T.18 1847
  9. Œuvres d'artistes peintres, Le mont Athos dans l'Art Moderne
  10. Aquarelles de Laffeke
  11. Galerie d'œuvres de Doug Patterson
  12. [4]
  13. Persée
  14. 1858, London, Photographic Society
  15. La première Mission photographique, 1858, Londres, reproduction de la Photographic Society Archeological au mont Athos, Collodion. Première Mission photographique au mont Athos du Général Sebastianoff (Comte Pierre de Sevastianov).
  16. Gabriel Millet,Mission de M. Millet en Grèce et au mont Athos, Annuaire de l'Ecole pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques, Paris, 1898
  17. Mont Athos 1913 et 1918, autochromes, collection complète des autochromes de Fernand Cuville au Musée départemental Albert-Kahn (2000), inaccessible au public sinon ici [5], photographies de Fernand Cuville, Gabriel Millet, Le Baron, Charles Martel, Base Mistral et ici : autochromes couleurs
  18. Frédéric Boissonnas (photographies), Bertrand Bouvier (textes), Το Άγιον Όρος εν Ετει (« Le mont Athos en 1930 »), Athènes, Ammos, 1994 et Fred Boissonnas - Itinerary to Mount Athos 1928-1930, collection de 400 clichés, Photographic Museum of Thessaloniki .Clichés
  19. Port Folio :[6] et Communion with monks. Photographs by Kostas Argyris from Mount Athos, 1991-1995 [7]
  20. Gregorios Stathis, Les Manuscrits de musique byzantine, mont Athos, Institut de musicologie byzantine, Athènes, 1993
    • A. Gastoué, Introduction à la paléographie musicale byzantine, catalogue des manuscrits de musique byzantine de la Bibliothèque Nationale de Paris, Paris, 1908, p. 20
    • B. Gueorguiev, « Saint Jean Koukouzelis » in Le chant liturgique orthodoxe, Le Messager orthodoxe, 1987, no 104, p. 65-68, Action chrétienne des étudiants russes, Paris, 1958
  21. [8] et (en)agion oron stamps
  22. Quelques références : Millénaire du mont Athos,Chevetogne,1963, 102 Millénaire du mont Athos, « La vie de saint Athanase, l'Athonite », Chevetogne 1963, 102 pages Millénaire du Mont Athos, « La vie monastique dans l'Église orthodoxe », Chevetogne 1963, 52 pages. « Millénaire du mont Athos » t. 2, M-J. Le Guillou L'Athos et la vie eucharistique, Paris 1963, 111-120. Archimandrite Sophrony,Starets Silouane, moine du mont Athos'' (1866-1938), Vie, doctrine, écrits, Sisteron, 1989, 486 pages. Le Vénérable Georges, Hadji Georgis, moine du mont Athos 1809-1886, Thessalonique, 1996, 96 pages, Père Païssos, moine du mont Athos. L'Ancien Joseph l'Hésychaste Par Joseph de Vatopaidi Préface de l'Archimandrite Éphrem, higoumène du monastère de Vatopaidi (Mont-Athos) – Introduction de Jean-Claude Larchet – Traduit du grec par Yvan Koenig, paru en novembre 2002. Avvakoum : le zélote aux pieds nus / Théodoret, moine de l'Athos ; trad. de la presbytéra Anna, Paris (30 Bd de Sébastopol, 75004) : Fraternité orthodoxe St Grégoire Palamas, 1986

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bibliographie sur le Mont Athos.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]