Peinture byzantine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La peinture byzantine est le renouveau pictural qui s'instaure à la fin du IXe siècle dans l'empire romain d'Orient dans l'art byzantin, après l'iconoclasme précédent qui interdisait la représentation humaine et le deuxième concile de Nicée, qui rétablit le culte des images.

Le terme désigne par conséquent de la décadence de Byzance le transfert en Occident de l'influence de leur style pictural (Maniera greca[1]) pendant le Moyen Âge en Europe et plus particulièrement en Italie du nord comme les peintres rassemblés sous l'appellation d'école siennoise et le vocable de peinture italo-byzantine.

Il faut attendre Cimabue et Duccio pour assurer, en Occident, le renouvellement de la peinture byzantine[2] en rompant avec son formalisme et en introduisant des éléments de l'art gothique, puis Giotto qui y ajoute les effets perspectifs et supprime les fonds dorés, et tous les autres primitifs italiens. Mais en Orient cette tradition a su se renouveler d'elle même, peu à peu, au cours des siècles qui ont suivi. L'école crétoise, du XVe siècle au XVIIe siècle, en Crète est un exemple parmi d'autres.

Paramètres stylistiques[modifier | modifier le code]

L'icône orthodoxe est typique de la peinture byzantine d'Orient et elle contient les schémas rigides suivants :

  • fond doré, sans profondeur ni inscription dans une réalité spatiale sans effet perspectif.
  • graphie des figures sacrées et stylisation des visages, sans émotions
  • couleurs empreintes de symbolisme :
    • or : transcendance
    • blanc : souvent associé à l'or (vêtements du Christ)
    • bleu (de cobalt) pourpre foncé : la royauté (pour le marphorion[3] de la Vierge).
    • L'ocre, le violet, le vert foncé, le rose, ...
  • ambiance lumineuse venant de la présence des saints
  • Support souvent à fresque puis sur bois.

Renouveau du style en Europe[modifier | modifier le code]

La peinture siennoise introduit sur cette base stricte une esthétique particulière comme la représentation de faits réels et quotidiens du gothique italien et l'expressivité faciale qui était inédite dans l'art médiéval.

Elle annonce la Renaissance et ses changements stylistiques notables dans la peinture, et la perspective qui donnera à penser l'espace plus que l'histoire (Historia)[4], comme le font les frères Ambrogio et Pietro Lorenzetti à Sienne, bien avant Florence[5],[6].

Le dessin même des auréoles des personnages saints le montrera en dessinant non plus un cercle parfait irréel, mais une ellipse (un cercle en perspective), en fonction de la position de la tête, soit dans un vrai espace.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vasari
  2. Vasari : « scabrosa goffa e ordinaria [...] maniera greca, ritrovando il principio del disegno verosimile "alla latina" » en parlant de Cimabue.
  3. manteau de la Vierge
  4. Ouvrages divers de l'historien de l'art Daniel Arasse
  5. Lorenzo Ghiberti
  6. Erwin Panofsky

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Grabar, La peinture byzantine [détail des éditions]
  • Kostas Papaioannou, La Peinture Byzantine et Russe, Lausanne, Rencontre, 1965
  • Charles Diehl, La peinture byzantine. Les mosaïques et les fresques. - La miniature byzantine. - Les icones.
  • Lydie Hadermann-Misguich, Tendances expressives et recherches ornementales dans la peinture byzantine de la seconde moitié du XIIe siècle, Byzantion, 1965

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]