Olivier Ferrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Olivier Ferrand
Illustration.
Olivier Ferrand en 2012.
Fonctions
Député

(10 jours)
Élection 17 juin 2012
Circonscription 8e des Bouches-du-Rhône
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique SRC
Prédécesseur Valérie Boyer
Successeur Jean-Pierre Maggi
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Marseille (France)
Date de décès (à 42 ans)
Lieu de décès Velaux (France)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Diplômé de HEC Paris
ENA
Profession Administrateur civil

Olivier Ferrand, né le à Marseille et mort le à Velaux, est un haut fonctionnaire et homme politique français, fondateur et président de Terra Nova, laboratoire d'idées progressiste de gauche. Membre du Parti socialiste, il est député de la huitième circonscription des Bouches-du-Rhône du à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Olivier Ferrand est diplômé d'HEC (promotion 1992, Grande École)[1] et est un ancien élève de l'ENA (1995-1997)[2].

Administrateur civil au ministère de l’Économie et des Finances, il a commencé sa carrière en 1997 à la direction générale du Trésor, où il s’occupe de négociations financières internationales (G7, FMI, OMC, OCDE), puis de négociations européennes.

Il est ensuite conseiller technique pour les affaires européennes du Premier ministre Lionel Jospin, conseiller du représentant de la France à la Convention sur l'avenir de l'Europe, Pierre Moscovici, membre du groupe des conseillers politiques du président de la Commission européenne, Romano Prodi, puis délégué général du think tank « À gauche, en Europe », fondé par Dominique Strauss-Kahn et Michel Rocard. Il est chargé de mission à l’inspection des finances, puis il est nommé rapporteur général de la mission « l’Europe dans la mondialisation » présidée par Laurent Cohen-Tanugi (2007-2008). Il a également été le rapporteur adjoint de la commission Juppé-Rocard sur les investissements d’avenir[3] (2009).

Il est responsable du PS pour les questions européennes et internationales. Maire adjoint du 3e arrondissement de Paris de 2001 à 2007, il est investi par le PS en 2007 comme candidat aux élections législatives dans la 4e circonscription des Pyrénées-Orientales. Battu au premier tour, il est condamné à un an d'inéligibilité pour irrégularité de ses comptes de campagne[4]. Il est élu en 2008 au conseil municipal de Thuir, dont il devient maire adjoint.

Européen convaincu, il est rédacteur en 2004 du rapport « Construire l'Europe politique[5] » que Romano Prodi a commandé à un groupe de hautes personnalités présidé par Dominique Strauss-Kahn. Administrateur de l'ONG EuropaNova[6], il participe aussi à la rédaction du rapport « Peut-on faire l'Europe sans les Européens ? », remis au Conseil européen de juin 2006. À partir du , il est chargé de mission à l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE).

En 2008, il fonde et prend la présidence de Terra Nova, laboratoire d'idées progressiste de gauche.

Le 10 mai 2011, un an exactement avant le second tour de l'élection présidentielle française de 2012, Terra Nova publie une note de réflexion présentant trois différents choix possibles de stratégie électorale, titrée "Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ?". Cosignée par le président Olivier Ferrand, Romain Prudent et Bruno Jeanbart, qui estime, dans l'un des 3 choix possibles, qu'une « nouvelle coalition » électorale de gauche émerge : « la France de demain », jugée « plus jeune, plus diverse, plus féminisée » que les précédentes et « unifiée par des valeurs culturelles, progressistes », en soulignant les derniers sondages d'opinion plaçant le Front national en tête du vote ouvrier, pour dénoncer un « discours politique de gauche ouvriériste »[7] voué à l'échec, proposant privilégier les jeunes, les femmes et les populations immigrées[8],[9].

Il est élu député en 2012 de la huitième circonscription des Bouches-du-Rhône lors d'une élection triangulaire, avec 40,5 % des suffrages, face au candidat UMP, Nicolas Isnard (39,9 %) et au candidat du FN, Gérald Gérin (19,61 %)[10] ; son suppléant est Jean-Pierre Maggi, conseiller général et maire de Velaux.

Le , moins de deux semaines après son élection, il meurt dans les Bouches-du-Rhône d'un arrêt cardiaque[11] ou d'une rupture d'anévrisme[12], après un jogging sous température extrême[13]. Une minute de silence est observée en sa mémoire à l'Assemblée nationale le [14]. Il est inhumé le à Paris au cimetière de Montmartre, après une cérémonie à l'église Saint-Sulpice. De nombreuses personnalités politiques, dont plusieurs ministres, assistent à ses obsèques.

Une association appelée Les Amis d'Olivier est créée à Port-Vendres (Pyrénées-Orientales). Elle fait poser une plaque commémorative à Cosprons (hameau de Port-Vendres) où elle organise un rassemblement tous les en sa mémoire, à proximité de l'Église Sainte-Marie de Cosprons[15].

Publications et médias[modifier | modifier le code]

Coanimateur de l’émission Think tanks sur LCI, chroniqueur sur Slate et sur France Info, après avoir été chroniqueur sur BFM TV. Il est l’auteur de tribunes régulières dans la presse nationale.

Il a écrit de nombreux essais et rapports :

  • Pour une primaire à la française (avec Olivier Duhamel, Terra Nova, ) ;
  • L’Europe contre l’Europe (Hachette, ) ;
  • Moderniser la vie politique : innovations américaines, leçons pour la France (Terra Nova, ) ;
  • Primaire : comment sauver la gauche (avec Arnaud Montebourg, Seuil, ),
  • Réforme des retraites : quelles solutions progressistes ? (avec Fabrice Lenseigne, Terra Nova, ) ;
  • Niches fiscales : une réforme volontariste est possible (avec Thomas Chalumeau et Daniel Vasseur, Terra Nova, ) ;
  • Changer ou disparaître : quel avenir pour le football ? (avec Arnaud Flanquart, Terra Nova, ) ;
  • Réformer l’élection présidentielle, moderniser notre démocratie (Terra Nova, ) ;
  • Gauche : quelle majorité électorale en 2012 ?[16] (avec Bruno Jeanbart, ) ;
  • Les primaires : une voie de modernisation pour la démocratie (Terra Nova, ).

Il a également

  • dirigé l’ouvrage collectif L’État pyromane (Éditions Delavilla, ) ;
  • enseigné les finances publiques, l’économie et les questions européennes à Sciences Po, HEC, l’ENA et l’IGPDE
  • rédigé et publié le manuel Finances publiques (avec Rémy Rioux et François Adam, Presses de Sciences Po & Dalloz, 3e édition, 2010).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « HEC Alumni », sur www.hecalumni.fr (consulté le )
  2. Arrêté du 21 avril 1997 portant affectation aux carrières des élèves de la promotion 1995-1997 de l'École nationale d'administration ayant terminé leur scolarité au mois de mars 1997 (lire en ligne)
  3. http://www.tnova.fr/note/commission-jupp-rocard-quels-enseignements-pour-les-politiques-progressistes
  4. [1]
  5. [2] [PDF]
  6. http://www.europanova.eu/
  7. [3]
  8. « Gauche : d'une stratégie de classe à une stratégie de valeurs », Le Monde, 10 juin 2011.
  9. Alexander Zevin, « Terra Nova, la “boîte à idées” qui se prend pour un think tank », Le Monde diplomatique, février 2010.
  10. Le député PS et président de Terra Nova Olivier Ferrand est mort, Le Figaro, .
  11. Le député socialiste et président de Terra Nova Olivier Ferrand est mort
  12. Bruno Jeudy et Vivien Vergnaud, « Mort d'Olivier Ferrand, boîte à idées du PS », le JDD,‎ (lire en ligne).
  13. « Les chroniques météo de l'année 2012_2 », sur paris.com (consulté le ).
  14. « Assemblée : hommage à Olivier Ferrand », Le Figaro, .
  15. « Il avait été terrassé par un infarctus à 42 ans, rassemblement en mémoire d'Olivier Ferrand à Cosprons ce soir à 19 h », sur lindependant.fr,
  16. tnova.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :