Jean-François Balaudé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-François Balaudé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président d'université
-
Philippe Gervais-Lambony (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Maître
Directeur de thèse
Distinction

Jean-François Balaudé, né en en France [1] est philosophe, spécialiste de philosophie ancienne, professeur de philosophie, et président du Campus Condorcet, de la Commission des moyens et personnels de la CPU et de l'Alliance Athéna (Alliance thématique nationale des sciences humaines et sociales[2]). Il a été président de l'Université Paris Nanterre d'avril 2012 à juillet 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation universitaire[modifier | modifier le code]

Jean-François Balaudé a intégré l'École normale supérieure de Paris en 1983[3], en lettres classiques et philosophie. Il a obtenu l'agrégation de philosophie en 1986 et a soutenu sa thèse[4] à l’université Lille 3 en 1992 sous la direction de Jean Bollack. Il a obtenu une habilitation universitaire (HDR) en 1999, à l'Université Paris-Sorbonne[2].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Il enseigne comme normalien doctorant à l’Université de Lille-III entre 1988 et 1991. En 1991, il devient agrégé-répétiteur à l’ENS Ulm, et ce jusqu'en 1993[5].

En 1993, il est nommé maître de conférences à l'Université Paris-Nanterre, où il dirige le département de philosophie pendant deux ans (de 1997 à 1999). De 1994 à 1997, il est membre du jury de l'ENS Ulm, en spécialité"philosophie.

Entre 2000 et 2005, il est nommé professeur des universités à l'Université de Reims où il dirige le département de philosophie, puis il est nommé à l'Université Paris-Nanterre en 2005, et dirige le Centre de recherches sur les philosophies anciennes et leur postérité, qui fusionnera en 2006 avec l'institut de recherche philosophique dont il est directeur adjoint. De 2008 à 2011, il est membre du jury de l'agrégation de philosophie, et spécialiste de philosophie ancienne.

De 2010 à 2012, il dirige l’UFR Phillia (Philosophie, Information-Communication, Langues, Littérature, Arts du spectacle) de l'université Paris-Nanterre[6]. Il fait partie du conseil associatif de l'AUF (Agence universitaire de la Francophonie) depuis .

Jean-François Balaudé a été élu président de l'université Paris-Nanterre en , en se présentant contre la présidente sortante, Bernadette Madeuf. L'un des principaux chantiers qui l'attend est l'alignement de l'université avec la Loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU). Il s'entoure de nouveaux vice-présidents, presque tous nouveaux dans l'université[7]. Il est réélu en 2016, pour un mandat de 4 ans [8]. Il préside également le Conseil de gestion de l'UNPIDF (Université Numérique Paris Ile-de-France).

Depuis le , il préside l'Alliance ATHENA [9], qui regroupe les acteurs clés de la recherche française en sciences humaines et sociales.

Le , il est réélu à la présidence de la commission des moyens et des personnels de la CPU (Conférence des présidents d'université), qu'il préside depuis [10].

En , Jean-François Balaudé présente un nouveau nom et un nouveau logo pour Paris-Nanterre, et annonce son intention de rattacher l'université au réseau universitaire du campus Condorcet[11]. L'intégration de l'Université Paris-Nanterre dans le Campus Condorcet est effective depuis le .

Le , face à des « individus non identifiés », soit une vingtaine d'étudiants, occupant le bâtiment des sciences sociales lors de la mobilisation nationale contre la sélection à l'université, Jean-François Balaudé demande l'intervention des forces de l'ordre[12]. Les CRS interviennent alors que les étudiants, professeurs et personnels sont réunis en assemblée générale, sept étudiants sont arrêtés, un autre hospitalisé et l'université de Nanterre est fermée pour le reste de la journée[13]. Une geste qu'il affirme regretter et qu'il justifie par la présence d'un groupe de personnes non identifiés qui étaient à l'origine de ces blocages, et que sitot les CRS arrivés, les portails étaient ouverts, ce qui as permis aux étudiants de rentrer et de se mélanger aux intrus et de créer la confusion.[14] Deux des étudiants seront condamnés à des peines de prison ferme et avec sursis. Il s'ensuit une forte mobilisation des étudiants, professeurs et personnels de l'Université, réclamant la démission de Jean-François Balaudé ainsi que le retrait de la loi ORE. Les assemblées générales rassemblent de nombreux étudiants, jusqu'à 1 800, et votent notamment le blocage de l'ensemble des bâtiments de l'université[15]. A cause des blocages, l'université est fermée administrativement à partir du jusqu'à la fin de l'année. Le président décide de délocaliser les partiels à Arcueil, mais ceux-ci se retrouvent également bloqués par plusieurs centaines d'étudiants qui font face à la nouvelle intervention des forces de l'ordre. [16]. L'ensemble des partiels sont alors finalement dématérialisés.[17].

Le , face à la grève des transports mettant des étudiants dans l'incapacité de se rendre aux lieux d'examens, il propose une tolérance pour les retards, d'attribuer des "Absences justifiées" aux étudiants ne pouvant se rendre présents (revenant à une note de 0) ainsi que de mettre en place une navette entre la Défense et Nanterre-Université entre 18h et 21h[18] et d'ouvrir le gymnase pour que les étudiants puissent y dormir, afin de ne pas rallonger le calendrier universitaire.[19],[20]

Travaux en philosophie[modifier | modifier le code]

Jean-François Balaudé est spécialiste de philosophie antique et s'est intéressé à différents penseurs et écoles. Il s'est particulièrement attaché à l’investigation des dimensions multiples de la compréhension de la philosophie comme mode de vie, dans l’Antiquité et à l’époque contemporaine, à la suite des travaux de Pierre Hadot. Il a également dirigé plusieurs collectifs, publié plus d’une cinquantaine d’articles et organisé des colloques nationaux et internationaux.

Publications[modifier | modifier le code]

Jean-François Balaudé a été plusieurs fois interviewé et est l'auteur de plusieurs MOOCs [21]. Il rédige régulièrement des articles pour le site internet de Philosophie Magazine.

Il est l'auteur des ouvrages suivants :

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean-François Balaudé - Babelio », sur www.babelio.com (consulté le 29 mars 2017)
  2. a et b « Jean-François BALAUDÉ: biographie et actualités sur EducPros », sur www.letudiant.fr (consulté le 29 mars 2017)
  3. https://www.archicubes.ens.fr/lannuaire#annuaire_chercher?identite=Jean-Fran%C3%A7ois+Balaud%C3%A9.
  4. Jean-François Balaudé, Le demon et la communaute des vivants : etude de la tradition d'interpretation antique des catharmes d'empedocle, de platon a porphyre, Lille 3, (lire en ligne)
  5. Université Paris-Nanterre, Notices biographiques des doyens et présidents de l'Université Paris-Nanterre, Nanterre, Université Paris-Nanterre, 7 p., p. 7
  6. « Jean-François Balaudé est élu président de l’université Paris Ouest Nanterre la Défense - La Chancellerie des Universités de Paris | La Chancellerie des Universités de Paris », sur www.sorbonne.fr (consulté le 29 mars 2017)
  7. Véronique Soulé, « Liberation: Président de fac, une vie de patron », sur Liberation.fr, (consulté le 20 novembre 2017)
  8. « Libération : Président de fac, une vie de patron »
  9. « Jean-françois Balaudé prend la présidence de l'alliance Athena »
  10. « Organisation de la CPU »
  11. « Le parisien: La fac veut rejoindre le campus Condorcet »
  12. « Communiqué du Président de l'Université après les événements de ces derniers jours », Communiqué officiel,‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2018)
  13. « Sept interpellations pour "rébellion" à l'université de Nanterre, évacuée par des CRS », sur francetvinfo.fr,
  14. France inter, « 1 », sur www.youtube.fr,
  15. « Poursuite du blocage à Nanterre », sur Le Monde.fr (consulté le 10 juin 2018)
  16. « A la maison des examens d’Arcueil, les étudiants face à l’annulation de leurs partiels », sur Le Monde.fr (consulté le 10 juin 2018)
  17. « Avec les blocages d’universités, certains partiels perturbés », sur Le Monde.fr (consulté le 10 juin 2018)
  18. Balaudé J.-François, « Nous faisons en sorte d’accompagner au mieux les étudiants dans cette situation : tolérance pour les retards, absence justifiée pour les absents, examens ne se terminant pas au-delà de 19h, navettes entre 18h30 et 21h… », sur @JFBalaude, (consulté le 5 janvier 2020)
  19. Balaudé J.-François, « Pour répondre avec les moyens de l’université aux besoins de solidarité, j’ai décidé d’ouvrir le gymnase à compter de lundi soir, pour permettre aux étudiant.e.s qui le souhaitent d’y dormir. », sur @JFBalaude, (consulté le 5 janvier 2020)
  20. Balaudé J.-François, « L’@UParisNanterre a déjà déplacé une semaine de partiels, et ne peut faire davantage, sauf à rallonger l’année universitaire, ce dont personne ne veut, à commencer par les étudiants. Nous sommes donc contraints, chacun.e doit le comprendre. », sur @JFBalaude, (consulté le 5 janvier 2020)
  21. « France culture. Les moocs : cours en ligne ouverts et massifs avenir ou danger pour les universités ? »

Liens externes[modifier | modifier le code]