Chevannes (Yonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chevannes
Chevannes (Yonne)
Le bourg de Chevannes avec le château de Ribourdin au premier plan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Auxerrois
Maire
Mandat
Dominique Chambenoit
2020-2026
Code postal 89240
Code commune 89102
Démographie
Gentilé Chevannais
Population
municipale
2 169 hab. (2019 en diminution de 5,28 % par rapport à 2013)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 09″ nord, 3° 29′ 33″ est
Altitude Min. 126 m
Max. 251 m
Superficie 23,54 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Auxerre
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Auxerre-4
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chevannes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chevannes
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Chevannes
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Chevannes
Liens
Site web chevannes89.fr

Chevannes est une commune française située dans le département de l'Yonne et la région Bourgogne-Franche-Comté. Elle fait partie de l'agglomération d'Auxerre et c'est une commune membre de la communauté de l’Auxerrois. C’est une ville fleurie récompensée de deux fleurs.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Chevannes et des proches communes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chevannes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auxerre, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 104 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (78,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (62,7 %), forêts (18,4 %), prairies (9,2 %), zones urbanisées (6,5 %), zones agricoles hétérogènes (3,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du bas-latin capanna, désignant une hutte et qui a donné le mot « cabane ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Age, la paroisse est principalement connue par son château de Beauches. Il est le plus important situé au couchant d'Auxerre. Il est la propriété de la famille de Mello par don du roi Philippe-Auguste à son connétable Dreux IV de Mello, qui possède par ailleurs la seigneurie de Saint-Bris au levant d'Auxerre. Le château ira par la suite à leur descendant Jean de Brienne, comte d'Eu et connétable du royaume, condamné à mort et décapité en 1350. L'origine de ce château est naturellement à situer dans le sillage de la fortune de la famille de Mello, arrivée de Picardie dans l'Auxerrois par mariage, peu avant 1172. Il est permis de suspecter un démembrement de la très importante seigneurie de Toucy, sous les coups du comte de Nevers (défaite de 1163), et main d'une héritière octroyée à un favori comtal.

Le fief relève du comté d'Auxerre, et donc tardivement par ce biais au duché de Bourgogne lors de la soumission de l'Auxerrois au duc (1411).

Sur le finage, le hameau de Serein abrite une famille de moindre rang, accédant néanmoins à la chevalerie : les de Serein.

Au XVIe siècle, la paroisse dispose de plusieurs châteaux (Fontaine-Madame, Ribourdin).

La commune qui n'avait pas de blason en a voté au mois de février 2015[8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chevannes Blason
D'azur à la salamandre couronnée d'or sur sa patience du même; au chef parti au 1er d'azur semé de fleurs de lis d'or et à la bordure componée d'argent et de gueules, au 2e bandé d'or et d'azur et à la bordure de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Maire en 1878   Antoine Fondreton    
Maire en 1883   M. Favot    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 1983 Rémy Dubues[9] (1936-2020) PS Instituteur et directeur d’école
Maire de Moëlan-sur-Mer (Finistère) (1995 → 2001)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jacques Gautheron PS Agriculteur
mars 2008 mars 2014[10],[11] Robert Vinay SE Retraité
mars 2014[12] mai 2020[13] Jacques Chanard SE-DVD Retraité
mai 2020 En cours
(au 26 mai 2020)
Dominique Chambenoit[14] DVD[15] Retraité du ministère de l'Intérieur[16]
6e vice-président de la Communauté de l'Auxerrois[17] (2020 → )

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2019, la commune comptait 2 169 habitants[Note 3], en diminution de 5,28 % par rapport à 2013 (Yonne : −1,69 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1221 2991 3411 4121 3711 4521 3361 4071 403
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3741 3931 3751 3961 3461 3611 4591 3611 285
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2831 2241 176918931850812772780
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
8138461 1431 6231 9011 9581 9732 1202 314
2015 2019 - - - - - - -
2 1922 169-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Un céramiste installé au 14 rue des Fontenelles au hameau de Serein.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre et Saint-Paul de Chevannes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques de Serein[22]. Maître de l'Ecurie du Régent (futur Charles V), il est absout pour des violences en 1360. On dit alors qu'il a servi loyalement sous les ordres du sire de Beaujeu, de Nesles, de Clermont et du comte de Poitiers frères du Roi. La même année, sous le diminutif de Jacot, il assiste à la délivrance d'une quittance délivrée par un des chevaliers anglais qui a rançonné le cité d'Auxerre. En 1364, il accompagne Philippe de Jaucourt, les sires de Longwy et de Sombernon, à Châteauneuf. La même année, il est à une revue à Châtillon-sur-Seine. En 1377, il devient maître d'hôtel de la duchesse de Bourgogne. Il décède entre 1394 et 1405. Epoux de Jehanne d'Argenteuil, qui lui apporte l'importante seigneurie d'Argenteuil en Tonnerrois. Elle vit en 1405. La famille de Serein avait déjà des liens avec le Tonnerrois en 1321.
  • Katerin de Serein. Le comte de Tonnerre s'empare de son château d'Argenteuil en 1411, au moment de la guerre opposant ce comte au duc de Bourgogne. Il accompagne la duchesse à Paris en 1411. Il vit en 1432, ayant participé à de nombreux combats sur les marches de l'Auxerrois et de l'Avallonais. Epoux avant 1398 d'Isabelle du Tremblay, dame de Saint-Aventin, près de Troyes.
  • Jehan de La Borde. Auteur de la famille qui possèdera la seigneurie de Serein, sur les hauteurs de Chevannes. Sa famille est certainement originaire de la région de Clamecy où elle est citée depuis 1277. Il dispose de Serein par son mariage avec Marie de Serein (fin du XVe siècle).
  • Jehan de La Borde. Assassiné entre 1543 et 1546, par l'écuyer Pierre Duchemin, Guillaume et Pierre Chuyn. Epoux de Barbe Tribole. Par la suite dame de Pesteau, Misery et Merry-Sec en 1596. Son fils Jehan de La Borde, seigneur de Misery, domicilié à Coulanges-sur-Yonne, est condamné à être exécuté en effigie en 1583 à Troyes pour avoir tiré à l'arquebuse durant une course poursuite. Il est à nouveau en procès en 1585.
  • Loys de La Borde. Seigneur de Bazin en 1522 ; de Serein et de Montifault en 1533. Il est nommé en 1548 par le duc de Guise pour disperser les soldats du sieur de Brissac qui ravagent Vézelay, Varzy, Cosne, Saint-Vérain et Perreuse. Il vit à Serein en 1549. Il épouse avant 1544 Isabeau de Savigny (de Coulanges-la-Vineuse).
  • Jehan de La Borde, écuyer, seigneur de Serein en partie. Huguenot, il est aux ordres du prince de Condé, chef du parti protestant. Quand le prince s'empare par surprise de la cité d'Orléans et en chasse la population catholique, il est aussitôt envoyé pour tenir le flanc oriental de l'armée insurgée. En juin 1560, il entre dans Gien. Il manque de s'emparer de Cosne. Il terrorise les Clarisses de Gien dont il ne parvient à arracher la conversion que d'une seule terrorisée. Il fait de même chez les Minimes. Il massacre quinze prêtres réfugiés au château de La Bussière qui se sont rendus contre la promesse de la vie sauve. Mais on leur coupe les oreilles, les parties génitales pour les étaler sur des chasubles. Ses soldats se promènent en disant "chapelets de papistes : à cinq sols la messe de La Bussière, à cinq sols". En septembre 1566, il accompagne d'Andelot, frère de l'amiral de Coligny, venu à Auxerre durant une trêve imposée par Catherine de Médicis. Il visite avec lui les remparts de la cité, avec des officiers de justices protestants complices (Chalmeaux, Fernier, etc.). Le 28 septembre 1567, il s'empare par surprise de la ville d'Auxerre peuplée d'environ 8.000 habitants, avec François de Maraffin, seigneur d'Avigneau, et une cinquantaine d'hommes. Il pénètre par la porte d'Egleny. Il y fait régner comme à Orléans, la terreur, détruisant les églises et monastères, pillant tout ce qu'il peut. Des habitants effrayés, se tuent en sautant des murailles. Il tente vainement d'intimider son ancien professeur Hugues de Bolangiers, abbé de Saint-Pierre-en-Vallée, âgé de 90 ans, pour le convertir. La ville est très lourdement rançonnée. L'orfèvrerie, qui remplit une douzaine de chariots, part pour Crain, dans la région de Clamecy où elle est fondue par un orfèvre qui sera assassiné avec d'autres pour empêcher les témoins de parler (sauf une servante muette). Il tente alors vainement de s'emparer de Cravant. Devant l'énormité de ses crimes, le prince de Condé le destitue et le remplace par François de Maraffin, gouverneur de La Charité-sur-Loire. Il poursuit alors son service à La Rochelle et dans le Poitou, pille Maillé. Il est nommé gouverneur (protestant) de la ville de Mirebeau. Le duc d'Anjou (futur Henri III) dirige une armée commandée par le gouverneur du Poitou vers cette place. Assiégés du 12 au 61 décembre 1568, ses coreligionnaires décident de se rendre, contre son avis. Ils se rendent moyennant la vie sauve. Mais Jehan de La Borde et un de ses parents sont reconnus, et abattus sur le champ. Il a épousé Jehanne de Cullon[23].
  • Loys de La Borde. Ecuyer, seigneur de La Borde, de Serein et de Mouffy. Il est condamné à mort le 4 septembre 1584. Étant mentionné comme décédé en 1586, on doit supposer qu'il a été décapité à Paris. Époux de Blanche de Fremyn décédée avant 1567, puis avant 1577 de Catherine de Lespinasse.
  • Joseph Antoine Sosthènes d'Armand de Chateauvieux (1804-1885), marquis, ingénieur français spécialiste de l'industrie sucrière ; il est né à Chevannes.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Auxerre », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. La commune aura bientôt ses armoiries
  9. « Rémy Dubues, ancien maire de Moëlan-sur-Mer, est décédé », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
    « Pendant 18 ans, il a consacré sa vie à l’action municipale, d’abord comme conseiller, puis maire de Chevannes (Yonne), de 1977 à 1983 »
  10. « Le maire ne se représentera pas », L'Yonne républicaine,‎ (lire en ligne)
  11. « Le dernier conseil du maire, Robert Vinay », L'Yonne républicaine,‎ (lire en ligne)
  12. « Jacques Chanard reprend le flambeau », L'Yonne républicaine,‎ (lire en ligne)
  13. « Cérémonie des vœux du maire à la population, samedi », L'Yonne Républicaine,‎ (lire en ligne)
    « Samedi, Jacques Chanard, maire de Chevannes, a présenté aux Chevannais les derniers vœux de son mandat, pour lequel il ne se représentera pas. »
  14. « Dominique Chambenoit nouveau maire », L'Yonne républicaine,‎ (lire en ligne)
  15. Extrait de la fiche de M. Dominique CHAMBENOIT, sur lesbiographies.com
  16. « Adjoint avant 2014, il présente "Union pour Chevannes" », L'Yonne républicaine,‎ (lire en ligne)
    « Installé à Chevannes depuis 1979, le retraité du ministère de l'Intérieur de 68 ans s'est déjà investi pour la commune, de 2008 à 2014 en tant qu'adjoint au maire en charge des associations et du pôle jeunesse. »
  17. « L'Agglomération a ses vice-présidents », sur agglo-auxerrois.fr
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  22. Etienne Meunier. Les chevaliers de Serein, de Serin, de Cerin, de Cerins. Cahiers de la Société généalogique de l'Yonne, tome XXIII, 2017, pp. 137-141.
  23. Etienne Meunier.Les chevaliers de La Borde. Cahiers généalogiques de l'Yonne, tome XXIII, 2017, pp. 156-195.