Jean-Pierre Laruy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Pierre Laruy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Né à Oran en 1941, mort en 1987, Jean-Pierre Laruy (Jean-Pierre Lévy de son nom d'état civil) est un homme de théâtre, comédien, metteur en scène et dramaturge français.

Il a été, comme Marcel Maréchal à Marseille, Jack Lang à Nancy, et bien d'autres, un des grands acteurs de la décentralisation artistique dès la fin des années 1960. Une décentralisation imaginée par Jeanne Laurent en 1946, menée dans le cadre de la politique décidée par le ministre de la Culture du Général de Gaulle, André Malraux, et qui a conduit à l'implantion en France des Maisons de la culture.

La Khâgne, la philosophie, le théâtre[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Laruy a d'abord suivi, de 1958 à 1962, des études supérieures de philosophie en khâgne au lycée Henri-IV et à la Sorbonne jusqu'à la licence de philosophie qu'il a obtenue. Il a été le metteur en scène [1]de la première représentation en France (1959) de La Dernière Bande de Samuel Beckett, interprétée par Jacques Bouzerand au Théâtre de la Contrescarpe, rue Mouffetard, en présence de Suzanne Beckett, l'épouse de l'écrivain, de Jérôme Lindon, son éditeur des Éditions de Minuit et de Jean Martin un des interprètes favoris du Prix Nobel irlandais.

Parallèlement à ses études universitaires, Jean-Pierre Laruy a suivi les cours de formation théâtrale à l'école d'art dramatique de la rue Blanche. Il s'est d'ailleurs ensuite résolument tourné vers le théâtre qui le passionnait. Il a ainsi créé dès 1960 L'Ours et la Lune de Paul Claudel, pièce qui n'avait jamais été jouée auparavant. En 1961, il lance une Compagnie du " Jeune Théâtre" qui monte des spectacles à Paris (Contrescarpe) et les fait tourner en province[2]. La reconnaissance professionnelle et l'amitié de l'actrice Marie Bell lui sont acquises.

Théâtre du Limousin[modifier | modifier le code]

À partir de 1964[3], Jean-Pierre Laruy a ensuite été, avec Georges-Henri Régnier, le codirecteur du Théâtre du Limousin[4],[5]. Il y a mis en scène notamment Les Séquestrés d'Altona de Jean-Paul Sartre (l'affiche de ce spectacle a été exposée à la BNF lors de la rétrospective Sartre) et de nombreuses autres pièces du répertoire classique et contemporain. Il a aussi mis en scène Savonarole au théâtre de l'Odéon.

Après plusieurs années de présence régulière en Limousin, l'équipe constituée autour de Jean-Pierre Laruy et Georges-Henri Régnier est devenue, à l'initiative du ministère de la Culture qui appréciait leur travail, une troupe nationale permanente.

Georges-Henri Régnier, codirecteur, ayant été appelé à la direction du théâtre de Bourges, Jean-Pierre Laruy est demeuré seul pour assurer, à Limoges, la direction du Centre Théâtral du Limousin devenu, en 1972, Centre dramatique national du Limousin, qu'il a dirigé jusqu'en 1983. Il sera alors remplacé par le metteur en scène Pierre Debauche.

Entre 1961 et 1983, Jean-Pierre Laruy y aura mis en scène quelque 80 spectacles. La pièce La Mouche verte, qu'il a écrite avec Daniel Depland, a été éditée en 1981 par L'Avant-Scène théâtre.

En 1983, Jean-Pierre Laruy ira diriger l'Espace des Arts (ex Maison de la Culture) à Chalon-sur-Saône.[réf. nécessaire]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Avant-Scène Théâtre no 463, , contient un article de Paul-Louis Mignon sur Jean-Pierre Laruy et Georges-Henri Régnier, Des notes pour la mise en scène de Savonarole, par Jean-Pierre Laruy. Le Centre théâtral du Limousin y est présenté par J.-P. Laruy et G.-H. Régnier.
  • Laurent Bourdelas, Histoire de Limoges, Geste Editions, 2014.

Le fonds d'archives à la Bibliothèque Nationale[modifier | modifier le code]

Le fonds d'archives du Centre théâtral du Limousin et de la compagnie Régnier-Laruy de la Bibliothèque Nationale contient les archives de près de 80 spectacles montés par Jean-Pierre Laruy, depuis la création du Jeune Théâtre en 1961. En 1984, ce fonds a été déposé sous forme de don à la Bibliothèque nationale de France, Département des arts du spectacle. Ce fonds est en cours de classement. Il contient des correspondances, des manuscrits, des textes de pièce, des affiches, des programmes, des photographies et des coupures de presse.

Mises en scène[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.avant-scene-theatre.com/ficheAuteur.php?auteurID=632
  2. Archives du Fonds Régnier-Laruy à la Bibliothèque Nationale
  3. In hors-série publié par le journal “Le Populaire du Centre”, écrit par Muriel Mingau à l’occasion du centenaire du Théâtre de l’Union. "L'Union, une coopérative, un cinéma, un théâtre", p. 74-75 : À propos de l'arrivée de Pierre Debauche à Limoges en 1983 " : " Le Limousin disposait d’un Centre dramatique national depuis 11 ans déjà. Ce statut avait été obtenu en 1972 par le Centre théâtral du Limousin, codirigé par Georges-Henri Régnier et Jean-Pierre Laruy, qui l’avait fondé en 1964.
  4. In data BNF:Théâtre issue de la Compagnie Régnier-Laruy (en 1964), il devient Centre dramatique national (en 1972). Sa direction est assurée par Jean-Pierre Laruy et Georges-Henri Régnier (1964-1972) puis par Jean-Pierre Laruy seul (1972-1983). - Il utilise deux salles (à partir de 1973), le Petit théâtre de la visitation et le Théâtre Jean Gagnant. - Il est remplacé par le Centre dramatique national du Limousin-Compagnie Pierre Debauche (en 1983)
  5. Philippe MadraLe Théâtre hors les murs: six animateurs et trois élus municipaux nous parlent, p. 249, éd. Seuil, 1969