Monastère de Grégoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grigoriou.

Monastère de Grégoire
Image illustrative de l’article Monastère de Grégoire
Le monastère de Grégoire
Présentation
Culte orthodoxe
Type Monastère
Géographie
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
République autonome Mont-Athos
Coordonnées 40° 10′ 45″ nord, 24° 15′ 20″ est

Géolocalisation sur la carte : République monastique du Mont-Athos

(Voir situation sur carte : République monastique du Mont-Athos)
Monastère de Grégoire

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Monastère de Grégoire

Le monastère de Grégoire (en grec : Μονή Γρηγορίου, Moní Grigoríou) est un des vingt monastères orthodoxes de la République monastique du Mont-Athos, dont il occupe la 17e place dans le classement hiérarchique.

Il est situé au sud-ouest de la péninsule, et est dédié à saint Nicolas de Myre, fête votive le 6 décembre (19 décembre).

En 1990, il comptait 71 moines grecs, roumains et serbes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monastère a été fondé au XIVe siècle, vers 1371, par saint Grégoire l'Hésychaste (fête le 7 décembre), un disciple de saint Grégoire le Sinaïte (fête le 6 avril). La menace turque oblige Grégoire l'Hésychaste à quitter la Sainte Montagne et à trouver refuge en Serbie auprès du roi saint Lazare de Serbie (fête le 15 juin). Au Moyen Âge, la plupart des moines sont originaires des principautés danubiennes et le monastère reçoit de subsides donnés par les hospodars de ces deux principautés. En 1539 il est rénové grâce au hospodar Étienne V de Moldavie[1]. Le monastère fut dévasté par un incendie en 1761 et les reliques de son saint fondateur furent transportées en Serbie. Il fut restauré grâce au hospodar Constantin Mavrocordato[2].

Patrimoine artistique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Grigore Ureche Chronique de Moldavie. Depuis le milieu du XIVe siècle jusqu'à l'an 1594 Traduite et annoté par Emile Picot Ernest Leroux éditeur Paris 1878. Réédition Kessinger Legacy Reprints (ISBN 9781167728846) p. 319-331 et [1].
  2. [2]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]