Monique Morelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morelli.
Monique Morelli
1981 Monique MORELLI, pour "La messe d'Elsa" à Lyon (4487295952).jpg
Monique Morelli en 1981 à Lyon.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
MontmartreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Monique DuboisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Monique Morelli, née Monique Dubois à Béthune le et morte à Montmartre le , est une chanteuse française, dont le répertoire d'inspiration réaliste à ses débuts est devenu une anthologie de la chanson poétique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après l'échec de ses études de pharmacie, elle monte à Paris et commence par faire du théâtre au Vieux-Colombier puis du cirque au Cirque d'hiver, avant d'entamer une carrière de chanteuse. En 1949, elle fait l'ouverture de La Rose Rouge et bientôt le circuit des cabarets de la Butte[1].

À partir de 1958, Monique Morelli travaille avec le compositeur Lino Léonardi, son mari[2]. Elle commence alors à chanter les poètes, de Pierre Mac Orlan à Louis Aragon, et prête sa voix la première à L'Affiche rouge[3]. En 1962, elle ouvre au 23 rue du Chevalier-de-La-Barre à Montmartre son cabaret Chez Ubu, qui accueillera poètes et écrivains, peintres et autres artistes, parmi lesquels Brigitte Fontaine ou encore Colette Magny, jusqu'à sa fermeture en 1969[4]. Cette année-là, elle passe en première partie de Georges Brassens à Bobino. En 1972, elle interprète le rôle de La Carline dans le feuilleton télévisé Mandrin réalisé par Philippe Fourastié sur un scénario et avec des chansons originales d'Albert Vidalie. Puis, elle se laisse un peu oublier. Elle a donné un tour de chant au café-théâtre Le Ruisseau à Saint-Félicien, en 1979.

Monique Morelli a été nommée Officier des Arts et Lettres et plusieurs fois distinguée par l'Académie Charles-Cros (pour son premier album de Chansons d'Aragon, en 1961 et le deuxième Mac Orlan, en 1968) et par l'Académie du disque français (pour l'album Ronsard, en 1978)[5].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Super 45 tours (EP)[modifier | modifier le code]

45 tours[modifier | modifier le code]

Enregistrements en public[modifier | modifier le code]

  • L'enregistrement stéréo du concert à Bobino en 1969 n'a pas été publié du vivant de la chanteuse. Il existe un disque inédit d'épreuve[6], dont l'éditeur EPM avait annoncé la publication sur CD en 1996 (référence 983842), mais qui n'a finalement pas été commercialisé.
  • Concert au Jardin d'acclimatation le 5 août 1989, enregistrement privé.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • En 2005, le peintre et graveur Henri Landier présenta à l'Atelier d'Art Lepic de nombreuses œuvres inspirées par Monique Morelli.
  • Albert Vidalie lui a dédié plusieurs chansons, dont Les Filles de Béthune (enregistrée sous le titre La Route des Flandres pour la bande originale du feuilleton télévisé Mandrin).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chantal Brunschwig, Louis-Jean Calvet, Jean-Claude Klein, Cent Ans de chanson française. 1880 - 1980, Paris, Le Seuil, coll. « Points », édition de 1981 (ISBN 2-02-028140-6), p. 277
  2. Tribune de Genève, 23 mars 1978.
  3. Aragon et la chanson, Je chante magazine, 9 décembre 2009
  4. Patrick Morelli, La Morelli, préface au catalogue de la Collection Monique Morelli et Lino Léonardi, Paris, Ader, 2006
  5. Le Monde, 29 avril 1993.
  6. Catalogue de la Collection Monique Morelli et Lino Léonardi, Paris, Ader, 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]