Edward Lear

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lear.
Edward Lear
Description de cette image, également commentée ci-après

Auto-caricature (1870)

Naissance
Holloway, Londres
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Décès (à 75 ans)
San Remo, Ligurie
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Anglais britannique

Œuvres principales

The Owl and the Pussycat (Minette et le hibou)

Edward Lear est un écrivain, un illustrateur et un ornithologue britannique connu pour sa poésie, né le à Holloway, une banlieue de Londres, et mort le à San Remo en Ligurie[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Edward Lear est le vingtième enfant et son éducation est assurée par sa sœur aînée, Ann, de vingt-deux ans son aînée. Lorsqu'il a quinze ans, sa sœur et lui quittent la maison familiale. À dix-neuf ans, il commence à gagner sa vie en tant qu'illustrateur pour un ouvrage intitulé Illustrations of the Family of Psittacidae, or Parrots (1830).

La qualité de ses illustrations fait si grande impression qu'on le compare à Audubon. Il continuera à dessiner et peindre toute sa vie même si son rêve le plus cher, illustrer les poèmes de Tennyson, ne se réalisera jamais.

Sa santé est très précaire : il souffre d'épilepsie, de bronchite chronique, d'asthme et, vers la fin de sa vie, devient partiellement aveugle.

En 1846, il publie A Book of Nonsense (Un livre a-sensé), un recueil de poèmes humoristiques qui connaît trois éditions successives et qui contribue à populariser ce genre poétique, le limerick, déjà fortement ancré dans la tradition populaire britannique, proche du couplet à bouts rimés se terminant par une petite morale absurde et dont le style emprunte également aux nursery rhymes, entre la berceuse et la comptine pour enfant.

En 1865 paraît The History of the Seven Families of the Lake Pipple-Popple et en 1867, son plus célèbre recueil de poésie de non-sens : The Owl and the Pussycat (Minette et le hibou), qu'il a écrit pour les enfants de son patron Edward Smith-Stanley, 13e comte de Derby.

Un de ses limericks[modifier | modifier le code]

Exemple de limerick (et sa traduction proposée ci-contre) tiré d'un ouvrage d'E. Lear publié de son vivant, avec ses propres dessins.

Ther was an old man with a nose
Who said "if you choose to suppose,
That my nose is too long,
You are certainly wrong"
That remarkable man with a nose

There was an Old Man with a beard
Who said, 'It is just as I feared!
Two Owls and a Hen, Four Larks and a Wren,
Have all built their nests in my beard!

— (Traduction de Christine Olley)

« 

Il y avait un Vieil Homme avec une barbe
Qui disait « Tout à fait ce que je craignais !
Deux chouettes et une poule, quatre alouettes et une linotte,
Elles ont toutes fait leur nid dans ma barbe ! »

S'écria un vieil homme barbu
Que diable! c'est vrai, je l'ai vu
Une poule et deux chouettes, une linotte, quatre alouettes
Nichent toutes dans ma barbe, quelle bévue!

 »

Œuvre complète[modifier | modifier le code]

Titres parus en France[modifier | modifier le code]

(Note : liste exhaustive. La 1re date est celle de la première publication en France[2])

  • 1947 : Deux histoires ineptes : Histoire des quatre petits enfants qui partirent pour le tour du monde. Histoire des sept familles du lac Pipple-Popple[3]
    Traduit par Simone Lamblin, couverture de Mario Prassinos ; Paris, Fontaine, collection « L'Âge d'or » no 39, 44 p. Réédition en 1967 sous le titre : L'Histoire des quatre petits enfants qui firent le tour du monde[4]. Traduction de François Ruy-Vidal); Paris : Harlin Quist, 36 p. Réédition en 1970.
  • 1949 : Chansons ineptes : Les Méli-mélos, Le Hibou et le Chat-Minou, Le Chapeau du Quangle Wangle[5]
    Traduits par Jacques Papy et Henri Parisot ; Paris, G. L. M., coll. « Voix de la terre » no 2, 27 p.
  • 1960 : Bonjour M. Lear[6]
    Textes choisis et traduits par Robert Benayoun ; Paris : J.-J. Pauvert, coll. « Le Lycanthrope » no 3, 49 p.
  • 1966 : Minette et le hibou (The Owl and the pussy-cat)[7]
    Paris : OZ-Whitman O.D.E.J., coll. : « Collection Vermeil » no 10, illustré par W. Wiesner. Rééditions en 1970 et 1979 : Paris : Éditions des Deux coqs d'or, coll. : Praline[8]. Réédition en 1978 sous le titre : Le Hibou et la minouchette, traduit par Henri Parisot ; illustrations de Gwen Fulton ; Paris : Flammarion[9]. Réédition en 1994 sous un nouveau titre : Féline et le hibou, illustré par Jan Brett ; adapté par Marianne Cockenpot ; Paris : Gautier-Languereau, (ISBN 2-01-390439-8). Réédition en 2008 au Québec sous le titre : Sire Hibou et dame Chat, traduit par Lucie Papineau ; illustrations de Stéphane Jorisch, Saint-Lambert (Québec) : Dominique et compagnie, (ISBN 978-2-89512-700-0).
  • 1968 : "Limericks" et autres poèmes ineptes[10]
    Traduit par Henri Parisot. Illustrations de l'auteur ; Paris : Mercure de France, exemplaire no 1696, 255 p. Réédition en 2004 sous le titre Poèmes sans queue ni tête[11], très librement adaptés par François David ; ill. de Henri Galeron, Urville-Nacqueville : Motus, collection : Pommes, pirates, papillons, (ISBN 2-907354-59-0).
  • 1974 : Poèmes sans sens
Traduction et préface par Henri Parisot ; chronologie, introduction et bibliographie par Sylvère Monod ; illustrations par Edward Lear ; Paris : Aubier : Flammarion, coll. : « En bilingue » no 58, 307 p[12]. Réédition en 1993, Éditions Aubier, collection : Bilingue, traduction de Henri Parisot
  • 1978 : Les Sept familles du lac Pipple-Popple[13] (The History of the seven families of the lake Pipple-Popple)
Traduit par Simone Lamblin, illustré par Étienne Delessert ; Paris : Gallimard, Collection : Enfantimages
  • 1990 : Les Mélis-Mélos (The Jumbles)
Traduit par Henri Parisot ; Paris : Père castor Flammarion, ill. de Ted Rand, (ISBN 2-08-160592-9).
  • 1992 : Journal d'un paysagiste anglais en Corse, 1868
Traduit par Véronique Emmanuelli ; Paris : la Pensée universelle, 1992, 235 p. (ISBN 2-214-09420-2).
  • 1997 : Femmes a-sensées
Traduction, préface et postface de Guy Leclercq ; Paris : Éd. Autrement, Collection : Littératures, 163 p. (ISBN 2-86260-701-0).
  • 1997 : Nonsense
Traduction de Patrick Hersant, ill. par l'auteur ; Toulouse : Éd. Ombres, Collection : « Petite bibliothèque Ombres » no 100, édition bilingue, 183 p. (ISBN 2-84142-066-3).
  • 2005 : Fric-frac du sens
Traduction et préface de Patrick Reumaux ; publié à Brest : Éditions Élisabeth Brunet ; l'ouvrage réunit : Poèmes sens dessus-dessous par Mervyn Peake et Les Délires de Lear par Edward Lear, (ISBN 2-910776-12-3).
  • 2009 : Un livre a-sensé (A book of nonsense)
Traduction du Professeur A ; Montreuil : Éditions Rackham, collection « Le Signe noir », édition bilingue, (ISBN 978-2-87827-117-1).

Ces deux dernières traductions sont en vers libres rimés. Les deux précédentes respectent le compte de syllabes (pieds), ce qui ne va jamais sans chevilles, vers de mirliton, syntaxe barbare... Il est donc particulièrement difficile de traduire Edward Lear, que certains proches des surréalistes et de la pataphysique avaient identifiés très tôt comme l'un de leurs précurseurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :