Lotbinière (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lotbinière.
Lotbinière
Image illustrative de l'article Lotbinière (Québec)
Ensemble paroissial
Ensemble paroissial
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Chaudière-Appalaches
Subdivision régionale Lotbinière
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Jean Bergeron
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Lotbiniérien, ienne
Population 812 hab.[1] (2016)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 37′ 00″ nord, 71° 56′ 00″ ouest
Superficie 7 965 ha = 79,65 km2
Divers
Langue(s) Français
Code géographique 33115
Localisation
Image illustrative de l'article Lotbinière (Québec)

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Lotbinière

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Lotbinière

Lotbinière est une municipalité du Québec située dans la MRC de Lotbinière dans la Chaudière-Appalaches[2]. Les habitants sont les Lotbiniériens, à la différence des habitants de la MRC, les Lotbiniérois[3]. Lotbinière fait partie de l'Association des plus beaux villages du Québec.

Situation[modifier | modifier le code]

Lotbinière s’accroche au bord du plateau qui domine le fleuve Saint-Laurent sur son flanc sud, à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Québec. Lotbinière vit aujourd’hui essentiellement de l’agriculture.

Toponyme[modifier | modifier le code]

La Commission de toponymie du Québec écrit à son propos : « Cette municipalité riveraine du Saint-Laurent, du côté sud, blottie entre Leclercville et Sainte-Croix, à 18 km à l'est de Deschaillons-sur-Saint-Laurent, est née de la fusion de la municipalité de la paroisse de Saint-Louis-de-Lotbinière et de celle du village de Lotbinière, en 1978. Il s'agit ainsi d'un retour à une situation plus ancienne puisque la municipalité de village avait été formée en 1914, par détachement de la municipalité de paroisse, créée initialement en 1845.

Son appellation, également retenue pour le bureau de poste ouvert en 1831, lui vient de celle de la seigneurie à laquelle elle appartenait, dont le premier concessionnaire a été René-Louis Chartier de Lotbinière (Paris, France, 1641 - Québec, 1709), qui l'a reçue de Jean Talon en 1672. Arrivé en Nouvelle-France en 1651, il entreprend une carrière militaire en 1666 et accède au poste de substitut du procureur général au Conseil souverain en 1670. De 1677 à 1703, il occupe la fonction de lieutenant général de la Prévôté de Québec. Tour à tour, il sera nommé premier conseiller du Conseil supérieur en 1703 et subdélégué de l'intendant Raudot en 1706. Son ancêtre, Clément Chartier, était propriétaire, dans le Bas-Maine, d'une terre achetée par ses ancêtres en 1456 et appelée Binière, nom qui fait penser à biner, binage, fréquents dans le vocabulaire agricole, ou à bine, dinde, terme dialectal berrichon. Il avait acheté dans le Dijonnais une autre terre dénommée Bignière. Or, il aurait ajouté l'élément lot à Binière, ce mot suggérant la terre, le lot, terme qui véhicule le sens d'héritage, de patrimoine.

On observe également une prononciation locale répandue [lottebinière], que certains justifient par le rapprochement avec le nom d'un poisson, la lotte[4]. »

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011 2016
1 123 1 080 975 1 008 898 931 887 812

De 1981 à 2011, la population de Lotbinière a chuté de 20 %.

Monuments classés[modifier | modifier le code]

Lotbinière présente de superbes maisons de pierre anciennes formant un ensemble classé en vertu de la Loi sur les biens culturels. L’église Saint-Louis, du début du XIXe siècle, construite selon les plans de François Baillairgé, forme avec le presbytère, le cimetière et le couvent un magnifique ensemble suspendu en surplomb du fleuve et trouvent un écho dans la jolie chapelle de procession en pierres à la sortie du village.

Lotbinière compte plusieurs édifices classés « monument historique » qui font partie de la liste des biens culturels du Québec, dont la maison François Bélanger (1770-1784)[5], la maison Ambroise-Chavigny-De La Chevrotière (1817)[6], la maison Pagé (1815)[7], la chapelle de procession de Saint-Louis (1834)[8], l'église Saint-Louis (1818-1822)[9] ainsi que les moulins à eau du Domaine (1799)[10] et du Portage (1815-1817)[11].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Deschambault-Grondines,
Fleuve Saint-Laurent
Portneuf,
Fleuve Saint-Laurent
Cap-Santé,
Fleuve Saint-Laurent
Rose des vents
N Sainte-Croix
O    Lotbinière    E
S
Leclercville Saint-Édouard-de-Lotbinière

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement du Canada, 2016
  2. Répertoire des municipalités : Lotbinière. mamrot.gouv.qc.ca. Consulté le 12 mars 2011.
  3. Commission de toponymie du Gouvernement du Québec. toponymie.gouv.qc.ca. Consulté le 12 mars 2011.
  4. Commission de toponymie du Québec. toponymie.gouv.qc.ca. Consulté le 12 mars 2011.
  5. Maison François Bélanger, Répertoire du patrimoine culturel du Québec. patrimoine-culturel.gouv.qc.ca. Consulté le 12 mars 2011.
  6. Maison Ambroise-Chavigny-De La Chevrotière, Répertoire du patrimoine culturel du Québec. patrimoine-culturel.gouv.qc.ca. Consulté le 12 mars 2011.
  7. Maison Pagé, Répertoire du patrimoine culturel du Québec. patrimoine-culturel.gouv.qc.ca. Consulté le 12 mars 2011.
  8. Chapelle de procession de Saint-Louis, Répertoire du patrimoine culturel du Québec. patrimoine-culturel.gouv.qc.ca. Consulté le 12 mars 2011.
  9. Église Saint-Louis, Répertoire du patrimoine culturel du Québec. patrimoine-culturel.gouv.qc.ca. Consulté le 12 mars 2011.
  10. Moulin du Domaine-de-Lotbinière, Répertoire du patrimoine culturel du Québec. patrimoine-culturel.gouv.qc.ca. Consulté le 12 mars 2011.
  11. Moulin du Portage, Répertoire du patrimoine culturel du Québec. patrimoine-culturel.gouv.qc.ca. Consulté le 12 mars 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]