Mission impossible : Protocole Fantôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mission impossible.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mi-4.
Mission impossible : Protocole Fantôme
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo original du film

Titre original Mission: Impossible – Ghost Protocol
Réalisation Brad Bird
Scénario Josh Appelbaum
André Nemec
Christopher McQuarrie
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Bad Robot Productions
Skydance Productions
FilmWorks
Stillking Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Action
Durée 133 minutes
Sortie 2011

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mission impossible : Protocole Fantôme (Mission: Impossible – Ghost Protocol)[1] est un film américain réalisé par Brad Bird, sorti en 2011.

C'est le quatrième opus de la saga cinématographique inspirée par la série télévisée Mission impossible.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le Kremlin et la Moskova, avec la tour Vodovzodnaïa au centre

Lors d'une mission à Budapest, l'agent Hanaway de l'unité IMF (Impossible Missions Force) est tué par la tueuse à gages Sabine Moreau, qui récupère les codes de lancement d'une ogive nucléaire. L'unité doit donc récupérer l'agent Ethan Hunt, alors en détention dans une prison de Moscou pour une raison inconnue. L'évasion est un succès, malgré la décision de Hunt de faire évader l'un des détenus, Bogdan, qui détient de précieuses informations. À peine libéré, Hunt se voit chargé d'une mission : infiltrer avec les agents Benjamin Dunn et Jane Carter au plus vite les archives du Kremlin pour récupérer le dossier de Cobalt, le terroriste qui a engagé Moreau.

L'infiltration est un succès mais le dossier de Cobalt a disparu. Au même moment, Hunt surprend un homme qui sort du bâtiment avec une valise et qui pirate la fréquence radio des agents IMF avant de déclencher une bombe qui détruit la partie nord du Kremlin. Hunt s'en sort avec des blessures légères mais il est démasqué et accusé d'avoir commandité l'attentat par Sidorov, un agent russe. Hunt s'enfuit et tente de quitter le pays mais c'est le ministre Theodore Brassel, alors en Russie, qui le retrouve et lui explique la situation : parce que des agents américains sont accusés d'avoir fait exploser le Kremlin, le président des États-Unis a déclenché le « protocole fantôme ». Ainsi, toute l'agence IMF est officiellement désavouée et démantelée, et Hunt doit arrêter Cobalt mais sans le soutien ni les moyens du gouvernement. Juste après, la voiture du ministre est attaquée et celui-ci est abattu. Hunt parvient à échapper aux policiers avec William Brandt, un analyste qui a identifié l'homme du Kremlin comme étant Kurt Hendricks, un scientifique suédois qui envisage de déclencher une guerre nucléaire totale. Désormais isolés, Hunt, Dunn, Carter et Brandt sont chargés d'arrêter Hendricks, alias Cobalt.

Les quatre agents partent pour le Burj Khalifa de Dubaï, où le marchandage des codes entre Moreau et Wiström (homme de main de Hendricks) doit avoir lieu. Pour préparer leur opération, Dunn organise l'échange des numéros des chambres pendant que Hunt escalade l'extérieur de l'hôtel pour pirater les serveurs. Le plan consiste à donner de faux codes mais quand Wiström apparaît avec un cryptologue polonais qui connait les codes de lancement, Hunt choisit de prendre le risque de donner les véritables codes. Les négociations ont lieu dans les deux chambres et tout se passe bien jusqu'à ce que Moreau repère Brandt et tente de le tuer. Pendant ce temps, Wiström, qui a obtenu les codes, abat le cryptologue avant de fuir. Hunt le poursuit, malgré la tempête de sable qui s'est levée et Sidorov à ses trousses. Wiström, en réalité Hendricks masqué, parvient à fuir avec les codes, et Moreau est tuée par Carter autant pour se défendre que pour venger la mort de Hanaway, son amant. L'opération est donc un échec.

La présence de Sidorov fait peser des soupçons sur l'agent Brandt, qui a montré des aptitudes à être agent de terrain, mais celui-ci ne veut pas s'expliquer devant Ethan Hunt, qui part retrouver un marchand d'armes clandestin grâce à Bogdan. Pendant ce temps, Brandt explique à Dunn et Carter comment il est passé d'agent de terrain à analyste : il devait surveiller et protéger un couple en Croatie, mais alors qu'il a choisi de surveiller le mari, la femme a été enlevée et tuée. Le veuf a alors tué six terroristes serbes soupçonnés du meurtre avant d'être arrêté. Cet homme était en fait Ethan Hunt, qui avait épousé Julia. Désavoué, Hunt a fini dans une prison russe après avoir tué les assassins de sa femme.

Ethan Hunt obtient les informations qu'il cherchait : la localisation du satellite qui servira à programmer le lancement de l'ogive nucléaire. Il s'agit d'un ancien satellite militaire soviétique, utilisé par une chaîne de télévision indienne, appartenant à Brij Nath, magnat des médias et playboy indien. Les agents de l'IMF partent donc pour Bombay où ils vont tenter de pirater les serveurs informatiques de Nath. Carter est chargé de le séduire puis de lui prendre les codes, pendant que Brandt accède aux serveurs. Mais ils arrivent trop tard : quand ils ont le code, Hendricks pirate le réseau de Nath et déclenche le tir de l'ogive vers San Francisco. Alors que la bombe part vers sa cible, Hunt poursuit Hendricks à travers la ville pour annuler l'explosion. Les agents parviennent in extremis à annuler l'explosion, et l'ogive tombe dans la baie de San Francisco, où elle sera récupérée par Luther Stickell. Sidorov arrive et découvre la vérité (c'était Hunt qui l'avait prévenu de sa présence à Dubai), et accepte d'aider les agents.

À Seattle, les agents reçoivent de Hunt leurs nouvelles missions, mais Brandt refuse, se sentant responsable de la mort de Julia. Hunt lui révèle alors la vérité, que seuls lui et le ministre Brassel connaissaient : Julia n'est pas morte, et cette opération était un coup monté pour assurer la protection de Julia et obtenir des informations sur Cobalt. Brandt, touché de voir la confiance que lui accorde Hunt, accepte la nouvelle mission.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteur délégués : David Ellison, Jeffrey Chernov

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources : V.F.[4], V.Q.[5]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Le film a été initialement annoncé sous le titre Mission: Impossible - Aries au début de la pré-production[6],[7].

Casting[modifier | modifier le code]

Tom Cruise Paula Patton et Anil Kapoor à l'avant-première indienne de Mission Impossible : Ghost Protocol.

Pour ce quatrième opus, Tom Cruise reprend le rôle d'Ethan Hunt, de même que Simon Pegg, qui interprète pour la seconde fois le personnage de Benji Dunn, tandis que d'autres acteurs font leurs débuts dans la saga cinématographique débutée en 1996 : Paula Patton, connue notamment grâce aux films Déjà vu et Precious, est choisie pour le rôle de Jane Carter, au détriment d'autres actrices pressenties comme Kristin Kreuk et Lauren German[6]. Quant à Jeremy Renner, révélé par Démineurs et The Town, il est engagé pour le rôle de William Brandt, spécifiquement créé pour pallier un éventuel départ de Cruise[6], à la suite d'une rencontre avec J. J. Abrams après que Chris Pine, Tom Hardy, Anthony Mackie, Christopher Egan ou encore Kevin Zegers ont été approchés[6].

À noter que Ving Rhames (Luther dans les trois précédents volets) et Michelle Monaghan (Julia dans le troisième volet)[8] font une apparition.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a débuté le . Des photos de Tom Cruise habillé en officier russe ont alors filtré sur Internet[9]. Il s'est déroulé à Dubaï[10], Prague et Vancouver. Le tournage de Mission impossible : Protocole Fantôme s'est achevé en mars 2011[11].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film est composée par Michael Giacchino, qui avait déjà réalisé celle de Mission impossible 3.

Liste des titres
No Titre Durée
1. Give Her My Budapest 1:57
2. Light the Fuse One (Contient le Mission: Impossible Theme de Lalo Schifrin) 2:01
3. Knife to a Gun Fight 3:42
4. In Russia, Phone Dials You (Contient le Mission: Impossible Theme et The Plot Lalo Schifrin) 1:40
5. Kremlin with Anticipation (Contient le Mission: Impossible Theme et The Plot Lalo Schifrin) 4:12
6. From Russia with Love (Contient le Mission: Impossible Theme de Lalo Schifrin) 3:37
7. Ghost Protocol (Contient le Mission: Impossible Theme de Lalo Schifrin) 4:58
8. Railcar Rundown (Contient le Mission: Impossible Theme de Lalo Schifrin) 1:11
9. Hendricks' Manifesto (Contient le Mission: Impossible Theme de Lalo Schifrin) 3:17
10. A Man, A Plan, A Code, Dubai (Contient le Mission: Impossible Theme de Lalo Schifrin) 2:44
11. Love the Glove (Contient le Mission: Impossible Theme de Lalo Schifrin) 3:44
12. The Express Elevator (Contient le Mission: Impossible Theme de Lalo Schifrin) 2:31
13. Mission Impersonatable 3:55
14. Moreau Trouble Than She's Worth 6:44
15. Out for a Run 3:54
16. Eye of the Wistrom 1:05
17. Mood India (Contient le Mission: Impossible Theme de Lalo Schifrin) 4:28
18. Mumbai's the Word 7:14
19. Launch Is on Hendricks 2:22
20. World's Worst Parking Valet (Contient le Mission: Impossible Theme de Lalo Schifrin) 5:03
21. Putting the Miss in Mission (Contient le Mission: Impossible Theme de Lalo Schifrin) 5:19
22. 'Mission: Impossible Theme (Out with a Bang Version) 0:53

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, le film reçoit 93% d'opinions favorables pour 227 critiques recensées[13]. Sur Metacritic, il obtient la note de 73/100 pour 38 critiques[14]. Roger Ebert du Chicago Sun-Times donne la note 3.5/4 et parle d'« un énorme thriller avec des séquences d'action qui fonctionnent avec une sorte de poésie de l'action »[15].

En France, le film obtient une note moyenne de 3,8/5 sur le site AlloCiné, pour 26 titres de presse recensés[16]. Dans Excessif, Nicolas Schiavi écrit que le film « est le plus captivant des quatre volets de la franchise, le plus inventif visuellement (...) pour une intrigue pleine de surprises »[16]. Stéphanie Belpêche du Journal du dimanche apprécie un « scénario qui fourmille d'idées et d'humour » ainsi qu'une « mise en scène ébouriffante »[16]. Dans Charlie Hebdo, Jean-Baptiste Thoret écrit que « ce quatrième épisode réactualise les grands thèmes de la série (...) en lui injectant le sang infantile et vivifiant des bonnes images animées »[16]. Pour Jérémie Couston de Télérama, c'est « du pur espionnage à l'ancienne, à la James Bond, à la limite de la guerre froide »[16]. Du côté des critiques plutôt négatives, celle du site FilmsActu déplore un film « sans âme » même s'il « donne au spectateur ce qu'il est venu chercher »[16]. Pour Florence Colombani du Point, le film respecte le cahier des charges du genre (« séquences d'action réussies et [un] rythme étourdissant ») mais remarque « la légère lassitude qui pointe chez Tom Cruise, plus tellement convaincant en héros d'action »[17].

Box-office[modifier | modifier le code]

Tom Cruise, à l'avant-première indienne de Mission Impossible : Ghost Protocol, à Bombay.
Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
209 397 903 USD[2] [18] 17[18]
Drapeau de la France France 2 415 036 entrées[19] [20] 7[20]
Monde Monde 694 713 380 USD[2]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[21]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Un clin d’œil au premier film Mission impossible est fait après la poursuite dans la tempête de sable à Dubaï. Ethan dit aller chercher un ami (The Fog) et se rend face à un homme, ce dernier lui donne une cagoule. Il s'agit du même acteur qui joue le garde du corps de Max le trafiquant d'arme dans le premier film qui la aussi donne une cagoule à Ethan.

Saga Mission impossible[modifier | modifier le code]

Titre français Année Réalisateur
Mission impossible 1996 Brian De Palma
Mission impossible 2 2000 John Woo
Mission impossible 3 2006 J. J. Abrams
Mission impossible : Protocole Fantôme 2011 Brad Bird
Mission impossible : Rogue Nation 2015 Christopher McQuarrie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alors que le titre français fait d'« impossible » un adjectif qualificatif, la graphie originale le traite comme un substantif. La traduction exacte serait donc : « Mission : L'Impossible ».
  2. a, b et c (en) « Mission: Impossible - Ghost Protocol », sur Box Office Mojo (consulté le 19 août 2014).
  3. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  4. Mission impossible : Protocole Fantôme - AlloDoublage.com
  5. Mission: Impossible - protocole fantôme - Doublage.qc.ca
  6. a, b, c et d « Secrets de tournage » sur Allociné
  7. « Everything We Know About the Movie Not Called Mission: Impossible IV », Cinematical, (consulté le 20 septembre 2010)
  8. (en) Philippa Hawker, « Mission: Impossible - Ghost Protocol », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne)
  9. Martyn Conterio, « First Look: Mission: Impossible IV Photos!  », FilmShaft, (consulté le 28 septembre 2010)
  10. « Lieu de tournage » sur IMDb.
  11. « Box-office/business » sur IMDb.
  12. (en) « Michael Giacchino Mission Impossible: Ghost Protocol (Original Score) », sur AllMusic.com (consulté le 19 août 2014).
  13. (en) « Mission: Impossible Ghost Protocol (2011) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 19 août 2014).
  14. (en) « Mission: Impossible Ghost Protocol », sur Metacritic (consulté le 19 août 2014).
  15. Roger Ebert, « Mission: Impossible – Ghost Protocol », sur Chicago Sun-Times,
  16. a, b, c, d, e et f « Critiques presse Mission : Impossible - Protocole fantôme », sur AlloCiné (consulté le 19 août 2014).
  17. « Mission impossible 4" - Protocole fantôme », sur Le Point, (consulté le 19 août 2014).
  18. a et b (en) « Mission: Impossible - Ghost Protocol - Weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 19 août 2014).
  19. « Mission: Impossible - Protocole fantôme (Mission: Impossible Ghost Protocol) », sur JP's Box-office (consulté le 19 août 2014).
  20. a et b « Mission: Impossible - Protocole fantôme (Mission: Impossible Ghost Protocol) - France », sur JP's Box-office (consulté le 19 août 2014).
  21. (en) Distinctions sur l’Internet Movie Database

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]