Michel Deneken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel Deneken
Image dans Infobox.
Fonctions
Président d'université
Université de Strasbourg
depuis le
Doyen
Faculté de théologie catholique de Strasbourg
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Maître
Charles Wackenheim (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Charles Wackenheim (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Michel Deneken, né le à Strasbourg, est un prêtre catholique et théologien français, président de l’université de Strasbourg depuis le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Deneken fait ses études secondaires au lycée Kléber et ses études de théologie et de germanistique à l’université des sciences humaines de Strasbourg. Il soutient sa thèse de théologie catholique en 1986. Il devient maître de conférences en 1989. Habilité à diriger des recherches en 1997, il est nommé professeur des universités en 2003.

Michel Deneken est doyen de la Faculté de théologie catholique de Strasbourg de 2001 à 2009[1], mais aussi directeur du Service de l'action culturelle de l'Université Strasbourg II de 2002 à 2007. En 2008, l'Université Strasbourg II fusionne avec les universités I et III de la ville[2].

En 2013, il est élu président de l'ADUEIS (Association pour le développement des liens université-entreprises dans les industries de santé)[3].

Vice-président de l'université de Strasbourg, il en devient le président en succédant à Alain Beretz le [4]. Cette nomination est approuvée par l'AFGES Les étudiant-e-s d'Alsace, majoritaire, pour qui sa qualité de prêtre « n'a jamais été un problème »[5]. Il est également soutenu par l'UNI locale. Mais le SNESUP-FSU qui considère qu'il y a entorse au principe de laïcité[5]. Il est aussi critiqué par l'UNEF locale, allié aux EMF, ainsi que par l'UEC locale qui dénoncent sa supposée proximité avec le Vatican.[5] En , le tribunal administratif de Strasbourg rejette cette requête[6],[7]. En , le Conseil d'État confirme qu'un prêtre peut présider une université[8].

En , il provoque une polémique en proposant la mise en place d'une charte de communication à adopter par les enseignants et chercheurs dans leurs communications extérieures (« procédure presse »), une démarche classique pour une entreprise, mais qui offusque le milieu académique qui parle alors d'« entrave à la liberté d'expression »[9].

En , un graffiti, peint dans l'atrium de l'université, menace Michel Deneken de mort, et lui reproche ses liens avec l'Église catholique[10],[11].

Publications[modifier | modifier le code]

Michel Deneken rédige les articles « Ad intra-ad extra », « catholique », « devoir », « doctrine », « énergies », « immanence », « immortalité », « justification », « mystère », « orthodoxie », « propriété », « satisfaction », « tentation », « tolérance », et « tradition » du Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge chrétien, sous la direction de M. Vuchez (Paris, éd du Cerf, 1997).

Face à certains mystères de la religion catholique, il affirme : « Clairement, qu’est-ce que ça fait dans ma vie personnelle que Jésus soit ressuscité ? Il y a une vraie panne, aujourd’hui, des discours sur l’espérance, sur l’avenir et la beauté du monde qui atteint aussi l’Église. »[12].

  • Le salut par la croix dans la théologie catholique contemporaine, Paris, éd. du Cerf, , 419 p.
  • Une Église locale face au nazisme : l’Église d’Alsace, Strasbourg, Ercal Éditions, , 218 p.
  • Le salut en Jésus Christ et la rencontre des religions», in F. Bœspflug et Y. Labbé, Assise, 10 ans après, Paris, éd. du Cerf, .
  • La foi pascale. Rendre compte de la résurrection de Jésus aujourd’hui, Paris, éd. du Cerf, , 674 p.
  • « Où donc est votre Dieu ? » Parler aujourd’hui de la Providence, Paris, Desclée de Brouwer, , 204 p.
  • La doctrine de la justification. Déclaration commune », traduction française officielle et commentaire de la Déclaration luthéro-catholique sur la doctrine de la justification, Paris–Genève, , 108 p..
  • « Bautain, un théologien romantique français ? », Louis Bautain, l’abbé-philosophe de Strasbourg : 1796-1867. Actes du colloque organisé par l’ERCAL les22 et 23 mai 1997 à Strasbourg, Ercal publications, , 203 p., p. 83-103.
  • L’Église à venir. Mélanges offerts à Joseph Hoffmann, Paris, éd. du Cerf, , 384 p.
  • « La foi pascale. Rendre compte de la résurrection de Jésus aujourd’hui », Paris, éd. du Cerf, 1997, 674p.; nouvelle édition, revue et corrigée, Paris, éd. du Cerf, 2002, 656 p.
  • « Les implications œcuméniques dans l’enseignement de la théologie », La responsabilité du théologien. Mélanges offerts à Joseph Doré, Paris, Desclée de Brouwer, 2002.
  • « Les apparitions du Ressuscité : de la théophanie à la christophanie », Fr. Dunand et Fr. Boespflug (éd.), Voir les dieux. Voir Dieu, Strasbourg, PUS, 2002, p. 79-94.
  • « De l’amour retrouvé à l’amour signifié. Réponse à G. Hammann », M. Rose (éd.), Histoire et herméneutique. Mélanges offerts à Gottfried Hammann, Genève, Labor et Fides, 2002, p. 127-138.
  • « Congratuaemur vehementer. La profession de foi de Léon I X», Joseph Doré (éd.), Le millénaire du pape Léon IX, Strasbourg, Éd. du Signe, 2003, p. 58-70.
  • « Kardinal Yves Congar. Der Theologe der Ökumene des 20. Jahrhunderts in Frankreich », Chr. Möller (éd.), Wegbereiter der Ökumene im 20. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2005, p. 256-272.
  • Direction et édition de L’œuvre ultime. Actes des premières journées de l’Action culturelle de l’Université Marc-Bloch, Strasbourg, Université Marc-Bloch, 2005, 341 p.
  • Johann Adam Möhler, Paris, éd. du Cerf, 2007, collection «initiation aux théologiens », 347 p.
  • Direction et édition d’Art, culture, industrie. Actes des deuxièmes journées de l’Action culturelle de l’Université Marc-Bloch, Strasbourg, UMB, 2007, 203 p.
  • (avec Élisabeth Parmentier), Catholiques et protestants, théologiens du Christ au XXe siècle, Paris, Mame-Desclée, 2009, collection «Jésus et Jésus-Christ» no 96, 565 p. 2
  • En collaboration avec Francis Messner, direction de l’ouvrage La théologie à l’université. Statut, programme et évolution, Genève, Labor et Fides, 2009[13].
  • « Henri Le Saux : correspondance d’un passeur », in Ch. Maillard (dir.), Passeurs d’idées religieuses entre l’Inde et l’Europe, préface d’Ysé Tardan-Masquelier, Strasbourg, PUS, 2009, p. 129-143.
  • En collaboration avec Élisabeth Parmentier, Pourquoi prêcher? Plaidoyer catholique et protestant pour la prédication, Genève, Labor et Fides, 2010, 272 p.
  • Édition et postface des actes du colloque Jésus et Jésus Christ. I. De Jésus à Jésus Christ. I. Le Jésus de l’histoire, 18-, Université de Strasbourg, Paris, Mame-Desclée, 2010, 266 p. ; postface p. 255-261.
  • « La révélation pascale du Dieu d’Israël : quelques remarques au sujet du Dieu de Jésus-Christ », in E. Bons & Th. Legrand,Le monothéisme biblique. Évolution, contextes et perspectives, Paris, éditions du Cerf, 2011, «Lectio divina» no 244, p. 437-454.
  • « Lire ensemble: à propos du concept de consensus différencié entre catholiques et luthériens », in Anne-Laure Zilling (dir.), Lire et interpréter. Les religions et leurs rapports aux textes fondateurs, Genève, Labor et Fides, 2013, p. 185-197.
  • « Johann-Adam Möhler », in G.-M. Hoff, U.H.-J. Kôrstner, J. Schneider (éd.), Arbeitsbuch Theologiegeschichte. Diskurse. Akteure. Wissensformen, vol. II, Stuttgart, Kohlhammer, 2013.
  • « Le discours de Benoît XVI au Konzerthausde Fribourg : la “démondanisation”, paradigme pour un catholicisme minoritaire », in Droit et religion en Europe. Études en l’honneur de Francis Messner, Strasbourg, PUS, 2014, p. 401-423.
  • (direction avec Thierry Legrand et Anne-Laure Zwilling), Une certaine image de Dieu. Hommage à François Bœspflug, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2015, 290 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Aussi une personnalité politique », L'Alsace, 2 novembre 2014.
  2. Vincent Rémy, « À Strasbourg, une université en fusion », Télérame,‎ (lire en ligne)
  3. Ordonnance du tribunal d'instance de Strasbourg, 26 juin 2014
  4. Jean-François Gérard, « Michel Deneken, élu président de l’Université de Strasbourg », rue89strasbourg.com, 13 décembre 2016.
  5. a b et c lefigaro.fr/
  6. Florence Grandon, « Rejet de la requête contestant l'élection de Michel Deneken à la tête de l'Université de Strasbourg », 3 Grand Est,‎ (lire en ligne)
  7. Loup Besmond de Senneville, « La justice valide l’élection d’un prêtre à la tête d’une université », La Croix,‎ (lire en ligne)
  8. Besmond de Senneville, « Le Conseil d’État confirme qu’un prêtre peut présider une université », La Croix,‎ (lire en ligne)
  9. Caroline Pain, « Vives réactions après l’apparition d’une « procédure presse » à l’université de Strasbourg », sur Le Monde / Campus, .
  10. « Un tag menaçant le président Michel Deneken de mort », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne)
  11. « Des inscriptions « inqualifiables » contre le président Michel Deneken », L'Alsace,‎ (lire en ligne)
  12. François Grégoire, « Le mystère de Pâques », sur Ouest-france.fr,
  13. « Michel Deneken, Francis Messner, (dirs.), La théologie à l’Université. Statut, programmes et évolutions », sur Openedition.org,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]