Abaton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’abaton (grec ancien : τὸ ἄϐατον / tò ábaton, « lieu où l’on ne doit pas marcher, saint, sacré, inviolable », neutre substantivé de l’adjectif ἄϐατος / ábatos, « inaccessible ») est, dans le monde grec antique, une partie d’un temple ou d’un lieu consacré dont l’accès était interdit au profane. Dans le sanctuaire d'Asclépios à Épidaure, l'abaton était le dortoir dans lequel les malades attendaient la visite du dieu dans l'espoir d'une guérison.

Dans l'Égypte antique, c'était un sanctuaire dans l'ile de Biggeh, à côté de la première cataracte du Nil, près de l'ile de Philae. C'est dans ce sanctuaire qu'aurait été conservé la dépouille d'Osiris. L'accès de cette ile était réservé uniquement aux prêtres chargés du rite. Ces derniers devaient se purifier pour le culte, ils se rasaient la tête et le corps, ils se lavaient et recevaient des fumigations rituelles[1].

Le mot est également utilisé dans la religion orthodoxe pour désigner le saint des saints d’une église.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (de) « Abaton », dans Meyers Taschenlexikon, vol. 1, Mannheim, Bibliographischen Institut & F. A. Brockhaus, , p. 13

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Rachet, Dictionnaire de la civilisation égyptienne, Larousse-Bordas, (ISBN 2-03-720330-6)