Tuile canal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue rapprochée d'un versant de toit couvert de tuile
Plain carré de tuile canal à Assise en Ombrie.

La tuile canal ou tuile creuse et une tuile traditionnelle dont l'aire d'extension primitive s'étend sur l'Europe méditerranéenne. Elle est hémi-tronconique et ne possède par elle-même aucun moyen de fixation. Elle est apparue au XIe siècle comme une adaptation de la tuile romaine, avec une pièce unique posée successivement en canal, puis en couvre-joint. À partir du XVIe siècle les Espagnols exportent leurs tuiles en Amérique latine puis les produisent localement.

Historique[modifier | modifier le code]

À la fin du VIIe siècle av. J.-C., les Grecs couvrent leurs monuments avec de larges tuiles légèrement courbes ou plates avec des relevés latéraux, disposées à recouvrement, en lignes juxtaposées ; les joints étant couverts par des petits éléments angulaires ou courbes. Les Romains reprennent le principe avec la tegula et l'imbrex. Entre le Ve et le IXe siècle la maitrise technique est perdue. On ne produit plus que des imbrices dont la fabrication est la plus facile. Au XIe siècle les encoches d'emboitement tendent à disparaitre. Les pièces, aussi bien courantes que couvrantes, ont un petit bout qui se loge dans le gros bout de la pièce adjacente. Bientôt les courants et les couvrants sont indifférenciés. C'est la tuile canal. Cependant des courants à fond plat restent en usage dans la zone discontinue de Champagne-Lorraine jusqu'au début du XXe siècle[1].

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Compagnons passants couvreurs du Devoir, bons drilles du Tour de France, L'Art du couvreur, vol. 2, t. l'Art de la couverture, Paris, Librairie du Compagnonnage, coll. « Encyclopédie des métiers », , 622 p. (OCLC 462006908)

Articles connexes[modifier | modifier le code]