Lichères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la commune de la Charente. Pour la commune de l'Yonne, voir Lichères-près-Aigremont.

Lichères
Lichères
L'église romane de Lichères.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Boixe-et-Manslois
Intercommunalité Communauté de communes du Pays manslois
Maire
Mandat
Jean-Jacques Crine
2014-2020
Code postal 16460
Code commune 16184
Démographie
Gentilé Lichérois
Population
municipale
87 hab. (2017 en diminution de 5,43 % par rapport à 2012)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 52″ nord, 0° 13′ 26″ est
Altitude Min. 60 m
Max. 117 m
Superficie 4,94 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Lichères
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Lichères
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lichères
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lichères

Lichères est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Lichérois et les Lichéroises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Lichères est une commune du Nord Charente située à 5 km au nord-est de Mansle et 29 km au nord d'Angoulême, dans la vallée de la Charente.

Lichères est aussi à 14 km au sud de Ruffec[2].

À l'écart des grandes routes, la commune est traversée par la D 56 allant vers Mansle et la D 185 allant vers la N 10 entre Angoulême et Poitiers qui passe à l'ouest de la commune. Toutefois, l'échangeur avec la N 10 se trouve à Fontclaireau, ou aux Maisons Rouges sur la D 27 (commune de Chenon). Le bourg est situé sur une route communale se connectant à la D 185, qui traverse la Charente et passe devant la mairie[3].

La gare la plus proche est celle de Luxé, à 9 km, desservie par des TER à destination d'Angoulême, Poitiers et Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le bourg et l'église sont situés sur la rive gauche de la Charente, alors que la mairie est sur la rive droite, à la Salle.

L'autre hameau de la commune est Puychenin, dominant la Charente sur sa rive droite et le bourg[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lichères
Fontenille Moutonneau
Lichères Aunac-sur-Charente
(en un quadripoint)
Fontclaireau Mouton

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est dans le calcaire du Jurassique du Bassin aquitain, comme tout le Nord-Charente. Plus particulièrement, le Callovien occupe la moitié nord-est de la surface communale, l'autre moitié étant occupée par l'Oxfordien. La vallée de la Charente, à l'est, est couverte par des alluvions dont les plus anciennes ont formé une basse terrasse au bourg[4],[5],[6].

Le relief de la commune est celui d'un bas plateau traversé dans sa partie orientale par la vallée de la Charente. Le bourg de Lichères est compris dans un méandre du fleuve. La rive concave située à l'ouest est plus abrupte que la rive gauche où est situé le bourg.

Le point culminant est à une altitude de 117 m, situé à l'extrémité nord-ouest de la commune. Le point le plus bas est à 60 m, situé le long de la Charente à la limite sud. Le bourg, au bord du fleuve, est à 65 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le GR 36 traverse la Charente par un bac.

Lichères est traversée par la Charente entre Ruffec et Mansle, et le bourg est situé sur sa rive gauche.

Le fleuve se partage en des bras délimitant des îles, comme la prairie de Maindra, au sud de laquelle se trouve le confluent du Son-Sonnette, sur la commune de Mouton. Il y a aussi l'île de la Motte et l'île Doche au nord du bourg.

Au pied de Puychenin, une source donne naissance à un court ruisseau appelé Fontaniou se jetant dans la Charente (comme sur la commune d'Aunac).

Près de l'île de Maindra au pied de la route de Mouton, on trouve une source, la fontaine Saint-Denis[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une forme ancienne est de Licheriis en 1328[7].

Selon Talbert, lescheria, en bas latin, désigne un endroit marécageux où croissent les joncs (lisca); en effet, la Charente se divise en plusieurs bras[8]. Dauzat ajoute que le nom laîche est issu de l'ancien français lesche, lui-même issu du germanique liska. Le suffixe -aria est ajouté, exprimant un lieu (plantation ou élevage), donnant liscariae au pluriel[9],[Note 1].

Le nom la Salle issu du bas latin sala signifie la maison de maître d'un domaine agricole (villa)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, l'église appartenait à un prieuré de l'abbaye de Charroux, qui fut cédé au Séminaire d'Angoulême en 1714.

Principalement aux XIIe et XIIIe siècles, Lichères se trouvait sur une variante nord-sud de la via Turonensis, itinéraire du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle qui passait par Nanteuil-en-Vallée, Saint-Angeau, Angoulême, Mouthiers, Blanzac et Aubeterre[10].

Les plus anciens registres paroissiaux remontent à 1660.

Le hameau de la Salle était un ancien arrière-fief de la baronnie de Verteuil, et qui appartenait, aux XVIIe et XVIIIe siècles à la famille Angely[11],[12].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2000 2014 Claude Mondion SE Agriculteur
2014 En cours Jean-Jacques Crine SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2017, la commune comptait 87 habitants[Note 2], en diminution de 5,43 % par rapport à 2012 (Charente : -0,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
219247207234298319308259234
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
215228212208188190167141155
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
17014913314012212510696104
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
847087869488879287
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Lichères en 2007 en pourcentage[17].
HommesClasse d’âgeFemmes
2,1 
90  ans ou +
0,0 
8,3 
75 à 89 ans
7,7 
20,8 
60 à 74 ans
35,9 
22,9 
45 à 59 ans
17,9 
16,7 
30 à 44 ans
12,8 
25,0 
15 à 29 ans
15,4 
4,2 
0 à 14 ans
10,3 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Denis a été construite vers 1150 par les Bénédictins de l'abbaye Saint-Sauveur de Charroux[19]. Elle est classée monument historique depuis 1903[20].

Église Saint-Denis

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Toponyme à rapprocher de La Jonquière, en Espagne : lieu où poussent des joncs
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 3 janvier 2015)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ruffec », sur Infoterre, (consulté le 7 janvier 2012)
  7. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 39
  8. a et b Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 393.
  10. Joël Guitton et al., Les chemins de Saint-Jacques en Charente, éditions Sud Ouest, , 254 p. (ISBN 978-2-8177-0053-3, présentation en ligne)
  11. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 215-216
  12. Jean-Marie Ouvrard, « D'Angely », (consulté le 4 janvier 2015)
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  17. « Evolution et structure de la population à Lichères en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  19. Marcel Reible, Église Saint-Denis de Lichères, Église Saint-Martial de Mouton (Charente), Mansle, 1976
  20. « Église Saint-Denis », notice no PA00104391, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]