Monéteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Monéteau
Monéteau
La Mairie
Blason de Monéteau
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Auxerrois
Maire
Mandat
Arminda Guiblain
2020-2026
Code postal 89470
Code commune 89263
Démographie
Gentilé Monestésiennes, Monestésiens
Population
municipale
4 127 hab. (2018 en augmentation de 3,15 % par rapport à 2013)
Densité 227 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 03″ nord, 3° 34′ 45″ est
Altitude Min. 88 m
Max. 181 m
Superficie 18,19 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Auxerre
(banlieue)
Aire d'attraction Auxerre
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Auxerre-2
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Monéteau
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Monéteau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monéteau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monéteau
Liens
Site web moneteau.fr

Monéteau est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Monestésiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Monéteau fait partie de l'agglomération d'Auxerre, dont elle est la deuxième commune la plus importante après la commune centre.

Réseau routier[modifier | modifier le code]

L'autoroute A6 traverse le nord de la commune dans le sens est-ouest ; la route nationale 6 sert de limite ouest de la commune ; et la rocade d'Auxerre est à moins de 800 m au sud de la commune[1]. Sa position de carrefour entre ces trois axes importants lui permet d'avoir des surfaces commerciales et industrielles importantes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Monéteau est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Auxerre, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[5] et 41 849 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auxerre dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 104 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (44 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (50,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (35,9 %), terres arables (29,2 %), zones urbanisées (10,5 %), prairies (9,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (9,5 %), zones agricoles hétérogènes (5,2 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Macherin, lieu-dit près de Sommeville du le long du ru de Baulche[1], à a été occupé du Néolithique à l'époque romaine. La première époque est bien représentée (maisons, structures funéraires, nécropole et enceinte...)[12],[13].

La nécropole du Néolithique est composée de trois noyaux[14] et contient plusieurs types de tombes, démontrant la coexistence de systèmes étrangers les uns aux autres[15]. C'est la première nécropole chasséenne fouillée dans le bassin parisien (début des fouilles en 1999)[16]. On y a trouvé une moule d’eau douce biforée, une lame et des chutes de burin[17].
Deux ou trois sépultures sont de type Balloy, présent dans plusieurs nécropoles du bassin parisien. Mais c'est la première nécropole de cette région ayant livré des sépultures à coffre[17] (une quinzaine), présentes dans chacun des trois noyaux ; les coffres y sont orientés sud-est/nord-ouest. La nécropole des Noisats à Gurgy en possède également, et celle du Poirier à Bonnard en a une aussi[14]. Certains corps des sépultures à coffre portent des bijoux : bracelet pour l'un, pendeloque près du cou pour un autre. S'y trouvent aussi des objets en pierre proches de ceux trouvés dans les tombes de type Balloy : lames, armatures de flèches tranchantes, quelques tranchets, divers éclats bruts. Certaines de ces pièces ont été trouvées dans la base du comblement.
Leur remplissage contient aussi des pièces de céramique, notamment des coupes carénées trouvées sous forme de portions de vases ou de tessons. Sauf pour une tombe où ces vestiges de céramique se trouvent contre la paroi de la fosse, à l’extérieur de l’espace du coffre, ces tessons sont au-dessus des pieds ou des jambes, à quelques centimètres au-dessus du niveau du corps ou au contact des os (il est de même pour la tombe à coffre du Poirier à Bonnard). D'autres fragments se trouvaient plus près de la surface et les pièces ont été détruites par les labours[18].
On y trouve aussi des tombes en fosses étroites couvertes, orientées sud[19]. Une seule de ces tombes contient un vase, sous forme d'une bouteille complète disposée sur son assise derrière la tête du sujet[20].

En 1820 sont découverts immédiatement au sud de Sommeville trois vases en terre remplis de monnaies, principalement de Dioclétien (244 - 311)[21].

La base aérienne 177 d'Auxerre était pour partie implantée dans cette commune, de 1930 à 1970.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la Communauté de l'Auxerrois.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1959 Georges Thévenin    
Roger Rimbert    
François Babay DVD Entrepreneur en maçonnerie
Conseiller général du canton d'Auxerre-Nord (1998 → 2015)
Robert Bideau DVD puis UMP
puis UDI
Retraité
Conseiller général du canton d'Auxerre-Nord (1998 → 2015)
Conseiller départemental du canton d'Auxerre-2 (2015 → 2021)
3e vice-président du conseil départemental de l'Yonne (2015 → 2021)
Vice-président de la CA de l'Auxerrois
En cours Arminda Guiblain DVD 3e vice-présidente de la CA de l'Auxerrois (2020 → ), conseillère départementale depuis 2021
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[23].

En 2018, la commune comptait 4 127 habitants[Note 3], en augmentation de 3,15 % par rapport à 2013 (Yonne : −1,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
440500506586637650654718786
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
885988921869774821875816759
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7477767377397547908271 1191 960
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 3641 7342 8693 8214 2394 2263 8983 8263 999
2017 2018 - - - - - - -
3 9854 127-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Monéteau possède une zone industrielle et une zone commerciale desquelles la commune tire de substantifs revenus par rapport à sa taille en nombre d'habitants.

HMY France, spécialiste de l'aménagement de surfaces de vente, siège sur la commune.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

En septembre 2012 ou 2013, le comité de jumelage de Monéteau-Sougères fêtait le vingtième anniversaire du jumelage de Monéteau avec Drapeau de l'Allemagne Föhren (Allemagne).

Associations[modifier | modifier le code]

Une cinquantaine d'associations proposent de nombreuses activités tant sur le plan sportif que culturel :

Associations sportives[modifier | modifier le code]

  • AJA Sports de Glace (Hockey)
  • AJM (semi-marathon)
  • Association Tennistique Monestésienne, equipe en niveau nationale 2
  • Figure Libre (patinage au Cyber Glace)
  • Bowling Club Monéteau Auxerre
  • Les Aigles (bowling)
  • Football Club de Monéteau
  • La Traversée (danse traditionnelle)
  • Moto Sports Nature (randos, motos)
  • Les Amis de la Nature (randos, sumikiri)
  • Gymnastique douce et entretien
  • l'USCM (Union sportive et culturelle de Monéteau) composée de diverses sections: basket-ball, cyclotourisme, école multisports, escrime[26], gymnastique volontaire, Infini'danse, judo, musculation, pétanque, tir à l'arc, volley-ball, yoga, badminton...

Associations culturelles[modifier | modifier le code]

  • Amicale du Personnel Communal
  • ANICOM (Festilivres, fête de la peinture…)
  • les chasseurs de Monéteau
  • Émergence (art et psychanalyse)
  • les chasseurs de Sougères
  • Évasion musicale
  • Centre de Loisirs
  • Les saltimbanques (théâtre et sketchs)
  • Club « Questions Pour Un Champion »
  • Comité de jumelage
  • Sauveteurs et secouristes de Monéteau et de l'Auxerrois
  • Patchwork et broderie
  • La joie de vivre
  • Comité des Fêtes
  • Association musicale de Monéteau (École de Musique et chorales des Mélodies, Roudoudous et Z'Ados)
  • l'USCM (Union sportive et culturelle de Monéteau) propose couture, peinture sur tissu, radio Club F5KCC...
  • Zinalila (association franco-marocaine ayant pour but d'accomplir des actions humanitaires, elle propose également des manifestations sportives et culturelles)

Il existe également des associations à caractère « social » ou « environnemental » : Association de défense du Thureau, Aide à Domicile en Milieu Rural, FNACA, Halte-garderie Igloo (à partir de 3 mois), Mieux vivre à Monéteau, Secours Catholique.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Vaast-Barthélemy] Henry Vaast-Barthélemy, Mémoires historiques sur la ville de Seignelay, département de l'Yonne, depuis sa fondation au VIIIe siècle, jusqu'en 1830 ; précédés de recherches sur l'état du pays au temps des Gaulois et des Romains ; et suivie d'une notice historique sur les communes environnantes, avec les principales pièces justificatives, vol. 1 et 2, Avallon, Éd. Comynet, (réimpr. 2004 chez Le Livre d'Histoire, Lorisse), 369 p. (présentation en ligne), avec cartes, plans, blasons et lexique de mots en patois de Seignelay. Les deux volumes sont présentés successivement sur la même page. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Monéteau, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 d'Auxerre », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Auxerre », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. a et b [Augereau et al. 2005] Anne Augereau, Philippe Chambon et Isabelle Sidéra, « Les occupations néolithiques de Monéteau, « Sur Macherin » (Yonne) : données préliminaires », Revue archéologique de l'Est, vol. 54,‎ , p. 51-70 (lire en ligne, consulté le ). Coordonnées de Macherin : 47° 50′ 49″ N, 3° 33′ 29″ E.
  13. a et b [Sidéra 2011] Isabelle Sidéra, « Objets en os et bois de cerf et sur dents », mémoire LIII de la société préhistorique française « Les occupations néolithiques de Macherin à Monéteau (Yonne) »,‎ (lire en ligne [sur academia.edu], consulté le ).
  14. a et b Chambon et al. 2013, p. 217.
  15. [Chambon et al. 2013] Philippe Chambon, Sandrine Bonnardin, Anne Augereau, Stéphane Rottier, Katia Meunier et Jean-gabriel Pariat, « Évolution, coexistence et confrontation de pratiques funéraires entre 4 700 et 4 000 av. J.-C. sur un microterritoire dans la vallée de l’Yonne », dans J. Jaubert, N. Fourment et P. Depaepe, Transitions, ruptures et continuité en Préhistoire, p. 213-227, vol. 1 : Évolution des techniques - Comportements funéraires - Néolithique ancien (actes du XXVIIe congrès préhistorique de France, Bordeaux-Les Eyzies, 31 mai-5 juin 2010), , sur academia.edu (lire en ligne), p. 213.
  16. Chambon et al. 2013, p. 214.
  17. a et b Chambon et al. 2013, p. 216.
  18. Chambon et al. 2013, p. 218.
  19. Chambon et al. 2013, p. 219.
  20. Chambon et al. 2013, p. 220.
  21. Henry 1833, vol. 1, p. 57.
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  26. « (lien brisé) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur uscmescrime.ovh.org.