Maison natale de Jeanne d'Arc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maison natale de Jeanne d'Arc
Maison natale de Jeanne d'Arc, et centre d'interprétation Johannique contiguë au font
Maison natale de Jeanne d'Arc, et centre d'interprétation Johannique contiguë au font
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Département région Vosges / Lorraine / Grand Est
Ville Domrémy-la-Pucelle
Adresse 2 rue de la Basilique
Monument Maison médiévale d’habitation familiale d'un domaine de 20 hectares
Coordonnées 48° 26′ 32″ nord, 5° 40′ 28″ est
Informations générales
Type Musée Jeanne d'Arc
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)[1]
Maisons des Illustres
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 35000 personnes (2012)[2].

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Maison natale de Jeanne d'Arc

Géolocalisation sur la carte : Vosges

(Voir situation sur carte : Vosges)
Maison natale de Jeanne d'Arc

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Maison natale de Jeanne d'Arc

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Maison natale de Jeanne d'Arc

La maison natale de Jeanne d'Arc est une maison du XVe siècle de style médiéval, à Domrémy-la-Pucelle dans les Vosges en Lorraine dans le Grand Est. Actuel espace musée dédié à Jeanne d'Arc (v1412-1431) ou elle naît, passe son enfance, et entend et voit ses premières apparitions, dans cette maison familiale, voisine de l'église Saint-Rémy de Domrémy-la-Pucelle[3]. La maison est classée monuments historiques depuis 1840[4] et labellisée Maisons des Illustres.

Description[modifier | modifier le code]

La maison natale de Jeanne d'Arc dans une gravure illustrant un conte de Frédéric Soulié, publié par la revue Musée des familles en 1834. Le linteau de la porte en accolade datant de 1481 représente les armoiries de Jeanne d'Arc bûchées lors des Trois Glorieuses puis restaurées[5].

La maison natale de Jeanne d'Arc, identifiée comme telle dès le XVe siècle (Jeanne d'Arc la décrit précisément lors de son procès[6]), est à l'origine la maison d’habitation familiale du domaine de 20 hectares de Jacques d'Arc, paysan aisé et notable de la commune, et son épouse Isabelle Rommée, appuyée au coteau même dans le village de Domrémy, au bord de la Meuse (fleuve) (frontière entre les duché de Bar et duché de Lorraine). Jacques d'Arc devient également en 1420 un des fermiers du domaine de l'ancien château fort de l'Isle ou il s'installe (château actuellement disparu des seigneurs du Château de Bourlémont, construit sur une île de Domrémy, entre deux bras de la Meuse). Jeanne est alors bergère des troupeaux de mouton de son père.

La maison actuelle d’environ 10 m², avec un étage et grenier, a été plusieurs fois modifiée durant les siècles. Le rez de chaussé de quatre pièces a été rénové et ouvert au publique, avec espace muséographique contiguë, avec plafond à la française, dalle de pierre, cheminée, fenêtre à croisée à meneau, toit en appentis recouvert de tuile canal comme l'église Saint-Rémy de Domrémy-la-Pucelle voisine.

Voix, apparitions et prédictions de Jeanne d'Arc[modifier | modifier le code]

La commune de Domrémy est située durant la Guerre de Cent Ans (116 ans de 1337 à 1453) à un point géostratégique (Marche Lorraine) de très longues guerres violentes et destructrices, de pouvoir et d'extension de puissants souverains d’occident, traversé par la Meuse (fleuve), frontière des duché de Bar et duché de Lorraine, duchés convoités par les armées des ducs Valois-Bourgogne, souverains félons, et leurs armées de mercenaires qui mettent la région à feu et à sang, pour faire la jonction de leur puissant État bourguignon souverain (duché de Bourgogne et Pays-Bas bourguignons), et à la conjoncture des guerres entre Royaume de France, Royaume d'Angleterre et Saint-Empire romain germanique (contextes politique et géographique de Domrémy).

Selon l'histoire de France et l'histoire de l'Église catholique, Jeanne d'Arc rapporte à ses juges lors de son procès pour Hérésie du 22 février 1431, le récit du premier appel de ses voix, qu'elle prend pour celle de Dieu, à l'âge de treize ans, à l'époque de la signature du Traité de Troyes de 1420 « Et cette voix vint quasi à l'heure de midi, en été, dans le jardin de son père, et ladite Jeanne n'avait pas jeûné le jour précédent. Elle entendit la voix sur le côté droit vers l'église. »

Jeanne affirme également avoir vu en apparition et entendu au même age et au même endroit les voix célestes des saintes Catherine d'Alexandrie, Marguerite d'Antioche, et de l'archange saint Michel lui demandant d'être pieuse, de ramener la paix au royaume de France en le libérant de ses envahisseurs, et de conduire le dauphin de France (Charles VII) sur le trône en le faisant sacrer roi de France par l'église catholique à la cathédrale Notre-Dame de Reims (Jeanne d'Arc de Domrémy à Chinon 1428 - février 1429)...

Après Jeanne d'Arc[modifier | modifier le code]

La maison reste la propriété de la famille d'Arc jusqu'au XVIe siècle, avant d'être achetée en 1586 par Louise de Stainville, comtesse de Salm. La maison est ensuite acensée, en 1611, à Germain Toussaint. Puis avec les troubles induits par la guerre de Trente Ans, on ne connaît pas le noms des locataires puis des propriétaires successifs. En 1700, la maison forme le douaire d'une certaine Nicole Floquet qui la fait entrer dans le patrimoine de la famille Gérardin[7].

La maison natale est fortement modifiée à partir de 1767 par cette famille, le détournement du ruisseau des Trois Fontaines provoquant des infiltration dans celle-ci, la rendant inhabitable ; elle servit dès lors de remise et de dépendance agricole[8]. Les Gérardin font construire un corps de ferme moderne sur l'avant[9].

Des touristes renommés l'ont visitée très tôt, dont le philosophe Michel de Montaigne durant l'année 1580[10], puis l'historien lorrain Dom Calmet au siècle suivant... La maison a été achetée pour 2 500 francs à Nicolas Gérardin[11] le 20 juin 1818 par le Conseil général des Vosges[12]. Elle a alors été restaurée (les constructions avoisinantes ont été détruites pour la mettre en valeur au centre d'un jardin arboré) et classée monument historique par la première liste des premiers monuments historiques français protégés en 1840[1] par l'écrivain historien Prosper Mérimée.

Sculptures[modifier | modifier le code]

Sur la façade principale, au-dessus de la porte d'entrée, une niche a été aménagée dans laquelle a été installée en 1839 une statue de Jeanne d'Arc agenouillée, en armure. Il s'agit d'une copie en fonte d'une statue conservée au centre d'interprétation johannique « Visages de Jeanne »[13]. Cette œuvre est une variante de la statue commémorative érigée sur le pont d'Orléans en 1562, détruite en 1793 mais bien connue par la gravure. On a émis l'hypothèse d'une commande des comtes de Salm, propriétaires de la maison de Jeanne depuis 1586, ou d'une statue provenant de la chapelle des Du Lys dans l'église paroissiale. Cependant, l'existence d'une statue identique (détruite en 1793), érigée en 1611 par Étienne Hordal dans la Cathédrale Saint-Étienne de Toul, plaide pour le rattachement de cette œuvre à l'ensemble de l'oratoire du Bois-Chenu à quelque km (actuelle Basilique du Bois-Chenu). Mutilée au niveau des bras et des jambes, il s'agit de la plus ancienne statue de Jeanne d'Arc actuellement conservée[14].

En 1820, le roi Louis XVIII finance un monument néoclassique en calcaire d'Euville (fontaine monumentale en forme de portique à quatre pilastres et un fronton de style grec) orné sur un cippe d'un buste de Jeanne d'Arc en marbre blanc sculpté par Jean-François Legendre-Héral ; il est sur une place voisine de la maison[15],[16].

La maison natale de Jeanne d'Arc vue par Henry Ossawa Tanner en 1918.

Reproductions et arts[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources anciennes[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Prosper Jollois, Histoire abrégée de la vie et des exploits de Jeanne d'Arc, surnommée la Pucelle d'Orléans, suivie d'une notice descriptive du monument élevé à sa mémoire à Domremy, de la chaumière où l'héroïne est née, des objets antiques que cette chaumière renferme, et de la fête d'inauguration célébrée le 10 septembre 1820, Paris, P. Didot l'aîné, 1821, 202 p. [lire en ligne]
  • Charles-Nicolas-Alexandre de Haldat du Lys, Examen critique de l'histoire de Jeanne d'Arc, suivi de la relation de la fête célébrée à Dom-Remi en 1820 et de mémoires sur la maison de Jacques Darc et sur sa descendance, Nancy, Grimblot et veuve Raybois, 1850, 338 p.
  • Amédée-Frédéric-Fulgence Huin-Varnier, Histoire populaire de Jeanne d'Arc, suivie de détails curieux sur sa chaumière, sur les lieux que la pieuse héroïne a visités, et sur l'établissement d'un musée à Domremy (Vosges), Paris, Garnier frères, et Neufchâteau, Kienné, 1856, 174 p. [lire en ligne]
  • Alexandre Sorel, La Maison de Jeanne d'Arc à Domremy, Paris, Honoré Champion, et Orléans, Herluison, 1886, 115 p. [lire en ligne]
  • René Salvador Du Fesq, Domrémy-la-Pucelle : Ses environs, la maison de Jeanne d'Arc, Épinal, E. Busy, 1890, 42 p.

Sources contemporaines[modifier | modifier le code]

  • Jacques Choux, « L'authenticité de la maison de Jeanne d'Arc à Domremy », Le Pays lorrain, vol. 55, no 1,‎ , p. 1-14 (lire en ligne)
  • Olivier Bouzy, « la maison natale de Jeanne d'Arc », Connaissance de Jeanne d'Arc, Chinon, no 28,‎ , p. 28-35 (lire en ligne).
  • Elsa Sené et Olivier Bouzy, La maison natale de Jeanne d'Arc à Domremy, Orléans, Maison de Jeanne d'Arc, , 24 p. : exposition à la maison de Jeanne d'Arc d'Orléans, du 9 octobre 1997 au 30 avril 1998, organisée par le Centre Jeanne d'Arc
  • Ivan Ferraresso « Revisiter la maison natale de Jeanne d'Arc à Domremy » De Domremy... à Tokyo. Jeanne d'Arc et la Lorraine, PUN-Éditions universitaires de Lorraine, Nancy, 2013 (ISBN 978-2-8143-0154-2)
  • Magali Delavenne, « La "rustique chaumière" de Domremy. Image et imaginaire d'un lieu (XIXe-XXe siècles) », De Domremy... à Tokyo. Jeanne d'Arc et la Lorraine, PUN-Éditions universitaires de Lorraine, Nancy, 2013 (ISBN 978-2-8143-0154-2)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice no PA00107138 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. http://www.observatoire-lorraine.fr/publications/chiffres-cles-du-tourisme-en-lorraine-2012-edition-2013
  3. « De Jeanette de Domremy à Jeanne d'Arc », documentaire de Perrine Kervran et Véronique Samouiloff avec Olivier Bouzy, Magali Delavenne, Jean-Luc Demandre, Catherine Guyon, La Fabrique de l'histoire, 31 janvier 2012.
  4. name="PA00107138">« Maison natale de Jeanne d'Arc », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Eugène Misset, Un double contre-sens ou Le prétendu blason de Jeanne d'Arc et sa prétendue devise « Vive labeur », Paris, Honoré Champion, 1897, 19 p. [lire en ligne].
  6. Le 22 février 1431, Jeanne rapporte à ses juges le récit du premier appel de ses voix, vers l'âge de treize ans : « Et cette voix vint quasi à l'heure de midi, en été, dans le jardin de son père, et ladite Jeanne n'avait pas jeûné le jour précédent. Elle entendit la voix sur le côté droit vers l'église. »
  7. Philippe Contamine, Olivier Bouzy, Xavier Hélary, « Domremy », Jeanne d'Arc. Histoire et dictionnaire, Robert Laffont, Paris, 2012, p.  669-670
  8. Philippe Contamine, Olivier Bouzy, Xavier Hélary, « Domremy », Jeanne d'Arc. Histoire et dictionnaire, Robert Laffont, Paris, 2012, p.  670
  9. « La maison natale de Jeanne : Guide du visiteur » [PDF], Conseil général des Vosges, 2006.
  10. Il la mentionne dans son Journal de voyage.
  11. On donne également à ce vétéran des guerres de l'Empire la Légion d'honneur et la médaille de la ville d'Orléans.
  12. Annie Jourdan, « Images de la Pucelle à l'époque révolutionnaire », dans Ton Hoenselaars (dir.) et Jelle Koopmans (dir.), Jeanne d'Arc entre les nations, Amsterdam et Atlanta, Rodopi B.V., coll. « Cahiers de recherche des instituts néerlandais de langue et de littérature française » (no 33), 1998, 147 p. (ISBN 90-420-0338-3), p. 53–76 (72).
  13. « Notice no PM88001178 », base Palissy, ministère français de la Culture.
  14. Domremy-la-Pucelle, Histoire et patrimoine, Épinal, Conseil général des Vosges, 2013, p. 49.
  15. « Jeanne d'Arc - Fontaine - Domrémy monument en l'honneur de la pucelle - 1820 - Médaille no 15 », medailles-jeannedarc.fr.
  16. Eusèbe Girault de Saint-Fargeau, Guide pittoresque du voyageur en France, vol. 3, Paris, Firmin Didot frères, (lire en ligne), p. 11.
  17. « Notice no PM88001062 », base Palissy, ministère français de la Culture.
  18. Vers écrits à Domrémy en visitant la maison natale de Jeanne d'Arc, sur Wikisource.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lieux johanniques lorrains[modifier | modifier le code]

Autour de Neufchâteau[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]