Œuvres inspirées par Jeanne d'Arc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cette page recense partiellement les œuvres inspirées par Jeanne d'Arc (1412-1431), figure emblématique de l'histoire de France et sainte de l'Église catholique.

Architecture[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Édifices civils

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Édifices religieux liés à la vie de sainte Jeanne-d'Arc[modifier | modifier le code]

Édifices religieux placés sous le patronage de sainte Jeanne-d'Arc[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]
Côte d'Ivoire[modifier | modifier le code]
France[modifier | modifier le code]
Basiliques[modifier | modifier le code]
Chapelles[modifier | modifier le code]
Églises[modifier | modifier le code]
Églises Sainte-Jeanne-d'Arc
Tunisie[modifier | modifier le code]
Viêt Nam[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Johanna Christine Grosser comme Jeanne d'Arc dans le drame de Schiller, peinture de Gustav Adolf Barthel (1819–1898)

Le personnage, dans son ambivalence et sa grande complexité, a fasciné les écrivains et les dramaturges à travers les époques.

Charles Péguy en fait la figure centrale de son œuvre écrite, Jeanne d'Arc, bataillant à la réalisation sur terre de la cité harmonieuse, et incarnant en plus du salut, l'âme paysanne et pieuse de la France. Plusieurs volumes sont consacrés à des périodes distinctes de son existence : d'abord un drame, en trois actes, puis une épopée en trois parties distinctes publiée dans les Cahiers de la Quinzaine, enfin, la fresque des trois mystères, qui débute par le Mystère de la Charité de Jeanne d'Arc.

Les pièces les plus connues qui offrent une large diversité d'interprétation sur sa vie, ont été écrites par Shakespeare (Henri VI), Voltaire (La Pucelle d'Orléans), Schiller (La Pucelle d'Orléans), George Bernard Shaw (Sainte Jeanne), Jean Anouilh (L'Alouette) et Bertolt Brecht (Sainte Jeanne des abattoirs). En 1894, Thérèse de Lisieux écrit une pièce de théâtre inspirée par la Pucelle d'Orléans, dont elle interprète aussi le rôle.

Samuel Clemens a publié une biographie de fiction sous le nom de plume de Sieur Louis de Conte, sans utiliser son pseudonyme de Mark Twain. Thomas de Quincey, qui est l'un des seuls Anglais à prendre la défense de Jeanne d'Arc, a écrit une Jeanne d'Arc[1] en 1847. Louis-Maurice Boutet de Monvel en fait un livre d'illustration pour enfants, en 1896, qui connaît un grand succès.

Poésie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Affiche d'Alfons Mucha représentant Maude Adams dans le rôle de Jeanne d'Arc, dans La Pucelle d'Orléans de Schiller, en 1909.

Prose[modifier | modifier le code]


Arts picturaux[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Vitrail à Beuzeville

Tapisseries[modifier | modifier le code]

Gravure[modifier | modifier le code]

Vitraux[modifier | modifier le code]

  • Auxerre, cathédrale Saint-Étienne, baie de la première chapelle du bas-côté nord : imposante verrière La Pucelle au siège d'Orléans, 1914, de Édouard Soccard, maître-verrier parisien.
  • Beuzeville, église Saint-Hélier, vitrail de la nef, côté sud, représentant Jeanne d'Arc sur le bûcher, réalisé par François Décorchemont.
  • Xertigny, église paroisiale Sainte-Walburge, artiste : Gabriel Loire. L'artiste a représenté les flammes du bucher de Jeanne d'Arc se mêlant aux flammes de l'église de Xertigny qui a été incendiée pendant l'offensive allemande en 1940.

Musique et chansons[modifier | modifier le code]

Botanique et astronomie[modifier | modifier le code]

Il existe une rose Jeanne d'Arc, obtenue par Vibert en 1818[3].

L'astéroïde (127) Johanna a été nommé en son honneur, le .

Sculpture[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Cinéma muet[modifier | modifier le code]

Cinéma parlant[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

L'émission Secrets d'histoire sur France 2 du , intitulée Jeanne d'Arc, au nom de Dieu, lui était consacrée[4].

Affiches[modifier | modifier le code]

« Jeanne d'Arc a sauvé la France. Femmes d'Amérique, sauvez votre pays en achetant des bons de guerre ».

Jeanne d'Arc fut reprise dans des œuvres de propagande dont des affiches.

Philatélie[modifier | modifier le code]

  • En 1929, un timbre de 50 centimes bleu est émis à l'occasion du 5e centenaire de la délivrance d'Orléans. Jeanne y est représentée à cheval.
  • En 1946, un timbre de 5 f surtaxé 4 f outremer appartient à la série « Célébrités du XVe siècle ». Ce timbre grand format est un portrait.
  • En 1968, sur un timbre de 30 centimes surtaxé 10 centimes, brun et violet, elle est représentée pour illustrer l'œuvre de Paul Claudel Jeanne d'Arc au bûcher, sujet principal dont on célébrait le centenaire de sa naissance.
  • La même année, la poste en fait le sujet principal dans un timbre à 60 centimes, gris-bleu, bleu et brun pour représenter le départ de Vaucouleurs en 1429. Ce timbre fait partie de la série Grands noms de l'Histoire[5].
  • En 1996, un timbre de 4,50 francs polychrome est émis, représentant la maison natale de Jeanne à Domrémy.

Médailles[modifier | modifier le code]

Médaille Jeanne d’Arc, La Bergère Lorraine « va fille de dieu je te serai a aide va ». Graveur : M.Delannoy


Oeuvre d'art, la médaille conjugue le génie d'un créateur et la talent d'un médailleur.

Les médailles de Jeanne d'Arc véhiculent l'iconographie multiple de l'héroïne : de la "Jeanne guerrière", en armure à la " Jeanne romantique", en robe décolletée et à la coiffe à plumes.

La plus ancienne médaille commémorative connue fut frappée sous le règne de Charles VII, après l'année 1451, pour célébrer l'expulsion des Anglais hors du royaume. Cette médaille a été émise en 1455.

De la guerre de Cent ans, intimement liée à l'épopée de Jeanne d'Arc, est née la première médaille historique française.

Plus de six siècles se sont écoulés et les médailles ont traversé le temps en nous rappelant l'immortelle beauté du dur métal.

L'histoire explique les médailles et les médailles confirment l'histoire.

Bandes dessinées et mangas[modifier | modifier le code]

  • Jehanne d'Arc, série de bande dessinée du Français F'Murr, publiée de 1976 à 1984.
  • Paul Gillon (scénario et dessins), Jehanne, t. 1 : La sève et le sang, Paris, L'écho des savanes / Albin Michel, , 60 p. (ISBN 978-2226065766).
  • Paul Gillon (scénario et dessins), Jehanne, t. 2 : La Pucelle, Paris, L'écho des savanes / Albin Michel, , 109 p. (ISBN 2-226-09416-4).
  • Fabrice Hadjadi (scénario), Jean-François Cellier (dessins) et Nicolas Bastide (couleurs), Jeanne la pucelle, t. 1 : Entre les bêtes et les anges, Toulon, Soleil, , 47 p. (ISBN 978-2-302-01993-5).
  • Fabrice Hadjadi (scénario), Jean-François Cellier (dessins) et Nicolas Bastide (couleurs), Jeanne la pucelle, t. 2 : À la guerre comme à la paix, Toulon, Soleil, , 47 p. (ISBN 978-2-302-03838-7).
  • 1431, l'homme qui trahit Jeanne d'Arc premier album de la série L'homme de l'année, est une uchronie mettant en scène deux enquêteurs chargés par la mère du Roi de France de faire la vérité sur la capture de Jeanne d'Arc.
  • L'héroïne du manga Kamikaze kaitou Jeanne est supposée être la réincarnation de Jeanne d'Arc.
  • Dans le manga Chrome Breaker, Jeanne d'Arc est censée être la première « fille de Marie ».
  • Dans le manga de Aya Kanno, Le Requiem du roi des roses, Jeanne est décrite comme une sorcière qui a été exécuté sur le bûcher ; par la suite, son fantôme hante l'esprit de Richard d'York, le héros de l'histoire.
  • Jeanne d'Arc (nommée Sainte Jeanne dans l'œuvre) apparaît aussi dans l'anime Rage of Bahamut: Genesis et Rage of Bahamut: Virgins Souls, où elle est un personnage central. Elle y apparaît sous les traits d'une guerrière guidée par les Anges, et guide l'armée royale.
  • Dans la franchise Fate, notamment Fate/Apocrypha ainsi qu'une mention au travers du personnage de Caster dans Fate/Zero, Jeanne d'Arc apparaît sous les traits du Servant Ruler.
  • Dans Les Celtiques, partie « Concert en O mineur pour harpe et nitroglycérine», Corto Maltese qualifie ironiquement une jeune Irlandaise membre de Sinn Féin de Jeanne d'Arc.
  • Dans Quelle réalité, papa ?, album du Le Vagabond des Limbes, une force magique fait que les gens travaillant à Hollywood se comportent comme s'ils étaient des personnages de film. Jeanne d'Arc apparaît sur le pied de guerre et propose à des maréchaux de Napoléon Ier de lui gagner Waterloo. Ce dernier déclare énervé : « J'attendais Grouchy et c'est une pucelle qu'on m'envoie ! ».

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Parc d'attraction[modifier | modifier le code]

Le Puy du fou, Le Secret de la Lance (2010) : spectacle vivant se déroulant au XVe siècle qui raconte l'histoire d'une jeune bergère, Marguerite, utilisant une lance aux pouvoirs surnaturels offerte par Jeanne d'Arc afin de vaincre les Anglais.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vincent Amiel, « Les représentations de Jeanne d’Arc au cinéma », dans François Neveux (dir.), De l'hérétique à la sainte. Les procès de Jeanne d'Arc revisités : actes du colloque international de Cerisy, 1er-4 octobre 2009, Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Symposia », , 343 p. (ISBN 978-2-84133-421-6, présentation en ligne, lire en ligne), p. 297-304.
  • Yves Avril (dir.) et Romain Vaissermann (dir.), Jeanne d'Arc : la voix des poètes : de Christine de Pizan à Leonard Cohen : anthologie, Orléans, Paradigme, coll. « Histoire » (no 3), , 315 p. (ISBN 978-2-86878-262-5, présentation en ligne).
  • (en) Robin Blaetz, Visions of the Maid : Joan of Arc in American Film and Culture, Charlottesville, University Press of Virginia, coll. « Cultural Frames, Framing Culture », , 279 p. (ISBN 0-8139-2075-2, présentation en ligne).
  • Nadine-Josette Chaline, « Images de Jeanne d’Arc aux XIXe et XXe siècles », dans François Neveux (dir.), De l'hérétique à la sainte. Les procès de Jeanne d'Arc revisités : actes du colloque international de Cerisy, 1er-4 octobre 2009, Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Symposia », , 343 p. (ISBN 978-2-84133-421-6, présentation en ligne, lire en ligne), p. 273-284.
  • Collectif, Images de Jeanne d'Arc : hommage pour le 550e anniversaire de la libération d'Orléans et du sacre ; catalogue de l'exposition tenue à l'Hôtel de La Monnaie, Paris, juin-septembre 1979, Paris, Musée monétaire, , 294 p.
  • Jeanne d'Arc : les tableaux de l'histoire, 1820-1920, Paris, Réunion des musées nationaux, , 190 p. (ISBN 2-7118-4682-2)
    (exposition du musée des beaux-arts de Rouen, 30 mai-1er septembre 2003).
  • Venita Datta, « Sur les Boulevards : les représentations de Jeanne d'Arc dans le théâtre populaire », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, no 24 « Variations »,‎ , p. 125-147 (ISBN 2-85816-867-9, lire en ligne).
  • Julie Deramond, « Jeanne d'Arc et ses voix, dans deux opéras, Verdi et Honneger », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, no 25 « Musiciennes »,‎ (ISBN 978-2-85816-900-9, lire en ligne).
  • Julie Deramond, Jeanne d'Arc en accords parfaits : musiques johanniques en France entre 1800 et 1939, 3 vol. , 1640 p. , thèse en histoire contemporaine sous la direction de Patrick Cabanel, soutenue en à l'université de Toulouse II - Le Mirail.
  • Julie Deramond, « Jeanne d’Arc en procès, au théâtre et en musiques », dans François Neveux (dir.), De l'hérétique à la sainte. Les procès de Jeanne d'Arc revisités : actes du colloque international de Cerisy, 1er-4 octobre 2009, Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Symposia », , 343 p. (ISBN 978-2-84133-421-6, présentation en ligne, lire en ligne), p. 285-296.
  • Hervé Dumont, Jeanne d'Arc, de l'histoire à l'écran : cinéma & télévision, Paris / Lausanne, Favre / Cinémathèque suisse, , 173 p. (ISBN 978-2-8289-1270-3, présentation en ligne).
  • (en) Daniel Hobbins, « The Cinematic Maid : Teaching Joan of Arc through Film », Fiction and Film for French Historians : A Cultural Bulletin, vol. 2, no 3,‎ (lire en ligne).
  • (de) Morten Kansteiner, Die Sagbarkeit der Heldin : Jeanne d'Arc in Quellen des 15. und Filmen des 20. Jahrhunderts, Cologne, Böhlau, coll. « Beiträge zur Geschichtskultur » (no 36), , 406 p. (ISBN 978-3-412-20798-4, présentation en ligne).
  • Gerd Krumeich, « Pour une étude comparée de l'iconographie de Jeanne d'Arc », dans Maurice Agulhon, Annette Becker et Évelyne Cohen (dir.), La République en représentations : autour de l'œuvre de Maurice Agulhon, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire de la France aux XIXe et XXe siècle » (no 64), , 431 p. (ISBN 2-85944-546-3, présentation en ligne), p. 255-264.
  • Albert-Léon-Marie Le Nordez (Monseigneur), Jeanne d'Arc racontée par l'image, d'après les sculpteurs, les graveurs et les peintres, Paris, Hachette, , 395 p. (lire en ligne).
  • Philippe Martin (dir.), Jeanne d'Arc : les métamorphoses d'une héroïne, Nancy, Éditions Place Stanislas, , 177 p. (ISBN 978-2-35578-035-6).
  • Jean Maurice (dir.) et Daniel Couty (dir.), Images de Jeanne d'Arc : actes du colloque de Rouen, 25-26-27 mai 1999, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Études médiévales » (no 1), , VIII-281 p. (ISBN 2-13-049952-X).
  • Françoise Michaud-Fréjaville, « Images de Jeanne d'Arc : de l'orante à la sainte », Cahiers de recherches médiévales, Orléans / Paris, CEMO / Honoré Champion, no 12 « Une ville, une destinée : Orléans et Jeanne d'Arc. En hommage à Françoise Michaud-Fréjaville »,‎ , p. 249-257 (lire en ligne).
  • Françoise Michaud-Fréjaville, « Cinéma, histoire : autour du thème « johannique » », Cahiers de recherches médiévales, Orléans / Paris, CEMO / Honoré Champion, no 12 « Une ville, une destinée : Orléans et Jeanne d'Arc. En hommage à Françoise Michaud-Fréjaville »,‎ , p. 285-300 (lire en ligne).
  • Bernard Mugnier, La statuaire johannique du XVIe au XXe siècle, t. 1, Vesoul, chez l'auteur, , 500 p. (ISBN 978-2-35722-000-3).
  • Bernard Mugnier, La statuaire johannique du XVIe au XXe siècle, t. 2, Vesoul, chez l'auteur, , 499 p. (ISBN 978-2-35722-006-5).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas de Quincey, Jeanne d'Arc, Stalker Éditeur, Paris, 2007 (traduction française).
  2. « Jeanne d'Arc au sacre du roi Charles VII, dans la cathédrale de Reims par Dominique Ingres », notice no 000PE001544, base Joconde, ministère français de la Culture
  3. La rose Jeanne d'Arc.
  4. « "Jeanne d'Arc, au nom de Dieu" dans Secrets d'histoire ce soir sur France 2 », Le Zapping du PAF,‎ (lire en ligne)
  5. Catalogues Yvert et Tellier, tome 1.
  6. (en) « Games », sur jeanne-darc.info.
  7. « Gamasutra - The Portrayal Of Joan Of Arc In Age Of Empires II », sur www.gamasutra.com (consulté le 11 mars 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]