Rue du Chevalier-de-La-Barre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

18e arrt
Rue du Chevalier-de-La-Barre
Image illustrative de l’article Rue du Chevalier-de-La-Barre
Le Carmel de Montmartre,
au 34, rue du Chevalier-de-la-Barre.
Situation
Arrondissement 18e
Quartier Clignancourt
Début 9, rue Ramey
Fin 8, rue du Mont-Cenis
Morphologie
Longueur 413 m
Largeur Entre la rue Ramey et
la rue Lamarck : 8 m
entre la rue Lamarck et
la rue du Mont-Cenis : 12 m
Historique
Ancien nom Rue de La Barre
Rue de la Fontenelle
Rue des Rosiers
Géocodification
Ville de Paris 1985

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue du Chevalier-de-La-Barre

La rue du Chevalier-de-La-Barre est une rue de la butte Montmartre à Paris, dans le 18e arrondissement.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Elle commence 9, rue Ramey et finit 8, rue du Mont-Cenis. Dans sa première partie, elle est en pente jusqu'à la rue Lamarck et interdite aux véhicules. De la rue Lamarck au croisement avec la rue de la Bonne, des escaliers permettent l'accès à son point haut. Elle redevient une rue autorisée aux véhicules jusqu'à la rue du Mont-Cenis.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La rue du Chevalier-de-La-Barre porte le nom de Jean-François Lefèvre, chevalier de La Barre (1746-1766), jeune homme condamné à la torture et à la mort par décapitation, en 1766, pour n'avoir pas retiré son chapeau au passage d'un cortège religieux[1]. Ce nom fut choisi par les anticléricaux de la Troisième République alors que le Sacré-Cœur était en cours de construction[2]. Toutefois, cette appellation est parfois perçue comme un hommage à l'action de l'Église[3], en l'occurrence celle de l’évêque d’Amiens[4], en vue de le sauver.

Historique[modifier | modifier le code]

Elle a été formée par la réunion de deux voies, la « rue de la Fontenelle », qui allait de la rue Ramey à la rue de la Bonne, et la rue des Rosiers, qui se terminait rue du Mont-Cenis. La rue des Rosiers a été réunie à la rue de la Fontenelle par l’arrêté préfectoral du  : on a ainsi mis fin à une homonymie fâcheuse (due à l’annexion de la commune de Montmartre à Paris en 1860) entre cette « rue des Rosiers » de Montmartre et la « rue des Rosiers » du 4e arrondissement de Paris.

Cette « rue de la Fontenelle » fut renommée « rue de La Barre » par l’arrêté du , appellation rectifiée en « rue du Chevalier-de-La-Barre » par l’arrêté du [5].

La rue de la Fontenelle devait son nom à une source naturelle appelée la « Fontenelle », tarie vers le milieu du XVIIIe siècle[6].

Durant la Commune de Paris des exécutions ont eu lieu dans la portion de la voie que l’on devait encore appeler à l’époque « rue des Rosiers ». À la hauteur du no 36, les généraux Claude Lecomte et Clément-Thomas, qui étaient du côté des versaillais, sont fusillés le . Peu après, le , c’est le communard Eugène Varlin qui est fusillé au même endroit[6].

Dans la nuit du 21 au 22 avril 1944, les Alliés bombardent la gare de la Chapelle. Des bombes tombent aux alentours du Sacré-Cœur et l’une d’elles occasionne des dégâts dans la rue à la hauteur des rues Lamarck et Paul-Albert[7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

De nombreux artistes y habitèrent, comme le peintre catalan Pere Créixams et l'écrivain Georges Courteline.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guide de Paris mystérieux, Éditions Tchou Princesse, novembre 1979.
  2. Éric Hazan, « De Mac-Mahon aux lavandières », Le Monde diplomatique, juin 2010.
  3. Rémi Brague, « En France, on a le droit de tout dire, sauf ce qui fâche », www.lefigaro.fr.
  4. « Exécution du chevalier de la Barre », www.herodote.net.
  5. Pour dates des différents arrêtés modifiant les appellations de ces voies, voir Nomenclature des voies publiques et privées de Paris, Mairie de Paris, 9e édition, mars 1997, 670 p. (ISBN 2-9511599-0-0).
  6. a et b Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, éditions de Minuit, .
  7. Gilles Perrault, Paris sous l’Occupation, Éditions Belfond, 1987.
  8. « Artilleurs fédérés, rue des Rosiers sur la butte Montmartre », vergue.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :